Jeff Petry est devenu la meilleure acquisition de Marc Bergevin avec son nouveau contrat

Marc Bergevin

[oboxads]

Depuis son arrivée en poste, Marc Bergevin reçoit beaucoup d’éloges pour ses habiletés au niveau des transactions avec les autres formations de la LNH. Le DG du Canadien a le don de se débarrasser des contrats coûteux à long terme pour faire de la place sous le plafond (Cole, Gorges, Moen et Bourque en sont les meilleurs exemples).

Cet espace libre lui permet notamment de faire l’acquisition des meilleurs joueurs de location comme ce fût le cas au cours des deux dernières dates limites. L’acquisition de Vanek n’a pas fonctionné, mais il n’aura coûté que 2 choix de 2e ronde (Collberg et un autre qui est devenu Johnathan MacLeod).

Par contre, cette année, il a frappé un coup de circuit avec Jeff Petry, qui était le 2e meilleur défenseur de l’équipe en séries et qui n’a coûté que les 57es et 117es sélections du prochain repêchage. Le DG du Canadien a consolidé cette bonne décision en accordant un contrat de 6 ans d’une valeur de 33 millions au défenseur mardi après-midi.

Même si ça peut sembler onéreux, Petry a laissé un peu d’argent sur la table avec cette entente parce qu’il était bien à Montréal avec sa famille. Bergevin a donc fait l’acquisition d’un défenseur de 2e paire vraiment solide et ça ne lui a même pas coûté de choix dans le top 50.

Pour réaliser l’ampleur du coup de Bergevin, il faut regarder quelle est la valeur de Petry avec ce nouveau contrat. Comme les transactions se font de plus en plus rares dans la ligue, le meilleur exemple récent est l’échange qui a envoyé Keith Yandle à New York.

L’ancien des Coyotes a des meilleurs chiffres offensifs que Petry et il gagne un peu moins cher (5,25 M$ par année), mais il ne reste qu’une année à son contrat et la différence de l’utilisation des deux joueurs peut aider à expliquer la différence au niveau des statistiques de base. Également, le fait que Petry soit droitier lui donne plus de valeur.

Peu importe l’écart de valeur entre les deux joueurs, il n’y a pas de doute qu’il est moins gros que l’écart entre les deux prix payés par leur nouvelle équipe. Pour obtenir Yandle (ainsi que Chris Summers et un choix de 4e ronde), les Rangers ont cédé un choix de première ronde en 2016 (qui est décalé à 2017 si New York manque les séries l’an prochain), un choix de 2e ronde, Anthony Duclair et John Moore.

C’est vrai que les Rangers ont payé plus cher puisque Yandle n’était pas un joueur de location à l’époque, mais avec le nouveau contrat de Petry, le Tricolore est dans la même situation que les Rangers sans avoir payé de prix faramineux. Il faut dire que New York ne paie pas le salaire complet de Yandle, ce qui a dû coûter plus cher au moment de la transaction, mais encore une fois, ce n’est pas ce qui comble l’écart entre les prix payés.

C’est particulièrement excellent pour le Tricolore puisqu’ils ont mieux géré leurs choix que les Rangers, qui seront un des adversaires majeurs de l’organisation pour la Coupe au cours des prochaines années. En plus, les Blue Shirts n’ont pas eu de choix de première ronde depuis 2012. Ils doivent donc faire attention à leurs espoirs de qualité comme Duclair puisqu’ils n’en n’ont pas une tonne.

Il s’agit d’un chemin plus risqué puisque rien ne garantissait que Petry allait suffisamment aimer Montréal pour y rester à long terme, mais le pari de Bergevin a fonctionné et ça lui a permis d’acquérir un défenseur de qualité pour bien moins que ce que le marché aurait dicter avec cette nouvelle entente.

Bergevin a donc obtenu une aubaine grâce à ses deux forces principales de DG. Il a fait de la place pour obtenir Petry pendant la saison avant de faire son acquisition sans payer trop cher à la date limite des transactions. 3 mois plus tard, le Canadien se retrouve avec un défenseur de 2e paire de grande qualité signé à long terme pour un prix raisonnable qu’il a relativement obtenu pour des peanuts.

Comme on le voit lorsqu’on le compare à l’échange de Yandle, c’est quelque chose de très difficile à réussir et c’est pourquoi cette séquence d’événements est la meilleure de Bergevin depuis son arrivée avec le Canadien.