5 raisons pourquoi Andrei Markov mérite le trophée Jacques-Beauchamp ou une Coupe Molson

Canadiens
andrei markov - canadiens montreal - credit: 25stanley
andrei markov - canadiens montreal - credit: 25stanley

[oboxads]

Andrei Markov évolue avec les Canadiens de Montréal depuis la saison 2000-2001. Même s’il joue constamment 20 minutes par match et qu’il accumule des saisons de 40-50-60 points, il n’a jamais reçu d’honneur individuel. Pour la saison 2014-2015, on espère vraiment que « des gens » vont lui remettre le trophée Jacques-Beauchamp, qui est accordé annuellement au joueur ayant eu un rôle dans le succès de l’équipe sans en retirer d’honneur particulier.

Le Trophée Jacques-Beauchamp est voté par les médias qui couvrent la Flanelle. Au cours de sa carrière, Andrei Markov a vu des coéquipiers comme Gionta, Prust, Lapierre, Streit, Hamrlik et même Jan Bulis voir leur travail souligné par la presse montréalaise.

Et attention, ce n’est pas juste les journalistes de Montréal qui « oublient » Markov. Les fans de la NHL aussi. Le #79 du CH a été invité au Match des Étoiles à deux petites reprises; dont une fois quand c’était à Montréal. Et on ne parle même pas de la Coupe Molson. Manny Malhotra a reçu une Étoile du Match aussi souvent que Markov au cours des deux derniers mois…

Voici donc les 5 raisons (surtout pour ceux qui qualifiaient Markov de trop lent, trop vieux, trop fragile) pour lesquelles Andrei Markov mérite toute notre admiration et le Trophée Jacques-Beauchamp! Au pire, une couple d’Étoiles du Match pour une Coupe Molson afin de faire changement avec vous savez qui.

***

1. Il rend ses coéquipiers meilleurs

andrei markov - alexei emelin - credit: 25stanley

La marque d’un grand joueur est qu’il rend les compagnons de jeu meilleurs. Que ce soit Sheldon Souray, Mike Komisarek, James Wisniewski ou P.K. Subban, ils ont tous connu les meilleurs moments de leur carrière au côté d’Andrei Markov. Si l’on exclut Subban qui joue toujours avec, les autres noms sur cette liste ont connu une suite de carrière beaucoup moins rose, une fois séparé du 79. Il ne faut pas oublier que Markov a servi de mentor à Alexei Emelin.

***

2. Sa vision inégalée

andrei markov - montreal - credit: 25stanley

Tout au long de sa carrière, Markov a été reconnu pour ses superbes passes d’un côté à l’autre de la patinoire en avantage numérique. La précision et la force de ces passes magistrales font en sorte que le récipient n’a souvent qu’à lancer dans un filet désert. Ses 378 mentions d’aides en carrière le démontrent bien. Il est également l’un des meilleurs pour repérer un joueur démarqué à partir de sa propre zone.

***

3. Son jeu défensif

Plus souvent reconnu pour ses talents offensifs, on oublie souvent que Markov est un excellent défenseur défensif. Il évolue toujours contre les meilleurs trios adverses et il est rarement responsable d’un but de l’ennemi. Son différentiel de +15 cette saison nous le montre bien. Il est également très agile avec son bâton pour soutirer la rondelle à ses adversaires. Admirez la solide mise-en-échec qu’il a donné à Morrow mardi soir au Centre Bell.

***

4. Son positionnement

andrei markov - injury - credit: 25stanley

Il n’est plus aussi rapide qu’il l’était avant ses deux interventions chirurgicales au genou, mais Markov peut toujours jouer 25:05 en moyenne par match dans le circuit Bettman en raison de son excellent positionnement. Que ce soit dans sa zone ou dans le territoire ennemi, le Russe ne semble jamais forcer sur la patinoire en raison de sa grande compréhension du jeu. Il n’est presque jamais hors position et il sait couper les allées dangereuses aux adversaires.

***

5. Son attitude et son dévouement

andrei markov - auto - credit: 25stanley

Andrei n’est pas le plus bavard mais il prêche toujours par l’exemple sur la patinoire. Il est un leader silencieux qui fournit un effort égal match après match. De plus, il n’hésite pas à bien enseigner les jeunes défenseurs qui tentent de percer dans la LNH. Cette saison, on a pu le voir à plusieurs reprises sur le banc des joueurs, dicter des conseils à Jarred Tinordi, qui tarde à se développer. Le fait qu’il ait passé sa carrière en entier à Montréal démontre son grand dévouement à l’équipe.

***

Andrei Markov ne remportera probablement jamais le trophée Norris, mais les gens qui votent pour les étoiles au match du Canadien devraient se baser sur la performance sur la patinoire plutôt que les points sur la feuille de pointage afin que Markov puisse remporter au moins une fois la Coupe Molson d’ici la fin de sa carrière.

P.-S. Et sa blonde compense pour sa faible présence dans les médias avec ses comptes Twitter et Instagram.