Suivez 25stanley sur Facebook!

La photo de l’enfant de Jonathan Bernier sur Instagram n’a pas rapport avec son futur à Toronto

Screen shot 2015-06-17 at 3.27.27 PM

Lorsque Kimmo Timonen et les Blackhawks ont soulevé la Coupe Stanley lundi soir, ils ont scellé leur statut de dynastie. Ils ont aussi lancé la saison des rumeurs, qui devrait être assez folle jusqu’au mois d’août. On a déjà eu droit à notre première rumeur farfelue mercredi matin.

Cette rumeur est venue d’une source assez surprenante; Martine Forget, la conjointe de Jonathan Bernier. Ce dernier sera agent libre avec restriction le 1er juillet prochain. Comme Bernier évolue à Toronto, ça ne prend pas grand chose pour partir une rumeur et c’est exactement ce qui arrivé mercredi matin. À chaque mois, sa conjointe publie une photo de leur enfant dans un chandail qui indique son âge. Lors des mois précédents, il y avait des logos des Leafs sur le chandail, mais ce n’était pas le cas pour celui qui a été publié cette semaine et un fan des Leafs l’a remarqué.

Martine a répondu à ce fan en disant qu’elle ne pouvait pas dire pourquoi il n’y avait pas de logos cette fois-ci. Ce mystère était tout ce qu’il fallait pour que les fans des Leafs s’énervent. Cette rumeur inventée d’un possible départ de Jo Bernier s’est pas mal promenée sur le Web (Deadspin en a parlé par exemple). Voici le commentaire en question.

jo-bernier-wife

Toutefois, cette rumeur n’est pas fondée (ce qui n’est pas surprenant comme on parle d’une rumeur qui provient d’une photo d’un enfant sur Instagram). Une source près de l’entourage Bernier-Forget nous a confié que le commentaire de Martine implique son travail et non le futur de Bernier à Toronto.

Ce ne sera pas la dernière rumeur du genre que l’on verra au cours des prochaines semaines. C’est donc toujours bon de se rappeler qu’à ce temps-ci de l’année, il faut prendre les rumeurs avec un grain de sel à moins que ça vienne d’un des 6 meilleurs informateurs (McKenzie, Dreger, Lebrun, Friedman, Kypreos et Lavoie) ou d’un journaliste fiable sur le beat d’une équipe.


Le président de NBC Sports déteste la tradition des barbes de séries

La tradition des barbes des séries est une des préférées de plusieurs partisans et des compagnies qui en profitent pour faire de la promotion. C’est tellement dans la culture de la ligue qu’EA Sports a dû les inclure dans leur prochain jeu parce que la demande était trop forte.

Par contre, ces barbes de séries ne font pas l’unanimité. Le président de NBC Sports, Mark Lazarus, a confié au Chicago Tribune qu’il n’aimait pas la tradition parce que ça cache la beauté des gars et que ça nuit à leur image pour le partisan moyen qui écoute seulement les gros événements et qui ne reconnait pas les joueurs.

Il croit que les barbes empêchent les gars d’obtenir des commanditaires parce qu’ils sont moins reconnaissables lorsque les amateurs moins intenses écoutent les matchs. Lazarus a rajouté qu’il comprend l’importance de la tradition, mais qu’il aimerait qu’elle n’existe pas.

Le président a de l’influence dans la ligue et il a tenté de s’en servir pour mettre fin à cette tradition. Il aurait parlé à des dirigeants de la LNH et de l’association des joueurs pour tenter de les convaincre d’arrêter cette pratique. Il a même parlé directement à plusieurs joueurs pour faire valoir son point. Heureusement, il n’a pas réussi à changer quoi que ce soit à ce niveau.

Son opinion est compréhensible puisqu’il a un intérêt financier dans la création de joueurs étoiles dans la LNH (le public américain a souvent besoin de gros noms pour allumer la télé) et c’est vrai que la barbe nuit un peu à la reconnaissance des joueurs, mais pas assez pour stopper une tradition du genre. S’il veut vraiment aider de ce côté, il devrait plutôt essayer de convaincre la LNH de laisser les joueurs s’exécuter sans casque pendant la fusillade…

Via Sporting News


Patrick Sharp, des Blackhawks, victime de diffamation dans les médias

Screen shot 2015-03-01 at 2.08.45 PM

Ça brasse à Chicago autant sur la glace, dans le vestiaire et sur les internets.

Au cours des dernières heures, de nombreux lecteurs m’ont fait parvenir une louche histoire impliquant Patrick Sharp des Blackhawks de Chicago. Malgré la nature de la ligne éditoriale du 25stanley, j’ai décidé d’attendre avant de publier. À force de me faire poursuivre et de recevoir des mises en demeure, j’ai comme compris certaines affaires. Dimanche midi, Patrick Sharp a décidé de mettre son pied à terre. Scott Powers du réseau ESPN à Chicago et Mark Lazerus du Chicago Sun ont diffusé ceci :

Patrick Sharp mentionne que les rumeurs à son sujet affectent sa famille et lui. Il a entamé des discussions avec un avocat afin d’évaluer les actions à prendre. Il décrit les rumeurs à son sujet comme risibles. Il est ouvert aux critiques quant à ses performances sur la glace, mais il trouve que les choses vont trop loin lorsqu’il y a un impact sur sa vie personnelle et que son nom est trainé dans la boue.

Sharp a aussi ajouté :

« Quand tu as deux petites filles à la maison et que tes parents te téléphonent pour te poser des questions, ça t’affecte. »

Au moment de lire de ses lignes, je suis certain que de nombreux blogueurs, animateurs télé-radio et twitteurs sont en train d’appuyer sur delete, delete, delete.


Photo Du Jour // Immense demande en mariage au match des Predators

La première chose qui me jète avec cette demande en mariage est la grosseur du nombril du dude. Je ne serais jamais capable d’aller me baigner avec ce mec; j’aurais trop peur de me faire tourbillonner. Il y a tellement de choses étranges qui se passe à Nashville ces temps-ci (allez chercher des joueurs des Leafs pour améliorer son équipe ou décrire les matchs avec des voix de pornstar), que je me demande si l’équipe n’est pas juste en train de préparer un méga gros « Poisson d’Avril ». En tout cas, voici comment l’homme le plus romantique de Nashville a demandé son amoureuse en mariage.

B92rswqIEAA0GEs
B93jqkyCEAET921

*

Je me demande combien de gens vont acheter le jersey d’Evander Kane avec les Sabres?

sabres-kane

*

Scherbak vous recommande de porter votre mouthgard comme du monde.

scherbak

*

Photo-rétro de Christian Thomas quand il était fan des Leafs. Une chance pour lui qu’il a changé de camp.

christian-thomas

*

Jameis Winston devrait sortir numéro 1 au prochain draft de la NFL. Il n’est pas un o-line. C’est un QB…

B90eSQQIIAIMQYQ-480x571

Les parents de Jack Johnson auraient aussi arnaqué son grand-père

Jack Johnson

Plus tôt cette saison, on avait appris que le défenseur des Blue Jackets, Jack Johnson, avait déclaré faillite à cause d’une gestion stupide ou malicieuse de son argent par ses parents. Une histoire soulevée par Deadspin nous fait croire qu’il s’agissait d’une gestion financière malicieuse et non stupide.

Selon 2 sources de Deadspin, les parents de Johnson auraient fait le même coup au grand-père du joueur des Jackets en 2004. Avec l’aide de la connaissance de la mère de Johnson en vente d’immobiliers et du fait que le grand-père et le père s’appellent aussi Jack Johnson, le couple aurait fraudé le grand-père.

Ils l’auraient fait en remplissant les formulaires comme si le grand-père avait donné le condo au père. Ils auraient notamment forgé la signature du grand-père sur ces papiers. Par la suite, ils ont utilisé le condo comme collatéral pour faire un emprunt de 140 000 ou 165 000$. Ça a pris un mois avant que le grand-père s’en rendre compte et lorsque ce fût le cas, il a payé la dette pour éviter de mêler les autorités, qui auraient envoyé son fils en prison.

Bien évidemment, le grand-père n’était pas trop heureux quand il appris que le défenseur avait quitté Pat Brisson pour laisser ses parents contrôler son argent puisqu’il savait ce qui allait arriver. Pour l’instant, c’est tout ce qu’on sait, mais même si ça semblait improbable, cette histoire a trouvé le moyen d’être encore plus triste pour Johnson.


Un père cinglé pète une baie vitrée en chialant après l’arbitre

Paul

On a eu un autre exemple d’un parent qui perd les pédales pendant un match d’hockey mineur qui s’est joué à York, en Pennsylvanie, récemment. Ça s’est passé en 3e période d’une rencontre de hockey féminin après que l’arbitre ait dû arrêter le jeu à cause d’une mêlée sur la glace.

Bien évidemment, comme il commençait à y avoir de la violence sur la patinoire, les parents étaient agités et criaient après les officiels. Un père nommé Paul a décidé de pousser ça un peu plus loin en se levant pour aller frapper dans la baie vitrée. Il l’a fracassé avec un coup de poing et il a continué à crier comme un malade.

Ça a calmé les parents autour de lui. Une dame s’est levée et a amené son enfant loin du père en furie. Une autre dit clairement « Way to go Paul! », ce qui nous laisse croire que ce n’était pas la première fois qu’il pétait sa coche. J’espère sincèrement qu’il n’aura plus le droit de remettre les pieds dans un aréna.

Via Deadspin


Le site de la LNH a été hacké par un groupe de Syriens

NHL

La LNH a vécu un réveil assez difficile jeudi matin. Leur site officiel a été un des nombreux sites hackés par un groupe d’activistes syriens. Pendant quelques minutes, lorsqu’on tentait d’aller sur le site, un pop-up affichait que le site avait été hacké par le SEA, l’armée électronique de la Syrie.

On ne pouvait donc pas accéder au site, mais rien de plus. Parmi les autres sites hackés par le même groupe, on retrouve celui de RDS, la CBC, le Toulouse FC, Forbes, CNBC et le Chicago Tribune. Le SEA serait un groupe opérant sous Bashar Al-Assad qui voulait envoyer un message aux médias de mieux couvrir leur situation avec ce hack.

Il y a donc eu plus de peur que de mal pour la ligue qui est une cible bizarre pour le SEA, mais on imagine qu’ils voulaient attirer plus d’attention et que le site de la LNH pouvait les aider à ce niveau.

Via The Score


L’avocat de Slava Voynov maintient que la situation n’est qu’un malentendu

Le clan de Slava Voynov a parlé publiquement pour la première fois depuis l’incident mercredi après-midi. C’est l’avocat du joueur des Kings qui a été le porte-parole alors qu’il a parlé à des journalistes de Yahoo et The Hockey News.

L’avocat a blâmé cette situation sur une mauvaise compréhension de la langue anglaise par la présumée victime de Voynov. Il a expliqué cette théorie en disant qu’elle venait récemment d’apprendre l’anglais et que le stress et la douleur infligée par la situation ont fait en sorte qu’elle s’est mal exprimée aux policiers. Selon lui, Voynov n’aurait pas frappé sa copine.

Toutefois, l’avocat n’a pas voulu donner de détails sur ce qui aurait causé les blessures de la présumée victime qui a demandé à garder l’anonymat. Il faut donc prendre tout ces propos avec un grain de sel. L’avocat est clairement en train de travailler sur les relations publiques de son client et ces déclarations sont toutes sauf surprenantes.

On ne saura probablement jamais ce qui s’est vraiment passé dans cet incident et si c’est le cas, ça viendra de l’enquête et non d’un avocat qui est payé pour défendre celui que l’on accuse d’être le responsable de ce triste événement.

Yahoo a également parlé à Bill Daly. Le numéro 2 de la LNH a indiqué que rien n’avait changé pour les Kings. C’est donc dire que le salaire de Voynov compte encore sur leur plafond salarial. Par contre, Daly a ajouté que la ligue allait éventuellement revoir la situation, et son impact sur les Kings, si elle voit que le processus d’enquête s’étire.


Un jeune de 14 ans s’inspire de Slap Shot pour se faire plaisir pendant ses matchs

Slap Shot

Slap Shot est un film culte dans le monde du hockey. Le classique de 1977 nous a offert une tonne de phrases classiques que l’on peut utiliser assez souvent quand on parle de notre sport préféré. Toutefois, c’est rare que l’on utilise le passage que l’histoire qui suit nous a rappelé.

Cette histoire vient du courrier des lecteurs de Slate. La lettre qui a attiré l’attention vient d’une mère d’un enfant de 14 ans qui trouve que son gars se touche trop souvent. C’est rendu tellement intense que le coach de l’équipe d’hockey de son enfant l’a convoqué pour lui expliquer pourquoi le jeune prenait autant de punitions cette saison. Selon le coach, le jeune fait ça volontairement pour avoir un 2 minutes intime au banc des pénalités. (Si c’est vrai, on plaint le ou la marqueuse officielle pour ces matchs)

C’est exactement comme une histoire de Slap Shot pendant laquelle le DG de l’équipe raconte à Reggie Dunlop, le personnage principal, qu’il a déjà fait l’acquisition d’un joueur qui faisait la même chose que le jeune dans cette histoire de Slate.

Comme il s’agit pratiquement de la même histoire, cette lettre pourrait être fausse et simplement une référence au film culte. Toutefois, elle a été partagée par plusieurs sites américains comme Deadspin, Barstool et BroBible et juste pour l’infime possibilité que ce soit vrai, on ne pouvait pas la laisser passer sans la partager.


Ce joueur australien rate sa célébration à perfection

AIHL

On n’en parle pas trop souvent, mais il y a une ligue d’hockey en Australie. Elle se nomme la AIHL et on y voit souvent des séquences qui sortent de l’ordinaire. On en a eu un autre exemple dans le match de samedi soir entre le Thunder de Perth et le Ice de Melbourne.

Après que Ric Del Basso ait donné la victoire au Thunder en fusillade, le défenseur a tenté de célébrer avec une roulade avant. Malheureusement pour lui, il a manqué de momentum et il a seulement été en mesure de réussir sa célébration au 2e essai.

Au moins, son premier essai a été plus spectaculaire que la célébration qu’il voulait faire au départ. Pendant quelques secondes, il a littéralement glissé sur sa tête. Ça donne une célébration vraiment unique.

Via Puck Daddy