Suivez 25stanley sur Facebook!

Aucune équipe a changé son gardien moins souvent que le Canadien cette saison

La superbe prestation de Carey Price a permis au Canadien d’avoir un avantage devant le filet tout au long de l’année. Ce n’est pas pour rien que cette performance sera probablement récompensée par les trophées Hart, Vezina et Jennings. Par contre, il ne faut pas oublier le rôle du mal-aimé Dustin Tokarski dans cette équation.

Sa fiche de 6-6-4 en a déçu plus d’un, mais si Price a pu gagner le Jennings, c’est en partie grâce à son substitut et malgré sa fiche, c’est difficile d’en demander plus à Tokarski. Carey Price ne l’a quand même jamais remplacé pendant un match cette saison. Cam Talbot, Carter Hutton, Thomas Greiss, Chad Johnson et Alex Stalock sont les seuls substituts à avoir offert la même chose à leur partant avec autant ou plus de départs que Tokarski cette saison (16).

Ce travail de Tokarski a permis au Canadien d’être l’équipe avec le moins de changements de gardiens de but pendant un match cette année. Michel Therrien n’a utilisé cette méthode qu’à une reprise cette saison et c’était lors de la défaite de 7-1 contre le Lightning de Tampa Bay le 13 octobre dernier.

Ça veut dire que le Tricolore n’a pas eu à changer de gardiens lors de ses 78 dernières rencontres. C’est du très beau travail de la part de Price, Tokarski et Michel Therrien, qui a bien choisi les départs de son gardien substitut pour éviter que son MVP ait à travailler plus fort que prévu.

Seulement 3 équipes ont réussi à changer de gardiens à 2 reprises cette saison et elles font toutes les séries (Prédateurs, Islanders, Rangers). Cette tendance se poursuit alors que 60% des équipes avec 3 changements de gardiens (Hurricanes, Penguins, Sens, Sharks, Blackhawks) se sont qualifiés pour le tournoi printanier. Bref, c’est quelque chose qui semble important pour le succès d’une équipe.

Bien évidemment, comme pour le reste des bonnes performances de la formation, Price mérite la majorité de la reconnaissance pour cette prestation. Par contre, avant qu’il disparaisse pour les séries, c’est bon de se rappeler que Dustin Tokarski a fait ce que l’équipe lui demandait en permettant à Carey Price d’arriver en séries sans être trop fatigué.


La folie des séries à Montréal dès mercredi 16 h

fanjam 2015

Les célébrations d’avant-match pour la série Canadiens-Sénateurs débuteront à 16 h mercredi après-midi. Cependant, elles ne se dérouleront pas devant le Centre Bell comme l’an dernier. Les festivités auront lieu à l’angle des rues Peel et Saint-Jacques.

Le ‘Fan Jam’ est un événement rassembleur où les partisans des Canadiens peuvent festoyer en vue des matchs de leur équipe favorite durant les séries éliminatoires.

Certaines nouveautés ont été ajoutés pour l’édition 2015 : une grande roue illuminée de 60 pieds sera mise à la disposition des gens, un disc-jockey ainsi qu’un orchestre seront sur place pour mettre de l’ambiance sur les lieux. Les partisans pourront aussi avoir une coupe de cheveux (spécial Canadiens) et des tatouages permanents des Canadiens. Sans oublier le traditionnel taureau mécanique, un kiosque de maquillage et un endroit quelques anciens joueurs des Canadiens signeront des autographes. Le tout sera ponctué de divers jeux et plusieurs concours.

Pour tous les détails, consultez le site Web des Canadiens.

***

Peu probable de voir Pacioretty mercredi

Michel Therrien ne s’attend pas à voir Max Pacioretty en uniforme, mercredi soir, lors du premier match de la série opposant les Canadiens aux Sénateurs.

L’entraîneur-chef du Tricolore n’a pas beaucoup d’espoir pour la présence de son attaquant vedette au moment du match numéro un au Centre Bell.

« Si les médecins avaient pensé qu’il pouvait jouer demain, je pense qu’ils m’auraient avisé dès ce matin », a dit Therrien, aux représentants des médias.

***

Le retour – fort attendu – de Ginette

CCHNIheWEAAsMCq

Ginette Reno interprétera l’hymne national avant le premier match entre les Canadiens et les Sénateurs mercredi soir. La chanteuse québécoise effectuera un retour au Centre Bell après avoir enflammé le domicile des joueurs du CH lors des séries 2014.

Attachez votre tuque avec de la broche, la grande Ginette y sera pour gonfler à bloc les hommes de Michel Therrien.

***

Entretien avec Price

peter mansbridge-carey price

Peter Mansbridge, journaliste et présentateur à la CBC, a discuté avec Carey Price, il y a quelques jours, devant le domicile du gardien du Tricolore. Consultez le lien suivant pour visionner la version intégrale de l’entrevue : Peter Mansbridge s’entretient avec Carey Price.

***

Le bagage de Gonchar

Même si Sergei Gonchar n’a pas joué au cours de 13 des 14 derniers matchs des siens, cela ne signifie pas qu’il n’est pas utile pour la troupe de Michel Therrien. Au contraire, le vétéran apporte de l’expérience au groupe de joueurs du CH. Avec 141 matchs disputés en séries éliminatoires, Gonchar connaît bien les enjeux dans de pareilles situations.

Gonchar fait beaucoup de mentorat depuis qu’il s’est joint aux Canadiens.

« À l’interne, on se sert de Gonchar beaucoup plus que ce que les gens peuvent penser. Comme Mike Weaver et Manny Malhotra, c’est un vétéran qui peut partager son bagage d’expérience », a noté Michel Therrien.

***

Les séries éliminatoires = $$$

Ray Lalonde a parlé de chiffres intéressants sur les ondes du 98,5 FM avec Mario Langlois. Les séries éliminatoires sont synonymes de mine d’or pour les Canadiens de Montréal.

« Les équipes populaires à domicile peuvent faire jusqu’à 3-4 M$ de profits en première et deuxième rondes. »

M. Lalonde ajoute également que les « gros » clubs de la LNH parviennent à vendre beaucoup de chandails en une seule soirée.

« Les équipes populaires lors des séries vendent environ 300-400 chandails par match. »

Avec un prix oscillant entre 150 $ et 200 $ pour des chandails officiels, les clubs du circuit Bettman empochent beaucoup d’argent.

D’ailleurs, l’organisation du CH aurait approximativement eu des profits entre 24 et 30 millions $ en se rendant en finale de l’Association de l’Est contre les Rangers de New York.

***

Pari entre Coderre et Watson

Denis Coderre / Canadiens Montréal

Les maires de Montréal et d’Ottawa, Denis Coderre et Jim Watson, ont fait un pari lundi dernier en prévision de la série Canadiens-Sénateurs. Si vous n’êtes pas au courant du pacte qu’ils ont conclu, tous les détails sont ici.

***

En accord avec Renaud?

Le reporter de TVA Sports, Renaud Lavoie, prédit que les Canadiens de Montréal remporteront la coupe Stanley en disposant des Blues de St. Louis en finale.

« Le CH a le meilleur gardien et le meilleur joueur de la LNH. C’est une ligue de gardiens, alors le CH va gagner la coupe Stanley », a-t-il mentionné.

***

Karlsson incommodé par une blessure?

Le défenseur étoile des Sénateurs, Erik Karlsson, pourrait ne pas être à 100 % au début de la série contre les Canadiens. Le Suédois semble avoir des douleurs au dos.

***

Un adjoint des Sens rend l’âme

Mark Reeds, entraîneur adjoint des Sénateurs d’Ottawa, a perdu son combat contre le cancer mardi matin. Les Sénateurs ont placé des drapeaux en sa mémoire devant le Centre Canadian Tire.


Michel Therrien serait surpris si Max Pacioretty jouait mercredi

max-pacioretty-canadiens-600x399

L’optimisme d’hier a fait place à l’inquiétude dans le cas de Max Pacioretty. L’attaquant du Canadien n’a pas pratiqué aux exercices avec contact lors de la pratique de mardi et l’entraîneur-chef Michel Therrien a déclaré qu’il serait surpris si MaxPac affrontait les Sénateurs mercredi soir.

Le coach a toutefois précisé que Pacioretty avait reçu le go des médecins pour s’entraîner avec des contacts, ce qu’il n’a pourtant pas fait. L’attaquant du Tricolore attend toujours le ok de la part de l’équipe médicale pour participer à un match et on ne sait pas s’il recevra cette permission avant la première rencontre de la série contre Ottawa.

Ailleurs dans l’alignement, il n’y avait pas trop de surprise alors que Malhotra est le 13e attaquant et qu’il devrait être accompagné de Gonchar, Weaver et Pateryn sur la galerie de la presse. Maintenant, il reste seulement à savoir si ce sera Mitchell, Flynn ou Pacioretty qui complétera ce quintette.

Alignement du Canadien à la pratique

Galchenyuk-Plekanec-Gallagher
DSP-Desharnais-Parenteau
de la Rose-Eller-Weise
Prust-Mitchell-Flynn

Markov-Subban
Emelin-Petry
Beaulieu-Gilbert


Les Sénateurs croient pouvoir gagner la guerre psychologique contre le Canadien

Therrien

Pendant le preview des séries de TSN, Bob McKenzie a laissé glisser une information assez intéressante par rapport à l’affrontement Canadiens-Sénateurs. Selon l’informateur, l’équipe d’Ottawa est vraiment confiante avant cette confrontation puisqu’ils jouent du hockey de séries depuis deux mois.

Les Sens croient être en mesure de gagner la guerre psychologique comme ce fût le cas en 2013. McKenzie a rappelé qu’après l’incident Gryba-Eller, la série s’est transformée en un combat de rue pour lequel le Canadien n’était pas équipé. Bob a parlé de la possibilité qu’un événement du genre change le cours de la série en faveur des Sens.

Il a également mentionné que Dave Cameron pourrait utiliser la même technique que Paul MacLean pour déconcentrer Michel Therrien et obtenir l’avantage par rapport à l’entraîneur du Canadien, qui a tendance à être émotif.

Si on lit entre les lignes, Ottawa ne semble pas préparer un coup de cochon pour déranger l’adversaire (du moins on le souhaite à Carey Price). Ceci étant dit, ils semblent penser que lorsque cette série deviendra émotive et qu’il y aura une guerre psychologique à livrer, ce sera à leur avantage. Pour paraphraser les Boys, les Sens comptent sur la dureté du mental pour cette série.

C’est vrai que cet aspect était à l’avantage d’Ottawa en 2013, mais en assumant que Pacioretty y sera, seulement 10 des 19 joueurs du Canadien qui avaient participé au match pendant lequel Gryba avait détruit Eller seront de la partie mercredi soir. La formation a donc pas mal changé depuis ce temps-là et les gars qui sont restés ont maturé.

C’est sans parler de Michel Therrien qui a probablement appris de cette expérience et qui voudra éviter de répéter ses erreurs. On parle quand même d’une équipe qui a fait le même coup aux Bruins en deuxième ronde l’an passé. Bref, tout ça fait en sorte que c’est loin d’être certain que la façon de penser des Sens soit correcte à ce niveau.


Sergei Gonchar doit réintégrer l’alignement du CH régulièrement

Sergei Gonchar

Avant le match d’hier, Sergei Gonchar n’avait pas disputé de rencontres depuis le 12 mars et cette séquence ne fait pas de sens. Michel Therrien prend souvent des décisions qui lui sourie, mais celle-là est dur à comprendre.

Il est vrai qu’à 40 ans, le défenseur russe mérite du repos ici et là, mais en aucune façon méritait-il de se faire rayer de l’alignement pour 10 rencontres consécutives. Son jeu n’était pas à son meilleur lors de son retrait du lineup, mais là, il mérite amplement d’être dans le top 6 des défenseurs du Canadien à chaque match.

Voici donc 4 raisons pourquoi Michel Therrien doit le réintégrer dans son alignement de façon permanente.

1- Son expérience en séries

Gonchar a disputé 141 matchs en séries éliminatoires en carrière dans la LNH. C’est plus que les 6 défenseurs de l’alignement actuel du CH réunis (126). Tout le monde sait bien que les séries sont stressantes pour les jeunes joueurs et la présence d’un vétéran comme Gonchar sur le banc a l’effet de calmer tous les jeunes joueurs.

Si on veut qu’il entre en séries en pleine confiance, Michel Therrien doit lui donner quelques matchs de saison régulière en préparation, afin qu’il retrouve la fraction de seconde du jeu rapide de la LNH. Il ne reste que 3 matchs de saison régulière à jouer, alors le plus tôt sera le mieux.

2- Beaulieu est meilleur avec lui

Comme par hasard, Nathan Beaulieu traverse une période plus difficile depuis le retranchement de Gonchar de l’alignement. Beaulieu ne se cache pas pour affirmer que Gonchar est son mentor et qu’il est la raison principale de son essor cette année. Cette paire a d’ailleurs été très efficace comme deuxième duo du tricolore pour une bonne portion de la saison. Je trouve assez ridicule qu’on ait brisé cette paire pour faire plus de place à Petry et Gilbert, alors que tout allait pour le mieux chez le CH à ce moment.

Beaulieu aura assurément un rôle assez important pendant les séries et ce serait un grand plus pour Montréal s’il joue avec confiance. Il n’y a pas d’autre solution que de le jumeler à Gonchar une fois de plus.

3- Son apport offensif

En 141 matchs éliminatoires, Gonchar a récolté 90 points en carrière. Nous savons tous que l’offensive est le point faible du CH et qu’un meilleur support des défenseurs pourrait jouer un grand rôle dans ce déblocage. Subban et Markov sont excellents, mais ils ne peuvent tout faire seuls.

En plus, sa présence sur le deuxième avantage numérique est souhaité alors que rien ne va plus en supériorité numérique pour Montréal.

4- Son temps de jeu

Les défenseurs de sa trempe adorent jouer beaucoup de minutes. Ils se sentent plus impliquer dans le match et ont moins le temps de perdre le beat du match en passant de longues périodes sur le banc. Lorsqu’il s’est joint aux Canadiens en début de saison, Gonchar jouait régulièrement entre 19 et 22 minutes par match et il était à son meilleur. Tout le monde était surpris de le voir évoluer autant avec une aussi grande qualité de jeu. Alors que plusieurs le pensaient fini, il a prouvé qu’il pouvait jouer un rôle important à la ligne bleue montréalaise.

Au cours de ses 5 derniers matchs disputés, sa moyenne a chuté à 13 minutes de temps de jeu par rencontre. Il n’est pas trop difficile d’expliquer son inconstance au cours de ces rencontres. En évoluant près de 20 minutes, il coupe dans les minutes des 5e et 6e défenseurs du club et cela se ressent sur la défensive en générale du CH.

Question pour Michel Therrien: Penses-tu trop souvent au futur de l’équipe plutôt qu’au présent?


De(ce)vante Smith-Pelly et ses problèmes de performance

***Avis à tous ceux qui diront qu’on doit encore lui donner le temps de s’acclimater au système de jeu des Canadiens: ce texte n’est pas pour vous!***

devante smith-pelly - canadiens - credit: 25stanley

Lorsque Marc Bergevin a fait l’acquisition de Devante Smith-Pelly il y a un peu plus d’un mois, on disait de lui qu’il était un gros attaquant physique, capable de marquer des gros buts.

15 matchs plus tard, il est toujours en quête de son premier but avec le CH et n’a accumulé qu’une seule maigre passe. Je ne lui reproche toutefois pas sa faible production, du moins pour l’instant. Le problème est qu’à 220 livres, il doit punir ses adversaires plus souvent. En 54 matchs avec les Ducks cette saison, il détenait une moyenne de 3,2 mises en échecs par match. Cette moyenne a dramatiquement chuté depuis son arrivée à Montréal avec 1,2 mises en échec par match.

Pour qu’un joueur comme lui soit utile à une équipe de la LNH, il doit constamment avoir la pédale dans le fond. Il ne peut pas se permettre de faire un shift relax. Son manque de vitesse le met en évidence pour les mauvaises raisons. D’ailleurs, ses plus gros hits depuis qu’il a joint le CH sont survenus alors que l’adversaire tentait de le frapper. Aucun doute qu’il est solide et peut mettre sur son derrière n’importe quel joueur dans cette ligue, mais il semble incapable de les rejoindre à temps pour les frapper.

En plus, il n’a aucune chimie avec Lars Eller et Jacob De La Rose. Ses compagnons de trios ne le trouvent jamais sur la glace afin de bien l’alimenter. Michel Therrien a d’ailleurs compris et a décidé de le muter sur un 4e trio pour le match contre les Jets.

Je préfère de loin voir Dale Weise qui se défonce à chaque présence et peut également marquer à l’occasion sur un 3e trio plutôt que Smith-Pelly qui se cherche encore.

En plus, Smith-Pelly n’est pas exactement Guy Carbonneau dans son territoire. Son manque de vitesse le pénalise aussi en défensive et son différentiel de -4 en 15 matchs avec le tricolore le démontre bien.

Son vrai test commencera toutefois dans les séries éliminatoires. Un joueur comme lui peut être extrêmement important aux Canadiens pendant ces quatre de sept. Il va devoir frapper plus et se positionner constamment dans le demi-cercle du gardien adverse pour le déranger et espérer y récolter des retours. S’il peut devenir notre René Bourque de 14-15, soit rien faire en saison, mais être clutch comme jamais dans les séries, on lui pardonnera. N’oublions pas qu’il avait marqué 5 buts en 12 matchs éliminatoires avec les Ducks l’an dernier.

Si j’en avais la chance, je demanderais à Michel Therrien à quel point il doit être patient avec Smith-Pelly afin de bien faire paraître son DG. Mais tout le monde sait bien qu’aucun journaliste affecté à la couverture du CH ne posera cette question!


Marc Bergevin trouve qu’il y a eu trop de coachs à Montréal dans la dernière décennie

marc-bergevin-michel-therrien

Ça fait bizarre d’entendre parler de la sécurité d’emploi de Michel Therrien alors que son équipe est au sommet de la division, mais on est à Montréal et sans Carey Price, l’équipe ne ferait pas les séries, donc c’est un sujet qui refait surface de temps en temps.

Jeudi soir, lors de son intervention à TSN 690, un animateur a demandé à Pierre Lebrun si le poste de Therrien pouvait être en danger advenant une élimination hâtive du Canadien en séries. L’informateur a répondu en disant qu’il ne voyait pas un scénario dans lequel ça pouvait arriver. Jusque-là, ce n’est rien de surprenant, mais c’est devenu intéressant lorsqu’il a clarifié sa réponse.

Lebrun a continué en expliquant que Marc Bergevin trouve qu’il y a eu trop de changements derrière le banc du Tricolore au cours de la dernière décennie. Depuis 2005, Claude Julien, Bob Gainey (2 fois), Guy Carbonneau, Jacques Martin, Randy Cunneyworth et Michel Therrien ont occupé le poste d’entraîneur-chef du Canadien. Il faut toutefois préciser que Gainey et Cunneyworth n’ont occupé le poste que dans une fonction intérimaire.

Pendant cette période, la durée moyenne d’un passage derrière le banc du Canadien était de 128 rencontres de saison régulière, ce qui est à peine plus d’une saison et demie. Toutefois, ce chiffre prend en compte les coachs par intérim et le passage actuel de Michel Therrien. En enlevant ceux qui n’ont pas obtenu le titre à temps plein, on se retrouve avec une moyenne de 197,5 matchs en saison régulière, soit presque deux saisons et demie. C’est bon de noter que Therrien a déjà dépassé cette moyenne (205 rencontres).

Si on était dans l’ancien régime, le règne de Therrien serait donc plus près de la fin que du début, mais si l’on se fie aux commentaires de Lebrun, Bergevin pense que ces passages étaient pas mal trop courts. Heureusement ou malheureusement, selon ce que tu penses de Michel Therrien, on ne semble pas être près de son retour comme panéliste à l’Antichambre.

Via HabsLinks


Therrien compare son alignement à une salade de fruits

Michel Therrien, Canadiens

Michel Therrien a parlé aux médias après l’entraînement des siens. L’entraîneur-chef des Canadiens a sorti – comme il l’avait fait en 2013 – ses propos comparant son alignement à une salade de fruits.

Au moment de la pratique des joueurs du CH, il y avait neuf défenseurs sur la patinoire, une situation que Therrien a décrit de la façon suivante.

« Ça prend un mélange de joueurs. C’est comme une salade de fruits. Les cerises sont bonnes, mais tu ne veux pas trop en avoir. Ça prend des ananas. Trop de cerises, c’est amer. »

L’extrait en question est disponible ici :

Crédit photo : Icon Sportswire


P.K. Subban est le premier joueur à recevoir une 2e amende pour plongeon

Subban

Vendredi midi, la LNH a annoncé que P.K. Subban devenait le premier joueur de la LNH à payer une amende de 3000$ pour plongeon. Le défenseur du Canadien a donc maintenant payé 5000$ en amendes à cause de 3 réactions exagérées. La dernière est survenue dans le match du 12 mars dernier contre les Sénateurs. La LNH a jugé que le défenseur est tombé trop facilement lorsque Bobby Ryan a placé son bâton dans son torse.

Comme on le dit souvent quand on parle de ces amendes, le montant en tant que tel ne fait pas trop mal, mais c’est très nocif pour la réputation de Subban auprès des arbitres.

Il bénéficiera probablement moins du bénéfice du doute de la part des officiels et il rapproche Michel Therrien d’une amende, ce qui n’est jamais une bonne chose. Therrien a le droit à 4 chances. Lors de la 5e amende d’un de ses joueurs, l’entraîneur devra verser 2000$. Ce n’est pas grand chose pour Therrien non plus, mais c’est clair qu’un coach n’aimera pas signer un chèque à cause du comportement de ses joueurs.


Une grosse commande pour Michel Therrien

Autobus - Michel Therrien

Après l’attaquant du CH Brandon Prust qui a « perfectionné » son français au St-Hubert, c’est au tour de l’entraîneur-chef des Canadiens de Montréal, Michel Therrien, a être la vedette d’une publicité des rôtisseries St-Hubert.

Le pilote du Tricolore est au volant d’un autobus et il passe une commande pour ses 23 joueurs au service à l’auto.

Therrien remet son cachet à l’Association québécoise des allergies alimentaires et à la Fondation des Canadiens pour l’enfance.

La publicité en question est disponible ci-bas.

St-Hubert – Michel Therrien

Merci à Go Habs Go.

Crédit photo : capture d’écran YouTube