Les meilleurs défenseurs du Canadien des 40 dernières années

Crédit photo - NHL.com

Lorsqu’on se remémore les grands défenseurs de l’histoire du Canadien, on pense invariablement au fameux Big 3 des années 70. Serge Savard, Larry Robinson et Guy Lapointe ont marqué l’imaginaire des partisans du CH. Après eux, quels joueurs se sont démarqués à la ligne bleue du tricolore?

Ian Gauthier du Journal de Montréal a décidé de dresser un top 10 des meilleurs défenseurs ayant évolué pour les Canadiens après le célèbre Big 3.

10-Le mal-aimé

Patrice Brisebois décroche la 10e position de ce palmarès. Défenseur souvent critiqué, le Québécois a néanmoins franchi la barre des 30 points à plusieurs reprises. Il a aussi atteint le plateau des 10 buts quatre fois dans l’uniforme du CH.

9-Le héros dans l’ombre

En neuvième position, on retrouve Jeff Petry. Ce dernier n’est pas le plus flamboyant, mais il rend de précieux services au tricolore depuis cinq ans. Mine de rien, Petry a atteint la barre des 40 points à chacune des trois plus récentes campagnes.

8-Le grand voyageur

Mathieu Schneider pointe au huitième rang. Le défenseur new-yorkais a débuté sa carrière avec le Canadien en 1987-1988. Il a offert plusieurs très bonnes saisons au tricolore, atteignant même les 20 buts et 52 points en 1993-1994. Par la suite, Schneider a joué pour les Islanders, les Maple Leafs, les Rangers, les Kings, les Red Wings, les Ducks et les Thrashers avant de revenir à Montréal en 2009. Le défenseur alors âgé de 39 ans a prouvé qu’il était encore dans le coup, inscrivant 17 points en 23 parties.

7-Le boulet de canon

Qui ne se souvient pas de Sheldon Souray et de son puissant lancer-frappé? Le défenseur a permis au Canadien d’être particulièrement menaçant sur le jeu de puissance pendant plusieurs saisons. C’est à Montréal qu’il a atteint son sommet personnel de 26 buts et 64 points lors de la saison 2006-2007.

6-L’héritier

Rod Langway a débuté sa carrière avec le CH entouré de Savard, Robinson et Lapointe. Lors du déclin du Big 3, il a pris du gallon au sein de la brigade défensive du tricolore, inscrivant même 45 points en 1980-1981. Le défenseur s’est beaucoup imposé par son style très physique.

5-Le héros de 1993

Avant de faire partie de l’élite de la LNH, avec les Flyers, Éric Desjardins a connu plusieurs très bonnes saisons avec le Canadien. Le Québécois a été particulièrement étincelant en 1992-1993, saison durant laquelle il a récolté 45 points. Ce printemps-là, le défenseur a récolté 14 points en 20 parties éliminatoires. Et comment oublier son tour du chapeau durant le second match de la grande finale!

4-Le papa rassurant

Malgré les blessures, on ne peut pas dire que Shea Weber a déçu depuis son arrivée à Montréal. Le colosse s’est rapidement imposé comme le leader incontesté du CH. Le vestiaire s’est beaucoup assaini depuis son arrivée. Sur la glace, il a engrangé une quantité de points plus que respectable (127 pts en 227 matchs). Weber a certainement ralenti un peu par rapport à son niveau de jeu du temps des Predators, mais il est encore bien capable de tirer son épingle du jeu.

3-La rockstar

Même si Weber est en général très apprécié des fans du CH, plusieurs s’ennuient encore de l’électrisant P.K. Subban. Le défenseur ontarien était particulièrement énergique, autant sur la glace qu’à l’extérieur de la patinoire. Sa présence ne pouvait être ignorée. Offensivement, Subban a inscrit beaucoup de points durant ses années à Montréal, en plus de se démarquer sur le plan physique.

2-Le général

Andrei Markov était à l’autre extrême de P.K. Subban au niveau de la personnalité. Le russe était plutôt introverti et ne raffolait pas de l’attention des médias. Sur la glace, il a très longtemps été le chef d’orchestre de la relance et du jeu de puissance du Canadien. Markov commettait très peu d’erreurs et arrivait toujours à faire bien paraître ses coéquipiers. De nombreux joueurs qui ont passé par Montréal ont bénéficié de l’intelligence du défenseur russe.

1-Le papier sablé deluxe

Les 26 saisons de Chris Chelios dans la LNH ont commencé par sept campagnes avec le tricolore. Le défenseur américain savait tout faire sur la patinoire: marquer, récolter des passes, plaquer, déranger, jeter les gants… À Montréal, il a remporté une coupe Stanley et un trophée Norris, avant d’aller faire la pluie et le beau temps chez les Blackhawks.