Calem Burger

Adonis Stevenson pas réanimé avant la fin de semaine?

Crédit photo - Toronto Star

Plus de 48 heures après sa défaite brutale, Adonis Stevenson est toujours maintenu dans un coma artificiel à l’hôpital L’Enfant-Jésus de Québec.

Et selon Réjean Tremblay, le boxeur ne sera pas réveillé avant la fin de semaine.

C’est ce que le chroniqueur du Journal de Montréal a affirmé mardi matin sur les ondes du 91,9 Sports.

Réjean Tremblay affirme que la famille a eu cette information de la part des médecins. Lui-même dit tenir cette information de source sûre.

 

Le cas David Witthom

On souhaite à Adonis Stevenson et sa famille que le dénouement soit plus heureux que celui du boxeur canadien David Witthom. Le pugiliste est décédé en mars dernier après avoir été plongé dans un coma artificiel pendant près de 10 mois.

Il avait été placé dans le coma après avoir subi un KO face à Gary Kopas. Comme pour Adonis Stevenson, les médecins souhaitaient réduire son hémorragie cérébrale.

 

Réplique à Réjean Tremblay

Toujours sur les ondes du 91,9 Sports, Réjean Tremblay en a aussi profité pour défendre la boxe en tant que sport.

Parmi les arguments qu’il a étalés aujourd’hui, le chroniqueur affirme que la boxe a permis à plusieurs individus de se sortir de la pauvreté et de la criminalité.

Il a raison sur ce point. La boxe permet de canaliser la violence vers un sport organisé plutôt que de la déployer sur n’importe qui. C’est une solution moins pire, mais certainement pas idéale. Le problème, c’est que la boxe fait la promotion de la violence auprès des spectateurs, petits et grands. Parce qu’il ne faut pas s’enfouir la tête dans le sable: il y a des enfants qui idolâtrent les boxeurs. Ils regardent leurs faits saillants sur Internet.

Réjean Tremblay a aussi comparé la boxe professionnelle à la légalisation du cannabis. Le gouvernement Trudeau a légalisé le pot pour des raisons financières, mais également pour retirer ce marché des mains du crime organisé.

Cette comparaison boiteuse ne prend pas en compte que pour une grande majorité de consommateurs, le cannabis est une drogue récréative qui ne cause pas de réels dégâts sur la santé.

 

Mettons fin à la glorification de la violence

On ne peut en dire autant de la boxe. Je l’ai écrit hier et je le répète: l’objectif de la boxe est d’assommer son adversaire. C’est tout simplement malsain de faire la promotion d’un sport où un athlète a pour unique but de démolir son adversaire. La faute ne revient pas aux boxeurs. Ceux-ci prennent part à un sport légal et organisé qui leur permet de gagner leur vie, parfois très confortablement.

La faute revient à la société qui accepte de mettre en scène ce type de divertissement. Il est vrai que plusieurs ont tourné le dos à la criminalité grâce à la boxe. Ont-ils besoin de taper de toutes leurs forces sur un autres être humain pour le faite ? Pourraient-ils se défouler uniquement sur un «punching bag»? Sur un mannequin? Qui sait s’ils ne canaliseraient pas autant leur agressivité en pratiquant d’autres sports qui n’impliquent pas de dévisser la tête d’une autre personne?

Sans doute que si on rendait la boxe illégale, elle continuerait d’exister de façon clandestine, illégale et moins bien encadrée, mais il ne s’agit pas d’un argument pour en faire la glorification.

 

Pourquoi rendre l’immoral légal?

Si on autorise la boxe, pourquoi ne pas le faire avec la prostitution? Le meurtre? La vente de drogues dures? Ces phénomènes existent dans notre société et sont souvent le fruit du crime organisé. Si l’État les prenait en charge, les prostituées seraient mieux traitées, les meurtres seraient plus propres et la ventre de drogues dures serait mieux contrôlée. On ne le fait pas parce que l’exploitation sexuelle est immorale et ne doit pas être envisagée comme une option pour permettre à des femmes de gagner leur vie. On ne le fait pas parce que le meurtre est immoral et ne peut être accepté dans une société. Les drogues dures sont illégales parce qu’elles sont dangereuses pour le bien-être physique et psychologique des consommateurs.

Il y a une raison pourquoi on a cessé il y a plusieurs siècles d’organiser des combats de gladiateurs. La société a évolué et a compris qu’elle ne pouvait plus sanctionner de tels actes de barbarie. Les sports de combat tels que la boxe ne sont pas livrés jusqu’à la mort, mais on est seulement une coche en-dessous et il faut y mettre un terme. Il y a tellement d’autres sports plus sains à regarder…