Il faut être vraiment cave pour se faire suspendre par son équipe lorsqu’on est en 2e ronde des séries. C’est ce qu’Andrei Kostitsyn et Alex Radulov ont réussi à faire. La direction des Predators de Nashville a annoncé que Kostitsyn et Radulov n’allaient pas jouer le 3e match contre les Coyotes à cause d’un non-respect d’un règlement de l’équipe. Les deux attaquants des Predators n’ont pas respecté le couvre-feu de l’entraineur Barry Trotz dans la nuit samedi à dimanche. Kostitsyn et Radulov se sont comportés comme des joueurs éliminés des séries…

Andrei Kostitsyn et Alex Radulov ont été vus dans un bar de Scottsdale en Arizona à 4h du matin dimanche. Ils jouaient un match à 5h de l’après-midi la journée même.

Bravo au directeur-gérant David Poile d’imposer de la discipline et de faire respecter la mentalité de l’équipe. J’espère que Geoff Molson prend des notes. Voici la déclaration du DG des Preds:

« Les Predators de Nashville ont quelques règles simples centrées autour de faire les bonnes choses. Nous avons toujours fonctionné avec une mentalité et philosophie qui met l’équipe en premier. Violer les règles de l’équipe n’est pas honnête envers le club et les autres joueurs. »

Si Andrei Kostitsyn est capable de se faire suspendre après seulement 1 mois avec sa nouvelle équipe en pleine série, imaginez ce que le gars faisait à Montréal. Ça vient juste donner du poids à ce que je vous raconte depuis des lunes. Les joueurs du Canadien font à leur tête, sans conséquence et sans encadrement. Ça démontre aussi que les dirigeants (ex) du Canadien ont des grosses couilles molles. Si Scott Gomez était à Nashville, David Poile l’aurait envoyé dans un club local de Peewee C. Je ne vais même pas revenir sur les Chris Higgins, Komisarek, O’Byrne. La différence entre l’organisation des Predators et du Canadien? Les Predators sont capables de prendre la pression des médias en sanctionnant les mauvais coups des joueurs. Le CH préfère protéger ses joueurs, les blanchir et tout cacher, pour ne pas vivre avec les critiques des médias.

En terminant, lors du match de dimanche, un analyste de NBC a remarqué qu’Alex Radulov se grattait le jambon. Voici comment la brosse de Radulov avec Kostitsyn a affecté son jeu.