Suivez 25stanley sur Facebook!

Les premiers tweets des journalistes québécois

Cette semaine, Twitter a offert une nouvelle fonction qui nous permettait de regarder les premiers tweets de tous les comptes. On a donc décidé d’examiner les premiers tweets des principaux journalistes couvrant le Tricolore en trouvant ceux qui se sont inscrits en premier sur le réseau social.

25s

On a ouvert le bal le jour où Guy Carbonneau s’est fait renvoyer du poste d’entraîneur. Malheureusement, même si on lui a souhaité bonne chance, Carbo ne s’est jamais retrouvé un emploi dans la LNH.

Godin

Marc-Antoine Godin est parmi les premiers utilisateurs Twitters chez les journalistes et il a commencé avec une blague, qui était peut-être drôle à l’époque, sur la grippe porcine. On remarque déjà une tendance dans les premiers tweets qui sont souvent en anglais.

Machabee

Chantal a commencé son compte avec une réponse à un acteur québécois en disant qu’elle comptait pour les Penguins cette année-là. Elle aura été contente puisque ce sont eux qui ont gagné la Coupe.

Labbé

On a là un autre tweet en anglais. On imagine que Richard revenait au travail avec ses vacances, mais sinon il n’y a pas grand chose à dire.

Chaumont

HAHAHA! C’est mon 1er tweet préféré! Ce n’était que l’histoire de la journée de Chaumont qui n’avait probablement pas grand chose à dire pendant une journée de camp d’entraînement, mais lorsqu’on regarde ça aujourd’hui, c’est hilarant!

Gagnon

François Gagnon a ouvert son compte Twitter comme il l’a continué; en répondant aux gens un peu n’importe comment. Il essaie et c’est tout à son honneur, mais il ne sait vraiment pas comment le faire.

Lavoie

Renaud a commencé en mettant au clair qu’on allait avoir des nouvelles d’hockey sur son compte, mais qu’on allait devoir endurer des tweets sur les Yankees. C’est quand même surprenant qu’il ait pris autant de temps avant d’arriver.

Luc Gelinas

Louis Jean

Leroux

On finit avec les « dinosaures » comme ils se qualifient. Les gars sont arrivés en fin de 2010 et ils ont tous à peu près le même tweet où ils se disent que ça a pris trop de temps avant de s’inscrire.


Patrick Roy tente le tout pour le tout pour éviter le blanchissage

Avs

L’image que vous voyez ci-dessus nous vient du match Avalanche-Bruins où Patrick Roy a enlevé son gardien de but avec 5 minutes à faire au match. La stratégie n’a pas fonctionné puisque son équipe a perdu 2-0 contre les Bruins. C’était la première fois de la saison que l’Avalanche était blanchi alors que les Bruins sont devenus les premiers à assurer leur place en séries avec une 11e victoire consécutive.

Ce n’est pas la première fois que Roy enlève son gardien rapidement, lui qui n’hésite pas à faire ça avec 2 ou 3 minutes à faire, mais aussi tôt, c’était du jamais vu. Il faut dire que Roy est reconnu pour son orgueil et il ne devait vraiment pas vouloir se faire blanchir pour la première fois de la saison.

Il faut spécifier que les études statistiques nous prouvent que ce que l’ancien entraîneur des Remparts a fait sur cette séquence fait du sens. Depuis des années, des statisticiens poussent pour que les entraîneurs retirent leurs gardiens plus rapidement et on dirait bien que Roy les a écouté. Malheureusement pour lui, ça n’a pas fonctionné. Au moins, ça nous a permis d’assister à ce superbe arrêt en fin de match.

Avs


Le casque de John Scott est un peu trop grand pour Cory Conacher

Les Sabres de Buffalo sont déjà éliminés. Après une saison de misère, les joueurs de l’équipe qui croupit en fond de classement essaient simplement de terminer la saison en faisant de leur mieux et sans se blesser.

Au passage, ils essaient d’avoir un peu de plaisir et c’est ce qui est arrivé pendant le match contre les Oilers d’Edmonton jeudi soir. Après que Cory Conacher ait perdu son casque, on lui a amené le casque de John Scott au banc des punitions. Comme Scott est un pied plus grand et 75 livres plus gros que Conacher le casque était un peu trop grand.

Vous pouvez voir par vous-mêmes.

Conacher

C’est un petit moment cocasse dans une saison difficile à Buffalo et si ça a pu faire rire les joueurs et les partisans, c’est tant mieux. Par contre, celui qui a ramassé ce casque pour Conacher devrait aller subit un examen de la vue…


Sean Couturier commence à avoir une solide barbe

Sean Couturier

Si vous n’avez pas écouté les Flyers récemment, vous n’avez pas vu la superbe barbe de Sean Couturier. Le jeune joueur a une solide barbe rousse qui impressionne tous ceux qui la voient pour la première fois.

Comme on peut voir ci-dessus, Couturier a commencé à faire ça en début de saison quand ça allait mal (et que son entraîneur s’est fait renvoyer) et depuis ce temps là, l’équipe gagne et il a peur de la raser pour la superstition. La progression que l’on peut voir ci-dessus est particulièrement impressionnante.

La moustache était bonne en novembre, puis en décembre, il a l’air d’un jeune qui se fait pousser une barbe quand il n’en a pas la capacité, mais à partir de là, on rentre dans les barbes qui sont dignes des séries.

D’ailleurs parlant des séries, cette évolution me donne le goût que les Flyers y fassent un bon bout de chemin. Imaginez à quoi ressemblerait Couturier si Philadelphie se rendait en 2e ou 3e ronde. Ce serait tout simplement sublime!


Les nouveaux masques de Jaroslav Halak et Ryan Miller

Jaroslav Halak et Ryan Miller, eux qui ont été échangés avant la date limite des transactions, sont évidemment avec de nouvelles équipes.

Les deux gardiens ont de nouveaux masques : Halak, avec les Capitals de Washington, et Miller, avec les Blues de St-Louis.

HALAK

halak-2
halak-3
BjMnJbnCEAAXp4D

MILLER

1920520_10151991767397055_1600652815_n

Ça brasse dans les estrades dans les Pays-Bas

En Amérique du Nord, on est chanceux de ne pas être habitués de voir des batailles dans les estrades trop souvent pendant les événements sportifs. C’est quelque chose que l’on voit plus en Europe où les partisans sont pas mal plus intenses.

Lorsqu’on pense à ces batailles, on pense tout de suite au soccer, mais ce n’est pas exclusif à ce sport. En effet, le hockey nous offre parfois ce genre de situations et pas nécessairement dans des pays qui sont reconnus pour leur hockey.

C’est arrivé aux Pays-Bas le 16 mars dernier alors qu’une bataille dans les estrades a eu une répercussion sur la glace. En effet, le père du gardien et de l’arbitre en chef (le manque d’arbitres là-bas fait en sorte que des gars doivent arbitrer leur famille de temps en temps) assistait au match.

Le père était dans une bagarre où il se faisait malmener et ses fils voulaient s’en mêler pour défendre leur paternel. On a donc eu droit à une scène complètement folle où le gardien voulait grimper la baie vitrée et l’arbitre en chef devait se faire retenir par ses juges de ligne pour ne pas se rendre dans la foule.

On ne sait pas ce qui s’est passé avec le père, mais on espère qu’il s’en est bien tiré. Les deux fils, quant à eux, n’ont jamais été en mesure de se rendre dans la foule et c’est quasiment une bonne nouvelle parce qu’avec leurs émotions, ça nous aurait ramené des souvenirs de l’époque de Mike Milbury avec les Bruins qui s’étaient rendus dans les estrades pour se battre avec les partisans.

On peut comprendre les deux gars, mais c’est vraiment bizarre comme scène.


Chad Johnson confiant de jouer avec les Alouettes en 2014


Chad Johnson est un receveur de 36 ans qui a joué 10 saisons avec les Bengals de Cincinnati et une autre avec les Patriots de la Nouvelle-Angleterre. Sa dernière saison dans la NFL était en 2011. Il avait aussi participé au camp d’entraînement des Dolphins en 2012, mais il avait été coupé suite à une arrestation.

Maintenant, le receveur vétéran se tourne vers la LCF pour continuer sa carrière. En effet, après que les Alouettes de Montréal l’aient ajouté à leur liste de négociation, l’ancien de la NFL a tweeté qu’il aimerait jouer pour l’équipe et qu’il était confiant d’être en forme pour réussir. Il faut mentionner que la liste de négociation veut simplement dire que les Alouettes ont les droits de négociation avec lui et non qu’il signera automatiquement.

ochocinco

Ochocinco 2

Johnson a un talent indéniable puisqu’il a déjà dominé la NFL, mais son attitude a toujours été moyenne (d’où le 15% de chances d’être en probation l’an prochain) et autour de jeunes receveurs impressionnables comme Duron Carter, ça pourrait créer des problèmes.

En plus, c’est un geste classique de Jim Popp. À chaque année, il ajoute un joueur connu qui fait couler de l’encre, mais qu’il n’a aucune intention de signer. L’an passé c’était Tim Tebow et cette année on dirait bien que c’est Ochocinco. Bref, n’achetez pas vos chandails des Alouettes avec le nom de Johnson dans le dos trop vite.


Le Canadien est en feu depuis les Olympiques

Depuis le retour de la pause olympique, le Canadien a maintenu une fiche de 6-4-1, ce qui est respectable, mais pas incroyable. Toutefois, la fiche ne dit pas toute l’histoire alors que le CH a joué son meilleur hockey de la saison.

On en a parlé la semaine dernière, mais le Tricolore a continué sur sa bonne lancée depuis. En fait, depuis le retour des Olympiques, au niveau du Fenwick Close, qui est la statistique avec le plus de valeur prédictive, le CH maintient un meilleur rythme que les Kings de Los Angeles, qui sont au somment de la ligue, depuis le début de la saison.

Fenwick close

Ça veut dire que depuis Sotchi, les joueurs du Canadien contrôlent la rondelle comme une équipe de premier plan. Malheureusement, le fait que Budaj ait été devant le filet au lieu de Price a fait en sorte que la bonne possession de rondelle ne s’est pas nécessairement transformée en victoire. Heureusement, les saisons précédentes nous ont prouvé que les équipes qui contrôlaient le jeu avant les séries étaient généralement celles qui y faisaient un bon bout de chemin.

C’est une excellente nouvelle pour le Tricolore qui était dans les meilleures équipes dans cette catégorie l’an dernier. On peut voir que l’équipe avait bien commencé l’année en ayant un rythme d’une équipe parmi le top 10. Puis, Douglas Murray est revenu de blessure et ça a coïncidé avec une chute aux enfers pendant laquelle le Canadien jouait comme une équipe qui allait manquer les séries, mais qui avait la chance de compter sur Carey Price pour cacher ces défauts.

Maintenant, le Canadien joue bien et si l’équipe de Therrien peut maintenir le cap, ces chiffres nous indiquent qu’avec Carey Price devant le filet, le Canadien a le club et joue assez bien pour faire du bruit en série. Après une saison où les statistiques avancées ont souvent été contre l’équipe, c’est bien de voir que l’équipe a tourné la tendance juste avant les séries. C’est en contrôlant la rondelle que l’équipe a des chances de gagner des séries, pas en laissant les équipes adverses lancer 40 fois contre Carey.

Graphique via HabsEOTP


Les 5 équipes à surveiller au March Madness


Aujourd’hui, c’est le March Madness commence. Le March Madness, c’est le gros tournoi de basketball universitaire américain qui est complètement fou et qui te permet de suivre le basket pendant 3 semaines. Que tu aimes le basket ou non, c’est un tournoi vraiment plaisant à écouter parce que tu peux avoir des surprises n’importe quand et que tu vois des athlètes qui, pour la plupart, sont en train de vivre le plus grand moment de leur carrière sportive.

Pour t’aider à suivre le tournoi cette année, on a ressorti les 5 équipes qu’il faut surveiller au cours des 3 prochaines semaines. Les critères de sélection sont simples. Il faut que l’équipe ait au moins un Canadien et qu’on ait du plaisir à sauter dans le bandwagon pour devenir un partisan de l’équipe pendant la durée du tournoi.

Voici donc les 5 équipes du 25stanley pendant le tournoi du March Madness.

Jayhawks de Kansas, 2e tête de série dans le Sud

Canadien : Andrew Wiggins, Shooting guard de Vaughn, ON

Les Jayhawks ont commencé l’année comme une des équipes favorites et ils font encore partie des meilleures équipes présentes. Une des raisons pour ça est le Canadien Andrew Wiggins, qui est devrait sortir dans le top 3 du prochain repêchage de la NBA. Wiggins est si bon que ça! Il a très bien terminé l’année et pourrait exploser dans le tournoi. C’est définitivement le meilleur canadien présent dans le tournoi et il a de bonnes chances de mener son équipe à un championnat.

Blue Jays de Creighton, 3e tête de série dans l’Ouest

Canadien : Jahenns Manigat, Point guard de Ottawa, ON

Les Blue Jays comptent sur un des meilleurs joueurs du tournoi en Doug McDermott. Le vétéran mène cette équipe qui est une des meilleures en attaque. En plus, c’est son père qui est l’entraîneur de l’équipe. Creighton est un petit programme et avec le départ de McDermott, c’est pas mal leur dernière chance de gagner le championnat. Ils devraient donc être plaisants à suivre alors qu’ils joueront le tout pour le tout.

Crimson d’Harvard, 12e tête de série dans l’Est

Canadien : Laurent Rivard, Shooting guard de Saint-Bruno, QC

Le Crimson d’Harvard ne gagnera pas le championnat. En fait, ils sont négligés dans leur premier match. Toutefois, ça ne veut pas dire qu’ils vont perdre alors qu’ils sont dans la même position que l’an passé alors qu’ils avaient causé la surprise. On les aime parce qu’ils sont menés par un des deux seuls québécois dans le tournoi ; Laurent Rivard.

Shockers de Wichita State, 1re tête de série dans le Midwest

Canadien : Nick Wiggins, Shooting guard de Toronto, ON

Nick Wiggins est le frère d’Andrew, le leader de Kansas, mais il est moins bon. Par contre, son équipe n’est pas dans la même situation. Les Shockers n’ont pas perdu depuis leur défaite en demi-finale du March Madness de l’an passé. Ils ont été invaincus dans une conférence facile et ils essaient maintenant d’écrire leur nom dans l’histoire en complétant une saison sans défaite.

Wolverines de Michigan, 2e tête de série dans le Midwest

Canadien : Nik Stauskas, Shooting guard de Mississauga, ON

Les finalistes de l’an dernier sont menés par le canadien Stauskas qui se spécialise dans les lancers de 3 points. Michigan est aussi parmi les meilleures équipes offensives et les gars jouent du basketball excitant. Ils ont passé près d’être une 1re tête de série dans une autre région et ils seront certainement à surveiller alors qu’ils pourraient être de retour en finale cette année.

Vous pourrez suivre le March Madness sur CBS, TSN, TSN2 et RDS. Pour vivre l’expérience complète du March Madness, on vous suggère de remplir un bracket ici.


Cam Fowler et Jonathan Ericsson blessés jusqu’à la fin de la saison


Alors qu’on est au beau milieu de la course aux séries, deux équipes ont reçu des mauvaises nouvelles en ce qui concerne leur ligne bleue mercredi. Les Wings ont appris que Jonathan Ericsson s’est fait opérer à un doigt et qu’il manquera de 4 à 6 semaines. De leur côté, les Ducks ont appris que Cam Fowler allait manquer le reste de la saison régulière à cause d’une blessure au genou.

Dans les deux cas, les défenseurs devraient revenir en séries, si les Wings les font bien évidemment. Pour les Ducks, leur place en séries est presque assurée, mais la perte de Fowler pourrait très bien faire en sorte qu’ils perdent la première place de leur division alors qu’ils ont un match en main sur les Sharks qui ont autant de points.

Pour les Wings, on a déjà parlé de leur situation qui est complètement incroyable au niveau des blessures. La blessure d’Ericsson va forcer Brendan Smith à revenir à la ligne bleue où il fera partie de la première paire de défenseurs. Quand tu passes du 4e trio à la 1ère paire de défenseurs, ça t’indique qu’il manque une couple de joueurs…

Detroit est présentement en course aux séries alors qu’ils ont autant de points que l’équipe en 8e place, les Blue Jackets de Columbus, mais avec 2 matchs de plus de joués. Cette blessure est peut-être la goutte qui fait déborder le vase pour les Wings qui pourraient manquer les séries pour la première fois en plus de 20 ans.