Suivez 25stanley sur Facebook!

Pas toujours facile d’être une ice girl

Depuis plusieurs années, la majorité des équipes de la LNH ont opté pour les Ice girls qui nettoient la glace pendant les pauses publicitaires. Cette tendance rend plusieurs gars contents puisque les filles sont plus agréables à regarder que les gars de Clorox que l’on a au Centre Bell, mais sans surprise, il n’y a pas que des bons côtés à cette tendance. 3 anciennes ice girls des Flyers et 4 autres des Kings ont parlé de ces moins bons côtés à Mother Jones.

Parmi ces mauvais côtés, il y a les matchs extérieurs. Pendant ces événements, les filles doivent travailler entre 6 et 9 heures dans leurs uniformes qui ne couvrent pas grand chose dans des conditions météorologiques assez froides. On pourrait croire que les filles sont habitués, mais il y a une différence entre quelques minutes sur la glace et des heures à l’extérieur en plein hiver.

Bien évidemment, dans les événements, les filles n’ont pas vraiment de pauses et ne peuvent pas manger en public. Elles doivent donc se cacher pour manger un peu. Une fille a raconté une fois où elle a dû manger en se cachant dans une boîte de pick-up de quelqu’un qu’elle ne connaissait pas parce qu’elle avait trop faim.

Toutefois, le plus gros inconvénient des filles vient de la prudence des organisations. Celles-ci ne veulent pas que leurs ice girls fréquentent leurs joueurs ou même qu’il y ait des rumeurs. Donc, si une fille est dans un restaurant ou dans un bar et qu’un joueur entre dans la place, la fille doit quitter immédiatement, même si elle est au milieu de son repas. On peut comprendre l’idée derrière, mais c’est quand même un peu intense.

Bien évidemment, c’est tous des trucs qui viennent avec la job, mais comme les filles sont payés 15$ de l’heure ou 50$ du match, ces conditions sont assez intenses. Les filles disent aimer leur emploi, mais elle admettent qu’il devrait y avoir une sorte de collectif pour s’assurer qu’elles ne se fassent pas exploiter.


Les prix des billets des Rangers sont en chute libre

Au début de la finale de la Coupe Stanley, une des grosses histoires était le prix exorbitant des billets pour les matchs au Madison Square Garden. Alors que l’équipe fait face à un balayage, on a une tout autre histoire. Les prix pour le 4e match de la série sont en chute libre.

Avant le début de la série, le prix moyen des billets pour le 4e match était de 2419 $ sur les sites de revente. Le billet le moins cher était listé à 1079 $. 3 défaites plus tard, ces prix sont encore élevés, mais pas mal moins.

Le prix moyen pour le match de mercredi est maintenant de 1594 $, une baisse de plus de 34 %. C’est encore pire pour le billet le plus abordable qui est maintenant à 474 $. C’est moins que la moitié du prix d’il y a 3 défaites. C’est cool pour les fans, mais ça l’est un peu moins pour les revendeurs.

Il faut dire que cette baisse n’a pas impacté le 6e match de la série puisque s’il se joue, ça veut dire que les Rangers vont avoir gagné les 2 derniers matchs et l’ambiance va certainement être meilleure que lundi en 3e période où on avait plusieurs admirateurs qui se demandaient s’ils avaient vraiment payé plus de 1000 $ pour ce match.

La LNH aimerait certainement que les Rangers gagnent les 2 prochains matchs. Même si cette baisse n’affecte pas les revenus de la ligue, ils ont déjà tout vendu leurs billets pour le 6e match et au prix auquel ils les vendaient, ils n’ont sûrement pas le goût de rembourser tout le monde.

Via Puck Daddy


Un problème avec le site web de la LNH enrage des centaines de fans des Rangers

Rangers

Avec la folie de la finale de la Coupe Stanley qui s’apprête à frapper New York, on retrouve beaucoup de nouveaux fans des Rangers. Plusieurs de ces nouveaux fans ont voulu célébrer leur nouveau sport préféré en achetant un chandail de l’équipe et c’est à ce moment-là que ça s’est compliqué.

Pendant la fin de semaine, une erreur s’est glissée sur le site web de la LNH et les chandails blancs des Rangers personnalisables étaient listés à 63,33 $ avant taxes, donc 68,32 $ au total. En comparaison, les chandails bleus coûtaient 200 $. Bien évidemment, à ce prix, les partisans se sont jetés sur l’offre et la ligue a vendu des milliers de chandails avant de se rendre compte de l’erreur.

Normalement, quand ça arrive, la compagnie honore les ventes et corrige l’erreur le plus rapidement possible. Par contre, ce n’est pas ce que la LNH a fait. À la place, ils ont envoyé un courriel disant qu’ils n’avaient pas le stock pour respecter les commandes et qu’ils annulaient donc les ventes. Pour s’excuser, ils ont donné un rabais de 10 $ aux consommateurs qui n’auront pas leur chandail.

On peut se questionner en se demandant si la ligue a pleinement le droit de faire ça vu que c’était clairement une erreur, mais c’est plate pour les partisans et il me semble qu’avec l’argent qui rentre à un rythme incroyable grâce aux prix de fous des billets des Rangers, la LNH aurait pu absorber le déficit. En faisant ce qu’ils ont fait, ils ont enragé une tonne de partisans qui en ont jasé sur les réseaux sociaux, ce qui n’est pas de la bonne publicité pour la ligue qui est censée vivre ses meilleurs moments présentement.

Via #Buzzer


Barry Trotz a demandé à un fan ce qu’il pensait des Capitals avant de venir à Washington


Avant d’accepter l’emploi à Washington, Barry Trotz a fait comme tous les entraîneurs de la LNH en appelant ses contacts pour en apprendre un peu plus sur la situation de l’équipe. Par contre, Trotz étant perfectionniste, il a poussé le concept un peu plus loin.

Alors qu’il était à l’aéroport en route vers Washington, un fan des Capitals qui célébrait sa fête à Nashville l’a approché pour lui dire qu’il espérait que Trotz devienne le coach de l’équipe. Trotz lui a parlé un peu de Nashville avant que leurs chemins se séparent.

Toutefois, quand il a vu qu’ils étaient dans le même avion, Trotz l’a approché pour demander au fan ce qu’il pensait de l’équipe. Le partisan lui a parlé du jeu défficient à 5 contre 5, de la couverture médiatique d’Alex Ovechkin, des problèmes de l’équipe en séries et de la tendance des dirigeants d’engager des entraîneurs inexpérimentés.

Trotz a récompensé ce savoir en lui parlant de sa philosophie par rapport à l’emploi qu’il s’apprêtait à prendre. C’est bien de voir que Trotz s’est attardé à tous les détails avant de prendre ce poste, mais c’est encore plus cool pour le partisan qui va avoir une histoire incroyable à conter pendant le règne de Trotz. Il pourra également se vanter du fait qu’il a pu avoir un tête-à-tête honnête avec l’entraîneur-chef de son équipe préférée. Il n’y a pas beaucoup de fans d’hockey qui peuvent dire la même chose.

Via Washington Post


Drew Doughty et Trevor Lewis possèdent un fou appartement à Los Angeles

normal

Drew Doughty et Trevor Lewis des Kings ont décidé d’habiter ensemble à Los Angeles afin d’avoir un logement de rêve pour jeunes garçons célibataires et millionnaires. La chose la plus cool de leur habitation? Leur voisin est Weeman de Jackass.

Si on commence par le toit, Drew Doughty s’est installé un spa avec télévision rétractable. Il peut donc se faire masser dans son spa grâce ses jets d’eau spéciaux tout en écoutant le hockey avec une vue sur l’océan en arrière-plan.

La chambre de Trevor Lewis n’a rien d’incroyable mis à part que c’est un méga bordel. Probablement dans les deux sens du terme. En entrevue, il a avoué ne jamais avoir fait son lit. Le lit de Doughty est une coche plus grand puisque son chien dort avec lui. Ne vous inquiétiez pas, leur femme de ménage Gloria vient tout nettoyer chaque mercredi.

L’image ci-dessus montre la chambre de Drew Doughty chez ses parents. Le vidéo ici-bas montre sa chambre à Los Angeles

Vidéo – Le crib de Doughty et Lewis

P.-S. Si jamais ça vous tente d’avoir un condo top luxe à Montréal pour vous amuser comme Dougthy et Lewis, le projet YOO Montréal du designer Philippe Starck est définitivement pour vous! Détails ici.


Cody Franson poursuit un gars parce qu’il n’a pas fait la coupure en 2008


En cette journée pluvieuse, j’avais le goût de partager une histoire un peu plus légère. Celle-ci a été dénichée par Tyler Dellow, un avocat de Toronto qui se spécialise dans les statistiques avancées dans ses temps libres.

Dellow a trouvé une poursuite intentée par Cody Franson, des Maple Leafs de Toronto, à la suite d’événements qui se sont déroulés pendant l’été de 2008. Cette poursuite clame qu’un accident de voiture survenu le 18 juillet 2008 a empêché Franson de s’entraîner comme il faut pendant sa saison morte et que ce manque d’entraînement lui a coûté une place avec les Prédateurs de Nashville, et du même coup, quelques centaines de milliers de $.

En effet, Franson n’a pas fait la coupure en 2008 alors qu’il a passé la saison complète dans la ligue américaine, ne manquant que 4 matchs. Il a fait son arrivée dans la LNH l’année suivante, jouant 61 matchs avec Nashville.

Dellow ne croit pas que Franson gagnera ou que cette poursuite se rendra devant un juge et il explique pourquoi en long et en large dans son texte, mais c’est quand même très intéressant. Ça montre l’importance grandissante de la préparation hors-saison des joueurs et surtout l’importance que ça a à leurs yeux.

Certains vont dire qu’on a là un joueur qui se cherche des excuses, et c’est peut-être le cas, mais je suis certain que Franson n’est pas le seul qui pense, avec raison, que quelques semaines d’entraînement peuvent valoir des centaines de milliers de $ dans la LNH.


Visitez le fou penthouse de Scott Gomez à New York

Screen shot 2014-05-20 at 10.37.08 AM
Screen shot 2014-05-20 at 10.17.13 AM
Screen shot 2014-05-20 at 10.14.43 AM
image (1)
Screen shot 2014-05-20 at 10.36.21 AM

Avec les performances du solide défenseur des Rangers de New York Ryan McDonagh, il fallait s’attendre à voir le nom de Scott Gomez faire surface sur les internets. Pour ceux qui avaient oublié, Bob Gainey avait cédé cet espoir aux Rangers dans la transaction qui avait amené Scott Gomez à Montréal. Pas besoin de vous rappeler la suite des choses.

Toutefois, on va quand même tourner le fer dans la plaie, en vous montrant des images du magnifique penthouse que Scott Gomez possède à Manhattan dans le quartier Chelsea Mercantile. Il avait acheté cette propriété en 2007 pour la somme de 3.2M$ pour ensuite la louer au designer Marc Jacobs. Depuis 2 ans, c’est le chanteur Nick Jonas qui habite ce fou condo au montant de 23 000$ mensuellement.

Situé au dernier étage, le condo est composé de 3 chambres à coucher, 3 salles de bain et une cuisine extérieure sur la terrasse pour une superficie totale de 2 000 pieds carrés. À l’intérieur, l’appartement est unique pour les amateurs de divertissements. Il y a 6 télévisions, dont un écran géant de 120 pouces. Le système de lumière est contrôlé par iPad.

Si jamais les condos de luxe sont votre genre, sachez que le projet YOO Montréal du designer Philippe Starck est pour vous! Détails ici.

Ci-dessous, d’autres photos du penthouse de Scott Gomez.

*Photo: @minatoires @jonathanroberge @nycurbed


La LNH suivra dans les traces de la NBA au niveau des statistiques

SportsVU

Ça a passé en dessous du radar en fin de semaine, mais la LNH a annoncé un pas important pour le futur des statistiques dans la ligue. Le chef des opérations de la ligue, Jason Collins, a annoncé que la ligue allait faire des tests l’an prochain pour implanter un système semblable à celui de la NBA pour suivre leurs joueurs sur la glace pendant les matchs. Le but serait d’utiliser ce système en 2015-2016.

Si vous n’êtes pas familiers avec le système de la NBA, la ligue utilise présentement une compagnie nommée SportsVU qui suit tous les joueurs dans le gymnase et qui permet d’obtenir un nombre incroyable de statistiques qui n’étaient pas disponibles auparavant. Ces statistiques peuvent être utilisées par les entraîneurs, mais aussi les journalistes, pour voir ce qui ne va pas avec un joueur ou une équipe.

Au hockey, ça nous permettrait notamment d’expliquer les fluctuations du % des lancers qui déjouent le gardien. On pourrait également voir les temps de possession en zone offensive plus facilement. Cela voudrait probablement dire la fin du Corsi et du Fenwick qui sont présentement utilisés pour estimer ce chiffre. Ce ne sont que deux exemples qui viennent en tête immédiatement, mais l’ajout d’un système du genre pourrait amener une tonne de statistiques intéressantes pour les amateurs.

Ça peut sembler mineur, mais depuis l’arrivée de SportsVU au basketball, on a vraiment vu des changements dans l’analyse du sport, mais aussi dans la façon dont les équipes jouent puisque celles-ci se rendent compte de ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas.

Pour ceux qui détestent les nouvelles statistiques, ce n’est pas une bonne nouvelle parce que cette base de données va nous amener toute sorte de statistiques auxquelles nous ne sommes pas habitués, mais qui vont devenir cruciales pour l’amateur de hockey dans quelques années.

Toutefois, on n’est pas rendu là puisqu’il faut que les tests de l’an prochain soient concluants avant que ce système fasse son arrivée dans la LNH. C’est quand même intéressant devoir que la ligue y pense et à la fin, ça va être l’amateur qui va être gagnant puisqu’on va pouvoir mieux comprendre ce qui se passe sur la glace.

Via Globe and Mail


La LNH devrait prendre des notes pendant le repêchage de la NFL


Pendant le 4e match de la série entre le Canadien et les Bruins, il y aura la première ronde du repêchage de la NFL. Si tu lis ceci, les chances que l’écoutes sont à peu près inexistantes. Par contre, il va quand même s’y passer quelque chose d’intéressant pour l’amateur d’hockey.

La NFL a amené une innovation à sa 1ère ronde que j’aimerais voir dans la LNH. Les joueurs sélectionnés en 1ère ronde auront le droit de choisir la musique qui joue après l’annonce de la sélection.

Donc, pendant le moment où le joueur serre tous ses proches dans ses bras avant de se rendre au commissaire, la chanson choisie par le joueur en question jouera dans l’amphithéâtre et en arrière-plan des analystes qui encensent le choix (parce que c’est ce qu’on fait avec chaque choix, ou presque, au repêchage).

Ça peut sembler simple, mais c’est une idée de génie. Tout d’abord, ça donne quelque chose de plus à analyser pour les blogues comme celui-ci (Si on avait ça dans la LNH, vous pouvez être sur que JT aurait son analyse des chansons le lendemain matin). Mais aussi, ça permet à d’autres médias qui ne couvriraient habituellement le repêchage de le faire. Les journalistes culturels nous parleraient des meilleurs choix et des chansons les plus populaires avant de nous parler pendant 2 minutes du choix du gars que les Canadiens ont repêché. Pour la LNH, ça voudrait dire plus de couverture médiatique, ce qui est TOUJOURS une bonne chose.

Ce serait également une bonne chose pour les joueurs et les équipes. À l’époque où les fans veulent connaître la personnalité des joueurs en dehors de la glace, la première impression des nouveaux partisans du joueur serait basée sur son choix musical. On en apprendrait donc sur lui avant même sa première entrevue. Pour l’équipe, ça permettrait d’améliorer le marketing du nouveau venu et de maximiser son arrivée avec l’équipe.

Bref, pendant un entracte du match Canadiens-Bruins ce soir, je vais surement regarder le repêchage et je m’attends complètement à être jaloux de cette idée de la NFL en espérant que Bettman et compagnie prennent des notes.


Le boxeur Floyd Mayweather se gâte avec une montre d’un million de dollars

floy-mayweather-million-dollar-watch
0329-mayweather-watch-sub-3

Quelle horrible journée sur les internets, mais je vous promets que ceci n’est pas un poisson d’avril. Le boxeur Floyd Mayweather s’est véritablement récemment payé une montre d’un million de dollars. Mis à part le bracelet de cuir, la montre est entièrement composée de diamants de 60 carats.

Le weekend dernier, le boxeur qui possède une fiche parfaite (45 victoires, 26 KO et 0 défaite)  s’est rendu à New York au bijoutier privé Rafaello and Co pour inspecter son nouveau joujou. Floyd Mayweather a d’ailleurs breveté le design de sa montre pour s’assurer qu’il soit le seul à porter sa montre d’un million. C’est vrai que les risques de voir monsieur madame tout le monde se garrocher dans les rues de Manhattan pour se procurer une montre de diamants de 60 carats sont élevés.

Est-ce qu’une montre d’un million est une dépense excessive pour Floyd Money Mayweather? Pas vraiment.

Le prochain combat de boxe de Mayweather aura lieu le 3 mai contre Marcos Maidana. La dernière fois que Mayweather est monté dans le ring, il avait une bourse garantie de 41.5 M$. Son combat contre Canelo Alvarey en septembre dernier avait généré 150 M$ de revenu. Donc pas pour rien que le boxeur possède toute une collection de montres. Ses gains en carrière totalisent 350 M$.

P.-S. Pendant que j’y suis avec les sports de combat, Anderson Silva poursuit sa réhabilitation en étudiant à l’école de police de Los Angeles (LAPD). Il n’a toutefois pas l’intention de porter un uniforme de policier. Il fait cette expérience pour rendre honneur à quelques membres de sa famille qui sont policiers.