Suivez 25stanley sur Facebook!

Joe Thornton pense que son DG devrait arrêter de parler

Joe Thornton

Après avoir enlevé le C du chandail de Joe Thornton cet été, les Sharks n’ont pas nommé de capitaine, préférant plutôt y aller avec 4 assistants (Thornton, Pavelski, Vlasic et Marleau). La décision était bizarre, mais le DG de l’équipe, Doug Wilson, voulait faire une reconstruction et comme il ne pouvait pas transiger ses vétérans à cause de leur clause de non-échange, c’était sa façon de changer le leadership dans le vestiaire.

Thornton n’avait pas apprécié la décision, mais il n’avait pas trop écorché son DG publiquement. Ça a changé jeudi soir alors que Wilson a parlé de la situation avec des détenteurs de billets de saison.

C’était dans le cadre d’une séance de questions avec le DG et 350 chanceux. Un de ces détenteurs lui a posé une question par rapport à cette situation et Wilson a expliqué sa décision en disant que Thornton était trop affecté par la pression qui venait avec le poste et que ça faisait en sorte qu’il pouvait être trop sec avec ses coéquipiers, ce qui nuisait à leur moral. En lui enlevant le titre, Wilson voulait lui retirer un peu de pression. Le DG des Sharks a admis que Thornton n’avait pas aimé cette décision.

Et bien, l’ancien capitaine a encore moins aimé ces propos puisque lorsqu’il a été rejoint par un journaliste après la pratique de vendredi, il a dit que Wilson devrait arrêter de parler et de mentir. Thornton doit être un des seuls joueurs de la ligue qui a les balls de dire à son DG de se la fermer en public.

Cette période de questions nous a aussi permis de savoir que le futur d’Antti Niemi à San Jose dépendait des 15 prochains matchs. Le DG a également admis qu’il était surpris que son équipe ait encore une chance de faire les séries…

Via David Pollak


Une fan de la NBA a reçu un ballon en pleine face alors qu’elle regardait un cellulaire

Basket

Avant chaque match d’hockey, la LNH avertit ses partisans de faire attention aux rondelles parce qu’elles pourraient quitter la surface glacée avant de les atteindre. Je ne sais pas si c’est la même chose dans la NBA, mais j’imagine que oui. Peu importe, ce n’est pas suffisant pour éviter des incidents comme celui qu’on a vu à Charlotte mercredi soir.

Dans un match entre deux équipes de fond de classement, les Kings et les Hornets, une passe de Lance Stephenson à Gerald Henderson a manqué de précision et s’est retrouvée dans la foule. C’est là que le ballon a frappé de plein fouet une dame qui regardait un cellulaire.

À première vue, on pourrait assumer qu’elle regardait quelque chose que sa fille lui montrait. Peu importe, malgré la puissance de l’impact, la partisane en question s’en est tiré avec un nez en sang qu’elle a contenu avec quelques mouchoirs fournis par l’équipe. Elle est restée au match et elle aurait même ri de la situation. Tout est donc bien qui finit bien pour la fan qui se retrouvera certainement dans les compilations de bloopers de fin de saison.

Via Barstool Sports


Brian Elliott a joué un peu plus de 6 minutes contre les Canucks et il n’a pas apprécié

Elliott

Dimanche soir, pour le match des Blues contre les Canucks à Vancouver, Ken Hitchock a donné le départ à Jake Allen. Le gardien de St-Louis a failli à la tâche en accordant 4 buts sur 21 lancers lors des 40 premières minutes de jeu et c’était Elliott qui était devant la cage pour le début du troisième engagement.

Toutefois, son passage a été de courte durée. Lors de la pause commerciale après le but qu’il a accordé à Nick Bonino, Brian Elliott est sorti du match après seulement 6:14 de jeu et 5 arrêts sur 6 lancers. Le gardien n’était pas content et Hitchock a tenté de l’empoigner pour le garder au banc.

Elliott lui a glissé quelques mots et il est rentré au vestiaire, où il est resté pendant quelques minutes avant de ressortir pour venir s’asseoir au banc du substitut. Sur le coup, on aurait dit que le gardien s’était sorti du match, mais après la rencontre, l’entraîneur a déclaré qu’il s’agissait de sa décision.

Ça place les Blues dans une situation délicate. Ils ont une des meilleures équipes de la ligue, mais Jake Allen s’est fait traverser en accordant 4 buts sur 25 lancers et s’ils ont un problème avec Brian Elliott, St-Louis n’a pas vraiment d’autres options.

Est-ce que les Blues feront quelques appels pour voir si Reimer, Bernier ou Niemi pourrait venir les aider? Les chances sont faibles après l’insuccès de l’expérience Miller la saison dernière, mais avec l’avalanche de transactions des derniers jours, c’est une possibilité à garder en tête.

Le but alloué par Elliott


Le rapport de police de l’incident Voynov est dégueulasse

Slava Voynov

Le rapport de police de l’incident qui a mis fin à la carrière de Slava Voynov a été rendu public mercredi soir et comme on s’y attendait, les détails sont terrifiants. La femme du défenseur des Kings, Marta Varlamova, a dit aux policiers qu’elle ne se rappelait pas ce qui avait commencé la bataille, mais Voynov lui aurait dit à plusieurs reprises qu’il voulait un divorce et qu’il n’y aurait plus d’argent pour elle.

L’altercation s’est déroulée après un party d’halloween. Voynov a commencé en écrasant les lunettes que Varlamova portait pour son costume. Ensuite, il lui a donné un coup de poing à la mâchoire.

Ça a continué dans la chambre à coucher où Varlamova a dit aux policiers que Voynov l’a étranglé à 3 reprises. Le défenseur russe l’aurait envoyé au sol à 6 ou 7 reprises et il l’aurait également botté 5 ou 6 fois lorsqu’elle était par terre. Lorsqu’elle s’est relevée, Voynov l’a envoyé dans le télé, ce qui l’a coupé au-dessus de l’œil gauche. C’est à ce moment-là que Voynov a arrêté parce qu’il avait peur.

Varlamova a eu besoin de 8 points de suture pour guérir sa coupure. Selon ce que Voynov a dit aux policiers lors de leur première rencontre, Varlamova s’est coupée sur la télé en sortant du lit…

L’avocat de Voynov maintient que ces détails ne sont pas valables puisque Varlamova ne parle pas vraiment l’anglais et qu’il n’y avait pas de traducteur, mais ce serait toute une histoire à inventer ou à transformer via une traduction. Peu importe, le défenseur a probablement joué son dernier match dans la LNH.

Via LA Times


Un coach de l’équipe d’une école secondaire est arrêté après avoir attaqué un arbitre

juge de lignes

Ce n’est malheureusement pas rare de voir des coachs engueuler des arbitres dans le hockey mineur et de temps en temps, des entraîneurs vont trop loin. Ce fût le cas mercredi soir à Taunton, une ville située 60 kilomètres au sud de Boston, alors que l’assistant-entraîneur de l’équipe d’hockey de l’école secondaire locale a été arrêté après une altercation avec un juge de lignes.

L’incident s’est déroulé après une défaite de 9-1 de Taunton. L’entraîneur en question a écœuré le juge de lignes tout au long de la rencontre à cause d’un appel sur un dégagement refusé en première période qu’il n’a pas apprécié.

Après le match, il était encore frustré et il a marché vers le juge de lignes pour l’engueuler sur la glace, ce qui arrive plus souvent que ce qu’on pourrait croire. Toutefois, il ne s’est pas arrêté là alors qu’il a fait un chest-bump à l’arbitre avant de l’agripper par le chandail en essayant de l’envoyer sur la glace. C’est à ce moment-là que l’arbitre s’est finalement défendu et, dans un move classique de bataille d’hockey, il a réussi à placer le chandail du coach par-dessus sa tête.

Ce n’est pas ce qui a mis fin à la bataille puisque les deux ont continué à lutter. Dans l’altercation, le coach aurait mordu un doigt du juge de lignes jusqu’au sang. En marchant vers les officiels, il a dit qu’il ne s’était pas entraîné dans la journée, qu’il allait botter le cul de l’arbitre et que ça allait compter comme son entraînement quotidien.

Ce sont 2 policiers qui étaient présents dans l’aréna qui ont séparé les deux hommes. L’entraîneur a passé la nuit au poste et il fait face à des accusations de voie de fait.

Via Barstool Sports & Boston Globe


Brad Marchand menace Cédric Paquette après ses altercations avec Zdeno Chara

Chara

Cédric Paquette a rempli son rôle à perfection contre les Bruins de Boston mardi soir. L’attaquant de 21 ans a réussi à sortir Zdeno Chara de sa game en le forçant à l’attaquer à deux reprises pendant le match. Paquette n’était définitivement pas de taille dans ces altercations, mais il a suffisamment frustré Chara pour que le Lightning en ressorte avec quelques avantages numériques.

Bien évidemment, le jeu de Paquette n’a pas plu aux Bruins. Brad Marchand a donc décidé de menacer Paquette lors des entrevues d’après-match en lui rappelant qu’il restait encore 3 matchs entre les deux équipes cette saison.

Il a ajouté que si Paquette était chanceux, il allait être de retour dans les mineurs lors de ces rencontres. Ce n’était pas la déclaration la plus intelligente de Marchand puisque maintenant, si Paquette est victime d’un coup qui mérite une suspension dans un match contre les Bruins, la ligue pourra dire que c’était prémédité et imposer une sentence pas mal plus sévère.

En plus, son jab par rapport au fait que Paquette n’est pas un gars de la LNH ne tient pas vraiment lorsqu’on voit qu’il n’a joué que 5 matchs dans la AHL cette saison et qu’il y a amassé 7 points au passage.

1er incident

2e incident


Torey Krug s’est battu avec Brad Marchand parce qu’il a ri de sa taille

Marchand

La tension commence à se faire sentir à Boston! L’équipe est présentement en dehors des séries et hier, le président de l’organisation et fils du propriétaire, Charlie Jacobs, a dit que la job de personne ne serait en sécurité si l’équipe manquait les séries.

Pendant ce temps, à la pratique, Torey Krug et Brad Marchand ont fait de la lutte devant le filet de Tuukka Rask. C’est le gardien et Reilly Smith qui ont dû séparer les deux joueurs qui ne semblaient pas trop s’en préoccuper lorsqu’ils ont rencontré les médias par la suite.  Il faut dire que la raison de l’escarmouche est assez ridicule.

Krug était fâché parce que Marchand a dit au frère de sa fiancée qu’il était plus grand que le défenseur alors que les deux sont listés à 5 pieds 9 pouces sur le site de la LNH. Ce n’est pas la première fois que Marchand frustre un joueur du circuit Bettman avec ses paroles, mais c’est probablement la première fois qu’il fait ça à un coéquipier. Il faut dire que l’équipe n’est pas habituée de se retrouver dans cette situation, donc ce ne serait pas surprenant si la frustration commençait à s’accumuler.

Via The Score


Les détails de l’incident Voynov commencent à faire surface

Slava Voynov

Lundi matin, heure locale, le défenseur des Kings de Los Angeles, Slava Voynov, était de retour en cour et pour la première fois, on a obtenu des détails par rapport à l’incident qui l’a placé dans des troubles judiciaires et qui a forcé la LNH à la suspendre indéfiniment.

Selon le policier qui a parlé à la femme de Voynov après l’incident, elle lui a dit qu’il lui a donné un coup de poing au visage avant de l’envoyer au sol à plusieurs reprises tout en la frappant lorsqu’elle était par terre. Voynov aurait également projeté sa femme dans la télé, ce qui l’aurait coupé au-dessus de l’œil. La femme de Voynov a eu besoin de 8 points de suture pour soigner cette blessure.

Voynov l’aurait également étranglé à trois reprises. Ça a laissé des marques sur le cou de la victime, ce qui a été prouvé par les photos qui n’ont pas été publiées, mais qui contiendraient beaucoup de sang. D’ailleurs, lors de l’annonce de la suspension, les rumeurs indiquaient que c’était ces photos qui avaient convaincu la ligue d’agir aussi rapidement. Le policier a également indiqué qu’il y avait beaucoup de sang dans la chambre à coucher où s’est déroulé cet incident.

On a toujours su que la ligue avait pris la bonne décision dans ce cas-ci et ces détails ne font qu’ajouter à cette perception. C’est très difficile d’imaginer Voynov effectuer un retour dans la LNH.

Via Nathan Fenno


Les Panthers ont dû s’excuser aux Sabres à cause leur vidéo d’introduction

Panthers

Samedi soir, avant leur match contre les Sabres, l’organisation des Panthers s’est moquée de la ville de Buffalo en comparant la météo des deux villes dans leur vidéo d’introduction. C’est assez commun de voir les équipes sportives faire quelque chose du genre afin de ridiculiser l’équipe adverse, mais le propriétaire des Sabres, Terry Pegula, n’a pas apprécié le vidéo.

Pegula, qui assistait au match, est allé parler à Dale Tallon parce que l’équipe avait utilisé des images de la tempête du mois dernier pour compiler ce vidéo comparatif. Cette tempête a été responsable de quelques morts et c’est ce qui a mis Pegula en furie.

Le DG des Sabres, Tim Murray, faisait aussi partie de ces discussions, mais selon les journalistes présents, c’est surtout Pegula qui était agité. Tallon a dit qu’il n’avait pas vu le vidéo, mais il s’est quand même excuse puisque selon lui, s’ils étaient fâchés, c’est qu’ils avaient une bonne raison. Il y a un employé ou deux qui vont connaître un lundi désagréable à Sunrise…

Photo via Deadspin


L’avocat de la femme de Voynov dit qu’elle ne veut pas qu’il soit accusé

Après l’avocat de Slava Voynov, c’est au tour de l’avocat de sa femme, Michael J. Walsh, de discuter de la situation qui a forcé la LNH à le suspendre et qui pourrait lui amener pas mal plus de troubles. L’avocat de Marta Varlamova, qui s’est mariée à Voynov cet été, va à peu près dans le même ordre d’idées que celui du défenseur des Kings.

Selon Walsh, Varlamova ne s’attendait pas à ce que son mari se fasse arrêter à l’hôpital et il plaide que sa mauvaise compréhension de l’anglais et le choc suivant l’incident ont fait en sorte qu’il y a eu un malentendu. Selon lui, elle espère qu’il ne fera pas face à des accusations à cause de l’incident.

Il faut se rappeler que même si Voynov a été arrêté, puis relâché, il ne fait face à aucune accusation en attendant que la police mène son enquête. Selon Walsh, les enquêteurs n’ont pas demandé à parler à Varlamova au cours des derniers jours.

Walsh a également mentionné que plusieurs détails n’avaient été rendus publics, mais qu’il n’y avait rien de choquant. Il a également précisé que Varlamova et Voynov disent que c’est un accident qui a mené à ses blessures et rien d’autre. Finalement, la fille de 7 ans de Varlamova, qui a été conçue dans une relation précédente, était dans l’appartement où l’incident s’est déroulé, mais qu’elle a dormi tout au long des événements.

Bien des gens vont toutefois mettre un bémol sur ces affirmations puisque Varlamova est retournée vivre avec Voynov en mentionnant qu’elle ne craignait pas pour sa sécurité. Donc, c’est possible que tout ce qu’elle dit est vrai et que c’est un accident qui l’a blessé et qu’un problème de traduction a fait en sorte que la police a arrêté Voynov. Il est aussi possible que l’on assiste à une femme qui a pardonné à son mari et qui veut tout faire pour s’assurer qu’il n’ait pas plus de troubles légaux. Dans le monde du sport, cette situation s’était présentée dans le cas de Ray Rice où sa fiancé avait dit qu’elle regrettait le rôle qu’elle avait joué dans l’incident afin d’aider son mari à pouvoir résumer sa carrière.