5 raisons pourquoi Peter Budaj est le parfait gardien substitut

10407994_10152355390057936_8178138881559296984_n

Jeudi soir, après la performance incroyable de Dustin Tokarski, Peter Budaj a été le premier à le féliciter pour son effort au Madison Square Garden. Ça en a surpris plusieurs puisqu’on aurait cru que le Slovaque aurait pu être amer après s’être fait dépasser par la recrue pour le poste de partant. Toutefois, quand on porte attention, ce geste de Budaj ne fait qu’augmenter l’historique du gardien en tant que substitut parfait pour le Canadien.

Voici les 5 raisons qui, avant jeudi soir, auraient pu nous rappeler que Budaj est le gardien substitut parfait.

1. Il aide son équipe même lorsqu’il est sur le banc

Ce Vine nous vient du début de la saison, plus précisément le 29 octobre alors que les Stars étaient en visite en ville. En fin de match, les Stars tentaient de dessiner une stratégie au banc pour combler le déficit de 2-1. Budaj étant à côté du banc des visiteurs, il a tenté d’aider son équipe en regardant la stratégie texane.

Malheureusement pour lui, le trainer des Stars s’en est rendu compte assez rapidement et Budaj n’a pas pu prendre de notes. Toutefois, même sans l’aide de Budaj, le Canadien a réussi à tenir le coup et à battre les Stars 2 à 1.

2. C’est un bon gars dans le vestiaire

Encore au début de cette saison, 24CH nous a montré que Budaj a autant d’énergie que P.K. Subban dans le vestiaire. Dans le Vine ci-dessus, on le voit encourager Bournival un peu comme le ferait un parent fier de son enfant.

C’est un peu le rôle du substitut quand il ne joue pas et Budaj l’a clairement compris. Il est toujours là pour encourager et féliciter les gars. Il semble surtout le faire encore plus avec les jeunes comme Bournival comme Tokarski qui ont parfois moins de marge de manœuvre que les vétérans.

3. Il est un travailleur acharné


Parlant de jeune joueur, le plus gros défaut de Budaj quand il a commencé sa carrière était sa tendance à toujours être à l’aréna. C’est bizarre à dire, mais quand les jeunes font ça, ils ont tendance à trop penser à leurs erreurs et ont des troubles psychologiques.

Depuis, Budaj a corrigé ça, mais il a gardé son éthique de travail légendaire. En tant que gardien substitut, c’est souvent lui qui doit rester à la fin des pratiques et il le fait toujours (sauf quand Michel Therrien essaie de mélanger le coach adverse). Aussi, on le voit souvent parler à Price pour l’encourager, mais aussi pour le tenir au courant des tendances des joueurs adverses

4. Les gars l’aiment et le respectent

Budaj

Cette citation de Josh Gorges nous en dit énormément sur le respect que les gars dans le vestiaire ont pour le Slovaque. Il n’y a pas de doute que les gars l’aiment et apprécient son comportement. Son attitude pendant la 3e ronde lui a sûrement valu encore plus de respect dans le Centre Bell.

5. Le gars a du fun

Ce match de janvier est un exemple parfait de l’effet de Budaj sur l’attitude et l’esprit d’équipe des gars. Après un match compliqué contre les Penguins, il a essayé de faire sourire ses gars en se battant contre Fleury. Finalement, les arbitres ne les ont pas laissé se battre, mais Budaj a quand même fait son emploi.

Après le match, on ne parlait pas de la défaite du Canadien, mais bien de cette bataille. En plus, ça a remonté le moral des troupes qui était au beau milieu d’une série de défaites qui les rapprochait d’une place en dehors des séries.

Bref, même s’il ne joue pas énormément et que sa période en séries n’a pas été incroyable, Budaj fait du bon travail pour l’équipe pendant cette percée en séries qui en surprend plus d’un et le Canadien n’aurait pas pu demander mieux.