Calem Burger

La NBA à Montréal: un projet réaliste ou insensé?

Baseball
Crédit photo - The Star

Les Raptors étaient de retour à Montréal pour la première fois depuis 2015. Ce match préparatoire a été un franc succès: 20 526 spectateurs ont envahi le Centre Bell pour voir la formation torontoise écraser les Nets de Brooklyn 118-91.

La foule a pu applaudir le Montréalais Chris Boucher qui a remercié les partisans d’être venus en si grand nombre. Le favori de la foule est toutefois resté cloué au banc jusqu’au 4e quart. Chris Boucher a finalement fait son entrée dans le match avec moins de 8 minutes à faire à la rencontre. Les partisans ont scandé son nom et ça l’a visiblement inspiré, puisqu’il réussi deux paniers de trois points.

On peut parler d’une soirée réussie pour Boucher, les Raptors, la NBA et les partisans montréalais.

 

Une équipe de la NBA à Montréal?

Profitant de la venue des Raptors, le groupe d’hommes d’affaires mené par l’ancien ministre conservateur Michael Fortier a dévoilé les démarches entreprises pour amener une équipe de la NBA à Montréal. Dans ce groupe, on retrouve l’ancien numéro 2 du Canadien Kevin Gilmore ainsi le président de la Chambre de commerce du Montréal Métropolitain, Michel Leblanc.

Les trois hommes ont annoncé qu’ils avaient déniché un investisseur québécois. Le fondateur et dirigeant de GardaWorld, Stéphan Crétier, a accepté d’investir 10% de la valeur d’une éventuelle équipe. On parle d’un engagement sérieux, puisque le groupe évalue que l’achat d’un club d’expansion de la NBA coûterait entre 1,5 et 2 milliards de dollars US.

 

Montréal, une candidate de choix pour la NBA?

Le groupe a réalisé une étude de faisabilité du projet. Kevin Gilmore a même affirmé qu’à la lueur de cette étude, Montréal présentait un potentiel encore plus grand que ce qu’ils avaient imaginé au départ. Au niveau de l’attractivité, la métropole québécoise arriverait au 7e rang parmi les 49 villes d’Amérique du Nord possédant au moins une équipe du Big 4 (LNH, NBA, MLB, NFL). Les trois hommes d’affaires estiment même que Montréal ferait partie des 10 meilleurs marchés de la NBA.

Ils ont déjà eu des discussions avec Geoff Molson concernant l’utilisation du Centre Bell en tant que domicile d’une éventuelle équipe de basket. Le propriétaire du Canadien se serait dit ouvert à collaborer avec eux pour accueillir une formation de la NBA dans l’amphithéâtre du tricolore.

 

Et qu’en pense la NBA?

Le plus gros hic, c’est que la NBA a clairement fait savoir au groupe montréalais qu’aucune expansion n’était envisagée pour le moment. L’an dernier, le commissaire de la ligue Adam Silver avait toutefois affirmé publiquement que ce processus serait certainement un jour inévitable.

Michael Fortier et ses collègues sont aussi bien conscients que Montréal ne représente peut-être pas la destination numéro 1 aux yeux de plusieurs observateurs de la NBA. Les trois hommes d’affaires souhaitent augmenter tranquillement la crédibilité d’une candidature montréalaise et ne s’offusquent pas de peut-être devenir le plan B de la NBA.

 

Mon grain de sel

J’avoue que l’arrivée d’une équipe de la NBA m’excite plus que le retour des Expos. Je m’interroge toutefois sur la viabilité d’une franchise de basket implantée à Montréal. Au début, ça fonctionnera certainement en raison de l’attrait de la nouveauté. Il est certain que les matchs contre les Raptors, les Lakers et les Warriors attireront d’imposantes foules. Néanmoins, qu’en sera-t-il des matchs contre les Bulls, les Hawks, le Magic? Il n’y a pas de LeBron James dans toutes les formations. Il n’y a pas de grande vedette dans chacune des équipes qui saura attirer les spectateurs montréalais.

Une saison de la NBA, c’est 41 matchs à domicile. La majorité de ces rencontres seront contre des équipes honnêtes, mais dont les noms des joueurs trouveront bien peu d’écho ici, à mon avis.

De plus, on l’a vu avec les Expos, on le voit avec les Alouettes et même avec l’Impact: le support des partisans est intimement lié aux performances de l’équipe. Si la formation montréalaise n’est pas compétitive, est-ce que les amateurs se déplaceront pour voir leur équipe se faire planter par une autre formation seulement un peu meilleure?