Le dossier Pacioretty force un joueur de la LNH à questionner la culture du Canadien

Embed from Getty Images

L’Athlétique a publié un exercice intéressant vendredi matin. Ils ont demandé à un journaliste, un recruteur, un dirigeant, un entraîneur et un journaliste de noter les 31 équipes de la LNH de 1 à 5. Ils ont fait la moyenne de toutes ces notes pour faire un classement et sans surprise, le Tricolore ne fait pas trop bien en prenant le 29e échelon devant les Sénateurs et les Canucks.

Pourquoi un si mauvais classement?

Quatre des cinq répondants les ont qualifié de lock pour la loterie du repêchage alors que le recruteur semble être le seul qui s’est gardé une petite gêne en leur donnant une chance de faire les séries. Il a cité Carey Price pour justifier cette évaluation, mentionnant qu’ils sont dans le trouble, mais que le gardien peut couvrir beaucoup d’erreurs. Il a ajouté qu’il les a déjà amené en séries à lui seul.

Le dossier Pacioretty

Le commentaire du joueur interrogé est toutefois celui qui ressort et c’est franchement celui qui devrait inquiéter l’organisation. Il a dit : « De la façon dont ils ont traité Pacioretty, c’est tellement une culture bizarre là-bas. » Il a ajouté qu’il y avait de bonnes pièces en place, mais qu’il ne sait pas si l’équipe sait ce qu’elle a entre les mains.

Bref, ce n’est vraiment pas l’évaluation que les dirigeants du Tricolore voulait lire avant le début de la fin de semaine. Ça nous rappelle toutefois un impact parfois négligé du fiasco Pacioretty. Les joueurs de la LNH sont de plus en plus au courant de ce qui se passe dans la ligue, ce qui veut dire qu’ils remarquent le traitement douteux de l’équipe envers son capitaine. Disons que ce n’est pas le genre de dossier qui donne le goût aux joueurs de s’engager à long terme à Montréal puisque s’il traite leur capitaine de cette façon, n’importe qui peut y passer.

Ultimement, les agents libres vont souvent prioriser l’argent, mais comme Montréal doit déjà se battre avec les impôts pour attirer des joueurs autonomes, une mauvaise réputation en ce qui concerne leur traitement des joueurs devient un autre facteur à surmonter. C’est loin d’être idéal et c’est une autre motivation pour conclure ce dossier le plus rapidement possible.