Le Canadien n’a pas envoyé de choix aux Golden Knights pour le choix d’Emelin

Le Canadien est probablement l’une des équipes qui va le mieux se tirer du repêchage d’expansion. Au lieu de perdre un jeune joueur qui pourra aider dans un rôle de profondeur l’an prochain (Charles Hudon ou Brandon Davidson), ils vont perdre un gars qui est en déclin avec un impact de 4,1 M$ sur la masse salariale en Alexei Emelin.

Le choix était tellement parfait que certains se demandaient ce que Bergevin avait dû donner aux Golden Knights pour les convaincre de faire cette sélection. Or, selon Pierre Lebrun, il n’y a pas eu d’entente entre les deux équipes, donc c’est un départ qui ne coûte absolument au Tricolore.

On se doutait un peu que c’était le cas parce que les Golden Knights avaient une règle bien précise pour les équipes avec qui ils s’entendaient. Une fois l’entente conclue, l’autre équipe ne pouvait pas faire de transaction qui allait diminuer le nombre de joueurs disponibles pour le repêchage d’expansion. Le Canadien a fait deux transactions du genre (Drouin et Beaulieu), dont l’une dans les derniers instants avant le gel des transactions, ce qui veut dire qu’ils n’étaient pas obstrués par cette règle de Vegas.

C’est la perte d’un vétéran respecté dans l’organisation, mais avec tous les besoins de l’équipe, l’espace salariale que son départ libère est incroyable. En plus, son départ ne crée pas vraiment de besoin supplémentaire pour Montréal, qui avait déjà besoin de défenseur. À moins que tu penses que tu as besoin de robustesse pour gagner la Coupe Stanley (ce qui n’est plus le cas), la contribution d’Emelin pourra être remplacé à bas prix, ce qui va permettre au DG du Tricolore de mettre ses ressources ailleurs.