Le Canadien goûte à sa propre médecine

Embed from Getty Images

En regardant le match de jeudi soir, j’ai eu une impression de déjà-vu; le Canadien dominait la colonne des tirs au but, mais il se butait à un gardien en feu. L’analyse que l’on va entendre jusqu’à samedi (et au-delà), c’est que le Tricolore a le don de bien faire paraître les gardiens adverses et il y a une partie de vérité là-dedans, mais il faut aussi regarder les gardiens que Montréal a affronté.

La malchance de la troupe de Claude Julien au niveau de la conversion des chances de marquer n’est pas un problème de système de jeu ou de talent offensif, mais plutôt de qualité de compétition incroyable dans les filets adverses.

On le voit lorsqu’on regarde les sept matchs dans lesquels le Canadien n’a pas récolté de point au classement depuis le début de la saison. Au cours de ces rencontres, ils ont fait face à Braden Holtby, Henrik Lundqvist, Corey Crawford, Martin Jones, Jonathan Quick et John Gibson. Qu’ont en commun tous ces gardiens? Ils ont tous reçu des votes pour le trophée Vezina dans les trois dernières années et ils étaient tous sauf un dans le top 11 du pourcentage d’arrêts de la ligue parmi les gardiens ayant joué au moins quatre fois avant les matchs d’hier soir.

Le seul qui ne faisait pas partie de ce top 11 est Henrik Lundqvist (incroyablement, il est aussi le seul qui n’a pas reçu de vote pour le Vezina au cours des deux dernières saisons) et il a blanchi le Canadien en effectuant 34 arrêts. Certains pourraient dire que ça prouve l’inefficacité du Canadien en attaque puisque le reste de la saison du gardien des Rangers a été pénible, mais considérant son pedigree, je n’ai aucun problème à le placer dans le groupe élite précédent.

D’ailleurs, non seulement ils faisaient tous partie du top 11, mais Crawford menait (il s’est depuis fait dépasser par Jonathan Quick qui était quatrième) alors que John Gibson était 5e, donc on parle de places de choix. C’est vrai que c’est un petit échantillon, mais tous ces gardiens sont partants et font partie des meilleurs au monde à leur position comme les votes pour le Vezina l’indiquent.

C’est donc dire que comme c’est le cas depuis longtemps, il y a toujours un gardien de haut niveau dans les matchs du Canadien, mais contrairement à ce que l’on voit depuis l’arrivée de Carey Price, ce gardien élite est dans l’autre filet au lieu du nôtre et ça fait toute la différence. Ça aide à expliquer pourquoi le Canadien a le deuxième pire différentiel de buts de la LNH à -20 malgré le fait qu’ils sont les seuls dans la LNH à avoir obtenu 30 tirs lors de tous leurs matchs depuis le début de la saison.

D’ailleurs, si Carey Price était à son niveau habituel, le Canadien serait capable de suivre, mais le gardien n’est pas l’ombre de lui-même. Seulement quatre gardiens ont participé à au moins quatre matchs cette saison tout en gardant un pire pourcentage d’arrêts que celui du Canadien (Tuukka Rask, Chad Johnson, Brian Elliott et Louis Domingue). Quand on jumelle ça aux gardiens élites affrontés par le Tricolore, on se retrouve avec des partisans qui applaudissent ironiquement le gardien local.