comission charbonneau centre bell canadiens

Geoff Molson a décidément choisi le mauvais timing pour surpayer (545M$) le Canadien de Montréal en 2009. L’an dernier, la valeur du club a chuté à 445M$, les Glorieux ont terminé bon dernier et l’engouement des partisans a été remplacé par de nombreux sièges vides à l’aréna. Cette saison, le lockout empêche Geoff Molson de vendre ses billets de hockey et sa bière. De mon côté, j’ai appris que le Centre Bell perd ses meilleurs clients au rythme des confessions de la Commission Charbonneau.

Pour ceux qui n’étaient pas au courant, des billets pour assister aux matchs des Canadiens de Montréal étaient le genre de pots-de-vin que les crottées politiques adoraient recevoir. D’après vous, combien de paires de billets de saison dans les rouges qui étaient payés avec vos taxes ne seront pas renouvelées? On s’entend-tu qu’il n’y a pas grand monde qui travaille à l’Hôtel de Ville qui voudra aller se coller la face dans la baie vitrée. Toutefois, ce qui inquiète les gestionnaires du Centre Bell est le cas des loges. Et c’est là que ça va faire mal au compte de banque. Généralement, lorsque tu décides de te gâter avec l’argent du peuple, tu dois en profiter au maximum. Donc, tu dépenses en masse. Plusieurs visages et noms reliés à la Commission Charbonneau étaient des réguliers des loges. Pensez-vous qu’ils vont revenir prochainement? Probablement pas; ils n’ont plus accès à votre argent. Le Centre Bell sait déjà que ces loges seront libres quand le hockey va recommencer et on se demande comment récupérer ces revenus. Disons que ça court un peu moins les rues des gars prêts à dépenser 25 000$ (des contribuables) pour une loge un mardi soir pour un match Canadien-Panthers…

Déjà un impact au Centre Bell!

L’effet de la Commission Charbonneau s’est d’ailleurs fait sentir lors du dernier combat de boxe de Lucian Bute au Centre Bell. Règle générale, lors des événements sportifs, les quatre loges les plus payantes étaient toujours celles des Italiens, du municipale, des constructeurs et des Autochtones. Je sais, personne ne parle de la mafia autochtone, mais ils sont autant dans la gammick que les autres. Ils se sont simplement mieux cachés. Pourtant, ils sont juste l’autre bord du pont Mercier. Cela est un autre débat. Bref, tous les gros clients des loges étaient absents lors du combat de boxe de Lucian Bute. Et ils ne seront pas de retour si tôt.

Faites un calcul rapide. 4 loges qui dépensent 25 000$ par soir (je reste conservateur ici) pendant 41 matchs ça fait 4.1M$. C’est du gros gros gros cash. Du gros cash qui pourrait servir à racheter le contrat de Scott Gomez par exemple.

*Photo: Flickr