LA statistique du match 17 des Canadiens

ryan white - montreal - credit: 25stanley
ryan-white-600x399

Cette année, le 25stanley vous offre, après chaque match du CH, une statistique dont on parle moins ailleurs, mais qui nous saute aux yeux par rapport au match de nos Glorieux de la veille. Parfois, ce sera une statistique avancée alors qu’à d’autres moments, ce sera une statistique un peu plus classique.

Bien évidemment, après le match d’hier, les stats qui sautent aux yeux nous viennent du trio des jeunes. Toutefois, on en a suffisamment parlé ailleurs et ça ne se qualifie donc pas pour cette chronique. À la place, nous allons nous attarder au travail de Ryan White.

Dimanche soir, ce dernier n’a pas été le meilleur des siens, mais il a connu un bon match et a fait du bon travail, et ce, même si un de ses compagnons de trio n’a pas terminé la rencontre.

En effet, en un peu moins de 7 minutes de temps de glace à 5 contre 5, White a conservé un % Corsi de 60%, une amélioration de 12,4% par rapport aux moments où White était au banc des siens. On se rappelle que le % Corsi calcule le % de lancers tentés par le Canadien par rapport aux lancers tentés totaux lorsque que White est sur la glace. Ce chiffre nous aide à savoir si l’équipe est capable de contrôler la rondelle en zone offensive lorsqu’un joueur est sur la glace.

Le chiffre est tant que tel n’est pas si impressionnant, mais c’est lorsqu’on le met en contexte qu’on se rend compte à quel point White a bien joué contre les Islanders. En effet, le 60% de White est le 2e meilleur chez les attaquants du CH. Le meilleur % Corsi appartient à Gabriel Dumont (63,6%), le compagnon de trio de White.

Ryan a réussi à faire cela en commençant 7 de ses 9 mises en jeu du match en zone défensive. Disons que c’est plus difficile de contrôler la rondelle en zone offensive quand tu commences dans ta zone et c’est tout à l’honneur de White. C’est vrai qu’il a fait ça contre le 4e trio adverse en général, mais avec l’absence de Moen, l’utilisation de White a été un peu plus clairsemé et d’habitude, c’est difficile de faire cette adaptation pendant un match. Toutefois, ce ne fut pas le cas de White dimanche et c’est tant mieux pour lui.