6 hypothèses sur le congédiement de Michel Therrien

Canadiens
Crédit photo - Michel Therrien avec ses valises

Pendant que le meilleur informateur hockey de la planète Bob McKenzie de TSN disait que l’emploi de Michel Therrien n’était pas en danger, les parieurs québécois misaient gros sur la tête de l’entraineur du CH. Au final, les fidèles de la Ste-Flanelle ont eu raison des experts. Ce qui est sidérant dans cette saga est que les décisions de congédier Therrien et l’embauche de Claude Julien ont été extrêmement rapides. L’organisation du Canadien a demandé la permission aux Bruins de discuter avec Claude Julien pas plus tard que dimanche lors de leur visite à Boston. Une belle preuve que la rencontre « informelle dans un corridor » entre Bergevin et Carey Price, Max Pacioretty et Shea Weber était plus importante qu’on le croyait.

Sur ce, voici nos 6 hypothèses sur le congédiement de Michel Therrien.

1. Le commentateur Michel Villeneuve avait raison: Therrien a dit des choses pas gentilles à propos de Pacioretty et Subban lors d’un tournoi de golf cet été. La direction du Canadien est allée au fond de l’histoire afin de se faire confirmer la vérité. Pendant ce temps, Max Pacioretty score des buts au même rythme que Michel Therrien avale des verres de vin après un 18 trous.

2. La pression populaire et médiatique a  fini par déranger les nuits de sommeil des hauts dirigeants du club. L’organisation sait que la fenêtre d’opportunité de gagner une Coupe Stanley avec le groupe de joueurs actuel se rétrécit. La direction a décidé de s’impliquer dans ce congédiement.

3. Marc Bergevin s’achète du temps. En congédiant son entraineur, Bergevin va donner un nouveau souffle à son club, et si l’équipe gagne, ça lui donne plus de marge de manoeuvre pour faire une transaction (ou pas). Statistiquement parlant, lorsqu’une équipe a changé d’entraineur cette saison, les victoires on fait surface. Parlez-en aux amateurs des Blues, Bruins, Islanders et Panthers. 

4. Michel Therrien n’avait pas assez de tours dans son sac. Ça fait longtemps que Therrien coach les mêmes vétérans et ces derniers commençaient à être blasés des même vieilles techniques de Therrien. De plus, il avait développé le même patern: chaque saison son équipe commençait en force pour ensuite s’essouffler. L’entraineur québécois n’était pas un assez bon tacticien et les équipes adverses s’adaptaient facilement. 

5. L’incident Carey Price! Suite à son départ de Pittsburgh, Therrien a eu la réputation de ne pas être capable de gérer les joueurs vedettes. Avec la baisse de régime de Carey Price ainsi que l’incident « de son regard », on peut se permettre de croire que Therrien a échoué dans son rôle de motiver son meilleur joueur.

6. L’opportunité de signer Claude Julien. Depuis son passage à Montréal et sa conquête de la Coupe Stanley avec les Bruins, Claude Julien s’est forgé une solide réputation. Dieu sait que c’est rare les entraineurs d’expériences francophones dans la LNH; Bergevin a vu l’opportunité et il a sauté dessus comme un ours devant un pot de miel.