Mike Condon plus que jamais dans le pétrin…

Canadiens
Crédit photo - Paul Chiasson, PC

Avec deux performances très moyennes contre les Devils et les Sénateurs durant les matchs présaison, Condon voit sa côte baissée auprès de la direction du Canadien (déjà qu’elle n’était pas vraiment au beau fixe). On savait depuis la signature du gardien Al Montoya à Montréal le 1er juillet dernier que Condon ne commencerait pas la saison avec le grand club, puisque le premier cité sera l’auxiliaire à Carey Price à l’aube du 13 octobre, selon toute vraisemblance.

Ce qui est inquiétant dans son cas, c’est que l’histoire que vit Condon en ce moment ressemble étrangement à celle de Dustin Tokarski, l’année dernière…

Le gardien originaire de Holliston, au Massachusetts, a une moyenne de 3 buts alloués et une efficacité de ,805 lors de ses deux derniers matchs préparatoires. Durant la même période l’année dernière, Tokarski avait une moyenne de 4 buts alloués et une efficacité de ,765. Les chiffres de ce dernier sont pitoyables et ceux de Condon ne sont vraiment pas enchantant. On se rappellera que la partie qui avait scellé le sort de Tokarski était contre les Sénateurs d’Ottawa, au Canadian Tire Centre, où il avait connu un match atroce, allouant 5 buts sur 20 lancers. Condon vient d’encaisser 4 buts sur 21 tirs, face à ces mêmes Sénateurs, au Centre Bell, jeudi. Est-ce que ce match définira l’avenir de Condon avec le Canadien ?

Il ne reste que 3 parties présaison (sans compter celui de samedi contre Ottawa) avant le début de la campagne à Buffalo le 13 octobre. Que va décider Marc Bergevin ? Essayer de le transiger ? Une solution serait de le soumettre au ballottage. Le problème est qu’il va se retrouver avec les IceCaps, en compagnie de deux jeunes gardiens avec plus d’avenir que lui, soient Fucale et Lindgren. S’il est soumis au ballottage, et qu’il se retrouve avec le club-école, il va bloquer le développement d’un des jeunes, puisqu’il va bien falloir le faire jouer. C’est pour ça que je crois que l’option transaction est la meilleure. De toute manière, il n’y a pas de place à Montréal pour Condon.

Dans tous les cas, cette histoire va donner des maux de tête à la direction du Tricolore.