5 raisons pour lesquelles l’embauche de Claude Julien est une bonne nouvelle

En fin d’après-midi mardi, le Canadien a créé une éclipse médiatique en renvoyant Michel Therrien pour faire place à Claude Julien. Bien évidemment, on ne souhaite jamais à quelqu’un de perdre son poste, donc on ne fêtera pas trop le renvoi de Michel Therrien (qui va tout de même recevoir quelques M$ du Canadien au cours des prochaines années).

Ceci étant dit, c’est clairement un bon geste pour le Canadien, qui s’est trouvé un candidat francophone de qualité pour relancer son équipe. Pour mieux illustrer ce point, j’ai ressorti 5 raisons pour lesquelles c’était une bonne décision de la part de Marc Bergevin. Ce ne sont pas les cinq seules, mais ce sont celles qui sont ressorties à mes yeux quelques instants après ce renvoi.

L’équipe avait besoin d’un nouveau coach

Ce n’est rien contre Michel Therrien (qui n’était pas mon préféré ceci dit), mais le Canadien avait clairement besoin d’une nouvelle voix derrière le banc et c’est exactement ce Bergevin a dit dans le communiqué annonçant cette nouvelle. Disons que ce n’est pas trop difficile de faire le lien entre ce renvoi et la rencontre du DG avec ses leaders la semaine dernière, particulièrement quand on sait que l’équipe a contacté Claude Julien dimanche. Le fait que les Islanders, les Blues et les Bruins aient une fiche de 14-3-2 depuis le renvoi de leur coach n’a pas aidé Therrien non plus. C’est sans parler des Panthers qui se replacent tranquillement dans la course aux séries.

Les stats avancées vont certainement appuyer cette décision puisque Boston était l’une des meilleures équipes, si ce n’est pas la meilleure, à ce niveau cette saison alors que ça a rarement été le cas pour le Canadien sous Therrien. Julien a été tué par ses gardiens substituts à Boston et il n’aura pas ce problème-là avec Al Montoya à Montréal. Carey Price pourrait aussi bénéficier d’une restructure défensive devant lui.

Claude Julien va aider la relance du désavantage numérique

D’ailleurs, parlant de défensive, voici l’évolution du rang des Bruins en désavantage numérique au cours du passage de Claude Julien.

Comme tu peux le voir, c’est un aspect du jeu où il a très bien fait à Boston à l’exception de sa première année. C’est plus facile quand tu as Bergeron, Chara et Rask dans l’alignement, mais Julien a quand même quelques atouts intéressants de ce côté à Montréal aussi. C’est vrai que cet aspect du jeu est souvent la tache d’un assistant, mais l’entraîneur-chef y met certainement son grain de sel et Julien pourra apporter des éléments de Boston dans la salle des entraîneurs de Montréal, ce qui ne peut pas nuire considérant le rendement de ces 2 unités cette saison.

C’est un changement qui pourrait être crucial pour le Canadien puisque Montréal est horrible cette saison en désavantage numérique. Présentement, ils sont au 22e rang, ce qui ne semble pas si mal, mais quand tu mènes la ligue avec 204 occasions en désavantage numérique, tu veux être meilleur dans cet aspect du jeu. Julien devrait aussi aider avec la production offensive, qui était probablement meilleure que tu penses lorsqu’il était à Boston.

Un nouveau départ pour Alex Galchenyuk

Parlant de production offensive, ce changement est probablement une bonne nouvelle pour le jeune attaquant du Canadien. Malgré sa réputation de ne pas trop faire confiance aux jeunes, Julien a développé des joueurs de grand talent à Boston et Galchenyuk a en masse de potentiel à développer pour le nouveau coach. Ça ne fonctionnait pas avec Michel Therrien, qui venait de le renvoyer à l’aile et c’est très possible que cette vision des choses soit partagée par la direction, mais l’arrivée de Julien donne une nouvelle chance à Galchenyuk de faire une bonne première impression à sa position naturelle.

Dans la LNH, il y a un dicton qui mentionne que lorsqu’un entraîneur est renvoyé, 3 joueurs ont tendance à en profiter et 3 autres vont en souffrir. Le #27 a une bonne chance de se placer dans la première catégorie et si c’est le cas, Marc Bergevin n’aura pas besoin de transiger pour obtenir son centre de 1er trio.

La rivalité Canadiens-Bruins a un nouvel aspect

Ça peut sembler banal comme raison, mais en attendant les Maple Leafs, les Bruins sont nos plus gros rivaux pour le moment. Les matchs contre Boston ont toujours un petit quelque chose de plus et l’arrivée de l’entraîneur qui a gagné le plus de matchs dans leur histoire à Montréal ne fait qu’ajouter à cette rivalité. Maintenant, il faut simplement espérer revoir les Bruins en séries pour attiser la rivalité. C’est le 3e adversaire le plus probable du Tricolore en 1ère ronde, donc c’est loin d’être impossible.

Ça aide le budget des Québécois

Le timing de cette nouvelle nous a permis de lire plusieurs jokes tournant autour du fait que le Tricolore revenait avec son ex le jour de la St-Valentin. Par contre, ce n’est pas le seul lien entre cette nouvelle et cette fête. Plusieurs Québécois avaient parié sur le renvoi de Therrien, ce qui veut dire que le Canadien et Mise-O-Jeu viennent peut-être de payer une partie du souper ou du cadeau de St-Valentin d’une couple de partisans. Encore une fois, on ne souhaite jamais le renvoi de quelqu’un, mais si c’est pour arriver, ce n’est pas une mauvaise chose que ce soit le jour où les cartes de crédit vont s’activer.