mathieu-darche canadiens

Marc Bergevin risque peut-être de faire quelque malheureux en décidant de couper les ponts avec le Montréalais Mathieu Darche. Celui qui a passé les trois dernières saisons au sein de l’organisation du Canadien a annoncé un peu avant 18h hier soir qu’il ne serait pas de retour avec l’équipe en 2012-13. À moins d’une semaine de son autonomie contractuelle complète, l’ailier gauche de 35 ans n’était clairement pas une pièce importante au puzzle de Bergevin.

Si on laisse les émotions de côté, il faut reconnaître que Darche ne représentait pas un joueur pouvant « améliorer » l’équipe. On chuchote en coulisses que Pierre Gauthier tenait à ses services uniquement parce qu’en plus d’être capable de jouer à peu près tous les rôles sur la glace, Darche était le Québécois désigné avec les médias francophones. Bon communicateur, pas gêné pour cinq cennes, Darche n’a jamais dit de niaiseries devant les journalistes et ça manquait à l’organisation après les passages de Laraque, Latendresse, Ribeiro et autres.

Si on parle « hockey », Darche n’avait plus sa place avec le CH. Il est en fin de carrière, lui donner un contrat à long terme est un risque et le marché des joueurs autonomes est bourré de joueurs pouvant amener plus que lui et à un prix semblable.

Par contre, se débarrasser de Darche met une certaine pression supplémentaire sur les épaules du nouveau directeur général du CH : celle d’attirer au moins un joueur québécois à Montréal d’ici le premier match de l’équipe en octobre prochain. Officiellement, Bergevin n’a pas cette obligation, mais officieusement, il l’a.

Desharnais et Leblanc – s’il joue à Montréal la saison prochaine – ne suffiront pas. Il en faudra davantage et puisque Marc Bergevin a mentionné plusieurs fois qu’il considérait important le fait français, il sera difficile de le voir se contenter de deux Québécois.

Qui choisira-t-il? Ce qui est certain, c’est qu’il a plusieurs alternatives : Francis Bouillon, Pierre-Alexandre Parenteau, Guillaume Latendresse,  Yann Danis, Jean-François Jacques, Philippe Dupuis, Bruno Gervais, etc.