Christophe Perreault

Ça fait longtemps que le troisième choix n’a pas été échangé

Embed from Getty Images

Plus on approche du repêchage et plus on a l’impression que l’échange discuté avec les Coyotes de l’Arizona aurait du sens pour le Canadien. Le joueur logique à repêcher au troisième rang est Filip Zadina, mais Montréal ne semble pas se diriger dans sa direction puisque Marc Bergevin répète à tout le monde qu’il veut un centre ou un défenseur.

Dans ce cas-là, une transaction avec les Coyotes ne causerait aucun problème parce qu’ils vont prendre Zadina et que les Sénateurs vont sauter sur Brady Tkachuk, ce qui laisserait Quinn Hughes ou Jesperi Kotkaniemi au Tricolore en plus d’aller chercher un atout de plus. Même si l’on parle d’un autre choix de deuxième ronde, ça permettrait à Montréal d’en aligner quelques-uns pour remonter en première ronde si jamais c’est ce qu’ils veulent faire, donc ce ne sont jamais des atouts gaspillés.

Le problème, c’est que le Canadien et les Coyotes n’ont pas de base pour conclure une transaction du genre. Dans la LNH, tout le monde a des outils pour donner des valeurs à certains choix et ça facilite la conclusion des échanges parce que tout le monde connait les prix. Malheureusement, ça devient plus théorique dans le top 10 parce que ces choix-là ne bougent jamais.

Selon Cap Friendly, depuis 2005, seulement huit échanges ont inclus un choix du top 10 et il y en a aucun dans le top quatre. En fait depuis 2008, alors que les Leafs avaient versé un choix de première, de deuxième et de troisième ronde pour le cinquième choix au total (Luke Schenn), aucune transaction n’a été conclue dans le top six.

Ce sont donc des choix qui bougent rarement et si l’on se concentre sur le troisième au total, c’est encore pire. En remontant jusqu’à 1998, on voit que la sélection qui appartient présentement au Canadien n’a été transigé que trois fois et deux d’entre eux ne s’appliquent pas cette année parce qu’ils avaient été utilisés pour aller chercher le premier choix au total. Buffalo ne fera pas ça avec Dahlin en jeu. Ces échanges avaient été faits en 2003 (Marc-André Fleury avait été le premier choix tandis que Nathan Horton avait sorti troisième) et en 2002 (Rick Nash avait été le premier choix et Jay Bouwmeester le troisième).

Le seul autre échange est survenu en 1998 et encore une fois, le troisième choix avait été utilisé pour monter. Cette fois-ci, c’était au deuxième rang pour repêcher David Legwand au lieu de Brad Stuart. C’est un scénario plus plausible cette année avec les Canes en deuxième place, mais ce serait surprenant puisqu’ils semblent être tombés en amour avec Andrei Svechnikov.

Bref, s’ils ne veulent pas prendre Zadina, la solution logique pour le Canadien serait probablement d’échanger le troisième choix aux Coyotes pour amasser un atout ou deux en plus de repêcher le joueur qu’ils veulent, mais ce n’est pas facile à faire parce qu’il n’y a pas vraiment d’historique de ce côté. Ce serait donc vraiment une surprise de ne pas voir le Canadien parler au troisième échelon le 22 juin.