L’encadrement du CH a fait des jaloux dans la bulle à Toronto

Canadiens

Emily Kaplan et Greg Wyshynski ont publié un texte fort intéressant sur ESPN.com mardi matin. Ils ont dévoilé quelques éléments pertinents concernant les bulles (Edmonton et Toronto) de la LNH.

Semble-t-il que la jalousie régnait, du moins dans la bulle torontoise. Des rumeurs parmi les joueurs de la bulle ont circulé selon lesquelles certaines équipes recevaient des avantages que d’autres ne recevaient pas.

Un vétéran de l’Association de l’Est a dit qu’il y avait de la jalousie quant à savoir quelles équipes avaient accès aux terrasses sur les toits et quelles équipes avaient les meilleures distributions de nourriture.

« Certaines équipes comme les Panthers de la Floride n’avaient pas grand-chose de tel ou tel type de nourriture [dans la bulle]. Mais Montréal, dans sa petite zone d’entraînement, avait des wraps, des smoothies et tout le reste. C’est une équipe qui a les poches bien remplies. »

À Toronto, les joueurs étaient généralement satisfaits de la configuration, surtout ceux qui étaient à l’Hôtel X. À cet endroit, il y avait beaucoup d’avantages, dont une piscine sur le toit.

Le BMO Field, où joue le Toronto FC, était inclus dans la bulle. Les joueurs pouvaient s’y rendre pour fouler le terrain, déjeuner ou regarder un match de hockey sur grand écran.

À Edmonton, la logistique n’était pas aussi agréable, d’après ce qu’on apprend en lisant le texte sur ESPN.

Certaines chambres étaient au milieu de l’hôtel, donc il n’y avait pas de fenêtres, ni de lumière. En revanche, d’autres chambres avaient des salles de réunion avec balcon.

Bref, les équipes n’ont pas eu le même encadrement lorsqu’ils étaient dans les bulles. La jalousie s’est donc mise de la partie!