Suivez 25stanley sur Facebook!

Anze Kopitar et les Kings ne sont pas près d’une entente

Même si Steven Stamkos est le centre qui atteindra l’autonomie complète en 2016 qui attire le plus d’attention médiatique, il n’est pas le seul joueur d’impact qui pourrait devenir libre comme l’air le 1er juillet. On retrouve aussi le 1er centre des Kings de Los Angeles, Anze Kopitar, dans ce groupe.

Comme Stamkos, Kopitar ne semble pas près d’une entente avec son organisation actuelle. Le DG des Kings, Dean Lombardi, a confirmé au site de l’équipe que les deux partis étaient loin l’un de l’autre dans les négociations présentement. On ne devrait donc pas voir une prolongation de contrat être annoncée trop rapidement.

La situation salariale des Kings pourrait certainement expliquer cette situation. Lombardi ne sait pas encore ce qui se passera avec Mike Richards ou Slava Voynov. Ces 2 gars comptent pour près de 10 M$ sur le plafond de l’équipe (qui n’a que 4,8 M$ de libre sur sa masse), donc ça limite la marge de manœuvre des Kings.

Ça nuit spécialement au cas de Kopitar puisque c’est sa chance de passer à la caisse. Il est un des meilleurs centres de la LNH et si l’on se fie au dernier contrat de Jonathan Toews, ça pourrait lui permettre d’obtenir un salaire annuel de 10 M$.

C’est une augmentation raisonnable par rapport au 7,7 M$ qu’il gagnera cette année, mais l’augmentation de l’impact sur le plafond salarial à partir de 6,8 M$ est plus rough à avaler. C’est une entente difficile à signer pour Los Angeles puisque leur situation salariale est aussi mystérieuse que le futur du plafond salarial (qui dépend fortement d’une économie en récession).

Craig Custance, d’ESPN, a ajouté qu’il y avait une couple de millions entre les deux équipes présentement. Custance a aussi écrit que le centre ne voulait pas négocier pendant la saison, ce qui met beaucoup de pression sur le prochain mois.

Bref, ce sont à peu près les pires conditions imaginables pour les Kings, qui voudront quand même régler ce dossier le plus vite possible. Si le centre de 28 ans voit le marché se pointer le bout du nez, il voudra probablement voir ce qu’il peut y obtenir et s’il quitte l’organisation, les Kings perdront leur statut de favori pour la Coupe Stanley. S’il n’y a pas d’entente avant le début de la saison, on pourrait avoir quelque chose de similaire à Babcock l’an passé et c’est loin d’être le scénario idéal pour les Kings.

Stats de Kopitar

Kopitar


Au moins 5 équipes ont contacté les Blackhawks pour s’informer de la disponibilité de Patrick Kane

Patrick Kane

Alors que le début du camp d’entraînement approche, on ne sait toujours pas ce qui se passera avec l’enquête impliquant Patrick Kane. Il n’y a toujours pas eu d’accusations dans le dossier, mais l’enquête ne semble pas terminée et même si Kane s’en tire, ça reste un dossier très épineux pour les Hawks, qui se considèrent comme une des organisations modèles en dehors de la glace.

Selon Mark Lazerus du Chicago Sun Times, au moins 5 équipes ont appelé les Hawks pour démontrer leur intérêt envers Kane si jamais ils décidaient de l’échanger. On ne sait toutefois pas si c’est une option que la direction de Chicago considère sérieusement.

Une source de l’organisation aurait dit au Sun-Times qu’ils commençaient à manquer de patience dans le cas de Kane. Lazerus rappelle qu’en 2012, l’organisation à Chicago a dit à Kane de se tenir tranquille en dehors de la glace et qu’il en était à sa dernière chance. Même si ça fait un bout (et que Kane n’a pas été accusé ou trouvé coupable), cet incident pourrait très bien être la goutte d’eau (ou dans ce cas-ci, le tsunami) qui fait déborder le vase.

Le journaliste croit que ce serait le choix logique puisque ça sortirait un cas à problème de l’organisation en plus de faire pas mal de place sous le plafond salarial (Kane aura un impact de 10,5 M$ jusqu’en 2023). En plus, malgré ses trouble judiciaires récents, Kane est tout un joueur d’hockey et il pourrait permettre aux Hawks d’obtenir un bon retour dans une transaction.

L’intérêt de la part des DG de la LNH n’est pas surprenant dans son cas puisque c’est un joueur qui peut changer le futur d’une franchise, ce qui veut dire qu’il y aura toujours quelqu’un qui va vouloir lui donner une chance. Ceci étant dit, avant de compléter une transaction du genre, le DG devra la faire approuver par le propriétaire, qui devra considérer l’aspect marketing de cette acquisition, et ça pourrait être plus compliqué à ce niveau.

C’est sans parler des complications légales qui pourraient rendre toutes ces conservations complètement inutiles. La LNH n’a également pas encore rendu son verdict dans ce dossier, donc ça pourrait être long avant qu’on revoit Patrick Kane patiner dans un aréna du circuit Bettman.


Ilya Kovalchuk à l’écart du jeu pour longtemps

Ilya Kovalchuk

Ilya Kovalchuk n’aura pas disputé beaucoup de matchs lors la saison de la Ligue continentale de hockey. L’ancien joueur des Devils du New Jersey s’est blessé au bas du corps, samedi dernier, alors que le SKA Saint-Pétersbourg affrontait le Torpedo de Nizhny Novgorod.

L’attaquant russe est entré en contact avec un rival. Kovalchuk a dû quitter la rencontre et il n’est jamais revenu.

D’après les informations obtenues par le site sovsport.ru, l’athlète de 32 ans manquerait 12 semaines de jeu en raison d’une blessure à un genou.

En trois parties depuis le début de la nouvelle campagne, Kovalchuk a marqué un but et a amassé une mention d’aide.


7 signes que Genie Bouchard est sur la bonne voie

Eugenie Bouchard

L’ascension d’Eugénie Bouchard au classement de la WTA en 2014 a été fulgurant. Peut-être même trop fulgurant. Elle n’a pas l’étoffe d’une top 5 mondial pour l’instant, mais elle est assurément meilleure que son 25e rang actuel.

Voici donc 7 raisons qui nous permettent de croire qu’elle percera le top 20 d’ici peu.

1- Elle frappe la balle à plat

À son meilleur, Bouchard frappe la balle basse et très prêt du filet afin de laisser un minimum de temps de réaction à ses adversaires. Son nouvel ex-entraineur, lui, la forçait à brosser la balle. Ce changement dans son jeu lui a causé des blessures au poignet ainsi qu’une période d’adaptation qui n’en finissait plus.  Ça a fait du bien de voir Genie frapper la balle en flèche, hier,  comme lors de sa magnifique saison 2014.

2- Elle a retrouvé son agressivité

Genie n’est pas la joueuse la plus puissante de la WTA mais sa marque de commerce est de toujours forcer la main de ses adversaires en y allant constamment pour des coups gagnants dès que la situation se présente. Bien sûr, cette agressivité provoquera beaucoup d’erreurs de sa part, mais c’est vraiment la seule façon de venir à bout des meilleurs au monde. Simplement retourner la balle contre elles se conclut presque toujours par une défaite sanglante.

connors

3- L’effet Jimmy Connors

Jimmy Connors n’a jamais été le plus grand tacticien de tennis. Il gagnait toutefois beaucoup de matchs en raison de sa grande confiance en lui et même parfois de son arrogance. Genie n’a pas perdu ses aptitudes en quelques mois, mais elle a clairement perdu confiance en elle. Dans un sport individuel, la confiance en soi est primordiale pour connaitre du succès. Connors aidera sans doute son mental.

4- Sa mobilité est de retour

Genie n’est pas la joueuse la plus forte du tour féminin mais elle est certainement l’une des plus mobiles. Elle nous a habitué à courir toutes les balles par le passé et plus souvent qu’autrement trouver une façon de les retourner de l’autre côté du filet. Pendant sa déchéance, elle abandonnait trop souvent sur des échanges. Hier, face à l’Américaine Alison Riske, Genie a vraiment couru toutes les balles et sa rapidité jouera un rôle déterminant dans sa remontée au classement de la WTA.

Eugenie Bouchard

5- Son service est plus efficace

Le service est clairement le point faible de son jeu. Sa 2e balle, qui avait une vitesse moyenne de 78 mph hier n’est pas de classe mondiale. Cependant, elle n’a commis qu’une seule double faute hier et a enregistré 4 aces. De plus, elle a remporté deux tiers des échanges lorsqu’elle mettait sa première balle en jeu. Elle a aussi réussi à cadrer 65% de ses premiers services. Ce ne sont pas des statistiques incroyables, mais disons que c’est beaucoup mieux que ses dernières performances.

6- Elle n’a pas beaucoup de points à défendre

Le classement de la WTA est fait de tel qu’une joueuse doit défendre ses points obtenus il y a 365 jours. Par exemple, Genie qui a fait un 4e tour au US Open l’an dernier, a obtenu 240 points pour cet événement. Si elle ne réussit pas à égaler ou faire mieux que sa ronde des 16 de 2014, des points seront soustraits à son total au classement. Bref, elle n’aura pas beaucoup de points à défendre au cours de la prochaine année puisque tout ses résultats ont été mauvais à part un 4e tour en Australie au cour de la dernière année calendrier.

7- Le facteur chance

Pour ce US Open, le quart de tableau de Genie a vu quelques favorites lever pavillon dès le premier tour. Les Serbes Ana Ivanovic et Jelena Jankovic se sont fait surprendre tour à tour, lundi. Évidemment, à ce stade-ci, aucun match ne sera facile pour Bouchard et elle ne doit pas regarder plus loin que sa prochaine adversaire qui est Polona Hercog de la Slovénie, classée 64e au monde, mais disons que l’ouverture de son tableau ne lui nuira certainement pas.


La fille du propriétaire des Sabres, Jessica Pegula, cause une surprise en 1ère ronde du US Open

Le US Open commençait en fin d’avant-midi lundi et la première victoire américaine du côté des dames est venue d’une joueuse avec un nom familier. Jessica Pegula, la fille du propriétaire des Sabres et des Bills de Buffalo, a surpris la Belge Alison Van Uytvanck, qui s’était rendue en quarts de finale à Roland-Garros plus tôt cette saison, avec une victoire de 7-5, 6-3.

C’était le premier match de Pegula en simple dans un tournoi majeur. La joueuse de 21 ans est présentement au 260e rang dans le classement de la WTA, mais ça devrait s’améliorer considérablement grâce à cette victoire.

Elle se mesurera maintenant à Dominika Cibulkova en 2e ronde. La joueuse slovaque a également surpris plusieurs experts lundi en défaisant la 7e tête de série, Ana Ivanovic, en trois manches (6-3, 3-6, 6-3). La gagnante de ce match pourrait affronter Eugenie Bouchard en 3e ronde si la Canadienne trouve le moyen de s’y rendre.

Via The Score


Quels athlètes touchent le plus d’argent avec des publicités?

Federer, Woods, Mickelson

Les sportifs amassent beaucoup d’argent avec les performances dans leur sportif respectif, mais il n’en demeure pas moins qu’ils empochent tout autant – même plus dans certains cas – avec des contrats publicitaires.

Au sommet de la liste, on y retrouve le tennisman suisse Roger Federer avec 58 millions $. Les joueurs de golf Tiger Woods (50 M$) et Phil Mickelson (44 M$) complètent le podium.

Les joueurs de basketball LeBron James (44 M$) et Kevin Durant (35 $) terminent le top 5 des athlètes avec les plus gros salaires issus des publicités.

La seule femme de ce palmarès est la tenniswoman russe Maria Sharapova avec un montant de 23 millions $.

Sportifs - contrats publicitaires

Voici le top 15 des athlètes qui encaissent le plus avec des publicités en 2015 :

  1. Roger Federer – 58 M$
  2. Tiger Woods – 50 M$
  3. Phil Mickelson – 44 M$
  4. LeBron James – 44 M$
  5. Kevin Durant – 35 M$
  6. Rory McIlroy – 32 M$
  7. Novak Djokovic – 31 M$
  8. Rafael Nadal – 28 M$
  9. Cristiano Ronaldo – 27 M$
  10. Mahendra Singh Dhoni – 27 M$
  11. Kobe Bryant – 26 M$
  12. Maria Sharapova – 23 M$
  13. Lionel Messi – 22 M$
  14. Usain Bolt – 21 M$
  15. Neymar – 17 M$

h/t SwissHabs


L’Impact congédie Frank Klopas // Bonne nouvelle pour Patrice Bernier

Montreal Impact head coach Frank Klopas walks on the field to start practice as the team opens its pre-season training camp at Olympic Stadium Friday, January 23, 2015 in Montreal. THE CANADIAN PRESS/Ryan Remiorz

 

Joey Saputo, le président et propriétaire de l’Impact de Montréal, a remercié Frank Klopas de ses services tôt dans la nuit de dimanche. À la barre du onze montréalais depuis le début de la saison 2014 en MLS, Klopas n’aura connu que du succès en Ligue des Champions Concacaf.

L’impact a terminé au 10e et dernier rang de l’Est en MLS en 2014, mais ils ont tout de même réussi à se tailler une place jusqu’en finale de la Ligue des Champions. Cette saison, l’Impact a performé un peu mieux en MLS avec un dossier de 8 victoires, 11 défaites et 4 nulles, mais ce fût trop peu pour sauver l’emploi de l’entraineur-chef.

bernier

Pour les fans de Patrice Bernier, cette nouvelle pourrait en être une bonne. Klopas ne cachait aucunement que le capitaine du bleu et noir ne faisait pas partie de ses plans et le temps de jeu de Bernier en était grandement affecté. Mauro Biello qui assurera l’intérim pourrait en décider bien autrement de l’utilisation du Québécois.

L’impact affrontera le Fire de Chicago samedi prochain au Stade Saputo de Montréal.

 


Curtis Glencross regrette le rabais qu’il a offert aux Flames dans son dernier contrat

Curtis Glencross est l’un des multiples vétérans sans emploi à cause du plafond salarial pratiquement stable qui a fait en sorte que plusieurs agents ont surévalué le marché. Après tout, l’attaquant de 32 ans n’a pas de contrat quelques mois après avoir été échangé des Flames aux Capitals contre un choix de 2e ronde et un autre de 3e.

Dans une entrevue avec le Calgary Sun publiée samedi, Glencross a révélé que son camp a parlé à quelques organisations, mais que comme les équipes paient trop pour leurs deux premières lignes, elles n’ont plus de place pour des vétérans sur les 3es et 4es trios.

Il n’a pas perdu espoir et il a indiqué que quelques équipes lui ont dit qu’elles pourraient faire une transaction pour lui faire de la place. Par contre, aucune formation ne veut être la première à bouger. C’est donc une situation stagnante qui fait en sorte qu’il n’y a toujours pas d’opportunité pour celui qui hésite à accepter une invitation à un camp d’entraînement parce qu’il ne veut pas déplacer sa famille pour rien.

Dans le même entretien, Glencross a démontré pas mal de regret par rapport à son dernier contrat dans la LNH. En 2011, il a décidé de rester avec les Flames de Calgary au lieu d’explorer le marché en tant que joueur autonome. Cette décision lui a permis d’obtenir son plus gros contrat en carrière (10,2 M$ sur 4 saisons), mais il aurait certainement signé une meilleure entente en explorant le marché.

L’attaquant a déclaré que s’il pouvait recommencer, il ferait les choses autrement. Même s’il adore Calgary, il a compris trop tard que quand tu as la chance de passer à la caisse, tu dois le faire parce que la situation peut changer rapidement.

Glencross est loin d’être le seul athlète professionnel avec des regrets par rapport à une décision financière qu’il a prise pendant sa carrière. Les gars qui, comme l’attaquant de 32 ans, choisissent de prendre moins d’argent pour rester dans une ville peuvent le regretter assez rapidement.

C’est encore plus vrai pour un joueur comme Glencross, qui a maintenant de la difficulté à trouver sa prochaine destination dans la ligue après avoir été échangé de l’équipe pour laquelle il avait laissé de l’argent sur la table parce qu’il ne cadrait pas très bien dans le nouveau régime mené par Bob Hartley.

Ce n’est donc rien de nouveau. Ce qui est rare, c’est de voir des gars être aussi honnêtes dans une entrevue alors que leur carrière n’est pas terminée. Même si Glencross n’a toujours pas trouvé sa prochaine destination, il insiste qu’il a encore quelques saisons dans le corps et il espère probablement que cette attention médiatique lui permettra de se dénicher une opportunité pour le prouver.

Stats de Glencross

Glencross


Via The Score


Cody Eakin signe un contrat de 4 ans – 15,4 M$ avec les Stars de Dallas

Les Stars de Dallas ont réglé le contrat de Cody Eakin, qui allait devenir agent libre avec restriction en 2016, selon Mike Heika du Dallas Morning News. L’attaquant canadien de 24 ans a signé un contrat de 4 ans avec l’organisation texane. L’entente couvre deux saisons pendant lesquelles il allait être agent libre avec restriction et deux autres d’autonomie complète.

Le contrat est d’une valeur de 15,4 M$ et il aura un impact de 3,85 M$ sur la masse salariale des Stars. C’est une bonne augmentation par rapport au 2,3 M$ qu’il gagnera cette saison. Eakin est un joueur de 3e trio pour les Stars, qui ont un top 6 très bien rempli. Par contre, comme on parle de Dallas, il a quand même le don de s’inscrire sur la feuille de pointage (19 buts et 21 passes la saison dernière).

Ce contrat place toutefois les Stars dans une situation particulière puisqu’ils n’ont pas tant d’espace sous le plafond salarial (2,3 M$ cette saison). Même si ce contrat n’entre en vigueur que la saison prochaine, ça les rapproche de la limite pour la saison prochaine alors que Demers et Goligoski seront agents libres sans restriction et que Nichushkin, Ritchie et Oleksiak le seront avec restriction. Bien évidemment, si le plafond recommence à augmenter de façon significative à ce moment-là, ils seront corrects.

Stats d’Eakin

Eakin


Elias Lindholm signe un contrat de 2 ans – 5,4 M$ avec les Hurricanes

Les Hurricanes de la Caroline n’ont pas niaisé avec le contrat de transition d’Elias Lindholm. Même s’il reste encore une année au contrat de recrue du 5e choix du repêchage de 2013, il a signé une prolongation de contrat de 2 ans avec les Canes. Cette entente a une valeur de 5,4 M$ et l’attaquant aura un impact de 2,7 M$ sur la masse salariale à partir de 2016-17.

En 81 matchs pour la Caroline la saison dernière, Lindholm a obtenu 17 buts et 22 passes. Comme il s’agissait de sa première saison pratiquement complète dans la LNH, ce sont des chiffres extrêmement intéressants pour les Hurricanes.

Il s’agit d’un contrat de transition, donc c’est une entente extrêmement avantageuse pour les Canes. Lindholm sera certainement une aubaine pour la Caroline pendant la durée du contrat et c’est avantageux pour l’attaquant de 20 ans puisqu’il a une sécurité financière pour les 3 prochaines saisons.

Stats de Lindholm

Lindholm