Suivez 25stanley sur Facebook!

Seattle fait un pas de plus vers une équipe d’expansion

Bettman

En fin de semaine, Gary Bettman a parlé du processus d’expansion qui s’en vient dans la LNH. Il n’a pas donné trop de détails, mais il a confirmé ce que l’on savait tous en disant que Las Vegas, Seattle et Québec ont tous démontré de l’intérêt pour une équipe d’expansion.

Lundi, Craig Custance d’ESPN a appris que la candidature de Seattle s’est améliorée dernièrement. On sait que la ligue a toujours voulu s’y installer à cause de sa situation géographique, mais comme il n’y a pas d’aréna du calibre de la LNH, une expansion dans cette ville était toujours en doute.

Il y avait des plans en place pour un nouvel amphithéâtre, mais c’était avec l’aide du gouvernement local, qui voulait attendre de recevoir une équipe de la NBA avant d’investir dans une aussi grosse propriété. Cela faisait donc en sorte que la LNH devait attendre après la NBA pour s’installer dans cette ville, ce qui n’est pas idéal.

Heureusement pour la ligue, un autre groupe a émergé pour financer un aréna. Ils sont menés par Ray Bartoszek, un gars qui a fait sa carrière en finances dans le milieu pétrolier. Cet aréna ne serait pas à Seattle, mais à Tukwila, une ville à 15 minutes du stade des Seahawks.

L’aréna pourrait être prêt pour l’automne de 2017, ce qui serait probablement à temps pour le processus d’expansion qui pourrait également accueillir Las Vegas. Comme Bettman demande 500 millions pour une nouvelle organisation, les propriétaires risquent de ne pas être trop difficiles à convaincre lorsqu’il leur demandera d’ajouter Seattle à Vegas.

Ce n’est pas la première fois que Bartoszek tente d’amener la LNH dans cette région. En 2013, il avait tenté de faire l’acquisition des Coyotes pour les amener à Seattle, mais ça n’avait pas fonctionné. Il a déjà rencontré Bettman à plusieurs reprises pour lui parler de son nouveau projet. Le dernier meeting entre les deux aurait été au début du mois d’avril à New York.

Ça semble être une terrible nouvelle pour Québec, mais ce n’est pas vraiment le cas. Le Centre Vidéotron n’a jamais vraiment eu la chance d’accueillir une équipe d’expansion pour plusieurs raisons. Le taux de change en est une puisqu’en $ canadiens, la demande de Bettman pour une expansion est évaluée à 605 M$. C’est probablement trop cher pour les investisseurs de Québec.

En plus, en se rendant à Seattle et Vegas, la ligue règle l’équilibre Est-Ouest (16 équipes de chaque côté). C’était un aspect qui nuisait énormément à la candidature de Québec, qui est la seule ville dans cette course qui voudrait jouer dans l’Est. C’est pour ça que la ligue a toujours vu la ville des Nordiques comme une candidate pour un déménagement et non une expansion.

Si cette expansion s’effectue en 2017, ce sera décevant pour la ville de Québec, mais ils passeront en tête de file pour une future équipe et ce n’est pas rien, particulièrement si des équipes comme les Coyotes et les Panthers continuent de perdre de l’argent année après année.


Canadiens vs Penguins au Centre Vidéotron en septembre prochain

Penguins vs Canadiens

Les Canadiens de Montréal accueilleront les Penguins de Pittsburgh, au Centre Vidéotron, à Québec, le 28 septembre prochain. Il s’agira d’un match préparatoire en vue de la saison 2015-2016 de la Ligue nationale de hockey (LNH).

L’un des plus grands promoteurs d’événements au monde, evenko, a annoncé la nouvelle dans un communiqué mardi.

Les amateurs de hockey de Québec auront l’occasion de voir en action des vedettes du circuit Bettman. Entre autres, la foule devrait avoir droit d’assister aux prouesses de P.K. Subban, Max Pacioretty, Carey Price et Sidney Crosby, évidemment si les entraîneurs des deux formations les envoient sur la patinoire pour cette partie préparatoire.

Ce sera la sixième fois que les joueurs du Tricolore disputeront une rencontre pré-saison à Québec depuis 2009.


Le club-école des – futurs – Nordiques à Trois-Rivières?

QuebecNordiques

Même si Québec n’a toujours pas son équipe de la Ligue nationale de hockey, les échos sont forts afin que la Ville de Québec devrait avoir de nouveau une formation du circuit Bettman au cours des prochaines années. Surtout avec l’inauguration en septembre prochain de l’amphithéâtre à Québec, le Centre Vidéotron.

Selon ce que Pierre Houde a indiqué sur les ondes d’une station de radio (CHOM FM), il y a quelques semaines, advenant l’arrivée d’une équipe de la LNH à Québec, le club-école de la formation québécoise pourrait s’installer à Trois-Rivières.

Le commentateur sportif du Réseau des sports (RDS) semble avoir des informations privilégiées voulant qu’un club voie le jour à Québec dans un an et que sa filiale soit instaurée dans la région trifluvienne.

« La tendance de la Ligue américaine – de pair avec la Ligue nationale – est de ramener les clubs-écoles dans les régions, près des équipes de la LNH. Un gros développement est en cours pour rapprocher les clubs-écoles de leur club respectif. »

« Faites le calcul : Laval et le Canadien, Québec et Trois-Rivières. Ça serait logique dans le sens de là où va la Ligue nationale et la proximité des clubs-écoles. On veut développer des valeurs d’équipe et d’entreprise et c’est plus facile à faire quand l’organisation est près du grand club », a-t-il conclu.

Tout compte fait, cette possibilité reste sur la glace, puisque Québec n’a même pas son équipe de la Ligue nationale à l’heure actuelle, donc l’arrivée du club-école de la formation de hockey de Québec n’est pas près de se concrétiser.

Toutefois, il n’en demeure pas moins que les propos de M. Houde ont bien du sens, mais seul l’avenir nous le dira si ce scénario devient réalité!


Quebec Rempart Adam Erne scores beauty 40th of the season on great individual effort

Remparts_de_Québec

Watch Tampa Bay Lightning prospect Adam Erne power his way to the net as he scores his 40th of the season in spectacular fashion Saturday night in QMJHL action. He now has a career-high 40 goals and 84 points in just 58 games so far this season. Erne and his Quebec Rempart went on to beat Val-d’Or 4-1.


4 bonnes raisons d’assister au Snowboard Jamboree à Québec

Gros Gros Gros weekend de snowboard à Québec les 20-21-22 février. Voici 4 raisons pourquoi les gens de Montréal (surtout ceux qui aiment rider et faire le party) devraient se claquer un road trip dans la Vieille Capitale.

1. Qualité des riders

12011656623_869a1ae380_z

Samedi à Stoneham, il va y avoir une épreuve de la Coupe du monde de slopestyle. Québec est la seule ville Canadienne à accueillir une telle épreuve cette année. Vous aurez la chance d’admirer les prouesses des Québécois Charles Reid, Matts Kulisek, Audrey Mcmaniman et plusieurs athlètes de partout dans le monde.

***

2. Big Air en ville

12011224864_ac41837ff4_z

Vendredi soir, en plein centre-ville de Québec, directement sous l’autoroute Dufferin, c’est la Coupe du monde de Big Air, un happening urbain où plus de 25 000 personnes se rassemblent chaque année! Le set up est hallucinant.

***

3. Stairmasters

Stairsmasters OPEN – Philippe Trifiro-Riendeau from Snowboard Jamboree on Vimeo.

Si vous êtes un amateur de street, la compétition Stairmasters est pour vous. Rendez-vous dès maintenant au stairs.snowjamboree.com pour voter pour votre vidéo OPEN préféré. Venez aussi assister au dévoilement des vidéos des 8 pros au party Night Bazaar le vendredi soir! Comme en témoigne la publication de sa vidéo, mon vote va à Phil Trifiro, 19 ans.

***

4. Party Night Bazaar

Parlant du Night Bazaar, c’est vendredi soir au Cercle que ça se passe. En plus de visionner la compétition Stairmasters, vous pourrez danser sur les beats de Heymoonshaker (un groupe du UK qui mixe le blues et le beatbox) et de DJ FredC. Plusieurs artistes locaux seront également sur place pour créer une ambiance visuelle éclatée. Profitez-en pour aller faire un tour dans les nombreux kiosques de marques locales installés sur place pour l’occasion. Tous les détails ici.

Big air 2015 : à ne pas manquer! from Snowboard Jamboree on Vimeo.


Gary Bettman rappelle le cas de Kansas City pour diminuer les attentes de Québec

Bettman

Mercredi, Gary Bettman était au lancement de TVA Sports. Bien évidemment, le sujet de l’expansion a été discuté lorsqu’il a rencontré les journalistes. Il a nié toutes les rumeurs, ce qui n’est pas surprenant puisque la LNH n’admet jamais ce genre de chose jusqu’à la dernière seconde.

Avec une blague relevée par Pat Hickey, Bettman a même démenti le principe inspiré du film Field of Dreams; « Build it and they will come » en ce qui concerne les villes désirant une équipe de la LNH. Les villes ont toujours pensé qu’en bâtissant un aréna digne de la LNH, la ligue allait venir à eux et c’est la stratégie que Québec a employé. Mercredi, Bettman a rappelé le cas de Kansas City qui a bâti son aréna il y a 7 ans sans jamais avoir obtenu une équipe de la LNH.

Il y a plusieurs différences entre KC et Québec, mais c’est clair que Bettman voulait mettre un frein à toutes ces rumeurs d’expansion mercredi. Ça ne veut pas dire qu’il n’y en aura pas, mais ça veut dire qu’on n’est peut-être pas aussi près que ce qu’on pensait il y a une semaine ou deux.

Via Sporting News


Jeremy Jacobs explique pourquoi LNH a toujours préféré les expansions aux déménagements

LasVegasStrip-1_1

Les rumeurs d’expansion qui sont sorties cette semaine en ont surpris plus d’un. Plusieurs opposants à ces expansions se demandent pourquoi la ligue veut faire ça alors qu’elle compte déjà sur plusieurs équipes dans des situations précaires financièrement.

La réponse est bien simple; l’argent. Une équipe d’expansion est beaucoup plus payante qu’un déménagement pour les propriétaires. On parle quand même d’un coût d’expansion de 350 millions présentement. En comparaison, les proprios des Jets ont payé un maigre 60 millions pour déménager d’Atlanta à Winnipeg.

D’ailleurs, ce n’est rien de nouveau. Les propriétaires pensaient de la même façon quand il y avait 21 équipes. C’est le livre Money Players de Bruce Dowbiggin qui nous le rappelle. Un passage du livre décrit une réunion des propriétaires en 1989 où Jeremy Jacobs, propriétaire des Bruins, avait averti ses collègues à propos des déménagements. Selon lui, un déménagement enlevait une ville candidate pour des équipes d’expansion.

Cela limitait la compétition et diminuait donc la valeur des chèques d’expansion qu’ils allaient recevoir au cours des prochaines années. Bref, en disant aux villes que la seule façon d’avoir une équipe serait d’obtenir une expansion, ça permettait de faire monter les enchères pour les coûts de celles-ci.

Même si cette réunion date de 15 ans, je doute que la philosophie ait changé dans le circuit Bettman. Après tout, celui qui a donné cet avertissement est devenu le propriétaire avec le plus d’influence auprès du commissaire. Ça expliquerait aussi pourquoi la ligue lutte autant contre les déménagements. C’est cette mentalité qui me fait penser que Peter Karmanos va recevoir une tape sur les doigts à cause de Dan Patrick.

Cette philosophie expliquerait aussi le timing de ces rumeurs. Présentement, il n’y a pas vraiment de cas à problème dans la ligue, ou du moins, il y en a moins qu’il y en avait. Les Devils ont un propriétaire, les Coyotes sont à Glendale pour quelques années et les Islanders vont avoir un nouveau propriétaire et un nouveau domicile.

Il n’y a que les Panthers qui sont dans une situation problématique à court terme et avec leur contrat à long terme avec la ville, ils ne sont pas des candidats si évidents. Bettman pourrait donc profiter de cette situation où il n’y a aucune équipe de disponible à court terme pour appliquer la stratégie de vente de Jacobs.

Pour en revenir à la ligue, je crois au scénario qu’a avancé Tony Gallagher mardi. J’ai l’impression que la ligue va tenir des enchères pour 2 équipes d’expansion, ce qui leur permet de demander plus en termes de tarifs puisqu’il pourrait y avoir 5 candidats (Vegas, Seattle, Québec, Toronto, Kansas City).

De cette façon, les propriétaires de la ligue empochent de l’argent tout en égalisant leurs conférences (parce que Bettman va tout faire pour permettre à Vegas et Seattle de gagner). Après ces enchères, on pourrait voir un déménagement ou deux (Québec et/ou Toronto) pour apaiser les fans canadiens et empocher un peu d’argent en frais de relocalisation. Toutefois, ce déménagement n’aura pas lieu avant l’expansion parce que la ligue voudra utiliser Québec et Toronto pour faire monter le prix.

Pourquoi je pense à 2 expansions au lieu de 4? Pour deux raisons en particulier. Tout d’abord, la ligue va vouloir montrer des signes de bonne santé financière et une course à 2 au lieu de 4 va apporter des plus gros prix d’expansion, ce qui va lancer un bon message aux possibles investisseurs et partenaires publicitaires.

Ensuite, la ligue doit garder un marché ou deux pour faire peur à leurs villes actuelles. La ligue a besoin d’un marché prêt à accueillir une équipe de la LNH rapidement pour faire peur aux villes qui refusent de se soumettre à leurs demandes au niveau des arénas. Avec 4 expansions, il ne resterait qu’un marché faible en Kansas City alors qu’avec 2, la ligue peut utiliser Québec et Toronto pendant un peu plus longtemps.

Ça peut sembler diabolique, mais c’est une situation que l’on retrouve dans tous les circuits nord-américains. Vous pouvez en parler à Los Angeles (NFL), San Antonio (NFL) et Seattle (NBA).


Las Vegas, Seattle, Toronto et Québec pourraient obtenir une équipe d’expansion de la NHL d’ici 2017

LasVegasStrip-1_1

Si l’on se fie à Tony Gallagher, un journaliste de The Province à Vancouver, on pourrait voir pas mal de mouvements au cours des prochaines années dans la LNH. Selon le journaliste, Las Vegas et la LNH auraient une entente pour amener une équipe d’expansion dans la ville du pêché. Il resterait simplement à décider qui sera le propriétaire de l’équipe et il y aurait quelques candidats intéressés. Cette expansion ne viendrait pas seule. Seattle serait la ville favorite pour accompagner Vegas grâce à la présence de Victor Coleman qui semble décidé à faire avancer le dossier.

De plus, le journaliste Howard Bloom du Sports Business News ajoute que la NHL voudrait en fait ajouter 4 équipes d’expansion d’ici 2017. Les villes candidates seraient Seattle, Las Vegas, Québec et Toronto. Kansas City serait également dans la course. Toutefois, Gallagher a précisé que la candidature de la ville du Missouri ne semblait pas être assez sérieuse

Cette expansion permettrait à la NHL de toucher 1.4 milliards grâce aux frais qu’elle facturerait aux nouveaux propriétaires. Ce projet se ferait dans le cadre des célébrations du 100e anniversaire de la ligue.

On a déjà entendu parler de ce scénario exact, mais le scénario semble avoir progressé depuis et c’est un signe que les possibilités que ça arrive augmentent. Ce n’est pas coulé dans le béton, mais quand on commence à l’entendre un peu partout, c’est difficile de croire qu’il y a tant de fumée sans feu.

Ce n’est pas la meilleure nouvelle pour Québec qui est encore 3e (ou 4e) dans la course. Par contre, si Vegas et Seattle obtenaient des équipes, la ville de Québec deviendrait la meilleure candidate pour accueillir une équipe. Il est donc encore permis de rêver à Québec, même s’ils ne sont pas au devant de la file pour le moment.


6 raisons de participer au Pavillon du Hockey à Québec avec des joueurs de la NHL

Screen shot 2014-08-16 at 8.45.51 PM

Du 15 au 24 août 2014, le Colisée de Québec est l’hôte d’une toute nouvelle activité dans le cadre d’Expo Québec. En effet, le Pavillon du Hockey offrira l’opportunité aux jeunes joueurs de 6 à 16 ans de participer à des cliniques de hockey en compagnie de joueurs de la LNH ainsi que d’entraîneurs certifiés par Hockey Québec. Voici 6 raisons de participer au Pavillon du Hockey.

***

1. Joueurs de la NHL

derick-brassard

Vous aurez 60 minutes d’entraînement sur la glace avec des entraîneurs certifiés et un joueur de la LNH. Vous partagerez la glace avec des joueurs de la LNH tels que Derick Brassard (Rangers), Maxime Talbot (Avalanche), Alexandre Burrows (Canucks), Antoine Roussel (Stars), Michaël Bournival (Candiens) et Alexandre Chiasson (Senators). C’était Derick Brassard des Rangers de New York qui donnait une clinique hockey samedi. Il a aussi pris le temps de signer des autographes et prendre des photos avec ses fans.

***

2. Gratuit

781908_66bf_1024x2000

L’inscription est gratuite avec votre billet d’Expo Québec.  C’est ouvert aux joueurs de hcokey de 6 à 16 ans. Inscrivez-vous ici.

***

3. Jusqu’au 24 août

Screen shot 2014-08-16 at 8.52.18 PM

C’est jusqu’au 24 août, donc il vous reste du temps pour vous inscrire sur www.pavillonduhockey.com.

***

4. Colisée de Québec

pavillon-du-hockey

Vous jouerez sur la glace du Colisée de Québec (et vous verrez le nouvel amphithéâtre qui est en construction juste à côté).

***

5. Ice Bucket Challenge

Vous pourrez peut-être même faire un Ice Bucket Challenge. Regardez le vidéo ci-dessus pour voir celui de Derick Brassard.

***

6. Fin prêt pour les camps d’entrainement

Screen shot 2014-08-16 at 9.11.10 PM

Avec les camps d’entrainement du hockey mineur qui se mettent en branle, passez une heure à recevoir les conseils de professionnels du hockey est la meilleure façon d’avoir une longueur d’avance sur vos adversaires.

***

Pour en savoir plus sur le Pavillon du Hockey ou vous inscrire, cliquez ici.


Pop-Quiz // Les arts martiaux mixtes sont-ils vraiment dangereux pour les jeunes?

shutterstock_137662148

Dimanche après-midi au centre commercial Fleur-de-Lys à Québec se tenait un entrainement public des participants du gala UFC de l’émission L’ultime Combattant: Canada vs Australie. Avec le débat entourant la violence au hockey ainsi que les dangers à long terme des commotions cérébrales, je n’avais pas le choix d’aborder ces sujets. J’ai demandé à différents intervenants ce qu’ils répondent aux parents qui préfèrent que leurs enfants jouent au soccer ou nagent dans une piscine, car ils trouvent que le hockey, le football ou les arts martiaux sont trop dangereux et violents.

Le grand manitou de la UFC, Dana White, était absent de l’événement, mais le directeur des opérations au Canada y était. Une chose est claire: Tom Wright est diamétralement opposé à son patron. Ça m’a pris quelques instants pour assimiler le fait que le monsieur aux cheveux gris vêtu d’un jean et chemise à carreaux agencée d’un chandail de laine est le big boss de la UFC au Canada, Australie et Nouvelle-Zélande.

***

Tom Wright

tom wright - ufc canada - credit: 25stanley

J’ai demandé à Tom (il m’a suggéré de l’interpeller de cette façon) ce qu’il répond aux parents qui ne veulent pas que leurs enfants pratiquent les arts martiaux.

« Ces parents devraient d’abord venir aux événements UFC qu’on organise, comme celui d’aujourd’hui à la place Fleur-de-lys , mettant en vedette des jeunes qui participent à une démonstration de karaté. En fin de compte, qu’est-ce que ces enfants apprennent avec les arts martiaux? Ils apprennent la discipline, le respect, l’honneur, le leadership et le contrôle. Ce sont des qualités que n’importe quel parent veut que son enfant acquière. Est-ce que quelqu’un qui pratique les arts martiaux va devenir un fighter? Absolument pas! Ça veut dire qu’on apprend des caractéristiques, un sport, une activité physique, qui font partie d’un mode de vie sain en plus de contribuer à une communauté. Et soit dit en passant, il y a un problème de commotion cérébrale au soccer à cause des coups de tête sur les ballons. »

***

Patrick Côté

patrick cote - ufc - credit: 25stanley

Patrick Côté pratique les sports de combat avec la motivation de se dépasser. Contrairement à GSP qui montait dans l’octagon avec une rage puisée dans ses souvenirs d’enfant intimidé, Patrick Côté se bat avec l’objectif du dépassement de soi. En fait, il considère que son plus grand adversaire est lui même. Pour lui, peu importe l’adversaire, la tâche est de remporter le combat. Voici sa version par rapport à la violence dans le sport.

« Je trouve ça bien moins violent deux personnes qui entrent dans un combat de boxe, qui savent qui vont se faire frapper, qui savent qu’ils vont frapper, comparativement à un athlète qui arrive à l’aveuglette, comme au hockey, qui donne un double-échec dans la bande. Ça, je trouve cela violent. Deux personnes qui sont consentantes, qui font le sport du MMA professionnellement, qui s’entrainent dans une bonne école, bien entourée; je pense qu’il n’y a pas de problème. La seule chose qui manque c’est des organisations sérieuses au Canada et des promoteurs honnêtes capables de bien développer la relève qui veut se battre au niveau professionnel. Enfin, je réponds aux parents qu’il y a des écoles qui sont très bonnes et très sécuritaires. »

***

Olivier Aubin-Mercier

olivier aubin mercier - ufc - credit: 25stanley

Qu’en est-il de la perception de ce sport du point de vue d’un jeune de 25 ans qui se chamaillait chaque jour dans la cour d’école dès l’âge de 5 ans. Pour Olivier Aubin-Mercier, qui pratique le judo depuis longtemps (un sport olympique), le MMA est un jeu.

« J’aime juste ça. J’ai probablement vécu la meilleure enfance au monde! Ma mère était vraiment aimante, même chose pour mon père. Juste m’entrainer c’est quelque chose que j’aime beaucoup. J’aime me battre, parce que ça crée un équilibre dans ma vie. »

On vous rappelle que mercredi soir au Colisée de Québec, Patrick Côté affrontera l’Australien Kyle Noke alors qu’Olivier Aubin-Mercier tentera de décrocher un contrat de six chiffres dans la UFC en se chamaillant avec le Canadien Chad Laprise. Détails sur ce gala ici.

***

Pop-Quiz // Votre enfant doit choisir entre le hockey ou les arts martiaux: vous l’encourager à pratiquer quel sport?

*Photo des enfants qui font du karaté via Shuttershock