Suivez 25stanley sur Facebook!

Tom Wilson se serait blessé à la cheville en faisant du skateboard

wilson-struggles-to-bench

Mercredi après-midi, les Capitals de Washington ont annoncé que Tom Wilson s’est blessé à la cheville à cause d’une chute et qu’il est présentement en évaluation à l’hôpital pour déterminer l’impact de sa blessure. L’équipe n’a aucune idée sur la gravité présentement, mais ça affectera son entraînement hors-saison et peut-être même son arrivée au camp. Bien évidemment, comme l’équipe est restée très vague sur la cause, les rumeurs ont commencé à voler un peu partout.

La plus crédible est venue d’un commentaire facebook qui datait du 1er juillet. Ce commentaire venait d’un ambulancier qui s’était fait dire par un de ses collègues que Wilson s’était brisé la jambe ou la cheville en faisant du skateboard à Muskoka. Le fait que ce commentaire soit venu plusieurs heures avant l’annonce officielle et qu’il avait eu raison sur l’endroit de la blessure ainsi que la région où s’est déroulée l’incident lui a donné de la crédibilité.

Bien évidemment, l’équipe n’a pas voulu confirmer la rumeur, niant même les informations. Toutefois, ce serait toute une coïncidence et ce n’est pas difficile de penser que l’équipe ne veut pas trop donner de détails en attendant d’avoir l’histoire complète de la part de leur joueur. Ils donneront les détails de cette blessure dans quelques jours et on devrait donc en savoir plus sur la cause à ce moment-là.


À vendre // Le splendide condo de 4 700 pieds carrés de Cristobal Huet à Chicago

33-w-ontario-24
33-w-ontario-25
33-w-ontario-4

Pour les passionnées de hockey, le 1er juillet signifie folie des agents libres. Pour les autres, cette date rime avec « gros déménagement, je dois payer de la bière et de la pizza à mes amis pour qu’ils viennent m’aider. » Pour mieux digérer ce processus, le Superclub Videotron vous offre un lecteur Blu-Ray gratuitement si vous activez une ligne téléphonique mobile et un autre service ou un ensemble trois services. Détails iciAfin de souligner cette date charnière, voici quelques maisons ou condos à vendre des joueurs de la NHL. Notre coup de cœur est définitivement la propriété de Cristobal Huet.

Il ne joue plus à Chicago depuis 2010, l’année où il a gagné la Coupe Stanley, donc il était temps qu’il mette sa propriété à vendre pour de bon (Huet l’a déjà mis sur le marché, mais sans succès). Le condo de Huet est génial. 4 700 pieds carrés, 5 chambres à coucher et 4 salles de bain. Tout ça pour la modique somme de 2.4 M$. Crime, j’ai vu des condos de 1 400 pieds carrés se vendre plus cher que cela à Montréal.

Le condo de Cristobal Huet est définitivement fait pour l’amateur de hockey. Son solarium a été décoré en mini-patinoire avec le logo des Hawks au centre. Sans surprise, il y a une superbe terrasse sur le toit avec piscine. Et que dire la cuisine et des salles de bains? WOW.

Ci-dessous, plus de photos de son condo. Si le condo de Huet ne vous intéresse pas, vous pouvez toujours y aller pour le chalet de Brad Marchand, le loft de Dan Carcillo ou le château de Wayne Gretzky. Et j’espère que Ryan Kesler va déménager pour de vrai à Anaheim. Saviez-vous que même s’il a évolué dans la plus belle ville canadienne, soit Vancouver, pendant des années, il préfère habiter dans une des pires villes de l’Amérique du Nord, Détroit, lors de la saison estivale.

N.B. Pour la promotion Vidéotron, c’est par ici.

*Merci à Barthélémy Cousein pour la passe sur la palette.


L’annonceur des Sabres a un cancer à la gorge

Jeanneret

On a eu une triste nouvelle dans le monde du hockey mercredi matin. Un des meilleurs annonceurs, sinon le meilleur, Rick Jeanneret a été diagnostiqué avec un cancer de la gorge. L’annonceur des Sabres a toutefois indiqué qu’il comptait encore annoncer les 47 matchs qui sont dans son contrat l’an prochain.

Jeanneret est l’annonceur des Sabres depuis 43 ans maintenant et sa voix est reconnu un peu partout, même pour les fans francophones qui n’ont pas tendance à écouter leurs matchs dans la langue de Shakespeare. Il a une tonne de phrases clés qui ont fait l’histoire, notamment le fameux May-Day après un but crucial de Brad May.

L’homme de 71 ans ne subira pas d’opération, mais il commencera sa thérapie sous peu. Il avait commencé à ressentir des symptômes en fin de saison l’an dernier alors que sa gorge le faisait souffrir, mais quand il a vu que ça ne se calmait pas, il est allé subir des tests. Ce sont des tests qui ont découvert le cancer et il a reçu son diagnostic le 19 juin. On lui souhaite bonne chance dans ce combat et on se laisse avec ses meilleurs moments en carrière en espérant qu’il puisse en ajouter d’autres.

Via Puck Daddy


Le premier choix des Flyers n’a pas toujours été fan de ses nouveaux coéquipiers

Vendredi soir, avec le 17e choix au total, les Flyers de Philadelphie ont repêché le défenseur Travis Sanheim. C’était un choix un peu surprenant, mais ultimement, ce n’est pas le choix qui a attiré l’attention des partisans de la LNH.

Ceux des Flyers ont quand même voulu apprendre à le connaître puisque c’était leur nouveau premier choix. À l’ère des médias sociaux, la meilleure façon de faire ça, c’est de suivre l’espoir sur Twitter. Sanheim n’est pas le plus prolifique sur le média social et ça a permis aux fans de lire tous ses tweets assez rapidement. Malheureusement pour l’espoir, il n’avait pas fait le ménage et un tweet qu’il avait envoyé par rapport à Brayden Schenn, son nouveau coéquipier, a refait surface.

Travis Sanheim

Donc, en 2012, pendant la série de première ronde entre les Penguins et les Flyers, Sanheim comptait pour les Penguins et il aimait bien voir Schenn se faire brasser. Il a également écrit qu’il n’avait pas de talent.

Ce n’est pas la fin du monde et cette « controverse » sera oubliée rapidement, mais c’est quand même gênant. C’est un rappel que ce qu’on écrit sur les réseaux sociaux est sur le web pour toujours (ce tweet a été supprimé depuis). C’est important pour tout le monde, mais ce l’est encore plus pour un espoir qui veut faire la LNH un jour puisque comme Sanheim, quand les projecteurs seront sur eux, leurs moins bons coups vont ressortir.


Les Red Wings veulent que leur Puck Bunnies aient de l’ambition

photo

Ce tweet des Red Wings de vendredi matin a attiré pas mal d’attention sur le web. Après qu’une fan ait tweeté que son but dans la vie était de marier un joueur des Red Wings avant de se qualifier de puck bunny, les Wings lui ont répondu qu’elle devrait avoir de plus grosses ambitions dans la vie.

Personnellement, je trouve que c’est une bonne ligne des Wings, mais certains ont trouvé que c’était chien pour la fille qui a supprimé son compte peu après que le tweet soit devenu viral. Toutefois, c’est normal que ça arrive quand un compte veut être drôle et j’adore qu’ils n’aient pas reculé par la suite.

Je comprends que certains trouvent ça irrespectueux, mais c’est ce qui va arriver avec l’augmentation des tweets humoristiques. Le même humour n’est pas pour tout le monde et c’est bien correct comme ça. Toutefois, ce tweet n’aurait pas attiré l’attention s’il n’était pas drôle.


Pas toujours facile d’être une ice girl

Depuis plusieurs années, la majorité des équipes de la LNH ont opté pour les Ice girls qui nettoient la glace pendant les pauses publicitaires. Cette tendance rend plusieurs gars contents puisque les filles sont plus agréables à regarder que les gars de Clorox que l’on a au Centre Bell, mais sans surprise, il n’y a pas que des bons côtés à cette tendance. 3 anciennes ice girls des Flyers et 4 autres des Kings ont parlé de ces moins bons côtés à Mother Jones.

Parmi ces mauvais côtés, il y a les matchs extérieurs. Pendant ces événements, les filles doivent travailler entre 6 et 9 heures dans leurs uniformes qui ne couvrent pas grand chose dans des conditions météorologiques assez froides. On pourrait croire que les filles sont habitués, mais il y a une différence entre quelques minutes sur la glace et des heures à l’extérieur en plein hiver.

Bien évidemment, dans les événements, les filles n’ont pas vraiment de pauses et ne peuvent pas manger en public. Elles doivent donc se cacher pour manger un peu. Une fille a raconté une fois où elle a dû manger en se cachant dans une boîte de pick-up de quelqu’un qu’elle ne connaissait pas parce qu’elle avait trop faim.

Toutefois, le plus gros inconvénient des filles vient de la prudence des organisations. Celles-ci ne veulent pas que leurs ice girls fréquentent leurs joueurs ou même qu’il y ait des rumeurs. Donc, si une fille est dans un restaurant ou dans un bar et qu’un joueur entre dans la place, la fille doit quitter immédiatement, même si elle est au milieu de son repas. On peut comprendre l’idée derrière, mais c’est quand même un peu intense.

Bien évidemment, c’est tous des trucs qui viennent avec la job, mais comme les filles sont payés 15$ de l’heure ou 50$ du match, ces conditions sont assez intenses. Les filles disent aimer leur emploi, mais elle admettent qu’il devrait y avoir une sorte de collectif pour s’assurer qu’elles ne se fassent pas exploiter.


Les prix des billets des Rangers sont en chute libre

Au début de la finale de la Coupe Stanley, une des grosses histoires était le prix exorbitant des billets pour les matchs au Madison Square Garden. Alors que l’équipe fait face à un balayage, on a une tout autre histoire. Les prix pour le 4e match de la série sont en chute libre.

Avant le début de la série, le prix moyen des billets pour le 4e match était de 2419 $ sur les sites de revente. Le billet le moins cher était listé à 1079 $. 3 défaites plus tard, ces prix sont encore élevés, mais pas mal moins.

Le prix moyen pour le match de mercredi est maintenant de 1594 $, une baisse de plus de 34 %. C’est encore pire pour le billet le plus abordable qui est maintenant à 474 $. C’est moins que la moitié du prix d’il y a 3 défaites. C’est cool pour les fans, mais ça l’est un peu moins pour les revendeurs.

Il faut dire que cette baisse n’a pas impacté le 6e match de la série puisque s’il se joue, ça veut dire que les Rangers vont avoir gagné les 2 derniers matchs et l’ambiance va certainement être meilleure que lundi en 3e période où on avait plusieurs admirateurs qui se demandaient s’ils avaient vraiment payé plus de 1000 $ pour ce match.

La LNH aimerait certainement que les Rangers gagnent les 2 prochains matchs. Même si cette baisse n’affecte pas les revenus de la ligue, ils ont déjà tout vendu leurs billets pour le 6e match et au prix auquel ils les vendaient, ils n’ont sûrement pas le goût de rembourser tout le monde.

Via Puck Daddy


Un problème avec le site web de la LNH enrage des centaines de fans des Rangers

Rangers

Avec la folie de la finale de la Coupe Stanley qui s’apprête à frapper New York, on retrouve beaucoup de nouveaux fans des Rangers. Plusieurs de ces nouveaux fans ont voulu célébrer leur nouveau sport préféré en achetant un chandail de l’équipe et c’est à ce moment-là que ça s’est compliqué.

Pendant la fin de semaine, une erreur s’est glissée sur le site web de la LNH et les chandails blancs des Rangers personnalisables étaient listés à 63,33 $ avant taxes, donc 68,32 $ au total. En comparaison, les chandails bleus coûtaient 200 $. Bien évidemment, à ce prix, les partisans se sont jetés sur l’offre et la ligue a vendu des milliers de chandails avant de se rendre compte de l’erreur.

Normalement, quand ça arrive, la compagnie honore les ventes et corrige l’erreur le plus rapidement possible. Par contre, ce n’est pas ce que la LNH a fait. À la place, ils ont envoyé un courriel disant qu’ils n’avaient pas le stock pour respecter les commandes et qu’ils annulaient donc les ventes. Pour s’excuser, ils ont donné un rabais de 10 $ aux consommateurs qui n’auront pas leur chandail.

On peut se questionner en se demandant si la ligue a pleinement le droit de faire ça vu que c’était clairement une erreur, mais c’est plate pour les partisans et il me semble qu’avec l’argent qui rentre à un rythme incroyable grâce aux prix de fous des billets des Rangers, la LNH aurait pu absorber le déficit. En faisant ce qu’ils ont fait, ils ont enragé une tonne de partisans qui en ont jasé sur les réseaux sociaux, ce qui n’est pas de la bonne publicité pour la ligue qui est censée vivre ses meilleurs moments présentement.

Via #Buzzer


Barry Trotz a demandé à un fan ce qu’il pensait des Capitals avant de venir à Washington


Avant d’accepter l’emploi à Washington, Barry Trotz a fait comme tous les entraîneurs de la LNH en appelant ses contacts pour en apprendre un peu plus sur la situation de l’équipe. Par contre, Trotz étant perfectionniste, il a poussé le concept un peu plus loin.

Alors qu’il était à l’aéroport en route vers Washington, un fan des Capitals qui célébrait sa fête à Nashville l’a approché pour lui dire qu’il espérait que Trotz devienne le coach de l’équipe. Trotz lui a parlé un peu de Nashville avant que leurs chemins se séparent.

Toutefois, quand il a vu qu’ils étaient dans le même avion, Trotz l’a approché pour demander au fan ce qu’il pensait de l’équipe. Le partisan lui a parlé du jeu défficient à 5 contre 5, de la couverture médiatique d’Alex Ovechkin, des problèmes de l’équipe en séries et de la tendance des dirigeants d’engager des entraîneurs inexpérimentés.

Trotz a récompensé ce savoir en lui parlant de sa philosophie par rapport à l’emploi qu’il s’apprêtait à prendre. C’est bien de voir que Trotz s’est attardé à tous les détails avant de prendre ce poste, mais c’est encore plus cool pour le partisan qui va avoir une histoire incroyable à conter pendant le règne de Trotz. Il pourra également se vanter du fait qu’il a pu avoir un tête-à-tête honnête avec l’entraîneur-chef de son équipe préférée. Il n’y a pas beaucoup de fans d’hockey qui peuvent dire la même chose.

Via Washington Post


Drew Doughty et Trevor Lewis possèdent un fou appartement à Los Angeles

normal

Drew Doughty et Trevor Lewis des Kings ont décidé d’habiter ensemble à Los Angeles afin d’avoir un logement de rêve pour jeunes garçons célibataires et millionnaires. La chose la plus cool de leur habitation? Leur voisin est Weeman de Jackass.

Si on commence par le toit, Drew Doughty s’est installé un spa avec télévision rétractable. Il peut donc se faire masser dans son spa grâce ses jets d’eau spéciaux tout en écoutant le hockey avec une vue sur l’océan en arrière-plan.

La chambre de Trevor Lewis n’a rien d’incroyable mis à part que c’est un méga bordel. Probablement dans les deux sens du terme. En entrevue, il a avoué ne jamais avoir fait son lit. Le lit de Doughty est une coche plus grand puisque son chien dort avec lui. Ne vous inquiétiez pas, leur femme de ménage Gloria vient tout nettoyer chaque mercredi.

L’image ci-dessus montre la chambre de Drew Doughty chez ses parents. Le vidéo ici-bas montre sa chambre à Los Angeles

Vidéo – Le crib de Doughty et Lewis

P.-S. Si jamais ça vous tente d’avoir un condo top luxe à Montréal pour vous amuser comme Dougthy et Lewis, le projet YOO Montréal du designer Philippe Starck est définitivement pour vous! Détails ici.