Suivez 25stanley sur Facebook!

Les équipes de la LNH auront des détecteurs de métaux à l’entrée de leur aréna en 2015-16

Mardi, les Sénateurs ont publié un communiqué à propos d’une hausse des mesures de sécurité au Centre Canadian Tire. Dans ce communiqué, les Sens annoncent notamment l’arrivée de portes magnétométriques, (des portiques de détection de métaux). Normalement, ça n’attirerait pas notre attention, mais on retrouve un détail assez intéressant dans ce texte. 

Selon les Sens, cette politique sera adoptée à travers la LNH cette saison. Ça veut dire qu’on devrait voir ce genre de sécurité lors de notre prochaine visite au Centre Bell ou dans n’importe quel autre amphithéâtre de la LNH.

Auparavant, des membres de l’équipe de sécurité s’occupaient de cette tâche avec des détecteurs manuels lors de l’entrée au Centre Bell. Si l’on se fie au communiqué des Sens, on n’aura pas besoin d’enlever nos souliers ou notre ceinture. Par contre, il faudra vider nos poches pour éviter qu’un objet métallique fasse sonner le détecteur.

Ce n’est pas vraiment surprenant puisque la sécurité est capitale lorsqu’on parle d’un événement d’envergure comme un match de la LNH. Tant que ça ne rajoute pas trop de temps supplémentaire à l’entrée dans le building, ce n’est pas un problème. Par contre, si cette méthode crée encore plus de lignes aux portes, c’est une autre histoire.

Via Frank Seravalli


La LNH confirme que Québec et Las Vegas sont les deux seules villes dans la course à l’expansion

QuebecNordiques

La LNH a confirmé l’excellente semaine des fans de hockey de la ville de Québec mardi midi. Le circuit Bettman a déclaré que Québec et Las Vegas étaient les deux seules villes à avoir rempli une demande d’expansion avant la date limite. On le savait déjà, mais c’est bon de voir la ligue le dire publiquement (en anglais ET en français).

Encore mieux, la LNH a écorché Seattle au passage, disant que ce processus leur a permis de séparer les candidatures viables de celles qui n’étaient que des espoirs et des aspirations. Le circuit Bettman a aussi mentionné qu’il allait seulement considérer les demandes de Québec et Vegas.

Au total, 16 groupes ont demandé des formulaires, mais on dirait que le prix établi de 500 M$ était trop gros au goût de plusieurs. On pourrait dire la même chose à propos du 10 M$ que la LNH exigeait avec cette demande tout en disant aux candidats intéressés qu’elle garderait un 2 M$ peu importe ce qui arrivera.

C’est une excellente nouvelle pour Québec, qui a laissé son principal compétiteur loin en arrière. Par contre, comme on parle de la LNH, rien n’est certain. Les chances du retour des Nordiques se sont améliorées considérablement au cours des dernières semaines, mais ce n’est malheureusement pas encore un fait accompli.


La fois où les Blackhawks ont accordé un but parce que Patrick Kane était distrait par Taylor Swift

Kane

Les Blackhawks tenaient leur convention annuelle en fin de semaine. Le but de cette convention est de permettre aux partisans d’interagir avec les joueurs et le personnel de l’équipe. Il y a donc plusieurs panels où les gars répondent à des questions posées par des fans ou un animateur qui gère le tout.

Cette année, un des panels était composé de Denis Savard et de Patrick Kane. Savard a coaché Kane lors de son année recrue dans la LNH, donc il avait quelques bonnes histoires à conter à son propos. La meilleure concernait un mauvais repli défensif de Kane à cause de Taylor Swift.

À un moment donné pendant son année recrue, Kane a perdu son gars dans la zone défensive et ça a mené à un but de l’équipe adverse. Lorsque l’attaquant est revenu au banc, Savard l’a engueulé en lui disant qu’il était sûrement dérangé par les deux belles filles assises en arrière du banc des joueurs.

Après le match, Kane est arrivé à l’autobus de l’équipe en retard parce qu’il parlait aux deux mêmes filles. Savard ne l’a pas trouvé drôle et il l’a engueulé à nouveau. Le lendemain, Kane est allé voir le coach dans son bureau pour lui expliquer son point de vue et c’est à ce moment-là qu’il lui a révélé qu’une de ces deux filles était Taylor Swift.

Savard ne savait pas de qui il parlait alors il a dû demander à sa femme qui était Taylor Swift. À la défense du coach, l’artiste n’avait que 18 ans à l’époque et elle commençait à se faire un nom avec les chansons « Love Story » et « You belong with me » . On ne sait toutefois pas si Kane a eu la chance d’inspirer Swift pour une nouvelle chanson…

Via Second City Hockey


Braden Holtby voudrait un salaire annuel de 8 M$

Braden Holtby - capitals - credit: 25stanley

Les Capitals de Washington et le gardien Braden Holtby seraient à un écart d’environ 3 millions $ dans leurs négociations afin d’en venir à une entente.

Les Caps offriraient 5,1 millions $ annuellement tandis que le principal intéressé voudrait un montant de 8 millions $ par saison, selon ce qu’a rapporté Tim Wharnsby (CBC).

La séance d’arbitrage du portier de 25 ans est prévue pour le jeudi 23 juillet, dans la mesure où les deux parties n’arriveraient pas à s’entendre.

Le problème d’écart de salaire annuel d’environ 3 M$ pourrait forcer Holtby à passer devant un arbitre, mais les Capitals et l’athlète canadien ont encore plusieurs heures pour discuter dans le but de conclure un pacte.

Plus tôt en juillet, les Caps et Holtby avaient – semble-t-il – un écart de moins d’un million $ alors que Washington offrait environ 5,5 M$ et que Holtby demandait 6 M$.


Les Jets sont en discussions pour prolonger les contrats d’Andrew Ladd et Dustin Byfuglien

Byfuglien, Ladd

Les Jets de Winnipeg sont dans un processus visant à tenter de faire signer une prolongation de contrat à deux de leurs joueurs (Andrew Ladd et Dustin Byfuglien), selon le Winnipeg Free Press.

D’ailleurs, Gary Lawless a mentionné ceci par rapport au dossier impliquant Ladd : « [Il] veut rester à Winnipeg. Il a une jeune famille et de plus en plus cette ville est un endroit qu’il apprécie. Il aime aussi l’organisation et le travail que le directeur général Kevin Cheveldayoff fait, donc il est prêt à demeurer avec les Jets. Tout compte fait, le prochain contrat de Ladd devrait être près d’une valeur de 40 millions $. Les deux parties ont déclaré leur intention de conclure une entente, mais il y a encore un écart. »

Le capitaine de 29 ans devrait signer un pacte de plusieurs saisons d’ici la fin de la campagne 2015-2016. Pour le moment, une entente entre les deux clans n’est pas imminente.

Quant à Byfuglien, son agent a indiqué au WFP qu’il n’a eu que des discussions préliminaires au sujet d’une prolongation de contrat pour son client de 30 ans. Le défenseur encaissera un salaire de 5,2 millions $ pendant la saison 2015-2016.

Crédit photo : Andrew Ladd – Twitter


Un DG qui accepte le poste d’une équipe d’expansion en est probablement à sa dernière destination

Poile

Alors que le processus d’expansion de la LNH fait énormément jaser ces temps-ci, j’avais le goût de voir ce qui est arrivé aux DG qui ont bâti les premières éditions des équipes qui ont fait leur arrivée dans la LNH lors de la dernière vague d’expansion. En regardant ça, j’ai relevé deux tendances qui seront probablement prises en compte par les candidats pour les postes de Las Vegas et (on l’espère) Québec.

Avant de commencer, c’est bon de spécifier que l’on parle seulement des équipes d’expansion. Les déménagements des North Stars, Nordiques, Jets et Whalers ne sont donc pas pris en compte. Ça nous laisse 9 équipes d’expansion qui ont fait leur apparition entre 1991 et 2000 (San Jose, Ottawa, Tampa Bay, Floride, Anaheim, Nashville, Atlanta, Columbus et Minnesota).

Parmi les 8 DG qui ont bâti ces 9 équipes, un seul occupe encore ce poste dans la LNH (David Poile). Encore pire, dans le groupe de 8, seulement 2 directeurs-généraux ont occupé ce poste pour une autre équipe après la fin de leur association avec l’équipe d’expansion. L’un d’eux est Bobby Clarke, qui a pratiquement été échangé des Panthers aux Flyers (Philadelphie a versé une somme d’argent et un choix de 2e ronde à la Floride pour rapatrier Clarke en 1994).

L’autre est Jack Ferreira, qui a été le DG des Sharks lors de leur première saison avant de venir à Montréal où il a été le directeur du recrutement professionnel pendant un an. Par la suite, il s’est dirigé vers Anaheim pour mener une autre équipe d’expansion de 1993 à 98.

Les autres DG (MacLean, Risebrough, Waddell, Bridgman et Esposito) n’ont pas pu reprendre le même rôle ailleurs dans la LNH et c’était la même chose pour Ferreira après son passage à Anaheim. Encore pire, MacLean, Bridgman et Esposito n’ont plus occupé de poste d’exécutif dans la LNH par la suite.

Ça veut dire que le tiers des premiers DG des équipes d’expansion n’ont pas pu travailler à nouveau dans la direction d’une organisation du circuit Bettman après leur départ. Ceux qui sont restés dans la ligue ont dû accepter des rôles réduits (Risebrough, Waddell et Ferreira), un retour aux sources (Clarke) ou le même poste pour une autre équipe d’expansion (Ferreira).

Cette situation peut être expliquée assez facilement. Les formations d’expansion sont souvent très mauvaises lors de leurs premières saisons et ces années dans la cave de la LNH finissent par affecter la réputation des hommes qui sont en charge.

Même s’il n’a pas obtenu d’autre poste dans la LNH, David Poile n’est pas inclus dans l’autre groupe parce qu’il est avec les Preds depuis 1997! Le DG de Nashville pourrait toutefois illustrer le point positif qui vient avec un poste de directeur-général pour une formation d’expansion.

Lorsqu’on regarde les 4 dernières expansions (Preds, Thrashers, Jackets et Wild), on se rend compte que les faibles attentes au niveau des résultats sur la glace permettent aux DG d’avoir plus de temps que leurs pairs pour bâtir leur équipe.

En 2013, un blogueur avait trouvé que le règne moyen d’un DG dans la LNH était de 7,2 saisons. 3 des 4 DG des dernières équipes d’expansion ont régné plus longtemps que ça à la tête de leur équipe. On ne prend même pas en compte l’année précédant l’arrivée de l’équipe dans la ligue pendant laquelle le DG est employé par l’organisation pour se préparer avant le repêchage d’expansion.

Le seul qui a manqué la coupure (Doug MacLean) est passé assez près avec un parcours de 6 saisons à Columbus. La moyenne de ces 4 DG est également supérieure à celle du reste de la ligue (10,25 saisons) même si le règne de Poile à Nashville n’est toujours pas terminé.

Une partie de cette statistique pourrait être expliquée par le biais géographique qui fait en sorte que les DG ont plus de pression (et font donc moins long feu) dans les gros marchés canadiens que dans les villes plus au sud, mais l’impact de l’expansion est indéniable.

Bref, si l’on se fie à la dernière vague d’expansion, les deux gars qui accepteront les postes de Las Vegas et de Québec (on touche du bois) en seront probablement à leur dernière destination dans la LNH. Au moins, ils devraient avoir le temps de bâtir l’équipe à leur guise. Ça peut être effrayant, mais cette patience supplémentaire pourrait être suffisante pour convaincre un candidat qui est vraiment confiant en ses moyens (ce qui est le cas plus souvent qu’autrement).


L’Impact essaie d’amener Didier Drogba à Montréal

L’Impact est en train d’essayer de convaincre un joueur de pointe de venir s’installer à Montréal. En effet, lundi après-midi, Joey Saputo a confirmé à plusieurs médias que son organisation était présentement en discussions avec l’attaquant de 37 ans, Didier Drogba.

Brian Wilde, de CTV, a parfaitement résumé la situation. L’Impact veut Drogba, tout comme le Chicago Fire, qui était l’équipe favorite pour le signer la semaine dernière. La MLS aimerait l’envoyer à Chicago parce qu’ils ont la priorité même s’ils l’ont laissé tomber à un moment donné dans le processus.

Par contre, même si Drogba aimerait maintenant évoluer dans la MLS, il préférerait jouer à Montréal. C’est aussi bon de noter qu’il y aurait de l’intérêt de la part de l’Inter Milan, qui évolue dans la première division italienne, pour Drogba.

Selon un informateur de TSN, les discussions entre Drogba et Montréal se déroulent bien. Les deux côtés se parlaient même dans la langue native de l’attaquant, le français, pendant ces discussions. Le fait que Montréal soit la seule ville francophone de la ligue aide certainement l’organisation de Joey Saputo, qui semble vouloir mettre de la pression sur les dirigeants de la MLS avec ses sorties publiques.

Maintenant, le dossier est entre les mains de la ligue selon le président de l’Impact. C’est donc difficile de savoir ce qui va se passer. S’il venait à Montréal, Drogba serait un fit parfait pour l’Impact, tant sur le terrain qu’au niveau marketing. La réputation de l’attaquant ivoirien n’est pas à refaire et comme il a aidé Chelsea à gagner le titre de la Premier League la saison dernière, on peut dire qu’il a encore du bon soccer à offrir.


Craig Smith signe un contrat de 5 ans – 21,25 M$ avec les Prédateurs

getty

Les Prédateurs de Nashville ont pris le chemin que P.K. Subban et le Canadien avaient emprunté l’an passé. Ils ont amené Craig Smith devant un arbitre lundi matin avant de le signer à un contrat à long terme. L’entente est d’une valeur de 21,25 M$ et d’une durée de 5 ans.

Le contrat a une structure intéressante puisque l’attaquant de 25 ans reçoit une augmentation de salaire de 250 000$ à chaque année. Il gagnera 3,75 M$ cette saison et il aura un salaire annuel de 4,75 M$ lors de la dernière année de son entente. Smith a obtenu 23 buts et 44 points pour les Preds cette saison.

L’Américain aura un impact de 4,25 M$ sur la masse salariale des Preds, qui doivent maintenant signer leur autre agent libre avec restriction de qualité, Colin Wilson. Ils ont encore 16,2 M$ de libre sous le plafond et avec la signature de Wilson, ils auront un alignement complet. Ça pourrait donc être le genre d’équipe qui signerait Brad Boyes ou Alex Semin pour prendre une chance d’améliorer leur attaque.

Stats de Smith

Smith HERO


Québec et Las Vegas seraient les deux seules villes à avoir soumis leur candidature pour une équipe d’expansion

Centre Vidéotron

Lundi, Québecor a confirmé ce que l’on savait tous en disant qu’ils avaient soumis leur candidature pour obtenir une équipe d’expansion à Québec. Ça veut dire que la compagnie a versé 10 M$ à la LNH pour rester dans la course tout en espérant ne jamais recevoir un remboursement de 8 M$.

Ce qui est plus surprenant, c’est que selon Ken Campbell, Québec et Las Vegas sont les deux seules villes à avoir rempli les formulaires d’expansion avant la date limite (aujourd’hui). Campbell suit ce dossier d’assez près pour le Hockey News depuis un bon moment, donc il semble assez fiable à ce niveau.

C’est surprenant puisque depuis le début, Seattle était parmi les favoris. On savait que le groupe basé au centre-ville n’allait pas faire trop de bruit dans ce processus, mais on s’attendait à voir le groupe de Tukwila, une banlieue de Seattle, dans cette course.

Cette nouvelle est excellente pour Québec, mais ça ne veut pas dire qu’on peut acheter nos chandails des Nordiques immédiatement. Une candidature de Seattle pourrait encore sortir de nulle part. En plus, même si on a toujours cru que ce serait le cas, la LNH n’a jamais promis qu’elle allait ajouter deux organisations via une expansion. Bettman pourrait décider que la candidature de Québec ne lui plait pas et seulement accorder une organisation à Vegas.

Ceci étant dit, les chances de Québec ont grandement augmenté au cours des derniers jours. Si Québecor fait son travail comme du monde (et rien ne nous porte à croire qu’ils ne le feront pas), le retour des Nordiques devient assez probable sans compétition de la part de Seattle.


Lance Bouma demandera 2,5 M$ en arbitrage

Après plusieurs saisons tranquilles, on dirait que les équipes de la LNH ont finalement décidé d’utiliser le processus d’arbitrage. Alors que Craig Smith passait devant l’arbitre lundi matin, Lance Bouma pourrait être le deuxième de la saison morte mercredi s’il n’en vient pas à une entente avec les Flames de Calgary.

Selon Tim Wharnsby, il n’y a qu’un million de différence entre les deux côtés pour le moment. Bouma espère obtenir un salaire de 2,5 M$ alors que les Flames offrent 1,5 M$. Si l’on se fie à ce que l’on voit habituellement dans cette situation, l’attaquant de 25 ans devrait gagner un salaire avoisinant les 2 M$.

Bouma a connu une explosion offensive cette année, obtenant 16 buts et 18 passes en 78 matchs. Auparavant, il avait marqué 15 points dans sa meilleure saison offensive dans la LNH. C’est ce qui lui méritera une bonne augmentation de salaire par rapport au 775 000$ qu’il a gagné cette année.

Techniquement, ce nouveau contrat ne devrait pas être un trop gros problème pour Calgary, qui a 6,26 M$ de libre sous le plafond salarial, mais ils ont 3 autres agents libres avec restriction à signer (Jooris, Byron et Ferland). Leur situation salariale en 2016-17 est encore plus importante pour eux puisqu’ils devront offrir de nouveaux contrats à Giordano, Gaudreau et Monahan. Si l’on se fie aux premières informations qui ont circulé, ça risque de coûter très cher.

Stats de Bouma

Bouma HERO