Suivez 25stanley sur Facebook!

Le concept des Oilers pour leurs détenteurs de billets de saison est bien pensé

Oilers

Même si ce sera leur 4e premier choix au total en 6 saisons, la victoire à la loterie du repêchage a énormément aidé l’organisation des Oilers d’Edmonton. À la suite de cette victoire, les Oilers se sont trouvés un DG de qualité, Peter Chiarelli, qui a engagé un coach de grand talent, Todd McLellan, pour bien entourer McDavid. Cette victoire leur a donc permis de faire les premiers pas pour redevenir une organisation crédible.

Ça leur a aussi permis de monter les prix des billets malgré une autre saison de misère. Les détenteurs devront payer entre 6 et 8% plus cher que l’an passé, mais on n’entend pas trop parler de cette hausse.

McDavid aide à faire passer la pilule puisque les fans n’abandonneront pas l’équipe après cette bonne nouvelle, mais le format de l’annonce a sûrement aussi aidé. Les Oilers ont envoyé le livret que l’on voit ci-dessus à leurs détenteurs de billets de saison aujourd’hui. Le design est inspiré du carton qui a annoncé aux Oilers qu’ils allaient pouvoir repêcher McDavid.

Ce n’est peut-être pas la meilleure idée de rappeler aux partisans que l’équipe vient de connaître une saison de misère, mais en même temps, c’est un beau clin d’œil vers la loterie qui pourrait finalement permettre à l’équipe de se sortir de la médiocrité. En plus, tout ce qui peut aider à faire passer une hausse de prix est une bonne idée pour les équipes de la LNH et c’est exactement ce que l’attention que ce concept recevra fera pour les Oilers.

Via Rob Kinsey


7 films immanquables pour te mettre dans l’ambiance des sports d’été

shutterstock_64579075

La saison de hockey est presque terminée. Ça va donc devenir difficile de trouver de quoi de captivant à écouter devant le petit écran; surtout lors des soirées pluvieuses d’été. Voici donc mes suggestions de films que tu devrais aller louer au Vidéotron le superclub pendant la saison estivale.

***

Les 7 films immanquables de Vidéotron le superclub selon 25stanley.

1. Happy Gilmore

Comédie d’Adam Sandler de 1996 qui couvre la vie d’un joueur de hockey fini qui tente de se recycler en joueur de golf. Le film vaut le coup juste pour voir Adam Sandler manger une volée par Bob Barker.

***

2. Fight Club

brad-pitt-fight-club-workout

Le MMA est considéré comme étant un sport, ça veut donc dire que Fight Club est un film de sport. On dira ce qu’on voudra, mais les origines de la UFC sont basées dans des sous-sols d’église avec un gang des gars enclin à se donner des grands coups de poing sur la gueule. Brad Pitt et Edward Norton sont juste parfaits dans ce film.

***

3. Field of Dreams

C’est impossible de passer un été au Québec sans écouter un film de baseball. Par une soirée pluvieuse et humide, rien de mieux que de regarder Kevin Costner qui hallucine des voix pour bouffer du pop-corn et du chocolat avec sa copine.

***

4. The Fast and the Furious

ja-rule

Le Grand Prix F1 de Montréal arrive à grands pas, pour quoi ne pas se mettre dans l’ambiance de la course automobile. Si vous n’êtes pas un tripeux de char, ce film mérite tout de même d’être écouté pour le simple fait de se rappeler que Ja Rule a déjà été un acteur au grand écran.

***

5. Karate Kid

Vous devez laver votre voiture, peinturer votre patio ou entretenir votre arbre-bonzaï, faites deux pierres d’un coup en écoutant Karate Kid. En plus, ça devrait vous donner le gout de vous initier aux arts martiaux. Assurez-vous d’écouter la vraie version, celle de 1984 avec Ralph Macchio (qui?).

***

6. Who Framed Roger Rabbit

Screen shot 2015-05-21 at 2.36.57 PM

Zéro rapport avec le sport, mais si vous suivez le 25stanley depuis quelques années, vous savez qu’on a un gros faible pour Jessica Rabbit.

***

7. Forest Gump

Je sais que c’est tirer par les cheveux qu’affirmer que la majestueuse performance de Tom Hanks s’est déroulée dans un film de sport, mais Forest Gump nous montre tout de même les prouesses d’un jeune capable de courir, de jouer au football et de faire aller sa raquette de ping-pong pas à peu près. Cette recommandation est purement personnelle, car Forest Gump est mon film favori de tous les temps. C’est mon immanquable de Vidéotron le superclub.

***

Quels sont vos films de sport immanquables à écouter pendant l’été? Voici d’autres suggestions sur la page Facebook de Vidéotron le superclub.


L’offre des Sabres pour Babcock était plus grosse que celle des Leafs

Babcock

Mon aspect préféré de la signature de Mike Babcock à Toronto est l’amertume des Sabres qui a suivi cette décision. Pour la deuxième fois de l’été, la direction de Buffalo croyait obtenir leur premier choix et à la dernière minute, ils ont appris qu’ils devront se contenter du prix de consolation. Même avec beaucoup de répétitions, ils ne sont pas habitués de perdre et leur déception était palpable.

Cette déception était tellement forte qu’elle s’est rendue jusqu’à la conférence de presse qui présentait Babcock aux médias de Toronto. Le coach a tout d’abord ajouté de l’huile sur le feu en disant que l’offre des Sabres était plus grosse que celle des Leafs alors qu’on pensait qu’elles étaient semblables avant cette conférence de presse.

Brendan Shanahan a aussi lancé des flèches peu subtiles vers l’organisation de Buffalo lorsqu’il a déclaré que si Babcock avait choisi leur rival de division, ils auraient été fâchés, mais qu’ils ne l’auraient pas accusé d’avoir négocié de mauvaise foi.

Cette rencontre avec les médias nous a aussi permettre d’en apprendre un peu plus sur le contrat du coach. Par exemple, il n’y a pas de clause de sortie comme on pensait au départ et l’entraîneur ne devrait pas avoir de rôle dans la construction de l’alignement.

Toronto lui aurait offert un contrat de 10 ans au départ, mais il a pris 8 ans parce qu’il croyait qu’un contrat d’une décennie était trop long. C’est bon de noter que le coach aura 60 ans à la fin de cette entente…


« Les Rangers ne peuvent pas gagner si je donne six buts » – Henrik Lundqvist

Henrik Lundqvist vs TBL

Henrik Lundqvist est pleinement conscient qu’il devra être meilleur devant le filet des siens s’il veut que son équipe élimine le Lightning de Tampa afin d’accéder à la finale de la Coupe Stanley pour une deuxième année consécutive. Notamment, les statistiques de Lundqvist ne sont pas très reluisantes cette saison contre les hommes de Jon Cooper, à l’instar de Carey Price.

Le King des Blueshirts a affirmé que « les Rangers ne peuvent pas gagner [s'il] donne six buts ». L’homme masqué de la formation d’Alain Vigneault a accordé 12 buts lors de ses deux dernières sorties contre Tampa Bay. Après un revers de 6-2 au Madison Square Garden, les Rangers de New York se sont inclinés 6-5 en période de prolongation au Amalie Arena.

« C’est vraiment difficile pour moi de la façon dont ils bougent la rondelle. Aussi, la manière dont ils passent la rondelle dans l’enclave et qu’ils créent des chances de marquer. Je dois être plus focus pour suivre davantage mon plan de match », a noté Lundqvist.


Martin Brodeur signe un contrat de 3 ans avec les Blues // Il sera un adjoint au DG

martin-brodeur devils new jersey

Selon Jeremy Rutherford du St-Louis Post-Dispatch, Martin Brodeur a signé un contrat de 3 ans avec les Blues de St-Louis. Il sera un adjoint au DG de l’équipe, Doug Armstrong. Brodeur a terminé la saison comme conseiller spécial pour les Blues et il n’avait pas de contrat pour la saison prochaine, donc on ne savait pas trop ce qui allait arriver avec lui.

Ça va faire bizarre de le voir s’installer à St-Louis à long terme après avoir passé la quasi-totalité de sa carrière avec les Devils, mais le changement de direction après la promotion de Lou Lamoriello a sûrement motivé Brodeur à rester à St-Louis.

L’ancien gardien a négocié cette entente avec les Blues au cours de la dernière semaine après n’avoir rien entendu de la part des Devils selon Rutherford. Brodeur a expliqué que l’entente de 3 ans était importante pour lui puisqu’il avait besoin de stabilité à cause de son fils de 5 ans, Maxime Philippe Brodeur.


Les Sabres sont amers parce qu’ils croyaient avoir un accord de principe avec Babcock

Tim Murray

Les Sabres sont probablement les plus gros perdants de la course pour Mike Babcock. Ils croyaient être l’équipe que le coach allait choisir s’il préférait l’argent à la victoire et il a finalement pris cette option à Toronto. Les Wings seront déçus eux aussi, mais avec Jeff Blashill en attente, c’est plus facile d’accepter le départ de Babcock.

Buffalo a été la dernière équipe à apprendre qu’ils n’avaient pas obtenu Babcock à 11h35 mercredi matin et en milieu d’après-midi, la déception a laissé place à l’amertume. Sous le couvert de l’anonymat, la direction de l’équipe a fait savoir à quelques journalistes qu’ils étaient frustrés à cause du comportement du coach vers la fin du processus.

Lundi, la direction croyait qu’ils avaient une entente de principe avec Babcock pour un contrat semblable à celui qu’il a signé avec les Leafs. Ils avaient même commencé à préparer la conférence de presse pour faire l’annonce. Finalement, cette confiance n’était pas justifiée et c’est ce qui explique l’amertume à Buffalo présentement.

Ce n’est pas la première fois que la direction des Sabres montre trop d’émotions pendant cette saison morte. Après la loterie, Tim Murray en avait surpris plusieurs en montrant ouvertement sa déception devant le 2e choix. Il avait corrigé le tir quelques jours plus tard, mais ses commentaires étaient vraiment douteux.

Maintenant, les Sabres doivent trouver leur nouveau coach. Luke Richardson est le favori, mais ils pourraient également faire appel à Dan Bylsma ou Paul MacLean. Murray pourrait aussi attendre de voir ce qui se passe avec Claude Julien et/ou Guy Boucher avant de prendre sa décision.


Don Sweeney n’a pas donné un gros vote de confiance à Claude Julien

Sweeney Jacobs Neely

Pendant que toute la planète hockey suivait ce qui se passait avec Mike Babcock, les Bruins ont présenté leur nouveau DG, Don Sweeney, aux journalistes. Il ne s’est pas dit trop de choses intéressantes pendant cette séance de questions, mais Sweeney a quand même attiré l’attention cause d’une réponse plutôt vague lorsqu’on lui a parlé du coach.

Sweeney a dit aux représentants des médias que Claude Julien était certainement le coach des Bruins… aujourd’hui. Il a ajouté qu’il avait parlé avec le coach mercredi matin, mais qu’ils devaient encore parler de philosophie future. Il n’a pas voulu plus se commettre par rapport au futur de l’entraîneur.

Julien est à Boston depuis 8 ans et il a gagné une Coupe en 2 présences à la finale. Il a conservé une fiche de 351-192-79 en saison régulière depuis son arrivée avec les Bruins et il a signé une prolongation de contrat cette année.

Malgré ça, le fait qu’il ait manqué les séries a mis son poste en péril et il pourrait très bien subir le même sort que Dan Bylsma l’an passé en étant renvoyé après que toutes les autres équipes aient trouvé leur nouvel entraîneur.


Guy Boucher, adjoint de Mike Babcock ou plan B de Toronto?

Guy Boucher

Guy Boucher rencontre la direction des Maple Leafs de Toronto aujourd’hui, selon ce que rapporte Elliotte Friedman. C’est le deuxième entretien entre les deux partis après celle qui avait eu lieu au Championnat mondial de hockey en République tchèque. Par contre, il avait discuté avec l’état-major des Leafs à propos du poste d’entraîneur-chef à ce moment-là.

Maintenant, Boucher pourrait rester en contact avec les Leafs pour un poste d’assistant. Babcock serait sûrement d’accord puisqu’il lui en avait parlé avec les Red Wings l’an passé, mais il faudra voir si Boucher voudra occuper ce poste alors qu’il y a de l’intérêt pour lui ailleurs dans la LNH.

Par ailleurs, les Maple Leafs veulent les meilleurs entraîneurs pour profiter d’un avantage; avoir un choix de 3e ronde quand ils signent ailleurs. Ils en ont payé un pour Babcock et ils veulent maintenant profiter du système. Ce n’est donc pas surprenant que les Leafs soient à la recherche de plusieurs hommes de qualité actuellement.


Mike Babcock s’en va à Toronto

Babcock Holland

Ça ne sentait pas bon quand on a appris que les Wings et les Sabres n’étaient plus dans la course et ça s’est empiré quand on a vu que le jet privé des Leafs s’en allait à Detroit en début de soirée. Finalement, c’est devenu clair quand Darren Dreger l’a tweeté; Mike Babcock coachera les Maple Leafs de Toronto.

Ce sera la 3e équipe de Babcock en carrière après les Ducks et les Wings. Il a gagné 1 Coupe Stanley en 3 présences à la finale et il a maintenu une fiche de 527-285-19-119 en saison régulière. Il aura beaucoup de travail à faire à Toronto, mais on imagine qu’il aime les défis.

Une autre chose que le coach aime est l’argent et Toronto était probablement l’organisation qui en offrait le plus. Babcock voulait replacer le marché pour les coachs de haut niveau avec son nouveau contrat. Il aurait accepté une offre de 8 ans d’une valeur d’environ 50 millions, donc il peut dire mission accomplie de ce côté.

L’entraîneur gagnait 2 millions cette saison et il coûtera un choix de 3e ronde aux Maple Leafs. Son remplaçant à Detroit sera fort probablement Jeff Blashill alors que les Sabres risquent de se tourner vers Luke Richardson.


Les Sabres et les Wings ne seraient plus dans la course pour Mike Babcock

Mike Babcock

Les Maple Leafs semblent avoir sorti un lapin de leur chapeau. Au cours des derniers jours, la course pour obtenir les services de Mike Babcock était entre les Red Wings et les Sabres. Puis, à la dernière minute mercredi matin, Bob McKenzie a mentionné que les Maple Leafs étaient de retour dans l’action.

C’est devenu intéressant sur l’heure du midi alors que coup sur coup, McKenzie a dit que les Sabres étaient sortis de la course alors qu’Aaron Ward a tweeté que Babcock n’allait pas revenir avec les Wings. Ces éliminations laissaient un gros candidat; les Maple Leafs de Toronto.

Les Leafs ne sont pas les seuls alors que les Blues et les Sharks avaient aussi démontré de l’intérêt pour le coach, mais leurs chances ne semblaient jamais bonnes, donc ça semble être à l’avantage de Toronto. Ceci étant dit, avec ce revirement surprenant qui fait en sorte que les deux favoris sont sortis, on ne sait jamais…