Le CH et la valse des gardiens substituts

Crédit photo - Capture d'écran Instagram

S’il y a bien une position qui est instable chez le Canadien, c’est celle du gardien numéro 2.

Le journaliste Raphaël Doucet a mis en lumière lundi matin la grande instabilité chez les gardiens substituts du tricolore sous le règne de Marc Bergevin.

Depuis 2012-2013, dix cerbères ont porté l’uniforme du CH. Sans surprise, Carey Price arrive en tête de liste avec 411 matchs disputés, dont 407 départs.

Avoir un gardien de but numéro 1 clair est certainement un avantage non-négligeable dans la LNH.

Le hic, c’est que ça se gâte après Price. En effet, aucun autre gardien du CH n’a atteint la barre des 60 matchs avec le tricolore en huit ans. Le deuxième gardien le plus sollicité par le CH depuis 2012-2013 est Mike Condon qui a obtenu 51 départs. Ce dernier a pris part à un total de 55 parties avec le Canadien.

Après Condon, on passe à Peter Budaj (37 matchs) et Antti Niemi (36). Il a ensuite Dustin Tokarski (26) et Charlie Lindgren (24), suivi d’Al Montoya (23) et Ben Scrivens (15). Keith Kinkaid (6) et Cayden Primeau (2) ferment la marche.

Problème ou pas?

Est-ce que le Canadien est un cancre quant à sa gestion des gardiens substituts? Regardons quelques exemples ailleurs dans la LNH, en commençant par les champions en titre de la Coupe Stanley.

Blues

Depuis 2012-2013, les Blues ont confié le filet 271 fois (289 matchs) à Jake Allen. Brian Elliott a quant à lui obtenu 128 départs (143 matchs). La jeune sensation Jordan Binnington a déjà cumulé 83 parties, dont 80 départs. Il y a aussi Carter Hutton qui a pris part à 62 rencontres.

Capitals

Chez les Capitals, Braden Holtby a cumulé 447 matchs, alors que Phillipp Grubauer en a disputé 101. Aucun autre gardien n’a joué plus de 27 parties à Washington depuis 2012-2013.

Penguins

À Pittsburgh, Marc-André Fleury est encore en avance avec 257 rencontres. Matt Murray arrive au second rang avec 199 matchs. Tristan Jarry complète le podium avec 62 parties. Le quatrième rang appartient à Casey DeSmith (50 matchs).

Blackhawks

Du côté des Blackhawks, Corey Crawford est très loin en tête avec 366 rencontres. Scott Darling arrive deuxième avec 75 matchs. Tous les autres ont disputé moins de 40 parties.

Dans la division du Canadien

Frederik Andersen mène chez les Maple Leafs avec 244 matchs, suivi de Jonathan Bernier (151) et de James Reimer (136).

Chez les Bruins, Tuukka Rask domine avec 434 parties. Jaroslav Halak est en deuxième place avec 71 rencontres. La troisième position appartient à Anton Khudobin (61 parties).

À Tampa, Andrei Vasilevskiy détient le premier rang avec 260 matchs disputés. Ben Bishop n’est pas loin avec ses 227 parties. Tous les autres sont sous la barre de 50 rencontres.

Dans le camp des Sénateurs, on retrouve Craig Anderson au sommet avec 354 matchs. Derrière lui, il y a Robin Lehner (73) et Mike Condon (73) qui sont à égalité. Ensuite, l’éphémère Andrew Hammond a cumulé 55 parties avec Ottawa.

Chez les Panthers, Roberto Luongo a disputé 255 rencontres, suivi de James Reimer (123 matchs). Le nouveau venu Sergei Bobrovsky est déjà en troisième place avec 50 parties.

Du côté des Hurricanes, Cam Ward a joué 254 matchs. Petr Mrazek le seconde avec 80 parties. Le troisième rang appartient quant à lui à Anton Khudobin (70).

À Detroit, Jimmy Howard arrive premier avec 351 parties. Petr Mrazek est deuxième avec 166 matchs. Jonathan Bernier complète le top 3 avec 81 rencontres.

Finalement, les Sabres n’ont pas connu une grande stabilité devant le filet. Robin Lehner est en tête avec 133 rencontres. Par la suite, on retrouve cinq autres gardiens qui ont disputé plus de 75 matchs.

  • Linus Ullmark – 97
  • Carter Hutton – 81
  • Chad Johnson – 81
  • Ryan Miller – 80
  • Jhonas Enroth – 77

Conclusion

Bref, le jeu des comparaisons ne permet pas de dire clairement si la gestion du gardien auxiliaire est particulièrement problématique à Montréal. Certaines équipes qui ont des chiffres similaires que le tricolore ont connu beaucoup de succès. Il y en a même qui ont soulevé la Coupe Stanley. Le poste de gardien substitut est plutôt instable. Un bon numéro 2 ne restera pas longtemps en poste, puisqu’il obtiendra généralement une occasion d’être le numéro 1 ailleurs.

Il est indéniable que le Canadien doit trouver un bon auxiliaire pour Carey Price. C’est une lacune actuellement chez le CH. Néanmoins, il serait faux de prétendre que Marc Bergevin a échoué là où tous ses homologues ont réussi.