Le président des Hurricanes plante Alex Semin

[oboxads]

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’Alex Semin n’a pas un gros fan club dans l’organisation des Hurricanes. Ce n’est pas une grosse surprise considérant le fait qu’ils vont le payer 14 M$ au cours des 6 prochaines saisons pour qu’ils ne jouent pas là-bas, mais on dirait que tout le monde dans l’organisation a quelque chose à dire sur le nouvel attaquant du Canadien.

Cet été, c’était le propriétaire qui avait planté son ancien DG, Jim Rutherford, en parlant de Semin et cette semaine, c’était au tour du président de l’équipe, Don Waddell, de parler du joueur qui a coûté très cher à son organisation.

Dans une entrevue avec le News & Observer, Waddell a dit que Semin était un joueur élite lorsque le jeu était plus lent. Par contre, le jeu est tellement rapide aujourd’hui que si tu ne peux pas patiner, tu ne peux pas compétitionner. Le président a aussi mentionné qu’Alex a perdu un peu de vitesse et que ça l’a forcé à jouer à l’extérieur trop souvent.

Waddell a également expliqué que Semin ne faisait pas partie de la culture de l’équipe et qu’il ne faisait pas ce que le coach voulait. Ce dernier commentaire n’est pas surprenant puisqu’on savait déjà que Semin et Peters n’étaient pas sur la même longueur d’ondes. Plus tard, Waddell a aussi rappelé que l’équipe avait payé Semin 14 M$ pour qu’il s’en aille…

Le commentaire de Waddell sur le coup de patin de Semin est le plus inquiétant puisque les joueurs talentueux qui n’ont pas la meilleure réputation au niveau de l’éthique de travail vieillissent très mal. Quand le talent de ces gars-là s’effrite, ils perdent leur avantage et comme ils ne sont pas habitués de travailler aussi fort que leurs collègues, ils comblent rarement l’écart dans la trentaine. Si c’est ce qui arrive avec Semin, nos attentes envers lui devront diminuer.

Ceci étant dit, même si c’est le cas, le Canadien s’est protégé en ne lui offrant qu’un contrat d’un an et en se gardant de la place sous le plafond pour aller chercher son remplaçant à la date limite des échanges. Il faut également mentionner qu’à cause des circonstances, les commentaires de Waddell doivent être pris avec un grain de sel. De toute façon, en regardant l’histoire des Thrashers d’Atlanta, on se rend compte que le président des Canes n’est pas infaillible au niveau de l’évaluation des joueurs.

Via Today’s Slapshot