Suivez 25stanley sur Facebook!

Evander Kane suspendu 2 matchs

Evander Kane

Evander Kane a été suspendu 2 matchs pour sa mise en échec par derrière contre Clayton Stoner des Ducks d’Anaheim. C’est la première suspension de Kane en carrière. Ce manque d’historique et le fait que Stoner n’ait pas été blessé sur la séquence ont aidé l’attaquant des Jets à s’en tirer avec une plus petite sentence.

Quand même, le département de Stéphane Quintal n’avait pas le choix de sévir puisqu’il s’agissait clairement d’une mise en échec par derrière. Kane avait même été expulsé du match après ce geste parce que la punition était trop évidente pour l’officiel.

Kane avait déjà manqué 8 matchs plus tôt cette saison avec une blessure au genou et il a accumulé 4 buts et 6 passes en 20 rencontres pour les surprenants Jets jusqu’à maintenant cette saison.


Québec aurait plus de chances d’accueillir une équipe qui déménage plutôt qu’une équipe d’expansion

QuebecNordiques

Bob McKenzie, le meilleur informateur de la planète LNH, a parlé d’expansion lundi midi. L’insider a rappelé que ces dossiers pouvaient changer rapidement, mais il a publié les dernières informations par rapport au fameux dossier.

McKenzie a expliqué que ça branle dans le manche à Seattle et qu’ils ne sont plus la priorité de la LNH. Cette première place a été prise par Las Vegas qui pourrait entrer dans la LNH dès 2016 selon McKenzie. Si la ligue voulait arriver au Nevada si rapidement, il faudrait qu’ils accordent une franchise conditionnelle sous peu à Vegas comme on avait vu à Winnipeg en 2011.

Dans ce processus, la ligue annoncerait une expansion à Vegas, au coût de 400 millions, qui serait seulement complétée si l’équipe vendait un nombre pré-déterminé de billets de saison. Ça pourrait changer rapidement, mais présentement, c’est le scénario le plus probable selon McKenzie.

Pour ce qui est de Québec, McKenzie a écrit que la ville de Labeaume serait une meilleure candidate pour obtenir une équipe qui déménage au lieu d’une expansion. Le prix à payer pour les propriétaires serait plus bas s’il s’agissait d’un déménagement et l’équipe reçue devrait être meilleure qu’une équipe d’expansion, donc c’est une bonne nouvelle pour Quebecor.

La moins bonne nouvelle, c’est que ça va être compliqué d’obtenir un déménagement. Les deux équipes les plus susceptibles de déménager dans l’Est (les Panthers et les Hurricanes) ont fortement nié les rumeurs les entourant et avec le déséquilibre entre les deux conférences, Bettman va hésiter à envoyer une équipe de l’Ouest à Québec.


Les Sénateurs renvoient Paul MacLean

paul maclean fan- moustache - credit: senators

Paul MacLean est le premier entraîneur de la LNH à perdre son emploi cette saison. Celui qui a gagné le Jack Adams en 2013 et qui avait été un finaliste pour le même trophée en 2012 n’a pas réussi à survivre au mauvais début de saison des Sénateurs. Ottawa a une fiche de 11-11-5, ce qui leur donne 27 points en 27 matchs. Ils ne sont qu’à 4 points d’une place en séries avec un match en main.

Toutefois, l’équipe ne jouait vraiment pas bien et cette fiche est grandement dû à leurs gardiens. Les Sens ont conservé un Fenwick ajusté de 45,5% cette saison. Seuls l’Avalanche et les Sabres ont fait pire jusqu’à maintenant.

Il restait encore 2 ans au contrat de MacLean. Étant donné qu’on tente d’économiser le plus possible à Ottawa, ce renvoi nous montre à quel point la direction voulait apporter des changements. MacLean ne devrait pas être sans emploi trop longtemps, mais ça ne fonctionnait définitivement plus à Ottawa. Dave Cameron, qui était assistant-entraîneur à Ottawa, sera son remplaçant.

MacLean s’est fait connaître à Montréal pendant les séries de 2013 alors qu’il s’était moqué de l’incident Eller. Brandon Prust avait répliqué en le traitant de gros morse aux yeux globuleux. Dans cette série, MacLean avait eu le dessus sur Michel Therrien et avait mené son équipe à une élimination surprise en 5 matchs.


La chance du Canadien a tourné

Therrien

Avec une seule victoire en 7 matchs, la grogne commence à s’installer à Montréal. Le Tricolore, qui était au premier rang de la LNH il n’y a pas si longtemps, est maintenant au 3e rang de la division Atlantique 3 points derrière le Lightning et les Red Wings qui ont tous deux un match en main sur le Canadien.

Tous les amateurs ont leur explication pour cette mauvaise passe du Tricolore, mais celle que je n’entends pas souvent est la malchance (ou la régression). Lorsqu’on regarde les chiffres, on se rend compte que la chance du Canadien a simplement tourné depuis la victoire de 2-0 contre les Bruins à Boston le 22 novembre dernier.

Avant de continuer, c’est important de qualifier ce qu’est la chance dans la LNH. Rob Vollman a établi 5 facteurs qui nous permettent d’évaluer quelles équipes du circuit Bettman ont été chanceuses pendant une saison. Aucun de ces facteurs n’est parfait puisqu’ils sont tous des mélanges de talent et de chance (comme tous les résultats au hockey), mais quand on les assemble, on voit qui joue au-dessus de leur tête.

Ces facteurs sont la réussite sur les unités spéciales, le PDO, la fiche dans les matchs avec un écart d’un but, la fiche dans les matchs en surtemps et les blessures. Il y a du talent d’impliqué dans tous ces facteurs, mais au cours des dernières années, on  a vu que c’était pratiquement impossible de mener ces catégories de façon décisive et constante. Les équipes qui mènent à ces chapitres ont tendance à retomber sur Terre éventuellement.

C’est ce qui est arrivé au Canadien dans ses 7 derniers matchs et c’est arrivé de façon brutale alors que les 4 facteurs les plus importants ont planté en même temps. Cette régression est certainement une raison majeure qui explique cette mauvaise passe de l’équipe, donc on va aller voir ce qui s’est passé.

La fiche dans les matchs se soldant avec un but d’écart

C’est là que la baisse fait le plus mal. Le 22 novembre, le Canadien avait une fiche de 7-0-1 dans les matchs se décidant par un but. Depuis ce temps-là, l’équipe a maintenu une fiche de 1-3-1 dans cette situation. Cette statistique est importante puisque les matchs se décidant par un but sont ceux qui sont le plus affectés par la chance. Après tout, un mauvais bond peut changer le résultat de la rencontre.

Les joueurs du Canadien ont eu un rappel brutal de cet aspect au cours des derniers matchs. On n’a qu’à penser à la défaite à Buffalo où un bond bizarre sur la baie vitrée a coûté la victoire au Canadien où à celle contre le Wild où le but gagnant de Pominville a été accordé parce qu’il n’y avait pas d’angles concluants pour le refuser. L’autre défaite par un but en temps régulier a été contre les Hawks où Saad a donné la victoire à son équipe à la dernière minute.

Sans ces mauvais bonds, le Tricolore aurait certainement amassé plusieurs points supplémentaires, mais c’est ce qui arrive quand tu gagnes tous tes matchs par un but. Le Canadien a ouvert la porte à la malchance et elle est rentrée avec détermination le 23 novembre.

Les blessures

Montréal est l’équipe la plus en santé depuis le début de la saison et cette chance commence à s’estomper. On l’a vu lorsque Eller s’est blessé alors que Bournival jouait son premier match depuis sa blessure (à Hamilton). Ça s’est empiré le lendemain lorsque Weaver s’est blessé à son tour. L’équipe de Marc Bergevin a une bonne profondeur et elle pourrait résister à une vague de blessures, mais ils n’avaient pas eu à le faire jusqu’à tout récemment et c’est plus facile de gagner quand tu as tous tes joueurs.

Le PDO

Le 22 novembre, l’équipe avait un PDO (l’addition du taux de conversion et du % d’arrêts à 5 contre 5) de 102.1, ce qui les classait au 4e rang de la LNH. Avec Price devant le filet, on pourrait penser que c’est normal, mais ce n’est pas le cas même si le gardien procure un certain avantage à l’équipe de ce côté.

Au cours des 7 derniers matchs, le Canadien a le 3e pire PDO de la LNH à 95,36. Qu’est-ce qui explique cette régression? Le % d’arrêts des gardiens est passé du 9e rang de la LNH au 26e rang (93,27% vs 89,94%). Également, au lieu de marquer sur 8,84% de leurs lancers (7e de la ligue) comme c’était le cas jusqu’au 22 novembre, les gars marquent sur 5,42% de leurs lancers au but (25e dans la LNH).

Ça peut sembler alarmant, mais les données des années précédentes nous montrent que la majorité des équipes connaissent des mauvaises passes à ce niveau au cours d’une saison. Ces données nous montrent également que les chiffres de Montréal jusqu’au 22 novembre ne pouvaient pas se maintenir et que cette régression était inévitable. Le PDO du Canadien devrait revenir à un niveau entre les deux extrêmes que l’on a vu depuis le début de la saison tôt ou tard.

La fiche en surtemps

Parmi les facteurs mentionnés, c’est celui qui a eu le moins d’impact sur la mauvaise séquence du Canadien puisque l’équipe n’a joué qu’un pile ou face (plus communément appelé fusillade). Le Tricolore s’est fait battre par les Sabres dans cette fusillade. Ça ne change pas grand chose à cette séquence, mais le Tricolore avait gagné 5 de ses 6 matchs en surtemps avant la séquence et c’est pratiquement impossible à maintenir.

Qu’est-ce que tout ça veut dire?

Le Canadien n’est pas aussi mauvais que sa fiche dans ses 7 derniers matchs. Toutefois, l’équipe n’est pas aussi bonne que ce que sa fiche indiquait lorsqu’elle était au sommet de la ligue. Ça devrait revenir à la normale sous peu, mais si tu t’attends à ce que l’équipe retourne au sommet de la LNH ou même de la division, tu risques d’être déçu.

C’est intéressant de noter que les chiffres de possession du Canadien sont meilleurs depuis le 22 novembre (50,3% vs 48,4%). Les matchs des Sabres ont quelque chose à voir là-dedans, mais ça montre que la régression était inévitable et que l’équipe ne joue pas si mal que ça dernièrement. Maintenant que tout est arrivé en même temps, on va pouvoir voir le caractère des joueurs et si les chiffres de possession continuent à rester supérieurs à ce qu’on avait vu en début de saison, cette mauvaise séquence pourrait être très bénéfique pour le Canadien.

Données du texte via War-on-Ice et Fenwick Stats


Le gardien des Red Wings Petr Mrazek a le plus beau masque de Noël

48287610-7cba-11e4-bed9-05779052d3b9_Mrazek-Christmas-mask-2
Mrazek-Christmas-mask-11
bd0e74c0-7cba-11e4-9e67-359edacab291_Mrazek-Christmas-mask-1

J’ai définitivement un mancrush sur Petr Mrazek, gardien des Red Wings de Détroit. Pourquoi? Parce que j’aime Noël, Family Guy et les masques de gardien qui sont funkys. Alors, devinez ce que Petr Mrazek a fait pour le temps de fêtes? Un masque avec Peter Griffin transformé en Père Noël. J’en veux un!


Vidéo // La fois où Étienne Boulay a fait une méga surprise VIP avec la Cage aux Sports

Il y a quelques temps, on vous avait suggéré de vous inscrire au Club Cage. Être un membre VIP du Club Cage apporte plusieurs bénéfices dont celui que vous allez voir dans le vidéo ci-dessous.  Disons que de voir Étienne Boulay débarquer au boulot pour t’amener voir un match de hockey dans une loge ça doit être assez hot merci!

Plus de détails sur le Club Cage ici.

Vidéo – Etienne Boulay à la soirée Cage VIP

***

http://bs.serving-sys.com/BurstingPipe/adServer.bs?cn=tf&c=19&mc=imp&pli=11853980&PluID=0&ord=[timestamp]&rtu=-1​


Une dette de 10 M$ pour Thomas Vanek

Thomas Vanek

Thomas Vanek aurait déjà eu une dette de 10 millions $  en raison de partis sportifs illégaux, selon le Democrat and Chronicle (quotidien de Rochester). D’ailleurs, Joseph Ruff, preneur aux livres, a admis qu’il a pris 230 000 $ à l’ancien attaquant des Canadiens de Montréal.

Selon Matthew Parrinello, avocat de Ruff, Vanek devait plus de 10 M$ à son créancier. Semble-t-il que Vanek « n’était pas très bon au jeu ».

Par contre, le joueur de la LNH avait mentionné il y a quelques temps qu’il ne mettait plus d’argent dans des paris sportifs.


Les Bruins et les Oilers discuteraient d’une possible transaction

MacTavish

Selon Nick Kypreos, de Sportsnet, les Oilers et les Bruins discuteraient présentement afin de conclure une transaction. Kypreos a spéculé que ces négociations seraient à propos de Jordan Eberle. L’informateur de Sportsnet n’est pas aussi actif que les 3 gars de TSN ou Renaud Lavoie, mais quand il sort de quoi, habituellement c’est solide.

Une transaction impliquant Eberle aurait beaucoup de sens puisque les Bruins se cherchent encore un ailier pour combler le trou béant sur le 1er trio alors que les Oilers sont dans une séquence incroyable de 11 défaites consécutives et ont clairement besoin d’un changement dans le vestiaire.

Depuis un bon moment, les insiders disent qu’Eberle était le gars à échanger à Edmonton si les Oilers voulaient obtenir quelque chose de potable en retour. Il sont à la recherche d’un centre, un défenseur ou un gardien, donc c’est difficile d’imaginer ce que les Bruins pourraient offrir. Ce sera une situation à surveiller au cours des prochaines heures.


Insider Trading // Ça pourrait bouger à Edmonton, en Arizona et à Washington

Insider Trading

Dans leur chronique Insider Trading de jeudi soir, les trois informateurs de TSN ont parlé d’une équipe qui pourrait bouger sous peu. Darren Dreger a parlé des Oilers alors que Bob McKenzie s’est occupé des Coyotes. Pierre Lebrun a conclu avec les Capitals.

Oilers

Les Oilers ne jouent pas avant dimanche et selon Dreger, l’équipe va profiter de ce court congé pour faire une évaluation du chemin qui les a amené jusque-là. Aucune option ne serait écartée pour le moment (que ce soit un renvoi de gars des opérations hockey ou de Dallas Eakins ou le statu quo vers McDavid), mais la direction en saura plus après l’évaluation.

Coyotes

Ça semble être en Arizona que ça brasse le plus. Après la défaite de 3-0 des Coyotes contre les Flames samedi dernier, Don Maloney est descendu dans la chambre pour souligner son mécontentement avec la performance de l’équipe cette saison. Il a rappelé aux gars que n’importe qui pourrait être échangé. Il a même demandé aux gars avec des clauses de non-échange (Doan, Erat, Michalek et Smith) de soumettre une liste d’équipes auxquelles ils accepteraient une transaction. Selon McKenzie, les joueurs les plus susceptibles d’être échangés seraient Keith Yandle et Antoine Vermette. Martin Hanzal et Mikkel Boedker pourraient également susciter de l’attention. Pour l’instant, il n’y a rien d’imminent, mais ça pourrait changer rapidement.

Dreger a toutefois ajouté que la vente de l’équipe à Andrew Barroway n’est toujours pas approuvée par la LNH et que ça pourrait devoir attendre au match des étoiles en février. Tant que la vente n’est pas confirmée, Maloney pourrait ne pas être en mesure de compléter la transaction souhaitée.

Capitals

Les Caps sont tannés de voir que leurs changements d’entraîneur n’apportent aucun résultat et selon Lebrun, les seuls intouchables à Washington sont Nicklas Backstrom et Alex Ovechkin. Plusieurs joueurs de l’équipe sont disponibles présentement et le DG tente de compléter un échange pour changer la culture de l’équipe. Mike Green serait le joueur qui aurait le plus de chances d’être échangé.

John Gibson

Lebrun a terminé en disant que Gibson allait sûrement passer le reste de la saison dans la Ligue Américaine à son retour de blessure puisque les Ducks ont l’intention de garder Bryzgalov comme substitut à Andersen.


Le DG des Blues ne cache pas le fait que Martin Brodeur pourrait être échangé

Martin Brodeur

Depuis que l’on connait les détails de l’entente de Martin Brodeur, deux bonus ont attiré l’attention des médias. Le gardien québécois recevra ces bonus le 1er février et le 4 mars s’il fait partie d’un alignement de la LNH. Le 2e est particulièrement suspect puisqu’il est quelques  jours après la date limite des transactions.

Cette structure a fait croire à Pierre Lebrun, un des informateurs les plus fiables de la LNH, que Brodeur pourrait être échangé lorsque Brian Elliott reviendra au jeu. Brodeur a une clause de non-échange, donc c’est lui qui dicterait où il irait, mais c’est une possibilité assez intéressante.

C’est encore plus intéressant lorsqu’on entend le DG de l’équipe, Doug Armstrong, déclarer à Sportsnet que Brodeur est en showcase pour le reste de la ligue. Quand le DG de ton équipe dit que tu es en vitrine pour les 29 autres équipes du circuit, c’est clair que les rumeurs vont suivre. Brodeur risque d’être un des noms les plus intrigants lors de la prochaine date limite des transactions.