Le Canadien choisit-il les bons joueurs en première ronde?

Canadiens

Pour une 11e année de suite, le Canadien parlera en première ronde du repêchage de la LNH. Cette année, Marc Bergevin a en sa possession le 15e choix au total.

Plus un choix de première ronde est tardif, moins il est garant de succès. D’ailleurs, si les 10 derniers repêchages étaient à refaire, il est clair que le CH ne choisirait pas les mêmes joueurs à chaque année.

Voici le portrait des joueurs de première ronde sélectionnés par le tricolore depuis l’arrivée en poste de Marc Bergevin. Bien entendu, le repêchage est une science inexacte et il est facile de dire quelques années plus tard que DG s’est trompé. Néanmoins, il demeure intéressant de comparer les joueurs choisis par le Canadien avec ceux sélectionnés seulement quelques rangs plus tard.

 

2018 et 2017

Il est difficile de ne pas être satisfait de la sélection de Jesperi Kotkaniemi l’an dernier. Le plus jeune joueur de la LNH en 2018-2019 a récolté 34 points en 79 matchs. L’attaquant finlandais s’est démarqué par son énergie positive et sa grande intelligence avec la rondelle. Bien entendu, le CH aurait pu opter pour un joueur un peu plus mature en Brady Tkachuk, mais les besoins étaient trop criants au centre pour laisser passer Kotkaniemi. Tkachuk a inscrit 45 points (22 buts, 23 passes) avec les Sénateurs.

L’année d’avant, le CH a choisi Ryan Poehling au 25e rang. L’Américain n’a disputé qu’une seule rencontre dans la LNH, mais a inscrit un tour du chapeau. D’ailleurs, aucun des joueurs sélectionné dans les rangs suivants n’a connu une éclosion extraordinaire.

Conclusion: il est trop tôt pour se prononcer, mais ça s’annonce bien.

 

2016

En 2016, le tricolore a comblé un besoin à la ligne bleue en choisissant Mikhail Sergachev au 9e échelon. 3 ans plus tard, on peut difficilement être en désaccord avec cette sélection. Avec une fiche de 72 points en 158 rencontres, le défenseur russe est promis à un bel avenir.

Aucun joueur, peu importe la position, repêché après lui n’a récolté plus de points, sauf un: Alex DeBrincat. L’attaquant sélectionné au 39e rang par les Blackhawks a inscrit 128 points en 164 matchs dans la LNH.

Conclusion: Jusqu’à preuve du contraire, le tricolore a fait une très bonne sélection en optant pour Sergachev

2015

Lors du repêchage de 2015, le Canadien a utilisé le 26e choix pour mettre la main sur le défenseur Noah Juulsen. 4 ans plus tard, on ne peut pas dire que joueur canadien a connu une éclosion extraordinaire.

Juulsen a pris part à un total de 44 rencontres dans l’uniforme du tricolore lors des deux plus récentes saisons. Il a amassé 2 buts et 6 passes en carrière dans la LNH. De plus, le défenseur a été à l’écart du jeu pour une bonne partie de la campagne 2018-2019.

Malheureusement, on ne peut s’empêcher d’imaginer ce qui serait arrivé si le CH avait repêché quelqu’un d’autre en première ronde en 2015.

Deux rangs après le tricolore, les Islanders ont sélectionné Anthony Beauvillier. Le Québécois a disputé un total de 218 matchs dans la LNH. Il a connu une saison de plus de 20 buts (21 filets en 2017-2018) et s’est approché de ce plateau cette saison (18 buts en 2018-2019).

Pire encore, 9 échelons après Juulsen, les Hurricanes ont opté pour Sebastian Aho. L’attaquant finlandais ne cesse de progresser depuis trois ans. En 2018-2019, il a atteint le plateau des 30 buts et a inscrit un total de 83 points.

En séries, sa production de 5 buts, 7 passes a certainement aidé les Hurricanes à se rendre jusqu’en finale de l’Est.

Conclusion: avec le recul, le choix de Juulsen n’est certainement pas le meilleur que le club aurait pu faire. Il reste à voir si le défenseur réussira à demeurer en santé et se développer suffisamment pour prendre sa place dans la LNH.

2014

 

En 2014, c’est l’attaquant Nikita Scherbak qui a été le premier appelé par le tricolore. Montréal a utilisé le 26e choix de l’encan pour mettre la main sur l’attaquant russe.

L’ailier droit n’a jamais connu le succès escompté. Après 7 points en 29 petits matchs dans l’uniforme du tricolore, Scherbak a été réclamé au ballottage par les Kings. Jusqu’à présent, il n’a pas réussi non plus à s’imposer ni à L.A, ni pour le club-école de la formation californienne.

Malheureusement pour le CH, plusieurs joueurs repêchés quelques rangs plus tard ont connu une progression beaucoup plus intéressante

On peut penser à Adrian Kempe (29e choix) qui a récolté 71 points en 187 rencontres avec les Kings. Il y a aussi le robuste Ivan Barbashev (33e choix) qui vient d’aider les Blues à remporter la Coupe Stanley.

Le défenseur Brandon Montour (55e) a inscrit 73 points en 189 matchs dans la LNH, avec les Ducks et les Sabres. Chez les Coyotes, Christian Dvorak (58e) a déjà deux saisons de 15 buts en poche.

Conclusion : les exemples de joueurs qui auraient été de meilleurs choix que Scherbak sont nombreux. Plusieurs équipes ayant parlé peu après le premier choix du Canadien ont sélectionné des joueurs ayant connu du succès depuis leur repêchage.

2013

Lors du repêchage de 2013, le CH a opté pour l’attaquant format géant Michael McCarron au 25e rang.

Le joueur américain semble incapable de se tailler une place dans la LNH. Il a disputé un faible total de 69 rencontres avec le Canadien au cours des saisons 2015-2016 à 2017-2018. Cette année, il a inscrit 21 points en 32 matchs… avec le Rocket de Laval.

Si c’était à refaire, on peut facilement penser que le CH opterait pour Shea Theodore ou même Ryan Hartman.

Sélectionné juste après McCarron, Shea Theodore a connu une belle progression avec les Golden Knights lors des deux plus récentes saisons. Le défenseur de 23 ans vient de connaître une campagne de 12 buts et 25 passes. Il a ajouté 8 points en 7 matchs éliminatoires.

De son côté, Ryan Hartman a été sélectionné au 30e échelon, soit 5 rangs après McCarron. L’attaquant américain est sorti de l’anonymat en 2016-2017, avec les Blackhawks, récoltant 19 buts et 12 passes en 76 parties.

Sa production a quelque peu chuté par la suite. Il a d’ailleurs été échangé aux Predators en février 2018, puis transigé aux Flyers un an plus tard.

Hartman compte toutefois déjà 245 matchs en carrière dans la LNH. c’est 176 de plus que McCarron.

Conclusion: McCarron n’est certainement pas un choix que le tricolore aimerait refaire. Dans les joueurs sélectionnés peu après lui, seuls Ryan Hartman et Shea Theodore ont eu un impact significatif sur leur équipe.

 

2012

Avec le troisième choix au total en 2012, le CH a repêché Alex Galchenyuk. Avec les insuccès des deux premiers choix, Nail Yakupov et Ryan Murray, on peut dire que la sélection de Galchenyuk était une bonne décision.

Ce dernier a disputé 490 matchs dans la LNH, un sommet parmi tous les joueurs repêchés en 2012. Galchenyuk arrive au second rang avec une récolte de 296 points dans la ligue nationale. Il n’est devancé que par Filip Forsberg, le seul attaquant que le Canadien aurait peut-être dû choisir à la place de Galchenyuk. 11e choix au total en 2012, Forsberg a récolté 305 points en 395 rencontres dans la LNH.

On pourrait également mentionner le nom du défenseur Morgan Rielly parmi les joueurs repêchés en 2012 qui ont connu un succès supérieur à celui de Galchenyuk. En 470 rencontres avec les Maple Leafs, Rielly a inscrit 243 points. Il vient de connaître sa meilleure saison avec un total de 72 points, dont 20 buts. Morgan Rielly avait été réclamé deux rangs après Galchenyuk.

Conclusion: le premier joueur de première ronde repêché par Marc Bergevin était presque la meilleure option pour le DG du Canadien. En outre, la sélection de Galchenyuk lui aura permis 6 ans plus tard de mettre la main sur Max Domi. Ce dernier a connu une excellente première saison dans l’uniforme du CH.