L’utilisation de P.K. Subban et des défenseurs du Canadien

2013-11-06 Habs

Je ne pouvais pas laisser passer la controverse Therrien-Subban par rapport au temps de glace du défenseur qui a gagné le trophée Norris sans y ajouter mon grain de sel.

On sait que l’entraîneur du CH est critiqué pour son utilisation de P.K. alors que les fans trouvent que Subban ne joue pas suffisamment en désavantage numérique ou dans les situations capitales, comme en fin de match par exemple.

En ce qui concerne le désavantage numérique, les fans ont raison alors que Subban a la plus faible moyenne de temps de glace en désavantage numérique par match chez les défenseurs qui sont utilisés à 4 contre 5 avec 50 secondes par rencontre. Toutefois, c’est peut-être une décision de Therrien qui veut le garder frais et dispo pour les avantages numériques où Subban domine le CH avec 4:14 de temps de glace par match. Si c’est le cas, on peut comprendre cette décision alors que Subban a certainement plus de valeur en attaque à 5 que sur le désavantage numérique.

Là où c’est intéressant, c’est lors du graphique au-dessus de l’article qui examine le temps de glace des défenseurs du CH depuis le début de la saison. L’axe vertical calcule la qualité de l’opposition affronté par le défenseur alors que l’axe horizontal s’occupe du % de mises en jeu offensives par rapport aux mises au jeu défensives. La grosseur du cercle représente le temps de glace moyen du joueur alors que la couleur est là pour le Corsi où plus c’est bleu, plus c’est positif alors que c’est l’inverse dans le rouge.

On voit qu’à 5 contre 5, Therrien ne peut compter que sur 4 défenseurs (Diaz, Markov, Gorges et Subban). Les autres défenseurs sont tous protégés du côté de la force de l’opposition. C’est la même chose du côté des mises au jeu pour Bouillon, Tinordi et Murray. Malgré cette protection, il n’y a que Tinordi qui ressort avec un Corsi positif. Cela nous indique que Beaulieu, Tinordi, Bouillon et Murray doivent être protégés par l’entraîneur et que même avec ça, ces défenseurs se font dominer lorsqu’ils sont sur la glace.

C’est donc dire que l’entraîneur doit se fier énormément à son top 4 pour s’occuper des meilleures lignes et des missions défensives. À force de faire ça, il brûle ses gars à 5 contre 5 et doit s’assurer de ne pas les épuiser au long de la saison de 82 matchs. Il limite donc leur temps sur les unités spéciales.

C’est là qu’on pourrait retrouver l’explication du peu de temps de glace de Subban en désavantage numérique. Therrien ne veut pas l’utiliser plus de 25 minutes par match (il est présentement à 24:15) et il veut l’avoir pour la grande majorité des avantages numériques de son équipe. En plus, il doit compter sur lui à 5 contre 5 contre les meilleurs trios offensifs et dans les situations défensives plus précaires. Il doit donc le garder sur le banc de temps en temps et c’est le désavantage numérique qui écope.

Le manque de temps de jeu de Subban en désavantage numérique n’est donc pas la faute de Therrien, mais bien des 5es et 6es défenseurs qui ne font pas le travail depuis le début de la saison et qui forcent l’entraîneur à prioriser le 5 contre 5 au dépends du désavantage numérique.

En ce qui concerne le temps de jeu en fin de rencontre, je n’ai aucune explication plausible, particulièrement quand c’est pour Douglas Murray qui est assurément le pire défenseur de l’équipe…