twitter guy serota

Lundi après-midi, Guy Serota a été nommé un des trois médiateurs pour se joindre au conflit entre la NHL et la NHLPA. Évidemment, tout de suite après cette annonce, les inspecteurs des internets ont lancé leur recherche afin d’en savoir plus sur l’identité des trois hommes. En quelques instants, on a découvert que Guy Serota était un beau gros cave, raciste sur les bords, obsédé par Sarah Silverman. Pourtant, la description sur compte Twitter indiquait ceci: Commissioner with Federal Mediation and Conciliation Service, United States Government. Ses commentaires ressemblaient toutefois à ceci:

La preuve que Guy Serota est un parfait imbécile est la façon dont il a réagi. Une fois découvert et attaqué sur Twitter, il a supprimé son compte pour ensuite le réactiver en affirmant qu’il a été piraté. Depuis sa création. Com’on.

Faut savez ce qui me cr*sse le plus à terre? C’est ce que certains membres des médias avalent (ou je dirais même gag comme Sasha Grey) l’excuse de marde que Guy Serota s’est fait pirater son compte. Parlez-en en à Pierre Lebrun d’ESPN. Au moins, la NHL a eu les ballz de retirer Guy Serota du dossier deux heures après l’avoir embauché.