Suivez 25stanley sur Facebook!

Steven Stamkos ne ferme pas la porte à Toronto en 2016

steven-stamkos

Mercredi, Steven Stamkos participait à un événement financé par Coke. Il y avait des journalistes présents et bien évidemment, ils lui ont parlé des rumeurs qui l’envoient à Toronto en 2016.

Le moins que l’on puisse, c’est que Stamkos n’a pas fermé la porte. Lorsqu’on lui a parlé des rumeurs, il a simplement dit qu’il allait voir ce qui allait se passer. Il n’a rien nié et tout au long de sa disponibilité média, il s’est assuré de laisser toutes les portes ouvertes, incluant celles avec les Leafs ou le Lightning.

La seule chose que l’on a appris dans cette discussion est la stratégie média du joueur vedette. Ce n’est pas grand chose, mais normalement, un gars qui est encore sous contrat pour 2 saisons va fermer la porte à tout ce qui n’est pas son équipe actuelle et ce n’est pas le cas pour Stamkos. Ça ne veut pas dire qu’il va tester le marché des agents libres en 2016 ou même qu’il ira à Toronto, mais ça nous montre qu’il y pense et qu’il est intelligent avec ses options présentement. Disons qu’il est bien placé pour devenir le premier joueur à obtenir un contrat de plus de 100 millions.


Les Maple Leafs signent David Booth à un contrat d’un an – 1,1 M$

Booth

Les Leafs ont ajouté de la profondeur à leur groupe d’attaquants. Ils ont signé l’agent de libre de 29 ans, David Booth, à un contrat d’un an. Les détails financiers n’ont pas été dévoilés, mais on peut imaginer que ce n’est pas un gros contrat. Booth gagnera 1,1 millions grâce à ce contrat.

C’est intéressant que Booth signe le jour où Kyle Dubas arrive dans l’organisation de Toronto. L’ancien des Canucks était apprécié par les statistiques avancées qui montraient qu’il avait encore une certaine valeur sur un 3e ou 4e trio.

Toutefois, ça reste une chance que les Leafs prennent alors que Booth a connu beaucoup de difficultés l’an passé. Il y a peu de chances que Booth redevienne le joueur qu’il a déjà été, mais il peut apporter de la profondeur et si ce n’est plus le cas, ça ne coûtera pas trop cher aux Leafs d’essayer.


L’embauche de Kyle Dubas est une mauvaise nouvelle pour le Canadien

Dubas

Mardi matin, les Maple Leafs de Toronto ont surpris le monde du hockey en renvoyant Claude Loiselle et Dave Poulin pour engager Kyle Dubas. C’était le premier gros geste de Brendan Shanahan.

Dubas est un choix exceptionnel. À 28 ans, il a déjà un parcours solide. Il était recruteur à l’âge de 17 ans et il est devenu agent de joueurs après son passage à l’Université Brock. À 25 ans, il est devenu DG des Greyhounds de Sault Ste. Marie. C’est tout un gars d’hockey et ce n’était qu’une question de temps avant qu’il arrive dans le circuit Bettman.

Toutefois, l’embauche de Dubas n’est pas seulement bonne à cause de ses qualités. Elle est aussi intéressante puisqu’elle nous montre la vision de Shanahan. On dirait bien que celle-ci passe par les statistiques avancées. Dubas a été un des premiers à les utiliser dans la OHL et ça fait partie de son processus d’évaluation.

C’est une bonne nouvelle pour les Leafs puisque ces stats deviennent essentielles et ils faisaient tout ce qu’ils ne fallait pas faire à ce niveau dans les dernières années. Dubas est le gars parfait pour changer ce parcours puisque c’est l’exécutif qui les a mieux utilisé depuis son arrivée en poste et il sait ce qui doit être fait pour utiliser ces chiffres de façon efficace. C’est un très gros virage par rapport à une équipe qui a signé David Clarkson et Tyler Bozak à des contrats ridicules il n’y a pas si longtemps.

C’est donc une très belle journée pour les Maple Leafs, mais il ne faut pas virer fou non plus. À court terme, Dubas n’aura pas un gros impact. L’équipe est déjà bâtie et il y a énormément de travail à faire. Toutefois, puisqu’il n’est qu’assistant-DG, il ne pourra pas débuter ce travail immédiatement et il devra gagner la confiance de Dave Nonis, qu’il remplacera tôt ou tard.

Un des impacts à court terme que Dubas peut avoir est au niveau des entrées de zone. Il partage l’avis de plusieurs à propos des dump & chase qu’il considère comme un revirement volontaire et on risque d’en voir pas mal moins chez les Leafs l’an prochain. Ce serait un gros changement puisque Randy Carlyle raffole de cette technique.

Bref, à court terme, on risque de revoir les pitoyables Leafs auxquels on est habitué depuis l’arrivée de Carlyle à Toronto, mais l’arrivée de Dubas nous montre que les meilleurs jours de Toronto sont devant eux et ce n’est pas une bonne chose pour les rivaux de l’équipe, notamment le Canadien.


Du ménage et une embauche à Toronto

Nonis

Les Maple Leafs de Toronto ont fait savoir que Claude Loiselle et Dave Poulin ont quitté l’organisation. Également, ils ont annoncé que Kyle Dubas a été embauché en tant que directeur-général adjoint à Dave Nonis.

Poulin occupait le poste de vice-président des opérations hockey et, de son côté, Loiselle était le bras droit du manitou des Maple Leafs.

Avant d’être promu au sien du personnel de la formation torontoise, Dubas était le DG des Greyhounds de Sault-Sainte-Marie dans la Ligue junior de l’Ontario.


Le Canadien aurait parlé aux Leafs à propos de Joffrey Lupul

Lundi après-midi, Elliotte Friedman a revisité les négociations entre le Canadien de Montréal et les Maple Leafs de Toronto. On connait tous la transaction qui aurait amené Franson à Montréal et qui a été refusé par Gorges, mais ce n’est pas le seul scénario qui a été discuté entre Marc Bergevin et Dave Nonis.

En entrevue à la radio, Friedman a mentionné qu’il y avait plusieurs possibilités dans la transaction de Gorges. Selon l’insider de Sportsnet, le tricolore aurait notamment pu faire la transaction pour un choix au repêchage, ce qu’ils ont finalement fait avec les Sabres.

Toutefois, là où c’est devenu vraiment intéressant, c’est dans sa fameuse colonne 30 thoughts. Friedman a écrit que le Canadien et les Leafs ont parlé de Joffrey Lupul. Lupul n’a pas le Canadien sur sa liste de non-échange et une transaction aurait donc pu être conclue. Ce n’est pas clair si ces négociations étaient liées à celles de Gorges, mais les Leafs ont finalement décidé de conserver l’attaquant.

Les fans de gros bonhommes vont être heureux d’apprendre que le tricolore s’est intéressé à Lupul, 6 pieds 1 pouce 205 livres, parce que Marc Bergevin veut grossir son attaque. Parlant de grossir son attaque, Friedman a expliqué le départ de Brian Gionta par le fait que le Canadien ne voulait pas lui offrir une entente aussi longue que celle des Sabres. Les Habs ont offert 2 ans alors que Buffalo a sorti la 3e année.

Cette fameuse 3e année a écœuré Bergevin cette saison puisque c’était aussi le problème dans les négociations avec Markov. Finalement, le DG a flanché et a offert l’année qui faisait toute la différence.


Franson s’entend avec les Maple Leafs

cody-franson

Le défenseur Cody Franson a paraphé un contrat d’une saison avec les Maple Leafs de Toronto. Il a évité l’arbitrage, lui qui devait entreprendre ce processus aujourd’hui. Celui-ci touchera un salaire de 3,3 M$, a annoncé le Toronto Sun.

En 79 rencontres dans l’uniforme de la formation torontoise lors de la campagne 2013-2014, Franson a amassé 33 points (5 buts, 28 passes).

Le joueur de 26 ans a été sélectionné par les Predators de Nashville en 2005 au moment de la troisième ronde (79e au total).


Cody Franson et les Leafs devraient éviter l’arbitrage

Comme à l’habitude, on ne devrait pas voir trop de séances d’arbitrage dans la LNH cette saison. Un des joueurs qui était supposé ouvrir le bal, Cody Franson, devrait s’entendre avec les Leafs avant de se rendre devant l’arbitre. Du moins, c’est ce que suggère James Mirtle du Globe & Mail.

Selon Mirtle, les deux parties vont simplement faire ce que l’arbitre aurait sûrement fait, c’est-à-dire couper la poire en 2. Franson demandait un salaire de 4,2 millions alors que les Leafs voulaient le payer 2 millions. On devrait donc voir une entente d’un an d’une valeur de près de 3,1 millions.

Toutefois, ça ne veut pas dire que celui qui serait venu à Montréal si Gorges avait accepté d’aller à Toronto restera avec les Leafs. Encore une fois, c’est Mirtle qui mentionne que les Maple Leafs le magasinent. Quand un joueur est sur le marché depuis aussi longtemps, une transaction est souvent imminente. Les Leafs vont seulement recevoir moins que ce qu’ils voulaient au départ.


Ça prendrait un contrat maximum pour attirer Stamkos à Toronto en 2016

steven-stamkos

En fin de semaine, Steven Stamkos a fait parler de lui en alimentant des vieilles rumeurs qui mentionnaient un possible retour à Toronto pour le joueur étoile. Même si ce scénario ne pourrait se dérouler que dans 23 mois, il continue à faire jaser.

En effet, selon Adam Proteau, du Hockey News, et Jeff Marek, de Sportsnet, ce retour est possible, mais ça prendrait un contrat maximum pour attirer Stamkos à Toronto. Proteau et Marek ne sont pas des informateurs de la trempe de McKenzie, Dreger ou Kypreos, mais c’est quand même des gars qui savent de quoi ils parlent et lorsqu’ils écrivent ça, c’est que la possibilité est bien réelle.

La notion de contrat maximum n’est pas très connue dans la LNH puisque ça fait un bout qu’on a vu un contrat de ce genre, mais ça existe. On connait tous la limite sur la durée des contrats alors qu’un agent libre ne peut pas signer pour plus de 7 ans avec une nouvelle équipe ou 8 ans s’il reste avec la même. Toutefois, il y a également une limite sur l’argent qu’un joueur peut gagner. Cette limite est établie à 20% du plafond salarial.

Stamkos deviendra agent libre en 2016 et selon James Mirtle, le plafond salarial devrait être autour de 80 millions cette année-là. Ça voudrait donc dire que Stamkos exigerait un contrat de 7 ans qui le paierait 16 millions par année. Ce serait donc le retour des contrats de plus de 100 millions alors qu’un contrat du genre aurait une valeur de 112 millions.

Bien évidemment, comme on parle d’un scénario qui se déroulerait dans 23 mois, bien des choses peuvent changer avant qu’on y arrive, mais pour l’instant, la venue de Stamkos à Toronto est possible, mais elle coûterait TRÈS cher aux Leafs. Par contre, comme on parle d’un joueur étoile ontarien, il en vaudrait probablement la peine à Toronto…


Steven Stamkos alimente les rumeurs qui l’envoient à Toronto

Stamkos

En juillet 2016, Steven Stamkos deviendra agent libre sans restriction à l’âge de 26 ans. On est encore loin de ce moment qui pourrait changer la division Atlantique, mais ce n’est pas ça qui empêche les rumeurs de circuler.

En effet, Stamkos est né en Ontario, ce qui veut dire que les fans des Leafs rêvent de le voir porter un chandail de Toronto depuis son arrivée dans la LNH. Il est loin d’être le seul joueur étoile ontarien dont les fans rêvent, mais contrairement aux autres, Stamkos a l’air d’être ouvert à l’idée de jouer à Toronto. Du moins, c’est ce qu’on murmure depuis le début de sa carrière. Samedi après-midi, il a ajouté de l’huile sur le feu.

Après le retour de Lebron James dans sa région natale, Adam Proteau du Hockey News, s’est demandé quel joueur de la LNH pourrait faire la même chose que James pour les Maple Leafs. L’article en question mentionne P.K. Subban et Steven Stamkos. Ce texte est intéressant puisque lorsqu’il est arrivé sur Twitter, le joueur du Lightning l’a placé en favori. Il l’a retiré plus tard quand il a vu les réactions, mais les dommages étaient déjà faits.

Ce n’est pas grand chose, mais ce fût suffisant pour que les fans des Leafs s’emportent et pour que ces rumeurs de Stamkos à Toronto en 2016 refassent surface. Bien évidemment, ce sera un dossier à surveiller au cours des 2 prochaines années, mais on dirait de plus en plus que les Leafs auront finalement la chance de compter sur le joueur étoile ontarien dont ils rêvent depuis des années.


Brian Boyle a refusé plus d’argent des Maple Leafs

Brian Boyle LOL

Les Leafs vont commencer à le prendre personnel. Après Josh Gorges qui a refusé de lever sa clause de non-échange pour aller à Toronto avant de quitter vers Buffalo et Dave Bolland qui aurait refusé un plus long contrat avec les Leafs avant d’aller en Floride, c’est au tour de Brian Boyle de dire qu’il a refusé un plus gros contrat des Leafs pour signer une entente de 3 ans qui le paiera 2 millions par année à Tampa Bay.

En effet, dans une entrevue avec le Tampa Bay Times, il a révélé que les Leafs lui avaient offert plus d’argent, mais que les circonstances étaient meilleurs avec le Lightning. Parmi ces circonstances, Boyle a cité le potentiel du Lightning d’être dans la course pour la Coupe Stanley au cours des prochaines années.

Il a également parlé de sa conversation avec son capitaine à New York, Ryan Callahan, qui l’a convaincu que Tampa Bay était une belle place pour jouer au hockey. Le fait que sa femme vienne d’Orlando n’a sûrement pas nui non plus. Tout de même, c’est un autre joueur qui dit non aux Leafs et c’est clair que ça commence à énerver les dirigeants et les partisans.

Via The Score