Les capitaines les plus cheaps de la LNH

Canadiens

L’argument numéro un des défenseurs de Max «pastropdecharisme» Pacioretty, c’est son salaire qui est, pour l’instant, très peu élevé.

Est-ce qu’il l’un des meilleurs deals de la LNH ? Le site Bardown a, sans vraiment le vouloir, un peu répondu à cette question en dressant la liste des capitaines les moins bien payés de la LNH. Voici le top 7:

NUMÉRO 1:

Derek Mackenzie, des Panthers.

Crédit: nhl.com

Le beau Derek a un maigre salaire de 1,375 million sur la masse salariale de son équipe. Il est capitaine depuis la saison dernière seulement et à 36 ans, c’est clairement un rôle qu’il n’occupera pas encore pour plusieurs années. On parle ici d’un bon vétéran qui exerce son leadership en fin de carrière pour une jeune équipe qui ne tardera pas à donner le C à l’un de ses jeunes loups. L’an dernier, Derek Mackenzie a récolté 16 points, dont 6 buts, en 82 matchs, avec une fiche de -7. On ne peut donc pas parler d’un attaquant qui a un impact direct sur la feuille de pointage.

 

NUMÉRO 2:

Zdeno Chara, des Bruins.

Le grand Zdeno a vu son salaire diminuer de façon importante cette année. Il gagnait 6,9 millions annuellement; il touchera 4 millions cette saison. Tout comme le capitaine des Panthers, Zdeno est sur ses derniers milles. Il va avoir 41 ans en mars, mais il peut quand même se targuer de continuer à offrir une noble contribution. L’an dernier, il a marqué 10 buts et cumulé 19 passes. C’est vraiment pas si mal pour un défenseur de 40 ans.

 

NUMÉRO 3:

Max Pacioretty, des Canadiens.

Et oui, le bon Max est le troisième de ce palmarès! Ce qui est drôle, c’est que Chara et lui sont côte à côte dans ce top 7… Attention Max, la dernière fois que Zdeno et toi vous êtes trouvés aussi près l’un de l’autre, ça ne s’est pas bien terminé!

Pacio sort d’une saison de 67 points (son meilleur résultat en carrière). Il a marqué 30 buts et plus au cours de ses 4 dernières saisons et tout ça, pour un salaire plus que raisonnable de 4,5 millions sous le plafond salarial. Il lui reste deux saisons à ce tarif et exigera certainement beaucoup plus après la saison 2018-2019.

 

NUMÉRO 4:

Ryan McDonagh, des Rangers.

Le simple fait de prononcer le nom du numéro 27 des Rangers fait encore mal à la plupart des fans du CH. Imaginez, en plus, il ne va faire que 4,7 millions de dollars pour chacune des deux prochaines saisons. (Avec le CH, Karl Alzner fait le même salaire, grosso modo. Je dis ça comme ça…) Dans sa propre équipe, McDonagh n’est que le troisième défenseur le mieux payé, après Shattenkirk (6,6 millions) et Staal (5,7 millions). Il a 28 ans, il a récolté 42 points et un différentiel de +20 la saison passée. Bon d’accord, j’arrête, ça fait trop mal…

 

NUMÉRO 5:

Andy Greene, des Devils.

Crédit: nhl.com

Un autre capitaine presque honorifique: Greene a 34 ans, mais ses dernières saisons ont été assez faibles au niveau des statistiques. Il a obtenu 13 points durant chacune des deux dernières saisons et l’an dernier, sa fiche était de -15. Son salaire annuel est de 5 millions pour encore 3 saisons. Ça reste quand même un peu élevé pour son rendement.

 

NUMÉRO 6 (ex aequo)

Nick Foligno, des Blue Jackets & John Tavares des Islanders.

Crédit: Twitter

Foligno va avoir 30 ans le jour de l’Halloween et au cours de la dernière saison, il a terminé avec une fiche de 26 buts, 25 passes, pour un salaire de 5,5 millions (pour encore 4 saisons). C’est une très bonne affaire pour les Blue Jackets, qui constituent une équipe à surveiller au cours des prochaines saisons.

Pour ce qui est du capitaine des Islanders, John Tavares est un joueur avec un talent extraordinaire. Ses deux dernières saisons ont (un peu) déçu, mais il était tellement mal entouré… Il reste que pour l’un des meilleurs joueurs de la ligue, 5,5 millions, c’est bien peu(son coéquipier Andrew Ladd fait autant d’argent que lui). Avec l’arrivée d’Eberle, il sera certainement capable d’aller chercher un point par match et peut-être plus. Il s’agit de sa dernière année de contrat; l’état-major des Islanders a intérêt à travailler fort pour le garder dans leurs rangs.