Pas la peine de vous énerver avec le titre, l’attaquant du Canadien ne m’a pas touché. Je suis tombé à terre par moi-même à cause de sa gentillesse.

Samedi dernier, dans le cadre de la Coupe Rogers, Mathieu Darche participait à un match de hockey avec Marc-André Gragnani des Sabres, Charline Labonté et quelques joueurs de tennis. Après le match, je m’approche de Mathieu Darche afin de faire une entrevue. En passant, je passe la semaine à la Coupe Rogers en tant que social media manager pour Rogers.

Il me dit pas de problème, mais au même moment il se fait envahir de fans et de chasseurs d’autographes. J’attends un peu, mais il y a juste trop de monde. Les gars de sécurité arrivent, son cart vient le chercher, etc. Bon, too bad. J’ai manqué mon entrevue, ce n’est pas la fin du monde. Je pense que c’est plus important que Mathieu Darche signe des autographes à des jeunes admirateurs que de répondre à mes questions. Je retourne à mon kiosque Rogers.

Environ 20 minutes plus tard, devinez qui se pointe devant moi? Mathieu Darche et sa sublime femme.

« Veux-tu faire ton entrevue? Je suis disponible », me dit le diplomé de l’Université McGill.

Je suis presque tombé en bas de mon tabouret. Je suis probablement resté un bon 5 secondes avec la bouche ouverte en train de chercher quoi répondre.

Mathieu Darche qui fait un détour pour venir me jaser. WOW.

On a jasé tennis, mais son meilleur commentaire est à 1:05.

P.-S. Cette semaine, j’ai aussi fait des entrevues avec Rafael Nadal et Jimmy Connors. J’ai «forcé» Nadal à me parler de ce qu’il aime à Montréal. Connors a parlé de l’évolution du monde du tennis.