Deux situations bien différentes entre Jesperi Kotkaniemi et Mikhaïl Sergachev

Canadiens
Embed from Getty Images

Jesperi Kotkaniemi a de plus en plus de chances de rester en Amérique du Nord. De la façon dont il joue depuis le début des matchs préparatoires des Canadiens, le Finlandais démontre comment il peut se comporter sur une patinoire.

Le choix de première ronde du CH cette année avait de la difficulté à trouver ses repères sur la surface glacée au moment du camp de développement en juin dernier.

À partir du camp des recrues du Tricolore et surtout pendant le camp d’entraînement des Canadiens, Kotkaniemi a pris de l’assurance. Il a même inscrit un but à son premier match dans l’uniforme du club montréalais.

Samedi dernier, face aux Sénateurs d’Ottawa, alors qu’il était avec Jonathan Drouin et Joel Armia, le jeune de 18 ans a fait preuve de constance et il était beaucoup plus responsable sur la glace.

La clause européenne de Kotkaniemi indique que c’est lui qui aura le dernier mot. Il pourra retourner en Finlande ou demeurer en Amérique du Nord en portant l’uniforme du Rocket de Laval.

Cela dit, pour le moment, Kotkaniemi force l’état-major du CH à le garder dans les plans. L’entraîneur-chef Claude Julien a noté qu’il sera ardu de renvoyer Kotkaniemi avec la manière dont il joue actuellement.

Par ailleurs, il est possible de faire une comparaison avec l’ex-joueur des Canadiens, Mikhaïl Sergachev. Par contre, ce dernier a vécu le scénario inverse.

En juillet 2016, le Russe avait épaté la galerie au camp de développement du Bleu-Blanc-Rouge. Rendu au calendrier préparatoire, le jeune défenseur n’était plus l’ombre de lui-même. Il n’était pas en mesure de suivre la cadence des autres joueurs du circuit Bettman. Après quatre parties, il avait été cédé à son club junior.

Évidemment, le chemin parcouru par Kotkaniemi est préférable à celui que Sergachev avait emprunté. On connaît la suite… Mikhaïl Sergachev a été échangé par les Canadiens en retour de Jonathan Drouin dans une transaction complétée en juin 2017.

Via Renaud Lavoie