Suivez 25stanley sur Facebook!

L’Impact congédie Frank Klopas // Bonne nouvelle pour Patrice Bernier

Montreal Impact head coach Frank Klopas walks on the field to start practice as the team opens its pre-season training camp at Olympic Stadium Friday, January 23, 2015 in Montreal. THE CANADIAN PRESS/Ryan Remiorz

 

Joey Saputo, le président et propriétaire de l’Impact de Montréal, a remercié Frank Klopas de ses services tôt dans la nuit de dimanche. À la barre du onze montréalais depuis le début de la saison 2014 en MLS, Klopas n’aura connu que du succès en Ligue des Champions Concacaf.

L’impact a terminé au 10e et dernier rang de l’Est en MLS en 2014, mais ils ont tout de même réussi à se tailler une place jusqu’en finale de la Ligue des Champions. Cette saison, l’Impact a performé un peu mieux en MLS avec un dossier de 8 victoires, 11 défaites et 4 nulles, mais ce fût trop peu pour sauver l’emploi de l’entraineur-chef.

bernier

Pour les fans de Patrice Bernier, cette nouvelle pourrait en être une bonne. Klopas ne cachait aucunement que le capitaine du bleu et noir ne faisait pas partie de ses plans et le temps de jeu de Bernier en était grandement affecté. Mauro Biello qui assurera l’intérim pourrait en décider bien autrement de l’utilisation du Québécois.

L’impact affrontera le Fire de Chicago samedi prochain au Stade Saputo de Montréal.

 


Curtis Glencross regrette le rabais qu’il a offert aux Flames dans son dernier contrat

Curtis Glencross est l’un des multiples vétérans sans emploi à cause du plafond salarial pratiquement stable qui a fait en sorte que plusieurs agents ont surévalué le marché. Après tout, l’attaquant de 32 ans n’a pas de contrat quelques mois après avoir été échangé des Flames aux Capitals contre un choix de 2e ronde et un autre de 3e.

Dans une entrevue avec le Calgary Sun publiée samedi, Glencross a révélé que son camp a parlé à quelques organisations, mais que comme les équipes paient trop pour leurs deux premières lignes, elles n’ont plus de place pour des vétérans sur les 3es et 4es trios.

Il n’a pas perdu espoir et il a indiqué que quelques équipes lui ont dit qu’elles pourraient faire une transaction pour lui faire de la place. Par contre, aucune formation ne veut être la première à bouger. C’est donc une situation stagnante qui fait en sorte qu’il n’y a toujours pas d’opportunité pour celui qui hésite à accepter une invitation à un camp d’entraînement parce qu’il ne veut pas déplacer sa famille pour rien.

Dans le même entretien, Glencross a démontré pas mal de regret par rapport à son dernier contrat dans la LNH. En 2011, il a décidé de rester avec les Flames de Calgary au lieu d’explorer le marché en tant que joueur autonome. Cette décision lui a permis d’obtenir son plus gros contrat en carrière (10,2 M$ sur 4 saisons), mais il aurait certainement signé une meilleure entente en explorant le marché.

L’attaquant a déclaré que s’il pouvait recommencer, il ferait les choses autrement. Même s’il adore Calgary, il a compris trop tard que quand tu as la chance de passer à la caisse, tu dois le faire parce que la situation peut changer rapidement.

Glencross est loin d’être le seul athlète professionnel avec des regrets par rapport à une décision financière qu’il a prise pendant sa carrière. Les gars qui, comme l’attaquant de 32 ans, choisissent de prendre moins d’argent pour rester dans une ville peuvent le regretter assez rapidement.

C’est encore plus vrai pour un joueur comme Glencross, qui a maintenant de la difficulté à trouver sa prochaine destination dans la ligue après avoir été échangé de l’équipe pour laquelle il avait laissé de l’argent sur la table parce qu’il ne cadrait pas très bien dans le nouveau régime mené par Bob Hartley.

Ce n’est donc rien de nouveau. Ce qui est rare, c’est de voir des gars être aussi honnêtes dans une entrevue alors que leur carrière n’est pas terminée. Même si Glencross n’a toujours pas trouvé sa prochaine destination, il insiste qu’il a encore quelques saisons dans le corps et il espère probablement que cette attention médiatique lui permettra de se dénicher une opportunité pour le prouver.

Stats de Glencross

Glencross


Via The Score


Cody Eakin signe un contrat de 4 ans – 15,4 M$ avec les Stars de Dallas

Les Stars de Dallas ont réglé le contrat de Cody Eakin, qui allait devenir agent libre avec restriction en 2016, selon Mike Heika du Dallas Morning News. L’attaquant canadien de 24 ans a signé un contrat de 4 ans avec l’organisation texane. L’entente couvre deux saisons pendant lesquelles il allait être agent libre avec restriction et deux autres d’autonomie complète.

Le contrat est d’une valeur de 15,4 M$ et il aura un impact de 3,85 M$ sur la masse salariale des Stars. C’est une bonne augmentation par rapport au 2,3 M$ qu’il gagnera cette saison. Eakin est un joueur de 3e trio pour les Stars, qui ont un top 6 très bien rempli. Par contre, comme on parle de Dallas, il a quand même le don de s’inscrire sur la feuille de pointage (19 buts et 21 passes la saison dernière).

Ce contrat place toutefois les Stars dans une situation particulière puisqu’ils n’ont pas tant d’espace sous le plafond salarial (2,3 M$ cette saison). Même si ce contrat n’entre en vigueur que la saison prochaine, ça les rapproche de la limite pour la saison prochaine alors que Demers et Goligoski seront agents libres sans restriction et que Nichushkin, Ritchie et Oleksiak le seront avec restriction. Bien évidemment, si le plafond recommence à augmenter de façon significative à ce moment-là, ils seront corrects.

Stats d’Eakin

Eakin


Elias Lindholm signe un contrat de 2 ans – 5,4 M$ avec les Hurricanes

Les Hurricanes de la Caroline n’ont pas niaisé avec le contrat de transition d’Elias Lindholm. Même s’il reste encore une année au contrat de recrue du 5e choix du repêchage de 2013, il a signé une prolongation de contrat de 2 ans avec les Canes. Cette entente a une valeur de 5,4 M$ et l’attaquant aura un impact de 2,7 M$ sur la masse salariale à partir de 2016-17.

En 81 matchs pour la Caroline la saison dernière, Lindholm a obtenu 17 buts et 22 passes. Comme il s’agissait de sa première saison pratiquement complète dans la LNH, ce sont des chiffres extrêmement intéressants pour les Hurricanes.

Il s’agit d’un contrat de transition, donc c’est une entente extrêmement avantageuse pour les Canes. Lindholm sera certainement une aubaine pour la Caroline pendant la durée du contrat et c’est avantageux pour l’attaquant de 20 ans puisqu’il a une sécurité financière pour les 3 prochaines saisons.

Stats de Lindholm

Lindholm


Les Ice Girls des Islanders ne les suivraient pas à Brooklyn

Il y aura un gros changement chez les Islanders de New York cette saison. L’équipe va quitter l’aréna qu’elle occupe depuis son arrivée dans la ligue en 1972 (Nassau Coliseum) pour se rendre à Brooklyn où l’édifice n’est pas parfait pour accueillir une équipe d’hockey.

La configuration étrange ne sera pas la seule adaptation à faire pour les fans des Islanders. En effet, la direction de l’équipe a décidé d’abandonner le concept des Ice Girls. Selon Sportsnet New York, l’organisation utilisera plutôt une équipe mixte avec un uniforme unisexe pour nettoyer la glace lors des pauses publicitaires. C’est une décision un peu surprenante puisque les Isles ont été les premiers à utiliser les Ice Girls en 2001-02.

Par contre, ça suit une tendance que l’on voit dans la LNH depuis quelques années. Par exemple, les Sharks et les Flyers avaient annoncé la même chose l’été passé. Philadelphie a toutefois décidé de ramener les Ice Girls après que leurs partisans aient clairement démontré leur mécontentement.

Malgré la situation de Philadelphie, la tendance va définitivement à l’encontre des Ice Girls alors que la ligue tente de faire plaisir à son auditoire féminin. Les Islanders ne font donc que suivre cette tendance pour éviter de faire face à une controverse dans quelques saisons.

En effet, le texte de Sportsnet New York a insinué que le changement de mœurs autour des Ice Girls a grandement influencé la décision des Islanders. Si l’on se fie à ce texte, les dirigeants savaient qu’ils allaient devoir prendre cette décision au cours des prochaines années. C’est donc un choix logique de le faire lorsqu’il y aura beaucoup de changements par rapport au brand de l’équipe à cause du déménagement.

Ceci étant dit, on imagine qu’une bonne partie du personnel féminin de la nouvelle équipe sera constituée d’anciennes membres des Ice Girls. Les plus gros changements seront donc au niveau de l’uniforme et du marketing du groupe.


Patrik Berglund manquera au moins 4 mois à cause d’une blessure à l’épaule

Les Blues de St-Louis avaient une mauvaise nouvelle à annoncer à leurs partisans en début d’après-midi jeudi. Patrik Berglund a aggravé une blessure à l’épaule à l’entraînement et il devra subir une opération vendredi. Il ne sera réévalué que dans 4 mois, donc c’est une blessure assez importante.

Berglund évolue sur le 3e trio à St-Louis, mais il pourrait très bien faire partie de plusieurs top 6 dans la LNH. D’ailleurs, c’était le cas à St-Louis avant la signature de Paul Stastny. Sa production n’a toutefois jamais été très impressionnante (seulement 27 points en 77 rencontres la saison dernière).

Les Blues ont probablement invité Scott Gomez à leur camp d’entraînement à cause de cette blessure, mais plusieurs fans de St-Louis vont espérer que Robby Fabbri profite de cette occasion pour faire sa place dans l’alignement de l’équipe. Le premier choix de l’organisation au repêchage de 2014 a amassé 51 points en 30 matchs dans la OHL la saison dernière. Il a également récolté 4 points en 3 rencontres dans la AHL.

Stats de Berglund

Berglund


Scott Gomez invité au camp des Blues de St. Louis

scott gomez

Scott Gomez a été invité au camp d’entraînement des Blues de St. Louis. L’attaquant de 35 ans a accepté l’invitation de la formation du Missouri, selon Andy Strickland.

Gomez a su qu’il ne recevrait pas d’invitation pour le camp d’entraînement des Devils du New Jersey mercredi dernier. Le directeur général Ray Shero avait confirmé qu’ils ne voulait plus des services de Gomez et du Québécois Steve Bernier.

Le joueur américain a déjà endossé l’uniforme des Devils, des Panthers de la Floride, des Sharks de San Jose, des Canadiens de Montréal et des Rangers de New York.


Les Devils ne veulent plus de Scott Gomez

scott-gomez-auto-12-600x400

Les Devils du New Jersey ne semblent plus intéressés aux services de Scott Gomez. Le directeur général de la formation de Newark, Ray Shero, a fait savoir mardi que Gomez ainsi que Steve Bernier ne recevront pas d’invitation de la part des Devils pour leur camp d’entraînement.

L’ancien joueur des Canadiens de Montréal avait obtenu un essai avec les Devils l’an dernier et celui-ci avait réussi à obtenir une place au sein de la formation.

En 2014-2015, Gomez a récolté 34 points en 58 rencontres.

Dans le cas de Bernier, son sort a été tranché depuis longtemps. Avant le repêchage en Floride en juin dernier, les Devils avaient déjà pris la décision que le Québécois ne reviendrait pas avec l’équipe.


Un champion du monde donne sa médaille d’or pour payer un taxi

Pavel Fajdek

Pavel Fajdek, lanceur de marteau médaille d’or au Championnat du monde, n’avait assurément pas conscience de ce qu’il faisait.

Le Polonais a pris sa médaille afin de payer un chauffeur de taxi à Beijing, en Chine. À ce moment, Fajdek était sous l’effet de l’alcool, selon le média chinois Tencent.

L’athlète européen a mis la main sur le titre mondial, dimanche dernier, après un lancer de 80,88 mètres.

Finalement, Fajdek a retrouvé sa médaille d’or après avoir alerté les autorités.


Le nouveau nom de la filiale ECHL des Rangers est assez unique

Swamp rabbits

On s’attarde rarement aux changements de nom ou de logo des équipes des ligues mineures puisque ce sont souvent des changements mineurs simplement pour faire parler de l’équipe. Par contre, quand c’est aussi bizarre que celui qu’on a vu avec l’équipe associée aux Rangers de New York dans la ECHL, c’est difficile de passer ça sous silence.

Mercredi après-midi, les Road Warriors de Greenville ont annoncé qu’ils s’appelaient dorénavant les Swamp Rabbits (traduction libre : les lapins des marécages). Comme c’est souvent le cas avec les noms plus uniques (comme les Blue Jackets), il s’agit d’une référence historique locale. Dans ce cas-ci, la référence est un chemin de fer bâti dans les années 20.

C’est ce qui explique la fumée qui sort du bâton de hockey (en carotte) du lapin dans le logo de l’équipe. D’ailleurs, ce logo est aussi unique que le nom de l’équipe et comme on parle d’une organisation de ligue mineure, ce n’est peut-être pas une mauvaise idée puisque ça leur permet certainement de se démarquer.

Via Puck Daddy