Marc Bergevin a le don de se débarrasser des contrats trop dispendieux

Bourque

[oboxads]

Dimanche soir, Marc Bergevin a agréablement surpris plusieurs partisans du tricolore en cédant Rene Bourque au ballottage. Il reste encore deux ans au contrat de l’attaquant qui compte pour 3,33 M$ sur la masse du Canadien et qui comprend une clause de non-échange limitée. C’est la fin d’un parcours décevant pour Bourque qui n’a que 18 points dans ses 76 dernières parties en saison régulière.

Il avait donné espoir aux partisans avec 11 points en 17 matchs en séries l’an passé, mais l’espoir s’est dissipé en début de saison et plusieurs fans demandaient son départ de Montréal.

Malgré tout ça, le geste en a pris plus d’un par surprise puisqu’il n’y a pas si longtemps, on parlait de transaction dans son cas. Toutefois, si Bergevin a fait ça, c’est qu’il est confiant qu’une équipe va réclamer l’attaquant et qu’il n’aura pas besoin de l’envoyer à Hamilton. Après tout, ce renvoi à Hamilton ne sauverait pas tant d’argent et de toute façon, ce n’est pas comme si Bourque ne pouvait pas déloger un gars comme Travis Moen de l’alignement. En plus, le Canadien a déjà en masse de place sous le plafond salarial grâce à un talent distinct de Bergevin.

Si Bourque trouvait preneur, ce ne serait pas la première fois que Bergevin réussirait à se débarrasser d’un contrat trop dispendieux. Sa première transaction avec un impact immédiat sur l’équipe a envoyé Erik Cole à Dallas en retour de Michael Ryder. Ryder a amassé 21 points en 27 rencontres avec le Canadien avant de quitter pour le New Jersey via le marché des agents libres. Pendant ce temps-là, Cole compte encore pour 4,5 M$ sur la masse des Stars tout en évoluant sur un 4e trio.

Bergevin s’est également défait de deux gros contrats en 2 jours cet été. Tout d’abord, il a envoyé Daniel Brière au Colorado, où il mange des hot dogs en prenant 4 millions sur la masse de l’Avalanche. Le lendemain, il a échangé Josh Gorges à Buffalo où il comptera pour 3,9 M$ sur la masse jusqu’en 2018. Pour l’instant ce n’est pas si mal, même si Gorges a le pire Corsi des défenseurs à Buffalo, mais en 2016, 2017 ou 2018, ça pourrait être une autre histoire, particulièrement lorsqu’on considère son style de jeu qui n’est pas facile sur le corps à long terme.

En se départissant de Bourque, Bergevin effectuerait un autre tour de magie et à l’époque du plafond salarial, c’est une qualité extraordinaire pour un DG qui doit s’assurer qu’il y ait suffisamment d’argent pour ses joueurs d’étoiles. C’est grâce à ces échanges qu’on peut se payer P.K. Subban, Carey Price et Max Pacioretty à long terme tout en ne s’inquiétant pas trop des situations contractuelles futures de Gallagher et Galchenyuk.