Suivez 25stanley sur Facebook!

Nos paris favoris pour le trophée Conn Smythe avant les 7es matchs

MOJ1

Comme on est à deux matchs de la finale de la Coupe Stanley, c’est le meilleur moment pour parier sur le gagnant du trophée Conn Smythe. On a vu près de 75% du parcours des joueurs et il y a encore une bonne valeur dans chaque option puisqu’il reste encore 4 équipes. Bien évidemment, comme il reste 4 organisations, ces paris comportent aussi plus de risque, mais c’est ce qui arrive quand tu veux de la valeur.

Avant de savourer les deux 7es matchs, j’ai choisi le pari de Mise-o-jeu le plus tentant dans la course pour le Conn Smyth pour chaque équipe pouvant encore gagner le trophée de Lord Stanley. Les voici :

Ryan Getzlaf (Cote de 4)

On commence avec le moins payant, mais sa cote est compréhensible. Il est le capitaine de l’équipe à la maison pour le match décisif de la meilleure conférence. Il n’y a pas de doute qu’Anaheim sera favorisé par rapport à l’équipe de l’Est en finale de la Coupe Stanley et Getzlaf est le choix le plus logique puisqu’il est le meilleur pointeur en plus d’être le leader dans la chambre.

Il pourrait encore être dépassé par Corey Perry pendant la finale et c’est pourquoi la cote de son ailier est aussi faible, mais Getzlaf détient le bris d’égalité grâce à son titre de capitaine et c’est difficile d’envisager un autre joueur des Ducks comme gagnant de ce trophée.

Henrik Lundqvist (Cote de 5)

Ce n’est pas compliqué; si les Rangers gagnent la Coupe, Lundqvist aura le Conn Smythe dans la poche. Il aura gagné au moins 2 matchs ultimes en route vers ce titre et à cause de la performance moyenne de Rick Nash, il est le seul joueur vedette qui se démarque à New York présentement.

En plus, à cause de la différence entre l’Est et l’Ouest, Lundqvist pourrait avoir beaucoup de job en finale, ce qui lui donnera la chance de briller et peut-être même de gagner le trophée même si les Rangers sont finalistes pour une deuxième année de suite.

Steven Stamkos (Cote de 15)

On commence à entrer dans les joueurs un peu plus payants. Tyler Johnson est présentement le favori du Lightning dans cette course, mais il commence à ralentir un peu alors que Stamkos est dans une meilleure phase. L’attaquant a obtenu un point dans 9 ses 11 derniers matchs et il a marqué un but dans 6 de ses 8 dernières rencontres.

Avec un ou deux moments marquants, Stamkos pourrait facilement déloger Johnson de la tête pour ce trophée alors qu’il n’a seulement que 3 points de retard sur son coéquipier. En plus, c’est un trophée décidé par les journalistes, qui adorent les joueurs étoiles et qui ont déjà moussé la candidature de Johnson au cours des premières rondes. Ce dernier pourrait donc avoir atteint son apogée trop tôt, ce qui fait en sorte que Stamkos offre une cote très alléchante.

Duncan Keith (Cote de 15)

On termine avec mon pari préféré dans le groupe. Duncan Keith est présentement le favori de Puck Daddy et la majorité des analystes (qui voteront pour cet honneur) le placent au sommet de la liste si jamais les Hawks gagnent la Coupe. En plus, Kane et Toews (qui le devancent dans la liste de Mise-o-jeu) ont déjà gagné leur Conn Smythe, ce qui veut dire qu’une victoire des Hawks permettraient aux voteurs de se dire que le défenseur est dû pour en gagner un. Le fait que plusieurs croient qu’il aurait dû le gagner en 2010 aide aussi.

Son cas est extrêmement solide. En moyenne, il a 39 présences sur la glace par match et sa moyenne de temps de glace est de 31 minutes et 49 secondes, ce qui est un sommet dans la LNH. Ce n’est même pas proche lorsqu’on regarde les autres équipes qui ont une chance de jouer en finale.

Il vient présentement au 2e rang de la LNH au niveau des passeurs (14) et Patrick Kane est le seul membre des Blackhawks qui a plus de points que lui jusqu’à maintenant en séries (17 vs 16). Il est clairement le choix logique si les Hawks gagnent la Coupe, ce qui est très possible, donc c’est un bon pari à prendre avant que le marché le comprenne.

Si tu veux parier sur (ou contre) ces sélections, tu peux te rendre sur Mise-o-jeu et mettre un peu d’argent sur ton nouveau joueur préféré.


Les deux finales de conférence se rendront jusqu’au bout

Après les Rangers de New York hier soir, les Blackhawks ont forcé un match ultime à leur tour en battant les Ducks par la marque de 5-2 devant leurs partisans au United Center. Cette victoire a été rendu possible grâce à une séquence incroyable de Duncan Keith et elle crée un scénario qu’on n’a pas vu depuis un bon moment.

Ce sera la première fois depuis l’an 2000 que les deux finales de conférence se rendront jusqu’au bout. À l’époque, les Stars avaient battu l’Avalanche par la marque de 3-2 dans l’Ouest alors que les Devils avaient battu les Flyers 2-1 grâce à un but de Patrik Elias alors qu’il restait moins de 3 minutes à faire.

On aura toutefois une pause d’une journée avant de se rendre jusqu’à ces matchs ultimes. Le Lightning visitera les Rangers vendredi soir alors que les Blackhawks joueront à Anaheim samedi. Les deux rencontres débuteront à 20h. Cette pause cadre parfaitement avec l’horaire de la Coupe Memorial puisque l’Océanic et les Remparts joueront pour continuer leur saison à Québec jeudi soir.


Duncan Keith a obtenu une mention d’aide sur 3 présences consécutives

Keith

Après un début de match assez tranquille, l’attaque des Hawks a explosé vers le milieu de la 2e période. En moins de 4 minutes, les joueurs de Chicago ont pris une avance de 3 buts dans le match qu’ils devaient gagner pour rester en vie dans la série. Duncan Keith a eu un gros rôle à jouer dans cette séquence alors qu’il a obtenu une passe sur ces 3 buts.

Le défenseur des Hawks a obtenu ces points lors de 3 shifts consécutifs, ce qui est incroyable pour un gars qui joue autant. Sa 3e passe était son 70e point en carrière en séries, ce qui le place au 10e rang de l’histoire des Hawks.

Keith a dépassé Bobby Hull pour entrer dans le top 10. Cette séquence a donné d’excellentes chances aux Hawks de forcer un 7e match à Anaheim samedi soir et elle aide certainement la candidature de Keith pour le Conn Smythe si les Hawks se rendent en finale.

Le 1er but

Le 2e

Et le 3e


La remontée de Jonathan Toews n’a pas été suffisante pour les Hawks

On ne croyait plus trop aux chances des Blackhawks en première période alors que les Ducks avaient une avance de 3 buts avant même le premier lancer de Chicago. Par contre, malgré ce début de match catastrophique, les Hawks ont trouvé le moyen de forcer une prolongation grâce au jeu inspiré de Toews en fin de partie.

Alors qu’il restait un peu moins de 2 minutes à faire au match et qu’Anaheim avait une avance de 4-2, Toews a réduit l’écart avec un boulet de canon qui ne laissait aucune chance à Andersen. C’était toutefois une autre histoire pour le but égalisateur alors que le capitaine des Hawks a lancé la rondelle à partir du coin de la patinoire.

Le gardien n’était pas prêt et son patin a redirigé la rondelle dans le filet pour forcer une prolongation. Ces 2 buts sont venus dans un intervalle de 72 secondes. La période supplémentaire a toutefois été de courte durée puisque Matt Beleskey a marqué le but gagnant après seulement 45 secondes de jeu.

Ce but permet aux Ducks d’éviter de faire face à l’élimination malgré le fait qu’ils n’ont toujours pas perdu en temps réglementaire au cours de ces séries. Il permettra aussi à Frederik Andersen de dormir un peu mieux avant le 6e match.

Les 2 buts de Toews en 72 secondes

Le but gagnant de Beleskey


Notre pari précis pour le 5e match de la série Ducks/Hawks

La série entre les Blackhawks et les Ducks nous offre probablement le meilleur hockey de la saison et si l’on se fie à une statistique assez incroyable, on ne pourrait avoir droit qu’à seulement deux autres matchs entre ces deux formations avant la fin de la série.

Depuis l’arrivée du noyau de l’équipe (Toews, Kane et Keith), c’est la 8e fois que les Hawks se retrouvent dans une série qui est égale après 4 matchs. Jusqu’à maintenant, ces joueurs ont une fiche parfaite dans cette situation. En effet, depuis leur arrivée, les Blackhawks ont une fiche de 14-0 dans les 5es et 6es matchs lorsque le score d’une série est de 2-2.

On peut donc dire que les gars sont assez confortables dans cette situation et qu’ils ne paniqueront pas. On ne peut pas dire la même chose des Ducks d’Anaheim, dont la majorité des joueurs jouent à ce stade-ci des séries pour la première fois de leur carrière. Même des gars comme Getzlaf et Perry, qui ont une Coupe à leur palmarès, occupent des rôles pas mal plus importants que lors de leurs derniers matchs de cette envergure.

Les joueurs d’Anaheim savent que le 5e match est crucial dans cette série puisqu’une défaite les placerait au dos du mur à Chicago, ce qui est loin d’être une position idéale. Ce n’est pas pour rien que Boudreau pense à des changements possibles pour son alignement.

De l’autre côté, les Hawks sont littéralement parfaits dans ces circonstances jusqu’à maintenant dans leur carrière, donc ils savent ce qu’ils font. Cette expérience vaut même la peine de tenter notre chance sur Mise-O-Jeu.

Chicago

La perfection des Hawks dans cette situation fait en sorte que le choix de Chicago en temps réglementaire semble être le plus logique pour le match de ce soir. Ceci étant dit, comme les Ducks n’ont toujours pas perdu en temps réglementaire pendant les séries de 2015, ce n’est peut-être pas une mauvaise idée de te couvrir en mettant un peu d’argent sur Chicago en prolongation.

Ce serait logique d’avoir peur de la fatigue des défenseurs des Hawks alors que Timonen et Cumiskey ne jouent presque pas. Par contre, comme on le voit en regardant le temps de glace de Nick Leddy en 2013 et en 2014, les gars du top 4 sont en terrain connu à ce niveau-là aussi et ils devraient être capables de continuer ce train d’enfer.

P.-S. Pour placer un pari sur ce match, consultez le site de Mise-O-Jeu en cliquant ici.


Les Ducks ont perdu même s’ils ont marqué 3 fois en 37 secondes

Si tu es allé aux toilettes au mauvais moment pendant le match entre les Blackhawks et les Ducks, tu en as manqué pas mal. Avec 7 minutes et 38 secondes d’écoulées en 3e période, Brent Seabrook a doublé l’avance des siens avec un lancer frappé. Par contre, les Ducks ont répliqué 64 secondes plus tard.

Ryan Kesler a fait 3-2 avec l’aide de Silfverberg et Cogliano. 23 secondes plus tard, Matt Beleskey a profité des séries difficiles de Kimmo Timonen, qui a moins joué en 4 matchs (39:14) que Duncan Keith pendant cette rencontre (40:39), en l’utilisant comme écran sur un lancer qui ne laissait aucune chance à Crawford.

14 secondes après le but de Beleskey, Corey Perry a profité d’un retour de lancer pour donner l’avance aux siens pour la première fois dans le match. Ces 3 buts en 37 secondes placent les Ducks au 2e rang du livre des records de la LNH en ce qui concerne les 3 buts les plus rapides. Ils sont devancés par les Maple Leafs de Toronto, qui en avaient marqué 3 en 23 secondes contre les Flames d’Atlanta le 12 avril 1979.

Les Hawks se sont finalement remis de cette explosion offensive alors que Patrick Kane a marqué le but égalisateur en avantage numérique. Antoine Vermette, qui avait été retranché de l’alignement lors du 3e match, a marqué le but gagnant en 2e prolongation pour égaler la série à 2-2. Avec cette victoire, les Hawks sont devenus les premiers dans l’histoire de la LNH à gagner 4 matchs ayant nécessité au moins 2 prolongations pendant les mêmes séries éliminatoires.

Les 3 buts en 37 secondes

Le but gagnant de Vermette


Les Ducks ont gagné grâce au bâton que le banc des joueurs a donné à Corey Perry

Ducks

Les Ducks ont pris une avance de 2-1 dans leur série contre les Hawks grâce à une victoire du même score jeudi soir. C’est le défenseur québécois Simon Després qui a marqué le but gagnant lors de la dernière minute de jeu de la 2e période. Ce but a été marqué 19 secondes après une mise au jeu en zone offensive qui a été rendue possible grâce à Corey Perry et l’aide du banc des joueurs.

Sur la séquence qui a mené à cette mise au jeu, Perry a bloqué un lancer de Johnny Oduya, ce qui lui a permis d’avoir un 2 contre 1 avec Patrick Maroon contre Niklas Hjalmarsson.

Par contre, Perry n’avait plus de bâton lorsque les deux joueurs des Ducks faisaient la transition en zone neutre. En voyant ça, Hjalmarsson a mis de la pression sur Maroon puisqu’il ne croyait pas que Perry était encore une option de passe.

Le banc des Ducks a réglé ce problème en remettant un bâton à Perry, ce qui faisait en sorte que Maroon pouvait le rejoindre avec une passe. Ça a permis à l’attaquant de se retrouver seul face à Crawford qui a fait l’arrêt, mais qui a dû geler la rondelle. Cet arrêt de jeu a mené au but gagnant de Després.


Les Blackhawks ont gagné le plus long match de leur histoire mercredi matin

Kruger

Le 2e match entre les Ducks et les Blackhawks était vraiment excitant, mais il était aussi vraiment long. On a eu besoin de près de 3 prolongations pour faire un gagnant alors que c’est Marcus Kruger qui a marqué le but de la victoire pour les Blackhawks.

C’était le plus long match de l’histoire de l’organisation gagnante alors que c’était le 2e plus long pour les Ducks, qui avait eu besoin de 5 prolongations pour battre les Stars lors du premier match de leur série de 2e ronde en 2003. Il s’agissait également de la 17e plus longue rencontre de l’histoire de la LNH et c’était le plus long match depuis 2008.

Duncan Keith a mené tous les joueurs avec 49 minutes et 51 secondes de temps de glace. C’est 31 minutes de plus que Kyle Cumiskey, qui a été le 5e défenseur le plus utilisé des Blackhawks. Kimmo Timonen a seulement passé 16 minutes et 45 secondes sur la glace pendant ce marathon. Chez les Ducks, le meneur a été le défenseur de 34 ans, François Beauchemin, avec 46 minutes et 29 secondes.


Andrew Shaw a marqué avec un coup de tête, mais ce n’est pas légal

Shaw

On a appris un nouveau règlement pendant la 2e prolongation du 2e match de la série entre les Ducks et les Blackhawks mardi soir. Alors que Chicago évoluait en avantage numérique, Andrew Shaw était à sa place habituelle dans l’enclave. Lorsque l’attaquant a vu une rondelle qui flottait dans les airs après un retour, il a pris une chance et il l’a envoyé dans le but avec sa tête.

Les Blackhawks pensaient avoir égalisé la série, mais après consultation, les arbitres leur ont annoncé que le but n’était pas alloué à cause du règlement 38,4(iv). qui dit que tous les buts marqués intentionnellement avec une partie du corps ne sont pas bons.

C’était la première fois que plusieurs fans de hockey voyaient une séquence du genre, mais Shaw n’est pas le premier à avoir pensé à ça. Pendant la Coupe Memorial de 2011, l’attaquant du Canadien, Devante Smith-Pelly, a appris l’existence de ce règlement après avoir tenté quelque chose de similaire. Le pire, c’est que Shaw était aussi sur la glace pour ce jeu. Pavel Datsyuk a également tenté cette manœuvre plus tôt dans sa carrière.


Frederik Andersen a volé Patrick Kane avec un arrêt désespéré du bâton

Kane

On avait tout un dilemme devant nous dimanche après-midi alors que le premier match de la finale de conférence de l’Ouest se déroulait en même temps que la finale du championnat mondial de la IIHF entre le Canada et la Russie. En plus, il faisait super beau dehors, donc il fallait quelque chose d’incroyable pour se démarquer du reste.

C’est ce qu’on a eu tôt dans la première période entre les Ducks et les Hawks. Patrick Kane a profité d’un revirement de Ryan Getzlaf pour s’amener face à Frederik Andersen à partir de l’enclave. L’attaquant des Hawks a été plus patient que le gardien, ce qui lui a permis d’avoir un filet ouvert.

Toutefois, le gardien danois n’a jamais abandonné et il a volé Kane avec un arrêt désespéré du bâton. Ça permettait de garder le score à 0-0 malgré la domination de Chicago en début de rencontre. Cet arrêt a grandement aidé les Ducks, qui ont pris les devants grâce à un but de Hampus Lindholm quelques minutes plus tard.