James Harden poursuivi pour avoir fait le party dans une maison louée

Basketball
Crédit photo - Capture d'écran Instagram

James Harden n’a pas mené son équipe jusqu’au championnat de la NBA l’an dernier, mais ça ne l’a pas empêché de faire la fête cet été.

Il pourrait toutefois payer cher ses partys estivaux.

En effet, le joueur vedette des Rockets de Houston est poursuivi par le propriétaire d’une riche propriété louée par Harden.

La résidence en question est située à Beverlu Hills. Elle fait 14 500 pieds carrés, contient notamment 8 chambres, 10 salles de bain, un gymnase, un spa, un cellier et une piscine.

TheMLS.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partys interdits

Or, James Harden a loué ce manoir pour une semaine au milieu du mois d’août. Le tout lui a coûté la coquette somme de 82 200 dollars.

Le propriétaire de la résidence George Santopietro poursuit maintenant Harden parce qu’il affirme que l’athlète n’a pas respecté les règles du contrat. Il prétend que le joueur des Rockets a fait le party à plus d’une reprise dans le manoir.

M. Santopietro affirme qu’il était clairement indiqué dans le contrat de location qu’il ne pouvait y avoir plus 7 adultes en même temps dans la résidence. En gros, les partys n’étaient pas autorisés. Si James Harden avait voulu faire la fête, il aurait dû débourser 150 000$ par party.

Le propriétaire estime que le joueur de la NBA a contrevenu à cette règle en organisant au moins deux fêtes rassemblant chacune plus de 15 personnes. Il affirme que la propriété a été endommagée et que les voisins ont été dérangés par ces partys.

Il réclame dans un premier temps 300 000$, qui représentent les frais exigés pour avoir organisé deux partys.

George Santopietro prétend également que James Harden était au courant qu’il allait faire la fête dans la résidence lorsqu’il en a fait la location. Il aurait donc menti au propriétaire lors de l’entente initiale. Ce dernier poursuit donc également Harden pour fraud.

 

Pas d’entente à l’amiable

M. Santopietro a indiqué avoir tenté de régler l’affaire à l’amiable avec le joueur de basket. Ce dernier aurait toutefois refusé s’entendre avec le propriétaire, qui a donc décidé de le poursuivre.