Une patineuse de vitesse sud-coréenne battue par son entraîneur

Autres
Crédit photo - Sputnik International

Shim Suk-hee a livré un témoignage particulièrement difficile lundi. La patineuse de vitesse courte piste a fait partie de l’équipe sud-coréenne lors des deux plus récents jeux d’hiver, à Sotchi et PyeongChang. En 2014 et en 2018, ses coéquipières et elle ont mis la main sur l’or à l’épreuve du relais.

Sur le plan individuel, Shim a aussi décroché l’argent à l’épreuve du 1500m et le bronze au 1000m, aux Jeux de Sotchi.

Une championne brisée

Ce n’est toutefois pas la championne qui témoignait au palais de justice mardi, à Suwon en Corée du Sud. C’était une femme brisée qui a raconté le traitement que lui a infligé son entraîneur Cho Jae-beom.

L’athlète de 21 ans a éclaté en sanglots lors qu’elle a raconté que son mentor l’avait battue régulièrement depuis qu’elle avait l’âge de 7 ans. Il a été tellement violent qu’une fois, il lui a même brisé les doigts en la frappant avec un bâton de hockey.

Selon Shim Suk-hee, la violence a augmenté en intensité alors qu’elle vieillissait. Cho Jae-beom lui aurait également fendu le crâne en lui lançant des écrous.

 

Une commotion cérébrale

Quelques semaines avant les jeux de PyeongChang, l’entraîneur aurait frappé la patineuse avec ses poings et ses pieds. Elle aurait reçu plusieurs coups à la tête. Elle a raconté mardi qu’elle croyait à ce moment qu’elle allait mourir.

L’athlète affirme qu’elle a alors subi une commotion cérébrale et estime que ça a nuit à ses performances aux Jeux olympiques.

 

Une athlète traumatisée

Shim Suk-hee dit avoir carrément subi un lavage de cerveau de la part de son entraîneur. Il l’a menacée de mettre fin à sa carrière sportive si elle parlait.

La jeune patineuse vivait dans un climat constant de peur et d’angoisse. Elle reçoit désormais du soutien psychologique parce qu’elle souffre notamment de dépression, d’anxiété et de trouble du sommeil.

 

Terrorisée par son entraîneur

En octobre dernier, Cho Jae-beom a avoué aux policiers avoir battu Shim et trois autres patineuses dans le but d’améliorer leurs performances.

Il a écopé d’une peine de 10 mois de prison. Shim Suk-hee avait toutefois refusé de se présenter au procès parce qu’elle ne voulait pas se retrouver face à son ex-mentor.