Suivez 25stanley sur Facebook!

Le Canadien pourrait recevoir une compensation de plus de 100 M$ pour le retour des Nordiques

geoff-molson-3

Un des aspects les moins mentionnés lorsqu’on parle du retour des Nordiques est l’impact sur le Canadien de Montréal. Le retour d’une équipe à Québec va permettre au Tricolore de retrouver son plus grand rival, mais ça leur causera aussi des pertes considérables en termes de partisans et donc, de revenus.

En décembre 2014, la LNH estimait que l’arrivée des Nordiques pourrait couper jusqu’à 20% des revenus du Tricolore. On parle quand même d’une perte annuelle de 35-40 M$ qui ne pourra pas être épongée par la frénésie qui viendra le retour de la rivalité. Cette perte devra donc être compensée.

Selon John Shannon, de Sportsnet, qui est assez bien plogué au niveau de la ligue dans ce dossier, les rumeurs concernant cette compensation parlent d’un montant supérieur à 100 M$. C’est logique lorsqu’on regarde les pertes annuelles engendrées, mais c’est quand même un montant énorme.

Ceci étant dit, pour l’instant il ne s’agit que de rumeurs et on n’est probablement pas rendu à ce stade-là dans le processus d’expansion. Par contre, une chose semble être certaine; si les Nordiques reviennent, le Canadien va recevoir un gros chèque pour compenser la fin de leur emprise sur la province de Québec ainsi que celles des Maritimes.

Ce qui est bien, c’est que le Canadien n’a jamais mis de pression publiquement pour recevoir ce chèque alors qu’ils ont plutôt supporté le projet des Nordiques depuis le début. Si c’est la même chose en coulisses (ou si ce chèque fait en sorte que le support du Tricolore pour ce projet est sans équivoque), c’est une excellente nouvelle pour les chances de Québecor.


La LNH a demandé à une compagnie spécialisée dans le pot de changer son indice boursier

gary-bettman-texting

La légalisation de la marijuana dans quelques états américains fait en sorte que plusieurs compagnies légitimes commencent à faire surface. Ces compagnies ont la chance d’être les pionnières dans un marché ultra lucratif, donc elles font des tonnes de profits. Ces résultats attirent des investisseurs et ça a permis à certaines compagnies de devenir publiques et d’être échangées à la bourse.

Une de ces compagnies se nomme Nutritional High International, Inc, qui dit se spécialiser dans le développement et le design de produits comestibles infusés de marijuana pour des utilisations récréatives et médicinales.

Cette compagnie a les mêmes initiales que la LNH et ça a posé quelques problèmes au circuit Bettman. À cause de ces initiales, l’indice boursier de la compagnie au Canada était NHL. La ligue leur a demandé de changer leur indice canadien et ils ont accepté.

En annonçant cette décision, la compagnie a même fait une référence aux Nordiques de Québec en disant que quand ces derniers ont changé de nom pour devenir l’Avalanche, ils ont gagné la Coupe Stanley et qu’elle espérait maintenant accomplir l’équivalent.

Plus sérieusement, ils ont indiqué qu’ils ne voulaient pas faire partie d’une bataille légale pour ça. Il s’agissait donc de la décision la plus logique pour eux. Ce changement n’aura toutefois lieu qu’au Canada puisque la compagnie avait opté pour un autre indice boursier aux États-Unis (Splif).

Ceci étant dit, ce sera suffisant pour la LNH, qui ne semblait pas vraiment pas apprécier ce lien avec les drogues à consommation récréative. Ce n’est pas surprenant de la part d’une ligue qui ne teste même pas ses joueurs pour ces drogues, ce qui leur permet d’éviter plusieurs scandales.

Via Puck Daddy


Gary Bettman indique qu’il y a eu une mauvaise interprétation concernant ses propos

garry-bettman

Gary Bettman a voulu mettre une situation au clair. En entrevue avec Radio-Canada, le commissaire de la Ligue nationale de hockey a fait savoir qu’il n’avait jamais dit des propos signifiant que les Nordiques de Québec joueraient dans l’Association de l’Ouest s’ils renaissaient de leurs cendres.

Bettman a qualifié cette rumeur « d’interprétation » de ses propos par les gens. Il a même ajouté que lui et ses acolytes n’avaient même pas commencé à penser à cet élément.

Le manitou du circuit Bettman avait souligné – lors d’un entretien avec le Boston Globe – que les Nordiques pourraient possiblement être placés dans l’Association de l’Ouest. Il n’y a que 14 équipes dans cette association comparativement à 16 clubs dans l’Est.

Bettman a pris comme exemple pour illustrer le litige la situation des Jets de Winnipeg; pendant deux ans, le club manitobain a joué dans l’Association de l’Est alors que c’était beaucoup plus logique qu’il soit dans l’autre association.

Finalement, l’homme de 63 ans a calmé l’ardeur des gens qui souhaitent que le processus d’expansion en vienne à une conclusion rapidement.

« Nous ne sommes pas pressés », a-t-il mentionné à Radio-Canada.


Les Nordiques pourraient jouer dans l’Ouest

Bettman

Gary Bettman a donné une entrevue au Boston Globe et pour une des premières fois, il a parlé des détails du processus d’expansion. Il est encore aussi prudent dans ses commentaires alors qu’il a répété que ce n’était pas certain que ce processus allait mener à une équipe d’expansion. Il a aussi dit que c’était possible que la ligue n’accepte qu’une équipe.

Ça pourrait être une mauvaise nouvelle pour les Nordiques, qui sont 2es dans cette course derrière Vegas, mais ce n’est pas vraiment le cas puisque ce discours n’a jamais changé. En plus, pour la première fois, Bettman a identifié quelques défis qui seront devant la ligue si jamais les Nordiques font leur entrée. Le fait qu’il en parle publiquement est un bon pas en avant pour la candidature de Québec, même si ce pas venait avec des mauvaises nouvelle

Ce côté négatif est venu lorsque la journaliste qui interviewait Bettman lui a parlé de géographie. Le commissaire a admis que c’était un facteur qui allait être étudié et qu’il n’était pas question de déménager une équipe en difficulté financière de l’Est (Panthers ou Hurricanes) à l’Ouest pour équilibrer les conférences.

Bettman a donc dit que les dirigeants de la ligue allaient devoir considérer la possibilité d’envoyer les Nordiques dans l’Ouest. Ça ne changerait rien aux matchs locaux de l’équipe, mais ça ferait en sorte qu’aucun match à l’extérieur ne commencerait avant 20h et que la majorité de ceux-ci seraient probablement à 22h. C’est difficile à suivre pour les fans de Québec et ça ferait mal aux cotes d’écoute de Québecor, qui voudra certainement s’occuper de la diffusion de ces rencontres.

Il a reconnu que ce scénario n’était pas optimal alors que l’expérience des Jets dans la division Sud-Est était loin d’être idéale et que les Red Wings et les Blue Jackets ne pouvaient plus atteindre pour leur changement de conférence.

Le commissaire ne veut pas déranger les propriétaires de ces deux équipes en renvoyant une de ces franchises à l’Ouest. En plus, il sait qu’il peut faire tout ce qu’il veut aux propriétaires de Québec, qui veulent seulement faire leur entrée dans la LNH. Ce serait donc le geste le plus facile à faire du côté politique. Il pourrait faire ça pour les premières années et lorsque la lune de miel sera terminée, il (ou son successeur) pourrait ramener les Nordiques dans l’Est aux dépens d’une autre franchise.

Ce serait plate pour les fans de Québec, qui auraient un gros défi devant eux en ce qui concerne l’heure des matchs à l’extérieur. C’est aussi difficile de développer une rivalité naturelle avec les Blues, les Blackhawks, les Prédateurs ou le Wild. L’aspect le plus plate de ce geste serait toutefois la rivalité avec le Canadien grandement affectée. Les deux formations ne se rencontreraient jamais en séries et il n’y aurait que deux matchs par année entre les deux organisations.

L’angle optimiste de ce geste nous dit que ça permettrait aux fans québécois de voir toutes les équipes du circuit Bettman dans leur province assez souvent. Les matchs Canadiens-Nordiques seraient également plus importants puisqu’ils seraient plus rares. Les chances que ça arrive sont très très faibles, mais si jamais ce scénario nous donne une finale de la Coupe Stanley entre le Canadien et les Nordiques, Bettman deviendrait un héros national (avant que la rivalité ne fasse exploser la province).

Ceci étant dit, le scénario des Nordiques dans l’Ouest n’est qu’une possibilité évoquée par le commissaire pour le moment. Le retour des Nordiques n’est pas encore assuré et leur conférence n’est toujours pas décidée.

Via The Score


Malaise entre Gary Bettman et le choix de 1re ronde des Senators d’Ottawa

Gros buzz sur internet par rapport à Colin White, choix de 1re ronde des Senators d’Ottawa. Le vidéo ci-dessous montre le joueur en train d’ignorer une poignée de main avec le commissaire Gary Bettman. Oui c’est un moment étrange, mais la réalité est qu’il avait précédemment serré la main de Bettman lorsqu’il est monté sur le stage. C’est probablement pour cela que Colin White ne savait pas trop s’il devait le faire une 2e fois.

Malgré tout, ça reste un moment awkward.


La situation des Coyotes n’inquiète pas encore Gary Bettman

Bettman

Quelques minutes avant le vote du conseil de ville de Glendale pour mettre fin au bail qui les lie aux Coyotes, Gary Bettman a donné une entrevue à CBC. Sur un ton défiant, le commissaire de la ligue a dit qu’il n’était pas vraiment inquiet de la situation actuelle des Coyotes, mais qu’il le serait à propos de son gouvernement s’il vivait à Glendale.

Dans la même entrevue, il a dit que Québec n’était pas sur son radar parce que la ligue ne regarde pas la possibilité d’une expansion ou d’un déménagement présentement. Il a concédé que les fans de Québec sont excellents, mais il a rappelé que le déséquilibre entre les conférences déjà présent serait accentué par l’arrivée de Québec et qu’il s’agit d’un problème auquel la ligue n’a pas pensé… pour le moment.

Pour revenir aux Coyotes, ce vote n’est que le début d’un long processus juridique. Immédiatement après le vote du conseil de ville, les Coyotes ont émis un communiqué dans lequel ils ont écrit qu’ils allaient prendre tous les recours judiciaires nécessaires. Leur avocat a parlé d’une poursuite de 200 millions et d’une injonction contre la ville.

Bref, on s’enligne pour un autre fiasco dans ce dossier. Ça n’aidera pas une franchise qui perdrait déjà plus de 30 millions par année et qui selon Rick Westhead de TSN, n’a même pas obtenu 25 millions en revenus pour la vente de leurs billets la saison dernière. En comparaison, la moyenne de la LNH est d’environ 48 millions…


Les Coyotes et les Panthers ne sont pas dans des situations précaires, selon Gary Bettman

garry-bettman

Les Coyotes de l’Arizona et les Panthers de la Floride ne sont pas en danger, aux dires de Gary Bettman, commissaire de la Ligue nationale de hockey. Avant le match numéro un de la finale de la Coupe Stanley entre les Blackhawks de Chicago et le Lightning de Tampa Bay, Bettman a tenu une conférence de presse pour brosser une vue d’ensemble de son circuit.

Au terme de cette conférence avec les médias, on peut dire que la LNH se porte bien. Notamment, il a indiqué que les rumeurs concernant les Coyotes et les Panthers ne sont pas véridiques.

« Il y a plusieurs spéculations sur les Coyotes, mais rien n’est vrai », a dit Bettman, sur le club qui semble ancré à Glendale pour un bon moment.

Dans la bonne voie

Les Panthers, qui seraient au cœur de problèmes financiers, ne seraient pas autant en difficultés si on se fie aux propos de Bettman. Celui-ci a été tranchant lorsqu’il est venu le temps de parler de la formation floridienne.

Le commissaire de la LNH a mentionné qu’ils sont dans la bonne direction et que la confiance règne à l’endroit de Vincent Viola, propriétaire des Panthers.

Bettman a aussi démenti la rumeur voulant que les Panthers déménagent d’ici la fin du mois de juin.


Le jet des Coyotes est à Seattle, mais ça ne veut probablement rien dire

Arizona

Avec toutes les nouvelles récentes concernant l’effort de Seattle pour construire un aréna de la LNH, la planète hockey surveille ce marché de près. C’est cette attention particulière qui a fait en sorte que la photo que l’on voit ci-dessus s’est pas mal promenée sur le web jeudi après-midi.

Le cliché a été saisi par Chris Daniels, un journaliste sportif de Seattle qui suit le dossier attentivement. On y voit le jet privé des Coyotes de l’Arizona à Seattle. Bien évidemment, comme Seattle est un marché potentiel et que les Coyotes sont dans le trouble financièrement depuis plusieurs saisons, les liens sont faciles à faire.

Par contre, peu après son tweet, Daniels a calmé l’ardeur des partisans en écrivant qu’il y avait une conférence d’aviation à Seattle présentement et que l’aéroport en question était rempli de jets privés. C’est donc possible que tout cela ne soit qu’une coïncidence.

Après tout, la ligue voit surtout Seattle comme une possible ville d’expansion afin d’égaler les conférences après l’arrivée de Las Vegas. Un déménagement des Coyotes à Seattle ne réglerait pas ce problème et ça ferait en sorte que les propriétaires pourraient perdre les revenus d’une équipe d’expansion, qui sont présentement évalués à 500 millions de $ américains.

Cette somme nous laisse croire que la ligue fera tout son possible pour garder les Coyotes en place avant l’arrivée de Vegas et Seattle pour pouvoir encaisser 1 milliard en frais d’expansion. Par la suite, un déménagement est très possible considérant leur situation financière et ce ne serait pas une mauvaise nouvelle pour Québec, qui est au sommet de la liste à ce niveau présentement.


L’expansion de la LNH à Seattle semble un peu plus probable

Bettman

Alors que l’expansion à Las Vegas semble plus ou moins être un fait accompli, celle à Seattle est devenue pas mal plus douteuse au cours de la dernière année. Par contre, ça a changé la semaine dernière lorsqu’on a appris qu’un groupe voulait bâtir un aréna en banlieue de Seattle pour accueillir une équipe d’expansion du circuit Bettman.

Ce projet a fait surface parce que celui pour le centre-ville de Seattle avance au ralenti. Cette construction n’évolue pas puisque c’est une collaboration entre Chris Hansen, qui veut faire l’achat d’une équipe de la NBA, et le gouvernement local, qui aimerait aussi accueillir cette formation.

La construction de l’aréna dépend donc de l’arrivée d’une équipe de la NBA, ce qui est pas mal moins probable que l’arrivée d’une organisation de la LNH présentement. Hansen travaillait avec Victor Coleman pour aider le processus avec le circuit Bettman, mais avant jeudi, il n’y avait pas eu trop de progrès de ce côté.

Il y a eu des développements jeudi alors que le maire de la ville et Hansen ont ouvert la porte à la possibilité qu’une équipe de la LNH arrive avant une formation de la NBA dans le nouveau building. Cela leur permettrait de commencer la construction plus rapidement et donc, de ne pas perdre la future équipe d’expansion que la ligue veut désespérement apporter dans cette région à cause de Tukwila.

Il y a encore pas mal de chemin à faire, mais la ville a clairement le support des dirigeants de la ligue à ce niveau, ce qui aide à accélérer les choses. La compétition entre Seattle et Tukwila va également empêcher les deux villes de niaiser avec la puck avec la construction de leur aréna.

La LNH a tellement hâte de se rendre à 32 équipes en équilibrant les conférences qu’ils vont probablement s’installer dans le premier aréna prêt à les accueillir. En attendant, Québec va suivre ce qui se passe en Arizona, Floride et Caroline pour voir qui seront les prochains Nordiques.

Via Puck Daddy


Seattle fait un pas de plus vers une équipe d’expansion

Bettman

En fin de semaine, Gary Bettman a parlé du processus d’expansion qui s’en vient dans la LNH. Il n’a pas donné trop de détails, mais il a confirmé ce que l’on savait tous en disant que Las Vegas, Seattle et Québec ont tous démontré de l’intérêt pour une équipe d’expansion.

Lundi, Craig Custance d’ESPN a appris que la candidature de Seattle s’est améliorée dernièrement. On sait que la ligue a toujours voulu s’y installer à cause de sa situation géographique, mais comme il n’y a pas d’aréna du calibre de la LNH, une expansion dans cette ville était toujours en doute.

Il y avait des plans en place pour un nouvel amphithéâtre, mais c’était avec l’aide du gouvernement local, qui voulait attendre de recevoir une équipe de la NBA avant d’investir dans une aussi grosse propriété. Cela faisait donc en sorte que la LNH devait attendre après la NBA pour s’installer dans cette ville, ce qui n’est pas idéal.

Heureusement pour la ligue, un autre groupe a émergé pour financer un aréna. Ils sont menés par Ray Bartoszek, un gars qui a fait sa carrière en finances dans le milieu pétrolier. Cet aréna ne serait pas à Seattle, mais à Tukwila, une ville à 15 minutes du stade des Seahawks.

L’aréna pourrait être prêt pour l’automne de 2017, ce qui serait probablement à temps pour le processus d’expansion qui pourrait également accueillir Las Vegas. Comme Bettman demande 500 millions pour une nouvelle organisation, les propriétaires risquent de ne pas être trop difficiles à convaincre lorsqu’il leur demandera d’ajouter Seattle à Vegas.

Ce n’est pas la première fois que Bartoszek tente d’amener la LNH dans cette région. En 2013, il avait tenté de faire l’acquisition des Coyotes pour les amener à Seattle, mais ça n’avait pas fonctionné. Il a déjà rencontré Bettman à plusieurs reprises pour lui parler de son nouveau projet. Le dernier meeting entre les deux aurait été au début du mois d’avril à New York.

Ça semble être une terrible nouvelle pour Québec, mais ce n’est pas vraiment le cas. Le Centre Vidéotron n’a jamais vraiment eu la chance d’accueillir une équipe d’expansion pour plusieurs raisons. Le taux de change en est une puisqu’en $ canadiens, la demande de Bettman pour une expansion est évaluée à 605 M$. C’est probablement trop cher pour les investisseurs de Québec.

En plus, en se rendant à Seattle et Vegas, la ligue règle l’équilibre Est-Ouest (16 équipes de chaque côté). C’était un aspect qui nuisait énormément à la candidature de Québec, qui est la seule ville dans cette course qui voudrait jouer dans l’Est. C’est pour ça que la ligue a toujours vu la ville des Nordiques comme une candidate pour un déménagement et non une expansion.

Si cette expansion s’effectue en 2017, ce sera décevant pour la ville de Québec, mais ils passeront en tête de file pour une future équipe et ce n’est pas rien, particulièrement si des équipes comme les Coyotes et les Panthers continuent de perdre de l’argent année après année.