Suivez 25stanley sur Facebook!

Crosby, Getzlaf et Giroux sont les finalistes pour le Hart

Crosby

Il n’y a pas vraiment de surprise pour ce trophée. Les 3 nominés pour le trophée Hart, remis au joueur le plus utile à son équipe sont Sidney Crosby, Ryan Getzlaf et Claude Giroux. On peut dire sans se tromper que c’est le capitaine des Penguins qui devrait gagner le trophée cette année.

Ce ne serait que le 2e Hart de Crosby qui a gagné son dernier en 2006. Crosby a terminé la saison avec 104 points en 82. Il a été le seul joueur de la ligue à franchir le plateau des 100 points, lui avait 17 points d’avance sur son plus proche poursuivant, Ryan Getzlaf.

Parlant de Getzlaf, il va certainement terminer 2e dans ce vote. Le centre des Ducks a levé son jeu d’un cran cette année et il a permis à son équipe de gagner le titre de la meilleure division de la LNH. Il a tellement bien fait qu’il récoltera quelques votes de première place, dont celui d’Elliotte Friedman de CBC.

Giroux a terminé au 3e rang des pointeurs de la ligue, mais il a surtout mis les Flyers sur ses épaules après un début de saison catastrophique. L’attaquant de Philadelphie était probablement le meilleur attaquant de la ligue en 2e moitié de saison et ça aide avec le vote.


John Tortorella sera renvoyé par les Canucks

Tortorella

Comme s’il ne se passait pas suffisamment de chose dans le monde du hockey mercredi soir, Farhan Lalji, de TSN, a appris que les Canucks allaient renvoyer John Tortorella après une saison à la barre de l’équipe.

Il faut dire qu’avec l’arrivée de Trevor Linden en poste, Torto devait justifier son gros salaire et après une saison aussi difficile que celle que les Canucks viennent de connaître, c’était difficile pour le vétéran de convaincre l’état-major.

Torto


Justin Williams est une machine dans les matchs 7


Ce soir, les Kings affronteront les Sharks de San Jose dans le 7e match de leur série de première ronde. Après avoir comblé un déficit de 0-3 contre les Sharks, les Kings sont les favoris de plusieurs experts dans ce 7e match malgré le fait que le match soit à San Jose.

La raison principale est la réputation de chokeux qui suit les Sharks de San Jose, mais ce n’est pas tout. Disons que ce n’est pas une bonne idée d’aller contre Justin Williams dans un match 7. Williams a une fiche de 4-0 en carrière dans ces matchs, ce qui n’est pas mauvais, mais ce n’est pas ça qui le différencie de ses coéquipiers. Par exemple, son coéquipier Mike Richards a la même fiche que lui.

Ce qui le différencie de tous les joueurs qui frôleront la glace dans ce match, c’est sa performance dans ces rencontres. L’attaquant a 5 buts et 4 passes en quatre matchs 7 et a marqué 1 but dans chacun de ces matchs, incluant les 2 buts des Kings dans une victoire de 2-1 contre les Sharks l’an dernier. C’est difficile de faire mieux que ça.

Ce qui est encore plus encourageant pour Williams c’est qu’il joue bien dans cette série. Il a marqué 2 buts et 1 passe dans le 6e match alors qu’il avait amassé 2 buts dans le 4e match. Dans les deux cas, il a permis aux Kings de rester en vie et de forcer ce 7e match.

C’est toujours difficile de prédire ce qui va se passer dans un 7e match, mais ne soyez pas surpris si Justin Williams connaissait un gros match et trouvait une façon de marquer un but pour les Kings ce soir.


Le Canadien est plus efficace que la moyenne dans le couloir central en zone offensive

Je sais que le titre de l’article est assez précis, mais il n’y a pas d’autres façons de l’expliquer. Selon les données compilées par Andrew C. Thomas, un PhD de Harvard en statistiques, le Canadien a été plus efficace que la moyenne de la ligue dans le couloir central en zone offensive cette saison.

Thomas a créé des graphiques séparant les lancers en 15 zones différentes. Il a ensuite comparé le % de réussite, donc le % de lancers au but qui se termine dans le filet, de chaque équipe à la moyenne de la ligue. Dans le graphique ci-dessous, qui comprend les données à égalité numérique, toutes les zones où le chiffre est plus grand que 1, le Canadien est au-dessus de la moyenne. Bien évidemment, ça veut aussi dire que chaque zéro représente une zone où le Canadien est en bas de la moyenne.

Habs slot

Comme vous pouvez le voir, le couloir central de la zone offensive est un bel endroit puisque le Canadien est meilleur que la moyenne de la ligue tout au long de l’axe. Le 1,66 est particulièrement impressionnant puisque grâce à P.K. Subban, le Canadien a marqué 7 buts en 88 lancers de cette zone sur la glace. Ce % de réussite est certainement meilleur que le reste de la ligue.

D’ailleurs, parlant de P.K., certains seront surpris de voir le faible % de réussite du Canadien de la pointe à droite. Le tricolore excelle dans les 2 autres sections de la pointe, mais à droite, rien ne va plus puisque le club n’a marqué que 2 buts en 231 lancers. Comme vous pouvez le voir sur le graphique, c’est pas mal moins que la moyenne de la ligue et quand tu comptes sur Subban à cette position, c’est franchement surprenant.

Ceux qui aiment le narratif qui dit que le Canadien est trop petit remarqueront que plus on s’approche du but, plus l’avantage du Canadien rétrécit. Par contre, j’aime mieux me concentrer sur le fait que le tricolore est plus efficace que le reste de la ligue dans 4 des 5 zones qui représentent la zone payante, plus connu sous le nom de la slot. C’est quelque chose qui me semble excellent pour une équipe qui est toujours supposée être trop petite.


Jagr, Moore et Malhotra sont les finalistes pour le Masterton

dominic moore - katie moore - credti: g&m

Mercredi matin, la LNH annonçait les finalistes pour le trophée Bill Masterton remis au joueur qui a démontré le plus de persévérance et dévouement au sport. Les finalistes sont Jaromir Jagr, Dominic Moore et Manny Malhotra. Les 3 ont une histoire qui leur permet d’avoir une chance pour le trophée même s’il y a un grand favori.

Jagr vient de connaître une saison incroyable à l’âge de 42 ans. Il repousse les limites du vieillissement tout en inscrivant sa marque dans le livre des records de la LNH. Si les Devils savaient marquer en fusillade, il aurait pu être le meilleur pointeur d’une équipe de séries.

Manny Malhotra revient d’une terrible blessure à l’oeil. Les médecins lui avaient dit que ses chances de revenir au jeu étaient faibles, mais l’ancien des Canucks a tout fait pour revenir dans le circuit Bettman et il a connu une bonne saison pour les Hurricanes de la Caroline.

Le favori pour le trophée est toutefois Dominic Moore. L’ancien du Canadien a perdu sa femme dans une bataille contre le cancer. Il a eu besoin de prendre du temps hors du monde du hockey pour dealer avec tout ça, mais il est revenu cette année et il est une partie importante des Rangers de New York.

La grande surprise de ce dévoilement est l’absence de Josh Harding. Le gardien du Wild combat présentement la sclérose en plaques et il jouait de façon superbe en début de saison. Malheureusement, la maladie l’a empêché de terminé la campagne, mais son absence dans les finalistes est tout simplement incroyable. La seule raison qui expliquerait cet oubli serait le fait que c’est lui qui a gagné l’an dernier et que les journalistes veulent changer de gagnants. Tout de même, sa saison aurait au moins dû lui valoir une place de finaliste.


Opération au poignet réussie pour Ben Bishop

Ben Bishop

Le gardien du Lightning de Tampa Bay, Ben Bishop, a subi avec succès une opération au poignet mardi à la Cleveland Clinic en Ohio, a annoncé l’équipe floridienne. Sa réhabilitation devrait être de trois à quatre mois.

Le portier de 27 ans devrait être prêt pour le camp d’entraînement de son équipe pour la prochaine saison.

La chirurgie a été réalisée par l’orthopédiste Thomas Graham. Ce dernier a également déjà opéré l’ancien joueur du Lightning et actuel membre des Flyers de Philadelphie Vincent Lecavalier.

Après avoir souffert au coude, Bishop a dû passer sous le bistouri pour sa blessure au poignet.


Getzlaf, Brown et Toews sont les finalistes pour le trophée Mark Messier

jonathan-toews-asian

Les 3 finalistes pour le trophée Mark Messier, qui est remis au meilleur capitaine de la LNH, sont Ryan Getzlaf, Dustin Brown et Jonathan Toews. Les 3 joueurs ont été sélectionnés par Mark Messier.

Ce trophée est assez difficile à prédire puisque c’est le choix d’une seule personne et c’est impossible de savoir ce qu’il pense. C’est également assez compliqué de savoir qui est le meilleur capitaine de la ligue puisqu’on n’a pas accès à ce qui se passe dans la chambre des joueurs.

Ça semble quand même être 3 bons choix puisque les 3 gars sont capitaines d’équipes qui ont connu une bonne saison. D’ailleurs si les Kings complètent la remontée contre les Sharks, les 3 nominés pourraient évoluer en 2e ronde des séries.


Les équipes de la LNH subissent le traitement Game of Thrones

NHL GOT !

NHL GOT

NHL GOT 2

Les bannières ci-dessus sont le travail d’une illustratrice qui est fan des Capitals de Washington, Rachel L. Cohen. Elle a fait ça en adaptant les logos des 30 équipes au style de Game of Thrones, l’émission de style médiévale qui fait présentement fureur sur HBO. Non seulement c’est du travail de grande qualité, mais l’auteure nous dit que ça ne lui a pris qu’une semaine à faire.

Comme on peut voir, elle a repensé tous les logos de la ligue et ça donne un résultat très intéressant. Certains ne changent pas énormément comme le Canadien par exemple, mais d’autres comme les Red Wings subissent de grands changements en voyant l’arrivée d’une pieuvre dans leur bannière.

Parmi mes préférés, il y a ceux des Coyotes, des Penguins, du Canadien, des Blues, des Devils et des Flames. Ceux que j’aime le moins sont ceux des Blackhawks et des Hurricanes, mais c’est à cause de leur concurrence et non parce qu’ils sont laids.

C’est le genre de chose que la ligue ne pourrait pas faire sans le consentement de l’émission, ou de l’auteure, mais je suis certain que des produits du genre fonctionneraient très bien dans les magasins des 30 équipes de la LNH. Une affiche avec les 30 logos revisités serait certainement un achat populaire.


Les finalistes au trophée Norris sont Zdeno Chara, Duncan Keith et Shea Weber

Screen shot 2014-04-28 at 11.37.57 AM

Les trois candidats pour le trophée Norris, honneur remis au meilleur défenseur de la Ligue nationale de hockey (LNH), ont été annoncés lundi matin. Zdeno Chara, des Bruins de Boston, Duncan Keith, des Blackhawks de Chicago, et Shea Weber, des Predators de Nashville, sont les finalistes pour ce prix.


Entrevue // La vie après le hockey de Jean-Pierre Dumont

Nouveau collaborateur sur le 25stanley, on vous présente Frédéric Charette qui vous offrira du contenu hockey approfondi. En guise de première chronique, voici une entrevue qu’il a réalisée avec Jean-Pierre Dumont, ancien joueur de la NHL.

tournoi-begin-bouillon-21

Jean-Pierre Dumont, comment vivez-vous votre retraite du monde du hockey professionnel?

Tout va bienJe suis content de pouvoir passer plus de temps de qualité avec ma femme et mes 4 filles. Cela est rafraichissant, car être sur la route 41 parties par années n’est pas facile pour la vie de famille. Surtout lorsque tu joues en Europe comme je l’ai fait en fin de carrière. Dans la vie, il faut faire des choix. Ce n’est pas tous les gens qui peuvent s’imaginer ce que le hockey demande comme sacrifice à court ou long terme.

Vous avez dit avoir 4 filles, comment est-ce d’avoir 4 enfants?

Oui j’ai 4 filles: Ella, Ava, Laila et Mya. Elles sont incroyables et elles me comblent de joie chaque jour. La famille est très importante et nous adorons les enfants. Pour ma femme Kristin et moi, chaque jour est une aventure et on s’amuse beaucoup tous ensemble.

Parlons hockey, comment as-tu vécu ton expérience avec les New York Islanders qui ton repêcher en 1996?

J’ai fait deux camps d’entrainement et des parties hors-saison avec les Islanders, mais je n’ai jamais joué le moindre match en saison régulière. J’ai finalement signé avec les Islanders, puis j’ai été échangé le lendemain. Nous avons eu des complications contractuelles. Cela a été long et si je ne signais pas cette journée là, je retournais au repêchage. Le lendemain, j’ai donc été échangé à Chicago. Je crois que l’échange avait été fait la veille, mais il fallait que je signe pour qu’il soit possible. J’ai bien apprécié mon passage à Chicago qui a été le début de ma carrière. Après, nous avons connu des moments plus difficiles et j’ai été échangé à Buffalo avec Doug Gilmour.


Tu as joué à Chicago, Buffalo et Nashville, peux-tu nous parler un peu de ton expérience?

J’ai eu une belle carrière et beaucoup de plaisir à mes débuts à Buffalo. Nous avions une équipe assez compétitive et nous avons eu du succès en saison régulière, mais moins en séries éliminatoires. J’ai eu la chance de jouer avec de très bons joueurs comme Brière, Numminen, Drury, Campbell, Vanek, etc. À Nashville, j’ai eu les meilleurs moments de ma carrière sur le plan personnel et ma famille et moi y avons fait notre niche et d’ailleurs nous y vivons toujours. Nous avons eux de belles saisons, mais l’Ouest est très compétitif. En même temps nous avions une équipe assez jeune.

Tu as connu une super première saison à Nashville, puis l’année suivante vous êtes devenus meilleur compteur de l’équipe avec 65 points. Puis, pour une raison inconnue, ton temps de jeu a diminué. Comment expliques-tu cela?

C’est difficile à expliquer, mais c’est une équipe qui aime faire confiance aux jeunes. C’est ce qu’ils m’ont dit tout en affirmant que j’étais un bon vétéran qui effectuait du bon travail.

Malgré ce discours, Steve Sullivan jouait plus que toi. Qu’en penses-tu?

C’est vrai. Mais maintenant, la LNH est une business et il y a beaucoup de monde avec des intérêts différents. Je n’en connais pas vraiment la raison, mais il semblait lui faire plus confiance.

À ta dernière saison, tu as joué 11 minutes en moyenne par match et tu as inscrit 19 points. Cela n’a pas dû être facile.

Effectivement, cela a été dur, car je n’avais plus d’avantage numérique, plus rien. Cela a été une saison difficile, même si les dirigeants disaient qu’ils étaient heureux avec mon travail auprès des jeunes. Je n’avais pas beaucoup de temps de glace et je savais que c’était ma dernière saison. Je m’attendais un peu à ce que Nashville rachète mon contrat. Ensuite, plusieurs équipes m’ont dit d’attendre. Lorsque j’ai signé à Berne d’autres équipes me disaient encore d’attendre. Mais moi, je voulais jouer au hockey.

Il se murmurait qu’une dizaine d’équipes vous avaient offert des contrats à l’essai. Est-ce la vérité ou juste des rumeurs?

Plusieurs équipes m’avaient appelé pour des contrats à l’essai. Il y avait notamment Vancouver, Boston ou encore Philadelphie. Beaucoup de formations de la LNH m’offraient des essais pour leur camp d’entraînement. Mais ce n’est pas ce que je désirais. J’avais 34 ans et je savais que je pouvais encore bien jouer. Lorsque l’on est à l’essai, c’est compliqué de se faire une place, car les franchises veulent pousser les jeunes qui ont déjà des contrats.

Les rumeurs disaient aussi que tu aurais pu aller à Montréal. Est-ce la vérité?

Non, il ne s’agit que de rumeurs. C’est certain que j’étais intéressé et que cela aurait été une transition facile. Je viens de Montréal, ma sœur et mes parents habitent là-bas. Mais il ne s’est rien passé. Je n’ai jamais été en contact avec eux malheureusement.

Tu as joué à Berne en Suisse durant le Lock-out en 2004-2005 et tu y es retourné en 2011-2012, comment as-tu vécu ton expérience là-bas?

Je n’ai joué que 3 matchs en 2004-2005 alors ce fut bref, mais là-bas les fans sont assez fou hockey également. On entend des chants comme dans les stades de soccer et les partisans restent debout pendant les 60 minutes. On avait des foules comparables à ce que l’on trouve dans la LNH. En 2011-2012, j’ai joué une trentaine de parties et nous avons connu une bonne saison, mais on a perdu en final de championnat. L’expérience fut enrichissante, car le style de vie est totalement différent de ce que nous avons ici en Amérique du Nord.

***

Pour d’autres informations exclusives de la part Frederic Charette, vous pouvez le suivre sur Twitter @FC25stanley.