Gallagher et Galchenyuk parmi les attaquants les plus sous-utilisés de la ligue?

Après la bonne réaction que l’on a reçue suite à l’analyse statistique de Tomas Plekanec publiée hier matin, on a décidé de poursuivre dans la même lignée lors du reste de la semaine. Donc, au courant de la semaine, à chaque matin, nous aurons une analyse à l’aide de statistiques peu communes sur un ou plusieurs joueurs du Canadien. Si la maxime dit que quand le chat n’est pas là, les souris dansent, au 25stanley, on aime mieux dire que quand JT est en vacances, on sort les statistiques avancées.

Le tableau ci-dessus nous provient de Corey Pronman, d’ESPN et Hockey Prospectus, qui est un des écrivains les plus respectés dans le domaine des statistiques « avancées ».

Il a décidé de calculer les 25 attaquants les plus sur-utilisés et les 25 plus sous-utilisés dans la LNH. La première liste ne comprenait aucun joueur du Canadien, au grand mérite de Michel Therrien. Par contre, la 2e liste comprenait 2 joueurs du Canadien dans le top 5. Il s’agit des 2 attaquants recrues du club :  Brendan Gallagher et Alex Galchenyuk.

La méthodologie de la liste

Avant de commencer à analyser cette liste, il est important de comprendre comment cette liste est bâtie. Pronman s’est basé sur deux statistiques : le temps de glace par match ainsi que le nombre de points que le joueur marque à chaque fois qu’il passe 60 minutes sur la glace à 5 contre 5.

Pronman a classé tous les joueurs de la ligue selon ces catégories et a fait la différence entre les deux rangs. Donc, si un gars est 500e au niveau du temps de glace moyen, mais 100e au niveau des points par 60 minutes, la différence est de 400. Ce joueur sera beaucoup plus sous-utilisé qu’un joueur classé 100e au niveau du temps de glace moyen, mais 200e au niveau des points par 60 minutes. Ce processus comprend quelques faiblesses dont nous discuterons plus bas dans ce texte.

L’utilisation des recrues

Maintenant, c’est le temps de comprendre l’utilisation des deux joueurs et de voir pourquoi ils se retrouvent au sommet de la liste de Pronman. La charte d’utilisation des joueurs d’Hockey Abstract nous aide certainement à tirer une première conclusion : Michel Therrien ne faisait pas confiance aux 2 attaquants recrues, il les protégeait.

Non seulement les 2 n’obtenaient pas beaucoup de minutes selon leur production comme le tableau au haut de l’article le démontre, mais les 2 joueurs évoluaient dans des situations plus faciles (en zone offensive et contre une opposition faible).

Bref, pour faire simple, Therrien plaçait les attaquants dans une situation où ils pouvaient faire de leur mieux et n’avaient pas à assumer de trop grosses responsabilités défensives. Bien évidemment, cela a aidé les deux jeunes hommes à bien performer (et donc à se retrouver au haut de la liste de Pronman).

Pour l’instant, nous allons nous concentrer sur LE point intéressant de cette liste et de ce tableau qui est, selon nous, la différence entre Brendan Gallagher et Alex Galchenyuk.

Galchenyuk se retrouve au 3e rang de la liste de Pronman alors qu’il concède 40 secondes de temps de glace à Gallagher par match pendant que Gallagher marque 0,03 points de plus par 60 minutes.

Avec la charte d’utilisation d’Hockey Abstract, on se rend compte que cette si petite différence entre Gallagher et Galchenyuk au niveau des points par 60 minutes est ridicule compte tenu de l’opposition à laquelle ils font face. Galchenyuk a fait face à pas mal plus de mises au jeu défensives que Gallagher (41% de mises en jeu défensives vs 34%) tout en affrontant une meilleure compétition (environ 0,5 de relative Corsi des adversaires). Malgré ces différences, Galchenyuk a pratiquement égalé les performances de Gallagher offensivement.

Toutefois, malgré cela, le temps de glace de Galchenyuk n’a pas augmenté au cours de la saison. Therrien a préféré lui faire confiance en lui confiant des missions plus compliqués au cours de la saison puisqu’il se retrouvait au niveau de Gallagher au début de la saison.

Les faiblesses de la liste

Bien évidemment, cette liste ne veut pas tout dire. Le fait que l’auteur ait bâti la liste à partir des rangs fait en sorte que des joueurs ayant très peu de temps de glace et se retrouvant au bas de la ligue peuvent se faufiler dans la liste avec quelques points. C’est le cas de gars comme Steve Bégin, Frazer McLaren, Adam Cracknell et Antoine Roussel.

Par contre, la faiblesse qui touche Galchenyuk et Gallagher est justement celle illustrée par la charte d’utilisation des joueurs. Le fait que les 2 recrues jouent contre une opposition faible les aide à amasser des points plus facilement que des joueurs comme Ryan White qui se tapent les mises en jeu en zone défensive.

Il y a fort à parier qu’advenant une utilisation plus rigoureuse des joueurs par leur entraîneur ferait en sorte que leurs chiffres diminueraient. C’est donc dire que les deux gars ne sont pas nécessairement sous-utilisés en termes de temps de glace, mais bien en termes de qualité d’opposition.

Dans les conditions dans lesquelles ils évoluent présentement, ils ont réussi à se hisser au sommet de la ligue comme les joueurs les plus sous-utilisés. Cela veut donc dire que pour qu’ils se retrouvent dans la moyenne de la ligue, il faudrait qu’ils aient plus de temps de glace et/ou qu’ils se voient confier plus de responsabilités défensives contre de meilleurs oppositions.

Qu’est-ce que ça veut dire pour le futur?

Ces chiffres nous confirment, par la bande, que Galchenyuk a, non seulement, plus de potentiel que Gallagher, mais évolue présentement à un plus haut niveau que l’ancien des Giants de Vancouver, malgré ce que les voteurs du trophée Calder pensent. Ces chiffres confirment également que Therrien a protégé ses recrues et que ceux-ci ont fait leurs preuves et sont maintenant prêts à avoir plus de temps de glace, incluant des situations moins opportunes pour les jeunes joueurs.