Ce qui est à la fois intriguant et désolant avec le hockey d’aujourd’hui, c’est que c’est l’un des sports les plus sales et qu’il y en a pourtant bien d’autres plus enclins à l’être davantage. Ce que j’entends par « sale »? Tout le côté irrespectueux dans la dynamique de jeu, les joueurs ne semblent plus du tout faire la différence entre une mise en échec légale et intelligente et un contact illégal, illégitime et absolument pas nécessaire.

D’ailleurs, j’ai une question pour les mordus : y-a-t-il un autre sport que le hockey où voir un athlète quitter en civière est quasiment rendu normal?

Hossa, Bergeron, Savard, Pacioretty et j’en passe. Si vous me dites que toutes ces mises en échec sont légales alors je vous crois, mais il faut tout de même changer les règlements. Que c’est stupide comme manière de voir les choses quand on y pense. Parce que c’est légal, il faudrait tolérer? Non, si c’est intolérable, il faut changer la loi.

J’ai honte de mon hockey. Je n’ai pas énormément d’expérience vu mon âge, mais il me semble qu’il y a cinq, six saisons, il y avait beaucoup moins de gestes salauds. Que s’est-il passé? Il faudrait analyser la situation en profondeur et ce texte est plus une invitation à l’analyse plutôt que cette dernière elle-même.

Je n’ai jamais vu Jean Pascal ou Lucian Bute donner de « véritables » coups vicieux. Pourtant, ces derniers sont boxeurs et compétionnent dans des circonstances beaucoup plus propices à ce genre de débordements. Peut-être est-ce la démonstration que le problème ne se trouve pas dans la formulation des règlements, mais plutôt entre les deux oreilles des joueurs.

Ce qui me fait le plus de peine dans cette histoire, c’est que la raison qui explique tous ces gestes salauds est très simple. Brendan Shanahan a fait savoir quelques semaines avant le début des séries qu’il serait moins sévère lors des quatre rondes éliminatoires. Si nous l’avons su, les joueurs l’ont su eux aussi. Parce que je ne crois pas aux hasards – sauf quand il s’agit de dés ou de pièces de monnaie – j’ai bien l’impression que les joueurs ont usé de logique. Brendan Shanahan a fait du bon boulot cette saison, mais quelle erreur fut celle d’envoyer ce message à l’aube des matchs les plus émotifs de l’année.

Des fois, j’ai bien de la difficulté à suivre le monde…