Le film «The Karate Kid» a 35 ans

Crédit photo - Columbia Pictures

Il y a des athlètes qui transcendent leur sport et il y a des films que l’on associe instinctivement à certains sports.

Depuis 1984, il est presque impossible de penser au karaté sans parler du film culte «The Karate Kid». Daniel-san et Monsieur Miyagi sont devenus des incontournables de la culture populaire. Le film a même eu droit à quelques suites moins réussies et un remake honorable avec Jaden Smith et Jackie Chan en 2010.

 

The Karate Kid
Sorti en 1984
Produit par Columbia Pictures
Réalisé par John G. Avildsen
Mettant en vedette : Ralph Macchio, Noriyuki Morita et Elisabeth Shue
Budget : 8 millions
Recettes : 91 millions
Synopsis : Un adolescent victime d’intimidation se fait enseigner le karaté par un vieux concierge japonais

Un entraînement tout sauf banal

Après avoir filmé Rocky frapper sur des morceaux de viande gelés, le réalisateur John G. Avildsen a voulu que l’entraînement du jeune Daniel soit lui aussi original et marquant.

Cette technique a notamment permis à la réplique «Wax on, wax off» de devenir culte.

Le jeune Daniel ne comprend pas du tout où tout cela le mène et reproche à son mentor de vouloir simplement faire de lui son esclave. C’est à ce moment que M. Miyagi lui dévoile le sens de cet entraînement inusité.

Le mythique M. Myagi

Si le jeune Daniel est le héros du film, c’est sans nul doute M.y Myagi qui est la grande vedette de «The Karate Kid». Son visage impassible, sa grande sagesse et sa petite touche d’humour en font un personnage mémorable, interprété avec brio par Noriyuki «Pat» Morita.

Ce dernier a d’ailleurs été récompensé en recevant des nominations aux Oscars et aux Golden Globes pour sa performance.

Outre ses enseignements, on retiendra la relation de confiance que le vieux mentor établit avec le jeune Daniel-san.

La fameuse grue

***Spoiler Alert***

Le réalisme n’est peut-être pas la qualité première de ce film. Il faut accepter que une proposition un peu absurde, surtout pour ce qui est de la technique enseignée par M. Miyagi.

C’est ce qui permet d’accepter que le coup de la «grue» soit un choix parfait pour permettre au protagoniste de remporter le tournoi. Si on n’accepte pas cette proposition du film et qu’on adopte une attitude plus terre à terre, alors forcément, ça n’a aucune sens. Pourtant, c’est devenu un des éléments cultes du «Karate Kid».