Suivez 25stanley sur Facebook!

Fox Sports Midwest mélange P.K. Subban et John Klingberg

Klingberg

Avant le match entre le Canadien et les Blues, Fox Sports Midwest a identifié les 3 joueurs du Canadien à surveiller lors de ce match. Ils ont fait de bons choix puisque Galchenyuk et Subban ont créé le premier but des Habs, mais leur méthode a été un peu moins fructueuse lorsqu’il est venu le de temps de montrer Subban à l’écran.

Au lieu de voir le défenseur du Tricolore, les téléspectateurs ont vu celui des Stars de Dallas, John Klingberg. Ce n’était qu’une erreur du graphiste, mais il me semble que c’est assez évident pour quelqu’un la corrige avant que ce soit en ondes.

Via Habs Eyes on the prize


Le chroniqueur « musique » de RDS ne connait pas ses artistes du Super Bowl

bam-bam-gigalow

Afin d’analyser le fou spectacle de la mi-temps de Katy Perry au Super Bowl, RDS dans son bulletin Sports 30 a fait appel à un expert culturel nommé Philippe  Rezzonico. Il est un «journaliste» de musique et de spectacles qui écrit un blogue post par semaine. Pauvre mec. RDS lui a donné 3 minutes de temps d’antennes pour analyser 3 artistes. Il s’est trompé entre Bruno Mars et Lenny Kravitz. Chapeau champion!

Le reste de son segment est assez particulier. Surtout la fin, lorsqu’il parle du public noir et blanc de la NFL. À écouter ici.

P.-S. Non, le gars de RDS n’est pas Bam Bam Gigelow.


Mediafail // Fox Sports Tennessee a diffusé l’audio d’un porno pendant un match des Preds

Preds

Je n’ai aucune idée comment c’est arrivé, mais pendant une minute de la diffusion du match entre les Prédateurs et les Blues par Fox Sports Tennessee, on a entendu l’audio d’un porno. En fait, on entendait les forts gémissements d’une actrice, rien de plus.

Toutefois, les gémissements étaient assez clairs pour qu’on sache que les annonceurs n’écoutaient pas un match de tennis féminin. Bien évidemment, on ne sait pas qui est responsable de cette gaffe, mais il risque d’en payer le prix. C’est clair qu’il va y avoir une tonne de plaintes de la part de parents qui écoutaient le match avec leurs enfants.


Via Greg Balloch


MediaFail // Les Penguins font une faute de frappe avec le nom de Crosby

sidney-crosby-media-fail

Lors d’un match des Penguins à domicile, l’équipe donnait une photo de Sidney Crosby. Le gars responsable de faire l’infographie a fait une faute dans le prénom de Crosby. Quand même incroyable. Le gars qui a fait l’image s’est trompé, mais ensuite le gars de l’imprimerie n’a rien remarqué ainsi que les gens responsables de la distribution. Il y a des gens qui dorment au gaz à Pittsburgh.


Le match du Canadien sonnait comme une ronde de golf à Sportsnet

HNIC_Logo.svg

Si tu as essayé d’écouter le match du Canadien en anglais samedi soir, tu as remarqué quelque chose d’assez bizarre. Le commentateur, Paul Romanuk, gardait la description au minimum et lorsqu’il parlait, c’était avec très peu d’intonation et un chat dans la gorge. Ça faisait en sorte qu’il y avait plusieurs moments de silence et même quand il parlait, on se sentait plus au Masters à Augusta qu’au Centre Bell.

Lors de la fin du match, George Stroumboulopoulos a confirmé ce qu’on soupçonnait tous en disant que Romanuk était malade comme un chien et qu’il tentait de ne pas perdre la voix complètement.

Je ne blâme pas Romanuk qui, dans les circonstances, a fait du bon travail. Le gars n’avait presque pas de voix et il devait annoncer un match ultra offensif et excitant. Il a fait du mieux qu’il pouvait. Par contre, on a vu les limites de Sportsnet, qui produisait 6 matchs samedi soir. Ça veut dire qu’ils avaient besoin de 6 équipes pour annoncer ces rencontres et qu’ils ont manqué de monde pour remplacer Romanuk. Rogers se vantait de présenter plus de matchs que jamais en début de saison, mais ça les a forcé à offrir un produit assez moyen samedi soir.


Fail // Carey Price avec les Bruins et Sidney Crosby avec les Flyers

Crosby - Price

NHL Network a commis une erreur qui se transforme en fail ironique. Samedi dernier, on a pu apercevoir une infographie mettant en vedette Carey Price et Sidney Crosby en prémisse du duel entre les Canadiens de Montréal et les Penguins de Pittsburgh. Par contre, le responsable de l’infographie n’a pas placé les bons logos des équipes derrière les images de Price et Crosby. Si on se fit à l’image en question, Price est un membre des Bruins et Crosby fait partie de l’organisation des Flyers.

De plus, ce qui est ironique, c’est que les Bruins sont les grands rivaux des Canadiens et le même scénario se répète entre les Flyers et les Penguins.

Néanmoins, ce qui peut expliquer cette situation, c’est que le match entre les Bruins et les Flyers était diffusé au même moment sur les ondes de NHL Network.


Air Canada pense que les Maple Leafs doivent échanger Kessel

Air Canada

Air Canada, une compagnie aérienne nationale du Canada bien connue, a fait une erreur sur son compte Twitter officiel aujourd’hui. Celle-ci croit que les Maple Leafs de Toronto devraient échanger l’attaquant Phil Kessel.

Cette transaction serait la clé d’une reconstruction pour la formation torontoise, selon Air Canada. Évidemment, c’est un employé d’Air Canada qui a commis cette bourde mercredi matin. D’ailleurs, quelques instants plus tard, le tweet en question a été effacé.


Phil Kessel traite un journaliste d’idiot

Kessel

Ça brasse à Toronto! Les Leafs ont renvoyé Randy Carlyle et ça a créé une frénésie médiatique. L’ancien coach de l’équipe, Ron Wilson, a déclaré que c’était probablement la faute des joueurs et il a critiqué Phil Kessel. D’ailleurs, il n’est pas le seul à avoir critiqué l’attaquant vedette des Leafs.

Lorsque Kessel a rencontré les médias pour parler du renvoi de Carlyle, Dave Feschuk, du Toronto Star, lui a demandé s’il était un joueur difficile à coacher. Kessel n’a pas apprécié la question et Feschuk a répliqué en disant que c’était justifié puisqu’il était le meilleur joueur d’une équipe qui venait de renvoyer son coach.

Kessel n’a vraiment pas aimé cette réponse et il a demandé à Feschuk s’il pensait que le renvoi de Carlyle était de sa faute. À ce moment-là, l’équipe de PR des Leafs a mis fin à la séance de questions. Avant de partir, l’attaquant vedette a déclaré « Ce gars-là est vraiment un idiot! Il a toujours été comme ça. »

Feschuk n’est pas le journaliste le plus apprécié par les fans des Leafs, donc plusieurs d’entre eux supportent ce commentaire, mais ce n’est pas unanime et c’est clair que ça va alimenter la controverse au cours des prochains jours.


Une journaliste oublie le nom d’Anders Lee avant de l’interviewer

Lee

Anders Lee est un attaquant des Islanders qui jouait son 54e match en carrière contre les Capitals de Washington lundi soir. En 30 matchs cette saison, il a inscrit 8 buts et 3 passes, mais il semblerait que ce ne soit pas suffisant pour se faire un nom dans le gros marché de New York.

Après avoir marqué en première période du match contre les Caps, Lee devait parler à Shannon Hogan, de MSG, pour l’entrevue entre les deux périodes. Au début de cette entrevue, Hogan a eu un blanc de mémoire au pire moment possible et elle a dû demander à Lee quel était son nom.

Hogan dit que c’était une blague et c’est possible étant donné qu’elle a déjà couvert des matchs de Lee alors qu’il était à l’université. Si c’est le cas, on doit souligner son courage et son originalité, mais si elle a bel et bien oublié son nom (ce qui est plus probable), on a là un bon petit blooper.


Le Journal de Montréal publie un texte vachement sexiste sur les femmes et le hockey

fille hockey - montreal - credit: ig

À cause de la nature de mon blogue, certaines personnes me traitent de sexiste à cause que je publie des titres tels que La sœur de Genie Bouchard est hot hot hot. C’est correct de me juger pour ça; je m’assume dans ce soi-disant macho-isme. De ma perspective, je ne vois pas le mal à exposer un fait. Qu’est-ce que je peux dire de plus si c’est vrai que la fille a un sourire d’un million dollars ou qu’elle possède un corps coupé au couteau? D’autant plus que je ne l’ai jamais rencontré en personne et que la seule chose que je connais d’elle est ses centaines de selfies en bikini exposés à tous sur Instagram.

Ce que je considère comme du vrai sexisme est un texte paru dans le Journal de Montréal. Vous savez ce genre de média qui va se scandaliser quand une actrice porno décide de baiser 20 hommes le temps d’une soirée, mais en revanche va glorifier un Leonardo Dicaprio qui quitte une boite de nuit avec les 20 plus belles filles du VIP. Bref, un dude qui se pense drôle (et qui doit sûrement être incapable de scorer une date sur Tinder) a publié Le guide pratique pour convertir sa blonde au hockey. Il s’agit d’un guide d’une bassesse intellectuelle digne de l’époque où les femmes n’avaient pas le droit de voter.

Je n’ai juste pas le choix d’intervenir. Le texte est bourré de préjugés comme quoi l’argent impressionne les filles, qu’elles écoutent des téléséries quétaines et qu’elles s’intéressent seulement au potinage et non aux vrais enjeux. C’est pitoyable.

Voici quelques passages qui dépeignent les femmes comme étant des plotes à cash :

« Offrez-lui un chandail de son joueur préféré. Gardez en tête les critères sur ce quoi elle se base pour définir son joueur préféré : salaire, beauté, âge, salaire. »

Bro! Tu es le chum le plus chien au monde. Si je comprends bien tes doubles critères de salaire, tu as acheté le jersey de Scott Gomez à ta blonde! Pauvre elle. Allons-y avec un autre passage qui ne vaut pas cher la tonne.

« Le tout inclus. À vos frais, la formule prévoit un souper dans une Cage aux Sports, deux très bons billets pour la rencontre, ainsi qu’un accès bar ouvert au Centre Bell. Vous devriez vous en sortir pour moins de 4 000 $. »

Erreur! Ce n’est pas la qualité des billets qui comptent, c’est l’importance du match. Les femmes sont émotives. Amène ta blonde à un match Canadiens-Panthers qui se termine 2-0 Floride, elle va avoir trouvé ça plate à mourir même si tu étais assis première rangée. Invite là dans les Bleus lors d’un match des séries ou lors d’une cérémonie dédiée à une légende des Canadiens; c’est de cette façon qu’elle va vivre la passion du hockey. Elle va s’en souvenir.

De plus, si tu passes ta soirée à saouler ta blonde, le lendemain matin elle va être hangover pour mourir et avoir tout oublié. On poursuit avec un passage qui laisse sous-entendre que les filles s’intéressent à des sujets seulement si c’est pour potiner.

« À coups de potins et d’histoires croustillantes, c’est avec un sac de chips à la main qu’elle voudra en savoir davantage. »

Les filles s’intéressent aux potins des vedettes qu’elles connaissent. Si ta blonde n’a aucune idée de qui est PK Subban, elle va s’en câlisser qu’il passe ses samedis soirs au Flyjin. Si tu veux que ta blonde s’intéresse aux joueurs, tu dois lui faire remarquer les différentes habiletés des meilleurs joueurs. Explique-lui que PK Subban a un coup de patin unique. Dis-lui de regarder attentivement le #76 à la pointe quand il se prépare à slapper. Les filles aiment le gossip, mais elles aiment encore plus les histoires chaleureuses. Puisque tu dois absolument lui faire un briefing sur Carey Price, raconte-lui qu’il habitait dans le fin fond de bois au BC quand il était jeune. Il avait un talent unique. Son père croyait tellement en lui qu’il a acheté un avion pour l’amener à ses pratiques et ses matchs. Et après ça, montre-lui le clip de Carey Price et son père aux Jeux olympiques.

J’enchaîne avec des passages qui m’ont fait réaliser que je n’écouterais jamais une game de hockey chez nous avec l’homme qui a pondu ce guide.

« Donnez-lui des compliments à la tonne ainsi qu’un bon massage pour maximiser vos chances de réussite. »

Dude, ta yeule! On écoute la game. Si tu parles tout le temps et que tu la tripotes comment veux-tu qu’elle se concentre à faire la différence entre Subban et Emelin? Quand tu écoutes un match avec une fille qui n’y connait pas beaucoup, la seule chose dont tu as besoin c’est de la patience. Si ta blonde décide de faire un effort pour s’intéresser au hockey, elle va te poser une tonne de questions. Révise bien le livre des règlements pour t’assurer de lui expliquer aisément le concept de la pénalité quand la rondelle sort du jeu en zone défensive.

Je termine avec ceci. Le gars n’a vraiment pas compris le concept du house party.

« Si vous invitez des chums de gars à la maison lors d’un soir de match, assurez-vous que la copine ne se retrouve pas seule. C’est là qu’arrive la chum de fille. Limitez-vous à une seule amie, car si elles se ramassent en troupeau, il sera difficile de les contrôler. »

Bro! Dis-moi pas que tu préfères les partys de saucisses pour ensuite te sauver aux danseuses après le match? Ça parait que tu as rarement invité des gens chez toi pour écouter une partie. Le plus de filles qui aiment le hockey qu’il y a chez toi, le plus de chances que ta blonde va vouloir embarquer. Elle va vouloir faire partie du groupe. Et en passant, si la game est plate, tu veux plein des filles chez toi pour que ça dérape.

Pour conclure, je vais me permettre de donner mon  « top conseil » pour piquer l’intérêt de votre blonde pour le hockey. Vous devez uniquement faire ce que tous les papas et mamans de joueurs de la NHL ont fait avec leurs fils.

Allez patiner à la patinoire extérieure du coin par une belle journée/soirée d’hiver. Faites-lui découvrir les plaisirs de glisser sur la glace. Montrez-lui que vous avez du talent comme PK Subban. Faites la sentir fière d’elle quand elle va être capable de patiner sans vous tenir par les mains. Expliquez-lui comment tenir un bâton et tirer au but. Elle va comprendre la satisfaction d’être capable de lever la puck et de la mettre dans le fond du but.

Tous les joueurs de la NHL sont tombés en amour avec le hockey en patinant dehors avec ceux qu’ils aiment. C’est la meilleure technique pour convertir votre blonde au hockey.