Suivez 25stanley sur Facebook!

La chute du $ canadien a grandement diminué la valeur du contrat de Rogers

sportsnet2

On sait que la chute du $ canadien fait mal à la LNH. Avec 7 équipes sur 30 au Canada, c’est un peu moins du quart de la ligue qui voit la valeur de ses revenus diminuer par rapport au salaire, en $ américains, qu’ils doivent verser aux joueurs. Ce qui est encore pire, c’est que ces 7 équipes ne sont pas les seules affectées par ce changement.

Le contrat national de télédiffusion que la LNH a signé avec Sportsnet en novembre 2013 est d’une durée de 12 ans et d’une valeur de 5,232 milliards en $ canadiens. C’est donc dire que la chute du $ affecte aussi la valeur de cette entente pour la LNH.

Lors de l’annonce, le contrat avait une valeur de 4,88 milliards en $ américains. Au prix du $ canadien de la semaine dernière, l’entente était maintenant évaluée à 4,05 milliards. C’est une perte de 830 millions pour laquelle la LNH ne se serait pas protégée avec un hedge.

Pour te donner une idée, si le $ canadien reste stable pendant le reste de la durée de l’entente, ce qui n’arrivera pas, c’est une perte annuelle de 2,3 millions par équipe. C’est donc 1,15 millions qu’on ne verra pas sur le plafond salarial et ces chiffres ne considèrent pas l’impact de cette baisse sur les revenus des sept équipes canadiennes.

C’est à cause de chiffres de la sorte que le plafond salarial a de très bonnes chances de rester stable la saison prochaine même si on s’attendait à une bonne croissance lorsque la ligue a signé un nouveau contrat de télédiffusion avec Rogers.

Via Sports Business Journal


Jared Boll suspendu 3 matchs

Boll

Le département de la sécurité des joueurs de la LNH a suspendu l’attaquant des Blue Jackets, Jared Boll, 3 matchs à la suite de son plaquage à la tête de Pat Maroon, des Ducks, dans le match de mardi soir. C’est une 2e suspension en carrière pour Boll, qui avait manqué une rencontre en 2008 à cause d’un combat dans les 5 dernières minutes du match.

Plus récemment, en 2012, il avait été mis à l’amende pour une mise en échec à la tête de Joe Thornton. C’est probablement cette amende qui a forcé la LNH à le suspendre à la suite de ce jeu limite.

Maroon ne s’est pas blessé sur la séquence, mais Boll a dû répondre aux Ducks en se battant avec Clayton Stoner après ce plaquage. Ce ne sera pas une perte énorme pour les Jackets puisque Boll a 5 points en 71 rencontres cette saison.

GIF


Les Sabres, les Flyers et les Leafs seraient les favoris pour signer Babcock s’il quitte Detroit

babcock

Bob McKenzie a mis à jour le dossier de Mike Babcock sur les ondes de NBC Sports mercredi soir. Selon McKenzie, les 3 équipes qui auraient le plus de chances de signer Babcock s’il décidait de quitter Detroit seraient les Flyers, les Leafs et les Sabres.

Toronto et Philadelphie vont avoir en masse d’argent à lui donner et ils auront fort probablement besoin d’un entraîneur, donc ils sont des candidats assez logiques. La présence des Sabres est toutefois pas mal plus surprenante puisqu’ils ont une longue reconstruction qui les attend. McKenzie n’est même pas le seul à avoir parlé des Sabres dans cette course.

Darren Dreger en avait parlé un peu plus tôt dans la journée. Dreger a mentionné que ce serait possible si l’équipe gagnait la loterie du repêchage pour repêcher McDavid. L’attrait de coacher le futur meilleur joueur de la LNH pourrait être intriguant pour Babcock.

En plus, Terry Pegula n’aura pas peur de sortir le carnet de chèques, ce qui veut dire que l’entraîneur des Wings pourrait y obtenir le salaire qu’il demande. Il y a également le fait que Ted Nolan est pratiquement déjà renvoyé. On pensait que l’équipe allait engager Luke Richardson, mais s’ils ont la chance d’obtenir Babcock, ils changeront sûrement leurs plans.

Ceci étant dit, pour que cette course survienne, il faudrait que les Red Wings laissent aller leur entraîneur. Le propriétaire de l’équipe ne connait pas de problèmes financiers, donc le salaire ne devrait pas être un trop gros problème.

Avant la saison, Babcock a dit que son évaluation des Wings allait être importante dans sa décision. Detroit est présentement en 3e place de la division Atlantique et ils risquent de terminer la saison à cette position. On ne sait pas si c’est suffisant pour l’entraîneur, mais la performance des Wings en séries pourrait certainement influencer sa décision. Connaissant son importance derrière le banc, les Wings pourraient carrément jouer leur futur pendant les prochaines séries.


Budaj est toujours en quête d’une victoire cette saison

Peter Budaj

Peter Budaj n’est plus l’ombre de lui-même depuis qu’il a quitté l’organisation des Canadiens de Montréal. On pourrait même reculer au printemps dernier alors que Dustin Tokarski avait été préféré à Budaj lors des séries éliminatoires.

L’ancien gardien du CH n’a signé aucune victoire dans la Ligue américaine de hockey cette saison. Le portier de 32 ans a disputé 15 matchs, dont 12 comme gardien partant, et son équipe n’a jamais goûté à la victoire en pareille situation.

Les IceCaps de St. John’s se sont inclinés à huit reprises en temps régulier et quatre fois en prolongation lorsque Budaj est devant le filet.

Budaj maintient un faible taux d’efficacité de ,891 avec le club-école des Jets de Winnipeg.

Crédit photo : AHL


La croissance financière de la LNH est faible par rapport à celles de la NBA, la MLB et la NFL

Bettman

À chaque année, le magazine Forbes estime la valeur des franchises des 4 ligues sportives majeures en Amérique du Nord. Ces évaluations leur permettent notamment de voir comment ces prix fluctuent. Le calcul de cette année n’est pas très flatteur pour la LNH.

En moyenne, la valeur des équipes de la LNH a augmenté de 18,6% au cours de la dernière année. Au premier coup d’oeil, ça semble être une excellente nouvelle pour les propriétaires. Les investissements qui fluctuent positivement de la sorte sont très rares et ce n’est jamais une mauvaise idée d’y investir plusieurs millions.

Toutefois, lorsqu’on regarde l’environnement, on se rend compte que ce 18,6% est décevant. Pendant la même période, les franchises de la NFL ont vu leur valeur moyenne augmenter de 23%. Cette hausse supérieure à la LNH est survenue après une année où les scandales n’arrêtaient tout simplement pas de faire surface.

C’est encore pire lorsqu’on regarde la MLB, qui a vu une hausse de 48% à ce niveau et la NBA dont les équipes ont vu une hausse de valeur moyenne de 74% au cours de la dernière année. La transaction des Clippers a aidé ce chiffre, mais même sans le racisme de Donald Sterling, le nouveau contrat de télédiffusion leur aurait permis de faire un saut pas mal plus important que celui de la LNH.

Ce sont des chiffres intéressants puisque c’est supposé être la force de Gary Bettman. On dit toujours qu’il a son poste parce qu’il permet aux propriétaires de faire de l’argent, ce qui est vrai. Par contre, dans le contexte actuel des télécommunications, où le sport est devenu une des seules façons de faire des profits, il faut pratiquement faire exprès pour diminuer la valeur moyenne des équipes.

Bettman a donc la chance d’évoluer dans un marché favorable et bien qu’il fasse de l’argent pour ses propriétaires, il ne semble pas aussi bien faire que ses 3 équivalents (Silver, Goodell et Manfred). Ce n’est rien pour mettre la job de Bettman en danger, mais ça met certainement un astérisque à ses prouesses financières.

Via Darren Rovell


Un bar de Buffalo s’inspire de la loterie du repêchage pour une promotion

Bar

Avec la victoire des Coyotes mardi soir, les Sabres ont un peu plus « d’avance » au bas du classement (5 points). À moins qu’ils se plantent en battant l’Arizona à 2 reprises, les Sabres termineront au dernier rang du classement, ce qui leur assurera la possibilité de repêcher Connor McDavid ou Jack Eichel.

Par contre, avec cette loterie qui approche, plusieurs fans des Sabres commencent à se rendre compte qu’ils ont 4 fois plus de chances d’obtenir Eichel que McDavid à cause du nouveau format. Un bar de Buffalo a décidé de s’inspirer de cette situation pour sa dernière promotion intitulée « Drink from the tank » .

Le propriétaire a créé deux drinks pour Eichel et McDavid et lorsque les clients commandent le McDavid, ils ont 80% de chances d’obtenir le Eichel. Ce n’est qu’un clin d’œil au système puisque ce serait très surprenant si les bartenders calculaient vraiment les % en arrière du bar, mais le propriétaire a dit qu’il n’a eu le McDavid qu’à une reprise même s’il l’a commandé 3 fois. C’est un très bon flash.

via Puck Daddy


Brandon Pirri a des statistiques de mangeux de puck

Brandon Pirri, des Panthers de la Floride, a une fiche statistique assez intéressante cette année. En 40 parties, il a 18 buts et seulement 2 passes. S’il n’obtient pas une autre passe, Pirri aura marqué le plus grand nombre de buts dans une saison avec 2 passes ou moins depuis Cy Denneny, qui avait eu 22 buts et 2 passes en 1923-24.

Pirri serait également le premier joueur à marquer 10 buts ou plus dans une saison avec 2 passes ou moins depuis Donald Brashear en 1999-2000. Même si Pirri obtient quelques passes d’ici la fin de la saison, sa saison sera historique en termes de disparité entre le nombre de buts et de passes.

Depuis 1938, un seul joueur a marqué plus de buts que Pirri tout en enregistrant 5 passes ou moins. Il s’agit de Guy Trottier, qui a amassé 19 buts et 5 passes pour les Maple Leafs en 1970-71. La saison de Pirri pourrait donc être bizarrement historique et ça ferait de lui un des plus gros mangeux de puck de l’histoire récente de la ligue.

Cette situation est bizarre puisque ce n’est pas nécessairement la faute de Pirri. Ses lancers ont un % de réussite de 14,8% cette saison, ce qui est bon, mais pas incroyablement anormal lorsqu’on regarde ses chiffres depuis son arrivée dans la LNH.

C’est moins beau du côté du % de réussite de ses coéquipiers. Lorsqu’il est sur la glace, seulement 3% des lancers des autres joueurs des Panthers déjouent le gardien adverse. Il pourrait donc avoir pas mal plus de passes si les gars avec qui il joue profitaient plus de leurs chances.

C’est difficile de dire si c’est vraiment de sa faute ou s’il est simplement victime de malchance cette saison. En attendant, ça lui donne une ligne statistique qu’on ne voit plus dans la LNH depuis les années 30.

Via Eye on hockey


Le Canadien n’est pas la meilleure équipe défensive de la LNH

Carey Price - flambeau

Il y a une statistique à propos du Canadien que l’on entend souvent. L’équipe mène confortablement la ligue au niveau des buts accordés par match (2,14) devant les Hawks, qui occupent la 2e place (2,22). Souvent, cette statistique permet aux analystes de dire que le Canadien est la meilleure équipe défensive de la LNH, ce qui est faux.

Il y a une différence entre une bonne équipe défensive et une autre qui compte sur un excellent gardien. Le Canadien se retrouve dans la deuxième catégorie, ce qui est très bon considérant les résultats, mais ce serait incorrect de justifier ces performances avec le bon jeu défensif de la formation.

Les chiffres de possession du Canadien ne sont pas incroyables. Depuis le début de la saison, le Canadien est au 22e rang de la LNH au niveau du Fenwick ajusté. Cela les place derrière les Flyers et tout juste devant les Coyotes, les Oilers et les Jackets.

Ces chiffres de possession font en sorte que le Canadien accorde beaucoup de lancers tentés. En moyenne, ils accordent 58,9 lancers tentés par 60 minutes de jeu, ce qui est bon pour le 25e rang de la LNH. Ils en bloquent un peu plus que le reste que la ligue alors que Montréal accorde 30,7 lancers au but par match. C’est bon pour le 23e rang de la ligue, ce qui est un peu mieux. D’ailleurs, cette amélioration se maintient au niveau des chances de marquer. Le Tricolore en accorde 28,1 par 60 minutes de jeu, ce qui les classe aussi au 23e rang de la ligue.

Ceci étant dit, pour tous ces chiffres, le Canadien est plus près des pires équipes défensives de la LNH que des meilleures. Quand c’est le cas pour les lancers tentés, les lancers au but et les chances de marquer, ça commence à faire pas mal.

Qualité des lancers

C’est à ce moment-là qu’on regarde la qualité de ces lancers accordés par le Tricolore. Souvent, l’argument des partisans lorsque ces chiffres sont soulevés est le système de Michel Therrien, qui est reconnu comme étant ultra défensif. Selon ces fans, ces chiffres ne voudraient pas dire grand chose puisque les lancers sont de faible qualité. Le problème avec cet argument, c’est qu’on peut le réfuter.

War-On-Ice sépare les lancers en 3 catégories selon l’endroit d’où ils proviennent sur la glace. On peut donc comparer le Tricolore à la moyenne de la ligue au niveau de l’endroit d’où les équipes adverses lancent.

Shot rate 3

Le chiffre le plus haut (1,04) représente les lancers les moins dangereux. Comme on peut le voir, le Canadien en accorde plus que le reste de la ligue, mais c’est là où ils sont près de la moyenne. L’endroit qui leur fait le plus mal est du côté des lancers accordés dans la zone intermédiaire en termes de danger (1,1). En ce qui concerne les lancers les plus dangereux, le Canadien en accorde plus que le reste de la ligue (1,06).

On peut pousser cette analyse un peu plus loin et séparant la zone défensive en 15 régions.

Shot rate

Comme on peut le voir, le Canadien accorde moins de lancers que la moyenne de la ligue dans 5 de ces 15 zones. On voit l’impact du 3e rang de l’équipe au niveau des lancers bloqués dans les 3 zones supérieures. Le Canadien accorde pas mal moins de lancers de la ligne bleue que le reste des équipes de la LNH.

Ce graphique nous montre aussi que le Canadien accorde pas mal de lancers provenant de la bande, ce qui est une bonne nouvelle puisqu’ils ne sont pas trop difficiles à arrêter. On peut dire la même chose à propos des lancers qui partent derrière la ligne des buts.

Ça se complique dans la zone plus payante où le Tricolore accorde plus de lancers que la moyenne de la ligue dans 5 des 7 régions. Les deux 1,2 dans le milieu de la zone sont particulièrement inquiétants.

Par contre, le 0,878 tout juste devant le gardien est assez impressionnant, surtout pour une équipe qui est considérée comme petite. Le système de Therrien semble permettre à l’équipe de bien dégager l’enclave et ils sont peut-être aidés par un gardien qui contrôle bien ses rebonds.

Carey Price

Parlant du gardien, si l’équipe mène la ligue au niveau des buts accordés par match, pourquoi devrait-on s’inquiéter de cette situation? La saison du gardien est historiqueil mérite définitivement le trophée Hart et à moins qu’on affronte Chris Kreider dans les séries, on pourra compter sur lui. Tout ça est bien vrai et Carey Price pourrait mener le Tricolore vers la Coupe, mais on ne peut pas laisser ses performances fausser notre évaluation du club.

Sans Carey, le Canadien serait dans le trouble présentement. On le voit lorsqu’on regarde les chiffres de Tokarski. Son % d’arrêts de 91,7% le placerait au 17e rang (sur 43) de la LNH au niveau du % d’arrêts, ce qui est très bon pour un substitut. Malgré ça, il n’a que 15 points en 14 départs cette saison. En suivant cette tendance, le Canadien aurait 78 points en 72 matchs et ils auraient 2 points de retard sur les Panthers présentement.

Bref, contrairement à ce qu’on entend trop souvent à cause de l’impact de Carey Price, le Canadien n’est pas la meilleure équipe défensive de la ligue. On le voit en regardant le nombre de lancers accordés par l’équipe ainsi qu’en analysant la qualité de ces lancers. La fiche de l’équipe lorsqu’on met un gardien moyen (Tokarski) devant le filet confirme cette situation.

Tant que Price continuera son travail exceptionnel, il n’y aura pas de problème pour l’équipe dans l’immédiat. Toutefois, il faut garder ces chiffres en tête lorsqu’on analyse la formation et qu’on regarde ce qu’il faut faire pour améliorer l’équipe pour les saisons à venir.


Chris Tanev signe un contrat de 5 ans – 22,25 M$ avec les Canucks

Mardi midi, les Canucks de Vancouver ont annoncé la signature de Christopher Tanev à un contrat de 5 ans d’une valeur de 22,25 millions. Tanev était un des 5 défenseurs de Vancouver qui seront agents libres avec restriction à la fin de la saison. Le défenseur de 25 ans a 2 buts et 14 passes en 60 rencontres cette saison.

Si l’on se fie aux rumeurs, les deux côtés négociaient ce contrat depuis un bon moment et Tanev était clairement la priorité de la direction à la ligne bleue. Il est le défenseur de l’équipe qui passe le plus de temps en moyenne en désavantage numérique (2:46 par match).

Il est 2e à ce chapitre derrière Alex Edler au niveau du temps de glace à égalité numérique. Ses 153 lancers bloqués lui permettent d’être au sommet de l’équipe à ce chapitre. Il en a 40 de plus que le deuxième (Edler). Il est également au 13e rang de la LNH à ce niveau.

Stats avancées de Tanev

Tanev


À vendre // La maison de 4.45M$ de Vincent Lecavalier

lecavalier-house-4
lecavalier-house-1

Vous êtes un mégafan fan de hockey, vous aimez l’eau, vous passez vos hiver en Floride et vous cherchez à acquérir une propriété? Vincent Lecavalier a la solution pour vous! L’ancien joueur du Lightning (maintenant chez les Flyers) vous offre sa gigantesque baraque de Tampa Bay. Puisqu’il gagne seulement 10M$ cette saison (6M$ avec les Flyers et 4M$ via le rachat de son contrat des Bolts), le #4 offre sa maison au prix de 4 450 000$. Placé au bord de l’eau, la résidence offre une piscine et un spa. Il y a 6 chambres à coucher, 7 salles de bain, un gym, cinéma-maison, gros BBQ, bla bla bla.