Laval ne serait pas une option dans le cas de Simon Després

Embed from Getty Images

Avant de recevoir son invitation au camp d’entraînement du Tricolore, Simon Després avait fait part de son intérêt pour l’organisation montréalaise publiquement. Il avait alors dit qu’il était même prêt à signer avec le Rocket si c’est ce que ça prenait, mais il semble bien que ce ne soit pas dans les plans, du moins si l’on croit Louis Jean, qui a une grosse journée après le dossier Mark Stone.

En début de soirée mercredi, il a publié un texte dans le style à Elliotte Friedman dans lequel il a ressorti 20 points. C’est le point 12 qui a attiré mon attention alors que Jean a écrit qu’il ne croit pas que Laval soit une option pour Simon Després. Dans le point précédent, il avait cependant mentionné qu’il pourrait être une police d’assurance en attendant Shea Weber et que c’était peut-être ses meilleures chances d’obtenir un contrat.

Ça peut sembler être une sortie surprenante de la part de Louis Jean et ce l’est jusqu’à un certain point puisque c’est bizarre de prendre en considération un joueur comme remplaçant temporaire de Shea Weber avant d’écrire qu’il ne pourrait se rendre dans le club-école. Par contre, c’est un symptôme de la stratégie de Marc Bergevin, qui n’a jamais assez de défenseurs.

Sans Weber, si le Canadien commence la saison à sept défenseurs, ce sera probablement Petry, Schlemko, Mete, Alzner, Benn, Reilly et Ouellet parce que Juulsen, Sklenicka et Moravcik n’ont pas besoin du ballottage pour se rendre à Laval. Là-bas, il se joindrait à un groupe bien rempli avec Rinat Valiev, Brett Lernout, Matt Taormina, Maxim Lamarche, TJ Melancon, Ryan Culkin et Adam Plant. Ça fait beaucoup de défenseurs à faire jouer (10) et si Simon Després ne parvient à prouver qu’il peut faire le grand club, peut-être que la direction ne croit pas que ça vale la peine de l’utiliser ailleurs. C’est sans parler de la règle des vétérans qui complique toujours la construction des alignements dans la AHL.

Bref, Després aura fort à faire pour mériter un contrat puisqu’il n’a pas le filet de sécurité que représente le Rocket de Laval. S’il n’est pas capable de prouver qu’il a sa place dans la LNH, son parcours professionnel ne se poursuivra visiblement pas avec le Tricolore. La bonne nouvelle, c’est qu’il a déjà été capable de bien jouer dans cette ligue, donc il doit « seulement » trouver un moyen de revenir à ce niveau après le parcours qui l’a mené à cet essai professionnel.