Suivez 25stanley sur Facebook!

L’agent de P.K. Subban donne une mise à jour sur les négociations de son client

L’agent de P.K. Subban, Don Meehan, a donné une entrevue à Prime Time Sports, une émission de radio de FAN 590 à Toronto, mercredi après-midi et on a appris quelques détails de la négociation entre le Subban et le Canadien.

Meehan a commencé en disant que le Canadien et le clan Subban allaient se parler en personne à Toronto jeudi. Il a ajouté qu’il y avait encore en masse de temps pour conclure une entente avant la séance d’arbitrage de vendredi. Il ne faut donc pas paniquer si l’agent était à Ottawa aujourd’hui pour parler de Robin Lehner et de Bobby Ryan.

L’agent de P.K. a également ajouté que P.K. ne voulait pas devenir le défenseur le mieux payé de la LNH. Toutefois, il faut faire attention à ce commentaire. Instinctivement, on pense que ça veut dire que Subban ne veut pas un plus gros impact sur la masse salariale que 7,857 M$, qui est le plus gros de la ligue pour un défenseur (Shea Weber).

Par contre, il faut se rappeler que 3 défenseurs gagneront plus que ça en termes de salaire l’an prochain (Shea Weber 14 M$; Ryan Suter 11 M$ et Dion Phaneuf 8 M$). On ne peut donc pas trop tirer de conclusions à partir de ça.

On a également demandé à Meehan à propos de la possibilité pour Subban de jouer avec une nouvelle équipe éventuellement. Meehan a fermé la porte en mentionnant qu’il était trop tôt pour penser à ça et qu’il fallait présentement se concentrer un contrat à long terme avec le Canadien.

Bien évidemment, les paroles publiques doivent toujours être prises avec un grain de sel, mais c’est plaisant de voir l’agent aussi optimiste à 2 jours de la date limite. On peut donc encore s’attendre à un contrat à long terme entre P.K. et le Canadien avant leur séance d’arbitrage de vendredi.

Via Legend of Zombo


Kevin Weekes écorche le Canadien pour sa gestion du dossier P.K. Subban

Weekes

Weekes 2

Weekes 3

Kevin Weekes n’est pas le plus grand fan de Marc Bergevin. Après que les demandes d’arbitrage de P.K. Subban et du Canadien aient coulé dans les médias, l’analyste de CBC et du NHL Network a envoyé plusieurs tweets critiquant la gestion de P.K. Subban par le Canadien.

Weekes a expliqué qu’il ne comprenait pas pourquoi le Canadien jouait autant de jeu mental avec P.K. après qu’il soit devenu un joueur étoile qui respecte la tradition de l’équipe et qui se garde dans une forme phénoménale. Il a comparé ça aux Kings, Rangers, Bruins et Hawks qui s’occupent de leurs joueurs étoiles. Weekes a terminé en disant qu’il trouvait méprisable le fait que Subban devait encore être sous contrat avec le Canadien malgré tout ce qu’il avait prouvé.

L’analyste représente une certaine partie des fans qui trouvent que ce dossier traîne en longueur, mais il exagère un peu. Le contrat qui est présentement discuté entre les deux parties pourrait valoir plus de 70 millions. C’est normal que ça prenne du temps à négocier. Ses critiques seront plus valides si les deux clans se rendent devant l’arbitre.

Aussi, j’aime bien qu’il compare le Canadien aux Rangers et aux Kings. Les deux équipes ont niaisé leur joueur étoile pas mal plus que ce que le Canadien fait avec P.K. présentement. Drew Doughty et Derek Stepan ont tous deux signé leurs ententes à la veille du début de la saison et on en n’entend plus parler. Ça ne doit donc pas être si pire que ça…

C’est une réaction un peu exagérée de la part de Weekes, mais il faut s’y attendre dans une négociation aussi importante que celle entre Subban et le Canadien. Par contre, je m’y attendais plus de la part de certains fans que de la part des médias…


P.K. Subban à propos d’un possible retour à Toronto : « J’y ai pensé, mais je suis très heureux où je suis. »

P.K. Subban

Mardi, P.K. Subban a donné une entrevue à Sean Fitzgerald du National Post. Comme le Post est un journal de Toronto, un possible retour à la maison à la Lebron James a été discuté. P.K. n’a pas complètement fermé la porte, mais il n’a rien fait pour alimenter les rumeurs.

Il a avoué avoir pensé à un retour à la maison éventuel puisque ce serait quelque chose d’unique d’évoluer pour l’équipe locale, mais P.K. a continué ses éloges du Canadien de Montréal en disant que la plus grosse ville du Québec était une très belle place pour jouer au hockey.

Subban a parlé de son rôle important dans l’équipe en plus des accomplissements de la formation depuis son arrivée. Il a également parlé de la possibilité de créer sa place dans l’histoire du tricolore, ajoutant qu’il y a peu de joueurs qui ont cette chance. Ce dernier point semble être le plus important pour P.K. Il a expliqué que c’est ce qu’il regarde en premier et ça suit ce qu’il dit depuis le début de sa carrière avec les Canadiens.

Même si, à première vue, cette entrevue pourrait faire peur aux fans du Canadien, c’est une bonne nouvelle. Lorsqu’on lui a posé cette question, Subban a dit toutes les bonnes choses à propos de sa franchise actuelle et il a même dit qu’ils l’ont bien traité, ce qui est un point d’interrogation depuis son contrat de transition. Le gars a l’air d’un joueur qui veut jouer sa carrière ici même s’il a déjà pensé jouer pour les Leafs, ce qui est bien normal puisque tous les joueurs ont déjà pensé à jouer pour leur équipe locale.


Marc Bergevin a choisi le moment parfait pour signer Lars Eller à long terme

Marc Bergevin - MTL @ PHI

Buy low, sell high. C’est une philosophie qui revient souvent dans le monde des affaires et le monde du hockey ne fait pas exception. C’est exactement ce que Marc Bergevin a fait avec Lars Eller lorsqu’il lui a accordé un contrat de 4 ans d’une valeur de 14 millions.

Au début, l’impact de 3,5 millions en a fait sursauter plusieurs et on peut comprendre ça avec une saison de 26 points l’an dernier. Toutefois, il faut comprendre qu’avec ce contrat, Bergevin a acheté 2 années d’autonomie complète. C’est donc évident qu’il ait eu besoin de payer un peu plus cher pour ces années-là.

D’ailleurs, ça parait dans le salaire annuel d’Eller qui ne gagnera que 2,5 millions pendant les 2 premières années de son entente alors qu’il gagnera 4,25 pendant la 3e année et 4,75 pendant la dernière année. La différence est assez évidente et c’est pour ça que le Danois a un plus gros impact sur la masse.

Toutefois, le génie de Bergevin ne se retrouve pas là alors que c’est une pratique courante de payer plus cher pour les années d’autonomie complète. Son génie se retrouve dans l’argument que tous ceux qui détestent ce contrat utilisent; il l’a fait après une saison de 26 points d’Eller.

Pourquoi est-ce que c’est une bonne chose de signer un joueur qui vient de connaître une saison de misère à un contrat de 4 ans? Parce que cette saison-là ne se répétera pas et que c’est le temps d’en profiter au point de vue salarial.

Comment sait-on que cette saison-là ne se répétera pas? Un mélange des séries de 2014, Manny Malhotra et des statistiques avancées.

Commençons par les séries de 2014. Pendant ces séries, le Danois a produit à un rythme qui lui donnerait 63 points dans une saison de 82 matchs. On ne peut pas nécessairement s’attendre à ce genre de saison l’an prochain, mais si on parle de ses 26 points en 77 matchs en saison régulière, ce serait stupide de ne pas mentionner ses 13 points en 17 parties en séries. En plus, en séries, ce n’est pas comme s’il ne pouvait vraiment booster sa fiche contre des équipes poches.

La 2e raison qui nous laisse croire qu’Eller jouera mieux l’an prochain est Manny Malhotra. Ça peut sembler stupide, mais le centre de 4e trio va grandement aider le centre danois l’an prochain. L’an passé chez le Canadien, c’était Tomas Plekanec qui s’occupait des gros trios adverses et des mises au jeu défensives. Quand ce n’était pas Plekanec, c’était Eller.

L’an prochain, on risque de voir Malhotra remplacer Eller dans ce rôle, ce qui veut dire que Lars devrait avoir plus d’opportunités offensives contre de moins bons joueurs. D’habitude, ça fait des miracles. Ça aidera d’autant plus que le Danois est parmi les meilleurs de la ligue quand vient le temps de prendre des mises au jeu offensives.

Malhotra ne sera pas là pour la totalité du contrat d’Eller, mais il lui permettra de continuer son évolution en tant que joueur. Si Lars pouvait jouer une saison ou deux sans ces responsabilités, ça l’aiderait offensivement et lorsqu’il devra reprendre ce rôle qui l’attend inévitablement au cours de sa carrière, il pourra le faire avec plus d’assurance en ses moyens.

On termine avec les statistiques avancées. Si tu es un habitué du site, tu sais qu’Eller a eu une malchance incroyable l’an passé. Une simple régression vers la moyenne devrait permettre à Eller d’inscrire une dizaine de points supplémentaires en plus de ramener son différentiel dans le positif. S’il continue à jouer comme il le faisait l’an passé avec une utilisation plus facile et un peu moins de malchance, il va faire taire ses détracteurs.

Bref, Bergevin a signé Eller après une saison catastrophique et ça lui a permis de faire des économies. Avec le plafond salarial qui devrait défoncer les 90 millions pendant son contrat, Lars Eller est une aubaine en devenir et c’est grâce à Bergevin qui a saisi l’occasion quand des DG plus peureux se seraient contentés d’une entente d’un an.


Cette comparaison entre Corey Crawford et Carey Price est hilarante

Price Crawford

Cette infographie pourrait quasiment être un MediaFail. Elle vient de la télédiffusion du match entre les Blackhawks et le Canadien du 4 novembre dernier. Elle a été soulevée par Corey Sznajder qui est en train de regarder tous les matchs de la saison 2013-14.

Cette infographie a été utilisée par WGN Sports, le réseau qui diffuse les matchs des Hawks, lorsque les annonceurs parlaient de la sélection des gardiens pour Team Canada. Comme la Coupe Stanley gagnée par Crawford est à peu près le seul avantage statistique qu’il a par rapport à Carey Price, le réseau de Chicago a décidé de la prendre.

Je comprends que les réseaux locaux doivent être en faveur de leur équipe, mais le débat entre Corey Crawford et Carey Price ne devrait pas exister et le fait qu’ils aient eu besoin de sortir l’argument des Coupes Stanley, qui ne veut absolument rien dire, le prouve. On chiale souvent sur RDS, et TVA Sports à partir de l’an prochain, mais au moins, on a rarement ce genre de niaiseries.


Il ne faut pas paniquer avec les demandes salariales en arbitrage

lars eller - blessure - credit: canadiens

Mercredi matin, on a appris les demandes du Canadien et de Lars Eller pour leur séance d’arbitrage qui pourrait avoir lieu vendredi. Le centre demande 3,1 millions alors que le Canadien est prêt à lui offrir 1,65 millions.

Bien évidemment, comme c’est des négociations publiques et qu’on parle du Canadien, les réactions ont été nombreuses. La majorité des fans ont ri d’Eller en disant qu’il demandait trop cher pour un gars qui n’avait que 26 points l’an passé alors qu’une autre partie de fans trouvait que Bergevin était cheap. Le problème, c’est que ces deux groupes ont raison et qu’on ne peut pas réagir ainsi devant ces chiffres.

Ces demandes sont seulement le scénario le plus extrême qu’ils peuvent argumenter devant un arbitre. Bergevin sait qu’il ne paiera pas Eller 1,65 millions tandis que le Danois est au courant qu’il n’aura pas 3 millions. C’est leur meilleur scénario et s’ils se rendaient devant l’arbitre, ce qui est encore peu probable, ce serait le plus gros salaire pour lequel ils auraient un argumentaire logique.

C’est juste normal que dans une négociation, tu vises le meilleur scénario logique avant de descendre pour en venir à un compromis qui convient aux deux parties. C’est pour ça que l’arbitre coupe souvent la poire en deux. Les demandes salariales sont simplement une négociation publique et il faut toujours garder ça en tête quand on voit ces chiffres.

On ne peut pas trop réagir avant qu’une entente soit conclue et ce sera encore plus véridique dans une semaine lorsque P.K. Subban demandera un salaire qui va faire exploser la tête de certains fans qui pensent encore signer le défenseur pour 6 millions.


Quelles sont les attentes réalistes pour Jiri Sekac en 2014-2015?

Jiri Sekac

La signature la plus intrigante du Canadien cet été est sans aucun doute celle de Jiri Sekac. L’ailier droit n’a pas évolué en Amérique du Nord depuis 2011 et il joue dans la KHL depuis ce temps-là. C’est donc dire qu’on ne l’a pas vraiment vu jouer et qu’on ne sait pas trop à quoi s’attendre de sa part.

On sait que Sekac luttera pour le poste d’ailier droit du 3e trio et on sait un peu comment il jouait dans la KHL et ce qu’il a fait au camp de développement où il a dominé les jeunes lors de ses premiers coups de patin dans l’uniforme du Canadien. Toutefois, on ne sait pas comment il s’adaptera à la LNH.

La meilleure façon d’estimer cette adaptation serait de regarder ceux qui ont fait la même chose en passant de la KHL à la LNH et de voir comment ils ont fait. C’est exactement ce que Rob Vollman a fait. Il a pris tous les joueurs qui ont fait le saut entre 2005 et 2013 et il a comparé leurs points par match pendant leur dernière saison dans la KHL à ceux dans la LNH la saison suivante. Ça lui a permis de créer une moyenne pour estimer la performances de ceux qui s’en viennent dans le circuit Bettman.

Sekac

Comme on peut le voir, selon Vollman, Sekac devrait enregistrer un peu plus de 0,4 points par match l’an prochain. Dans une saison complète, cela voudrait dire une saison de 33 points.

Ceci étant dit, ce n’est qu’une estimation. Comme vous pouvez le remarquer sur le graphique ci-dessus, il y a énormément de joueurs autour de la ligne, mais à part les projections, il n’y en a pas directement dessus. En plus, même si la majorité des joueurs tourne autour de la moyenne, il y a plusieurs exceptions. C’est donc dire que bien évidemment, c’est loin d’être coulé dans le béton.

Toutefois, ça ne veut pas dire que c’est inutile. Vollman est un analyste réputé et il a fait le travail nécessaire pour justifier cette projection. Bien qu’il serait très surprenant que Sekac inscrive exactement 33 points l’an prochain, ce chiffre nous donne une idée des attentes qu’on doit avoir envers lui.


Qu’est-ce que les nouveaux contrats de Kane et Toews veulent dire pour P.K. Subban

P.K. Subban

C’est la première question que les partisans des Canadiens se sont posés quand ils ont vu les contrats de Patrick Kane et Jonathan Toews; qu’est-ce que ça veut dire pour P.K. Subban? Le défenseur du Canadien est le seul joueur étoile présentement en négociations et même s’il est agent libre avec restriction, c’est clair que son prochain contrat sera lucratif.

Toutefois, ces contrats ne veulent absolument rien dire pour les négociations entre Subban et le Canadien. Les deux parties impliquées connaissaient déjà les circonstances dans lesquelles ils évoluaient et ces circonstances n’ont pas changé.

J’en ai parlé plus tôt, mais les deux parties savaient qu’ils ne pouvaient pas se baser sur les contrats de Doughty et Pietrangelo alors qu’on n’est pas dans la même situation que lorsque ces contrats ont été signés. Ces signatures de Kane et Toews ne font que rappeler cette nouvelle situation.

Toutefois, ça change quelque chose pour les partisans qui se rendent compte qu’ils ne peuvent plus comparer le contrat de Subban avec ceux-là. Ça peut donc changer les attentes des fans qui ne pensent plus au contrat ridicule de 6 millions par année qui circulait dans les rumeurs il y a quelques semaines.

En fait, c’est une bonne nouvelle pour le Canadien. Ça permettra à l’équipe de créer une moins grosse onde de choc lorsqu’ils annonceront que Subban fera plus de 9 millions par année. Avant les contrats de Kane et Toews, ça aurait été la panique puisque Subban aurait eu le plus gros ou le 2e plus gros impact sur la masse salariale dans la LNH, mais maintenant, on aura quelques exemples pour montrer la nouvelle situation de la ligue.

Je m’attendais à un contrat de 8 ans d’une valeur de 76 millions et ces contrats ne changent rien à mes attentes. C’est dommage pour le Canadien, mais il faut payer les joueurs étoiles dans la nouvelle LNH et Subban en est un.


P.K. Subban a l’air tout petit à côté de Magic Johnson

pk-subban-magic-johnson

Subban

P.K. Subban est présentement en vacances à Monaco. Mardi après-midi, il y a rencontré Magic Johnson dans la rue. Johnson est une légende de la NBA qui a évolué pour les Lakers de Los Angeles et qui fait également partie du groupe de propriétaires des Dodgers de Los Angeles dans la MLB. Les deux gars ont donc pris une photo que Johnson a partagé avec ses 2,25 millions de followers.

Johnson est un gars imposant à 6 pieds 9 pouces. Ça parait dans la photo qu’il a pris avec Subban, qui n’est pas petit à 6 pieds, mais qui a l’air d’un enfant à côté de la vedette des Lakers.

D’ailleurs, je ne peux pas parler de cette photo sans parler de la camisole de Subban qui, je le rappelle, est présentement dans un autre pays. Je dois avouer que j’aime le look et l’attitude du défenseur qui n’a pas peur de sortir du lot, tant sur la glace que lorsqu’il est relax en vacances à l’extérieur du pays.


P.K. Subban et Lars Eller demanderont l’arbitrage avec le Canadien

Pk Subban

C’était prévisible, mais l’analyste de Hockey Night in Canada, Elliotte Friedman, l’a confirmé samedi après-midi; P.K. Subban demandera l’arbitrage dans ses négociations avec le Canadien de Montréal. Avant de partir en peur, il faut comprendre que ça fait partie du processus et qu’il y a une bonne nouvelle pour le Canadien là-dedans alors que Subban ne pourra plus recevoir d’offre hostile.

En effet, les deux parties peuvent encore négocier, mais s’ils n’arrivent pas à une entente avant la date de la séance d’arbitrage, le Canadien devra signer le défenseur à un contrat d’un an au salaire attribué par l’arbitre. Ces séances ont habituellement lieu en fin juillet ou début août. Dernièrement, c’est rare que les deux parties se rendent jusqu’en arbitrage.

Par exemple, l’an dernier, aucun joueur de la LNH ne s’était rendu devant l’arbitre et le Canadien s’était entendu avec Ryan White avant que la séance de celui-ci arrive. C’était le seul joueur du tricolore qui l’avait demandé la saison dernière.

Par contre, cette demande fait en sorte que les négociations entre les deux parties ont maintenant une date limite. Le Canadien voudra régler le cas sans l’arbitre et ne voudra pas signer Subban à un contrat d’un an ou deux alors qu’il se rapprocherait du marché des agents libres. En plus, l’équipe risque de ne pas aimer le salaire que l’arbitre donnerait au défenseur.

AJOUT : Lars Eller a également entamé le processus d’arbitrage.