Claude Julien et Karl Subban à Tout le monde en parle

Canadiens

L’épisode d’hier de Tout le monde en parle, à ICI Radio-Canada, était bien chargé. L’animatrice Julie Snyder, le réalisateur Denis Villeneuve, la ministre Mélanie Joly et plusieurs autres invités de marque étaient de passage sur le plateau.

Le hockey était également à l’honneur avec la présence de Claude Julien et de Karl Subban, le père de P.K., Malcolm et Jordan.

D’entrée de jeu, l’entraîneur-chef du Canadien s’est fait remettre dans la face les déclarations de Bergevin et lui-même selon lesquelles le CH a une meilleure défensive cette saison. On a senti qu’il a marché sur des œufs lorsqu’il a simplement répondu que les nouveaux défenseurs de l’équipe avaient besoin de s’adapter. Il a par ailleurs brièvement parlé de Victor Mete, la grande révélation du camp d’entraînement. Claude Julien a affirmé qu’il avait de bonnes chances de se tailler une place avec l’équipe.

Lorsque l’émission a été enregistrée, jeudi dernier, le tricolore avait une fiche de 0-6. Claude Julien a avoué qu’il était déçu des performances de son équipe en pré-saison, mais que le club ne pouvait que remonter à partir de là. Il est aussi revenu sur l’élimination hâtive du CH l’an dernier, disant qu’il n’était pas déçu des performances de ses joueurs et que les Canadiens avaient eu le dessus sur les Rangers dans presque toutes les catégories, sauf celle ces buts pour/buts contre.

Il a également été appelé à parler de différents joueurs de son équipe et ses propos sur Alex Galchenyuk sont particulièrement intéressants lorsqu’on les analyse un peu. Claude Julien a parlé d’un jeune joueur qui a tout le talent pour réussir, qui a déjà une saison de 30 buts à son actif, mais il a aussi parlé d’un jeune qui a des hauts et des bas et qui doit apprendre à devenir plus régulier dans ses efforts. La dernière partie est éloquente. Ce qu’on peut comprendre, c’est que pour l’entraîneur, Galchenyuk ne travaille pas toujours autant qu’il devrait lorsqu’il est sur la glace. C’est limpide.

Claude Julien a été beaucoup plus positif lorsqu’il a parlé de Charles Hudon. Pour lui, il n’y a pour l’instant aucune raison que Hudon ne fasse pas partie du CH cette année. Ses propos ont été aussi très optimistes quant à l’arrivée de Jonathan Drouin, un joueur avec une vision et une vitesse exceptionnelles, que les fans montréalais vont adorer, selon Claude Julien.

L’animateur Guy A. Lepage lui a mentionné les propos de son prédécesseur Michel Therrien, qui a affirmé à Jean-Charles Lajoie, sur les ondes du 91,9 Sports, parler très peu au gardien Carey Price. Pour sa part, Claude Julien a affirmé qu’il ne se gênait pas pour parler à son gardien étoile s’il avait des choses à lui dire.

Claude Julien a aussi été appelé à commenter l’épineuse question des joueurs de la NFL qui s’agenouillent pendant l’hymne national ou qui refusent d’aller à la Maison-Blanche. C’est durant cette partie de l’entrevue qu’on a senti que Claude Julien était le plus hésitant à répondre franchement. Il a refusé de dire s’il aurait accepté d’être reçu par Donald Trump, mais on a senti que ce n’était pas une idée qui l’emballait. Julie Snyder a tenté de traduire en direct les opinions de Julien sur cette question et sa lecture ressemble à la mienne: Claude Julien n’ose se prononcer, mais il aurait sûrement voulu décliner l’offre si l’occasion se présentait à lui aujourd’hui. De toute façon, tant qu’il dirigera le Canadien, il n’aura pas à répondre clairement à cette question.

Finalement, sans rien promettre, il a parlé de sa volonté de ramener une coupe Stanley à Montréal dès cette saison. On lui souhaite sincèrement bonne chance.

 

KARL SUBBAN

Le père de P.K. était également de passage à l’émission. Le bonhomme Subban est aussi sympathique, charismatique et rafraîchissant que l’ex-joueur du CH. Le père de trois joueurs repêchés dans la LNH a d’ailleurs raconté comment un homme est venu lui demander de faire un enfant à sa femme. Imaginez: Karl était avec son épouse quand un inconnu les a approchés et a offert de l’argent à M. Subban pour qu’il accepte d’enfanter sa femme! Sans surprise, Karl Subban a refusé l’offre. Sur le plateau de Tout le monde en parle, il a dit à la blague que ce n’était pas assez bien payé!

Il est revenu sur son arrivée à Sudbury en Ontario lorsqu’il était enfant, sur l’amour qu’il a développé envers le hockey et son idole de jeunesse, Ken Dryden. Il est tombé en amour avec le sport et a voulu transmettre cette passion à ses fils. On peut dire mission accomplie!

D’ailleurs, il a mentionné que les premières fois que P.K. allait disputer des matchs, Karl l’habillait à la maison pour ne pas se couvrir de ridicule devant les autres parents, tellement il avait de la difficulté avec les nombreuses pièces d’équipement. La partie la plus difficile? Le jack-strap.

Karl Subban a aussi commenté la question du racisme. Il a reconnu que P.K. (et sûrement ses 2 frères) avaient été la cible d’insultes raciales, mais le paternel juge que le racisme est une chose qu’il faut ignorer, qu’on ne doit pas laisser nous affecter. Bien entendu, il s’est fait questionner sur ses opinions face à la situation dans la NFL et sur la possibilité que certains joueurs de la LNH posent le genou pendant l’hymne national (même si P.K. a dit qu’il ne le ferait pas). Karl Subban quelque peu esquivé la question, mais a tout de même affirmé que pour lui, le sport était une façon d’oublier les problèmes de la vie. C’est donc dire qu’il n’est pas nécessairement en accord avec ces protestations durant un événement sportif.

En fin d’entrevue, Monsieur Subban a affirmé ne toujours pas savoir pourquoi P.K. a été échangé, mais qu’il n’était pas fâché  de la situation. Après tout, P.K. a eu sa chance à Montréal; il a connu quelques belles années, a progressé comme joueur et a fait beaucoup d’argent.